« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mercedes L. Blanchett
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Age : 25
Messages : 807
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans
Métier / Études : Journaliste, mannequin en tant que couverture
Pseudonyme(s) : Victoria Hills, ma fausse identité sur l'île d'Enola.
Azmitia, surnom de journaliste qui protège mon identité, et mon nom au sein de la Résistance.

Niveau : 80
Team active :

Kinu, Aligatueur ♂, Rigide, Torrent


Shadaya, Luxray ♀, Joviale, Intimidation


Hercules, Minotaupe ♂, Gentil, Baigne Sable

 
Nemeroff, Drattak ♂, Naïf, Intimidation @Drattakite

 
Silver, Dimoret ♂, Mauvais, Attention


Jeda, Steelix ♀, Brave, Tête de Roc



MessageSujet: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Jeu 30 Jan - 1:54


♦ JETER LES ARMES POUR MIEUX SE RELEVER ♦feat. Solène E. Weber
Mes doigts hésitent sur le combiné. Ce numéro, je le connais par cœur, évidemment. Pas besoin de chercher bien loin, les chiffres dansent sous mes paupières closes. Cette hésitation, elle vient de ces larmes que je peine à refouler, simplement en pensant à elle. Je ne comprends pas pourquoi, mais certaines figures rassurantes provoquent aussi parfois l’émotion, l’émotion qui engendre des débordements. Je suis fatiguée de pleurer, mais je sais que je ne suis pas au bout de mes peines. Que bien d’autres larmes seront à verser. Simplement, une part de moi souhaite l’épargner elle, elle qui a tant vécu. Elle que je sais qui répondra. Pourquoi? Parce qu’on ne l’aura pas prise. J’en suis certaine. Non pas par optimisme. Seulement, je le ressens au plus profond de moi-même. Elle est probablement au courant qu’ils libèrent les prisonniers. Elle sait tout, elle voit tout, grâce à ces petits oiseaux, n’est-ce pas? Elle attend peut-être, elle espère peut-être. Peut-être qu’elle se ronge d’angoisse. Mais ronger d’angoisse n’est pas bon pour une femme enceinte. Elle est encore dans ces mois précaires où les fausses couches peuvent survenir. Oh non… Je ne dois plus la faire attendre. J’attrape le téléphone et compose le numéro. Solène. Elle me manque. Sa force me manque, sa voix, ses sourires chaleureux. Je me mets à attendre avec angoisse qu’elle décroche. Mais heureusement, elle ne me fait pas patienter très longtemps.

«Solène? Solène c’est moi, c’est Victoria.»

Je ne sais pas pourquoi je ne prononce pas mon vrai nom. Peut-être parce qu’il est enfoui trop profondément en moi à présent. Parce que je l’ai caché pendant tout ce temps, seulement pour la protéger, elle et Crystal. Parce que j’ai tout fait même pour oublier que je m’appelle Mercedes Blanchett. Mais je n’ai même pas besoin de me nommer avec elle. Elle n’a qu’à s’attarder à la voix, tremblante et peu assurée, mais la mienne tout de même.

«Je… je suis en sécurité. Je suis sortie ce matin… On m’a déposé près d’Amanil, sur les Grandes Routes et… euh… Un ami m’a récupéré.»

Je ne lui ai jamais parlé de Weston. Alors que je lui dis tout, certaines fois un peu malgré elle. Mais lui non. Lui, je l’ai gardé pour moi, secret. Trop confuse pour vraiment me confier, pour trouver les mots à dire. Des amis? Certainement pas. Des inconnus? Non plus. Des amou… non, je ne veux pas y penser.

«Je suis chez lui, à Anula. J’ai… j’ai mangé, mes Pokémon sont en direction du Centre d’Anula en ce moment même. Tu penses que… tu penses que…»

Je ne peux pas lui demander de les faire transférer vers le Centre de Baguin, vers la clinique de sa sœur. Ma voix se brise en pensant à mes Pokémon et les larmes que je redoutais tant se mettent à pleuvoir à nouveaux sur mes joues abîmées. Je pense à lui, je pense à Kinu, aussi. Kinu qui est disparu, qui est probablement mort. Survivre à deux balles en pleine poitrine, et puis quoi encore? Je ne suis pas sotte. Mais je ne veux pas y penser. On entend ma respiration, mes sanglots dans le combiné. Moi qui ne voulais pas l’affoler. Maintenant je me retrouve incapable de parler, incapable de la rassurer. Parce que tout ceci, c’était bel et bien pour lui assurer que je vais bien. Alors que nous savons toutes les deux que ce n’est pas le cas. Du tout.
(c)Golden

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solène E. Weber-Ikeda
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 679
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, 24/01.
Métier / Études : Dresseuse
Pseudonyme(s) : .
Sunny - Ancienne Maître Dresseur d'Enola, son vrai nom est inconnu du public.
Soledad - Résistante.
Solange - Compétitrice, habitante de Baguin.

Niveau : 100.
Team active : .
Ryan, ♂
Regard Vif, prudent - Bec Pointu.
> Vol.
Cathy, ♀
Technicien, joviale.
> Force, Poing Glace.
Taryn, ♀
Lévitation, docile - Baie Panga.
> Vol, Surf.
Arès, ♂
Intimidation, brave - Baie Pocpoc.
> /
Délia, ♀
Chanceux, naïve - Lentiscope.
> Vol.
Polyx, ∅
Calque, bizarre - Lunettes Choix.
> Cage-Éclair, Psyko, Laser Glace.

Team spécifique : .
Louna, ♀
Joli Sourire, maligne - Lockpinite.
> Vampipoing, Poing Glace.
Rony, ♂
Isograisse, relax - Baie Chérim.
> Casse-Brique, Poing de Feu.
Many, ♂
Intimidation, malin - Ceinture Pro.
> Force, Tête de Fer.
Toby, ♂
Intimidation, gentil - Poudre Claire.
> Séisme, Éclair Fou.
Galia, ♀
Calque, modeste - Gardevoirite.
> Ball'Ombre.
Triss, ♀
Brise Moule, prudente - Veste de Combat.
> Direct Toxik, Hydroqueue.
Tsuki, ♀
Sérénité, timide - Lunettes Sages.
> Choc Psy, Lance-Flammes.


MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Jeu 30 Jan - 15:51

Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever.

Ma main tremblait un peu je crois, fébrile, alors que je m'emparais vivement de mon portable pour décrocher, avant même la fin de la première sonnerie. Si j'attendais un appel? Oh, à peine. & pas un seul, d'ailleurs. J'attendais des nouvelles de tous ceux que je connaissais parmi les prisonniers libérés ce jour-là, & ce depuis l'instant exact où j'avais reçu l'information desdites libérations dans la Jungle. Depuis j'avais eu le temps de parcourir Anula pour aider ceux qui sortaient de l'enfer, puis de rentrer à Baguin dans l'idée de me ménager un peu (de toute manière d'autres avaient déjà pris le relais à Anula), au Centre Pokémon d'abord pour voir comment cela avançait dans la ville du Nord. Aussitôt Crystal m'avait rejointe pour se jeter dans mes bras, & Maelys m'avait informée rapidement que la situation était sous contrôle, qu'au moins Eugène & Judith étaient sortis prêter main forte aux blessés, que Kinu était parti chercher sa dresseuse, & que je pouvais me poser. Me poser. Je n'en avais aucune envie, en réalité. Je voulais continuer, secourir les anciens prisonniers, retrouver parmi eux ceux que j'aimais.. Mais je devais penser au bébé. Trop d'agitation m'était difficile à assumer en ce troisième moi, j'aurai déjà bien pu le perdre le jour de la rafle. Je m'apprêtais donc à rentrer simplement, malgré moi en attente des nouvelles demandées, accompagnée de Crystal & Louna, quand enfin mon portable avait sonné. & je m'étais éloignée vers le Jardin avec seulement ma Lockpin, laissant ma fille à sa marraine, en décrochant rapidement. Les mains tremblantes, j'avais failli tout lâcher en entendant la voix dans le combiné. Non pas un de ceux qui devaient me tenir au courant.. Mais bien une des prisonnières, ma meilleure amie enfin libre. Je dus tomber, car je me retrouvais à genoux dans l'herbe, soutenue par Louna alors que Mercedes parlait d'une voix mal assurée, me rassurait un peu, m'expliquait où elle se trouvait.

Un ami à Anula l'avait récupérée? Nul besoin de réfléchir pour deviner lequel. Je n'en fis pas la remarque cependant ; si elle ne souhaitait me le dire, c'était son problème. Il y avait bien plus important que ces secrets, aussi. Elle était en vie par Arceus, en vie & libre, & en sécurité, c'était tout ce qui comptait. Je ne l'avais pas trouvée, mais Phantom l'avait fait, & je n'avais nul doute quant au fait qu'il veillerait sur elle de son mieux. Cela m'apaisait au moins un petit peu, me soulageait d'un poids quant à ma meilleure amie pour qui j'avais tant craint. Même si son ton brisé me serrait le cœur, même si les sanglots qu'elle finit par ne plus réussir à retenir finirent par lui échapper au milieu d'une phrase qu'elle ne pu finir me donnaient à moi aussi l'envie de m'effondrer.. Elle était vivante, bon sang. En sécurité. Sans doute mal en point après une bonne dizaine de jours dans leurs mains, mais elle avait survécu, elle ne faisait pas partie de ces morts qu'on déplorait.. C'était un soulagement, déjà. Une peur en moins, même si je m'inquiétais encore de son état réel, tout comme de son état moral, & de sa capacité à se remettre. De tant de choses, en réalité. Mais au moins, elle vivait.. Arceus soit loué. Je crois que ma voix devait trembler autant que la sienne, au bord de larmes que je n'avais pas vu venir & que je tentais de retenir, quand finalement je tentais de répondre à cette phrase que ses propres sanglots avaient laissée en suspens, émettant quelques hypothèses quant à ce qu'elle aurait pu vouloir demander.

- Que Lys pourrait intervenir pour eux? Oui si tu le souhaites, tu n'as qu'à demander, elle n'hésitera pas. Que Kinu va bien? Je ne saurai le dire, mais il est très bien remis de sa blessure ; il a quitté le Centre y'a une heure, je crois qu'il sait parfaitement où te trouver. Je peux même t'assurer, faute d'être capable de te promettre que tout ira bien, qu'au moins tu ne seras plus embêtée ; ton père y a veillé.

J'ignorais à quel point nous pouvions être surveillées, je préférais ne prendre aucun risque avec tout ce qui venait d'arriver. C'était un message codé dont j'espérais qu'elle saisirait le sens, que j'avais pioché dans ces conversations à double sens que nous avions souvent lorsque des inconnus étaient susceptibles d'entendre ; des conversations où son pseudo-père mort représentait la raison de sa venue sur Enola. Tenter de lui dire que personne ne pourrait plus songer qu'elle puisse être Azmitia.. C'était la seule chose que je puisse faire. La seule promesse que je puisse formuler en y croyant vraiment. Je ne m'étonnerai même pas qu'elle songe à partir après cela.. & malgré tout le bénéfice qu'elle avait apporté à notre bataille pour la liberté avec ses articles, jamais je ne pourrai lui en vouloir. Elle avait été enfermée, dans ces prisons emplies de tortionnaires d Régime. Elle avait frôlé la mort. De très, très près..

- Arceus, Vick..

Ma voix se brisa avant que je n'ai pu formuler la moindre phrase. J'aurai voulu lui demander plus de détails, ne serait-ce que savoir si elle était entière. Physiquement s'entend, je savais bien que moralement ce ne serait pas le cas. Les pattes de Louna entourèrent mes épaules dans un geste de soutien muet que j'appréciais à sa juste valeur. Des larmes silencieuses coulaient désormais sur mes joues aussi. Mi soulagement mi angoisse ; je ne savais pas vraiment moi-même quel sentiment primait.

fiche by Nighty Jaegan, alias Rayquaza.

____________________________________________

Team classique & Team Maître.

Offrandes ♡ :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Age : 25
Messages : 807
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans
Métier / Études : Journaliste, mannequin en tant que couverture
Pseudonyme(s) : Victoria Hills, ma fausse identité sur l'île d'Enola.
Azmitia, surnom de journaliste qui protège mon identité, et mon nom au sein de la Résistance.

Niveau : 80
Team active :

Kinu, Aligatueur ♂, Rigide, Torrent


Shadaya, Luxray ♀, Joviale, Intimidation


Hercules, Minotaupe ♂, Gentil, Baigne Sable

 
Nemeroff, Drattak ♂, Naïf, Intimidation @Drattakite

 
Silver, Dimoret ♂, Mauvais, Attention


Jeda, Steelix ♀, Brave, Tête de Roc



MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Lun 3 Fév - 20:15


♦ JETER LES ARMES POUR MIEUX SE RELEVER ♦feat. Solène E. Weber
Je tente de faire fuir les larmes. Pour fuir, elles y parviennent parfaitement, me désertant une à une, inondant mes joues de leurs sillons frais. Comment puis-je encore pleurer alors que je n’ai plus rien, plus rien à donner? Tremble comme une feuille, tas d’os dépareillés et abîmés qui claque sous l’effet de l’angoisse. Lentement, mes genoux s’affaissent et je me retrouve contre le plancher, à moitié sourde de par les sanglots qui me secouent, violents à présent. Le téléphone glisse le long de ma joue et je le rattrape juste à temps pour entendre la voix de Solène pour la première fois, sa voix, sa voix… Elle provoque un long frisson ainsi qu’un hoquet, et je me redresse à moitié pour mieux l’entendre, même si je mets un long moment à comprendre ce qu’elle me dit d’abord. Elle parle de Maelys, et je me demande encore pourquoi quand elle évoque Kinu. Kinu va bien, elle dit, il se remet de sa blessure. Il n’est pas mort. Kinu n’est pas mort! Mes sanglots redoublent, et je dois décoller le téléphone de mon oreille pour ne pas l’assourdir de ma respiration inégale alors que je tente de reprendre contenance sur mes poumons désordonnés. Où est-il à présent? Disparu, parti me chercher, et je ne comprends pas du tout les allusions à mon père que me glisse ma meilleure amie.

Mon père. Je ne l’ai pas vu depuis des siècles. Que dirait-il à me voir ainsi, fragile et brisée sur la moquette d’un garçon avec qui j’entretiens une relation ambigüe, couverte de sang et d’ecchymoses? Je l’ignore. Mais il me manque. Ils me manquent tous. Je me recroqueville contre moi-même, faisant un petit son d’incompréhension qui mettra peut-être à mon amie la puce à l’oreille quant à mon état cognitif dans le moment. Je n’ai pas dormi plus de vingt heures en dix jours. Il faut me pardonner, j’imagine. Les explications viendront une autre fois, mais son discours codé me rappelle que je ne suis pas en sécurité et que je ne peux parler librement. Par contre, je peux dire une chose.

«J’ai cru… Je croyais qu’il était mort, Solène… J’ai pensé que moi aussi, je mourrais. J’étais sûre… J’étais sûre…»

Qu’ils découvriraient la vérité et me tueraient. Après toutes ces tortures, j’ai refusé de mourir, de me laisser aller. D’autres suppliaient de les laisser mourir, mais moi non. J’ai demandé d’arrêter, j’ai demandé de me relâcher, de me laisser tranquille. Je ne veux pas mourir. Je ne suis pas prête à dire adieu à cette vie, à moi-même. Je suis terrorisée. J’ai peur, trop peur, trop peur… J’aimerais qu’elle soit là, Solène, à simplement me parler, à m’envelopper dans sa douceur, dans sa force. Mais je ne regrette pas d’avoir contacté Weston le premier. Je sais qu’à son retour, il prendra soin de moi, qu’il m’aidera, car il me comprend. Je ferme les yeux en entendant ses pleurs presque silencieux, mais qui paraissent à sa respiration. Je tends une main dans le vide, comme pour sécher ses larmes de sur son beau visage.

«Je vais mieux maintenant. Tout va bien. Maintenant que je sais que Kinu va bien, stupide tête brûlée qu’il est… Je vais rester ici un moment Solène, le temps de…»

De quoi? Je ne sais pas. Me reconstruire prendra des mois, des années peut-être. De me guérir? Je porterai les cicatrices de cet événement encore longtemps, morales et physiques. Attendre d’aller mieux alors. Mais le dire devant Solène serait d’admettre qu’il ne reste presque plus rien de moi, de celle qu’elle connaît et apprécie. À moi, elle me manque déjà.
(c)Golden

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solène E. Weber-Ikeda
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 679
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, 24/01.
Métier / Études : Dresseuse
Pseudonyme(s) : .
Sunny - Ancienne Maître Dresseur d'Enola, son vrai nom est inconnu du public.
Soledad - Résistante.
Solange - Compétitrice, habitante de Baguin.

Niveau : 100.
Team active : .
Ryan, ♂
Regard Vif, prudent - Bec Pointu.
> Vol.
Cathy, ♀
Technicien, joviale.
> Force, Poing Glace.
Taryn, ♀
Lévitation, docile - Baie Panga.
> Vol, Surf.
Arès, ♂
Intimidation, brave - Baie Pocpoc.
> /
Délia, ♀
Chanceux, naïve - Lentiscope.
> Vol.
Polyx, ∅
Calque, bizarre - Lunettes Choix.
> Cage-Éclair, Psyko, Laser Glace.

Team spécifique : .
Louna, ♀
Joli Sourire, maligne - Lockpinite.
> Vampipoing, Poing Glace.
Rony, ♂
Isograisse, relax - Baie Chérim.
> Casse-Brique, Poing de Feu.
Many, ♂
Intimidation, malin - Ceinture Pro.
> Force, Tête de Fer.
Toby, ♂
Intimidation, gentil - Poudre Claire.
> Séisme, Éclair Fou.
Galia, ♀
Calque, modeste - Gardevoirite.
> Ball'Ombre.
Triss, ♀
Brise Moule, prudente - Veste de Combat.
> Direct Toxik, Hydroqueue.
Tsuki, ♀
Sérénité, timide - Lunettes Sages.
> Choc Psy, Lance-Flammes.


MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Jeu 6 Fév - 16:17

Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever.

Elle n'avait pas compris, pour l'allusion à l'article qu'Azmitia avait soi-disant écrit pendant son emprisonnement, & qui de fait l'innocentait aussitôt, la mettait en sécurité en garantissant un peu mieux sa couverture. À la réflexion elle semblait si épuisée, limite comateuse, qu'en un sens, malgré que ce code soit celui que nous employions souvent, cela ne me surprit pas vraiment qu'elle ne saisisse pas. Au moins je savais une chose, l'information avait été enregistrée quelque part dans sa mémoire formidable, & lorsque la jeune femme serait mieux, elle comprendrait ce que je venais de lui dire à mots couverts. Elle avait le temps, après tout. Elle était libre & en vie, & en sûreté. Elle avait le temps, enfin, de nouveau. Son soulagement quant à Kinu fut palpable, malgré toutes les souffrances qui continuaient de la tourmenter visiblement. Elle l'avait cru mort, disait-elle. Cela se comprenait au vu de l'état dans lequel je l'avais ramassé. Brisé, en rage, deux balles dans la poitrine ; les pokémons sont résistants souvent, ceux de son espèce faisaient partie des très résistants, mais lui.. Une véritable force de la nature. J'étais convaincue que trois balles de plus ne l'auraient pas empêché de tout faire, jusqu'à son ultime soupir si nécessaire, pour sauver sa dresseuse. Tout comme il marchera jusqu'à l'épuisement s'il le faut pour la retrouver désormais. Il n'a peut-être pas l'air très commode, mais il est très attaché à Mercy, dévoué à elle & protecteur. Il s'en est voulu au moins autant que moi de n'avoir pu la préserver du Régime lors de cette maudite rafle. Son soulagement de la trouver libre & en vie sera probablement égal à celui de la jeune femme alors que je viens de lui apprendre qu'il a survécu. Un sourire, frêle mais sincère, s'esquissa sur mon visage alors qu'elle continuait de parler, m'affirmant d'une voix mal assurée aller mieux, & en cela j'étais prête à la croire ; après l'enfer, on ne peut qu'aller mieux après tout. Elle indique aussi vouloir rester quelques temps où elle se trouve, & si elle laisse sa phrase en suspend, je crois deviner sans trop de doutes ce qu'elle a voulu mais n'a pas pu dire.

- Bien sûr Vick.. Autant de temps qu'il te faudra. C'est pas un problème, t'en fais pas. Reconstruis-toi. Courage, je sais que ça parait impossible mais ça ne l'est pas, tu as beaucoup de ressources, t'es forte ma belle. Même si tu as l'impression de ne pas l'être, je sais que tu l'es. Tu t'en sortiras, tu t'en sors toujours. & tu sais que je suis là, à toute heure. N'hésite pas.

Ton apaisant au possible, murmure aussi assuré que je peux. Se reconstruire, cela prendra du temps & elle le sait ; c'est bien pour ça à mon avis, entre autres, qu'elle n'a pas pu le dire. Mais je suis des plus sincères en affirmant qu'elle est forte, pleine de ressources, car elle me l'a déjà prouvé à maintes reprises. & je crois en elle, je sais qu'elle s'en sortira. Ce sera pas facile évidemment, la prison & la torture marquent à vie, je crois être plutôt bien placée pour le savoir. Mais quel que soit le temps que ça lui prendra, elle se reconstruira. Puis, j'ai aussi confiance en Phantom ; car je reste persuadée que c'est chez lui qu'elle s'est réfugiée. & si elle s'est réfugiée chez lui, il doit y avoir une raison. Ça ira, j'y crois & je veux y croire. Car la vie continue, & comme je disais, après l'enfer, qui plus est après un enfer comme celui qui règne dans les prisons du Régime.. Ça ne peut que aller mieux.

fiche by Nighty Jaegan, alias Rayquaza.

____________________________________________

Team classique & Team Maître.

Offrandes ♡ :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Age : 25
Messages : 807
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans
Métier / Études : Journaliste, mannequin en tant que couverture
Pseudonyme(s) : Victoria Hills, ma fausse identité sur l'île d'Enola.
Azmitia, surnom de journaliste qui protège mon identité, et mon nom au sein de la Résistance.

Niveau : 80
Team active :

Kinu, Aligatueur ♂, Rigide, Torrent


Shadaya, Luxray ♀, Joviale, Intimidation


Hercules, Minotaupe ♂, Gentil, Baigne Sable

 
Nemeroff, Drattak ♂, Naïf, Intimidation @Drattakite

 
Silver, Dimoret ♂, Mauvais, Attention


Jeda, Steelix ♀, Brave, Tête de Roc



MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Ven 7 Fév - 16:11


♦ JETER LES ARMES POUR MIEUX SE RELEVER ♦feat. Solène E. Weber
Je crois avoir trouvé ce qui cloche. J’ai honte. Honte d’être si faible alors qu’elle est si forte. J’ai déjà entendu Maxwell la comparer à un chêne inébranlable et je trouve cette affirmation si vraie… Même si elle pleure, même si elle est en peine de me retrouver dans cet état, je sais qu’elle a quand même tout fait dans la dernière semaine pour retrouver les prisonniers, pour organiser peut-être même une riposte. Qui sait? Je frissonne en repensant aux dégâts à Amanil et l’idée qu’il me faudra un jour y retourner pour rentrer chez moi m’arrache un haut-le-cœur d’angoisse. Le souffle m’a presque déserté à présent et les images défilent sous mon crâne. Des images de misère, de souffrance, de violence excessive et injustifiée. Injuste. Je ressens pour la première fois le poids de l’injustice. Injuste. Pourquoi moi? Pourquoi eux? Pourquoi Kinu? Nous ne faisons que nous amuser dans une compétition amicale, tous ensemble, dans un rassemblement de la nouvelle année. Puis je me souviens. Ce n’est pas tellement injuste. Je l’ai cherché, n’est-ce pas? Parce que tout ceci c’est ma faute. Ma faute à moi et à personne d’autre. Ils nous l’ont bien dit qu’ils cherchaient Azmitia. Ils ont même cru que c’était moi. Mais au final, ils se sont ravisés et ils m’ont libérée. Pourquoi? Je l’ignore encore. Je ne me sens pas très curieuse de le découvrir. Peut-être qu’une autre a avoué sous l’effet de la douleur et s’est fait tuer dans les pires souffrances.

Je redresse le menton. Elle me dit forte? Plus forte que je ne le pense? Je ne suis plus qu’une loque humaine, tremblante, sans focus. Tourbillonnant dans mes idées confuses et douloureuses. Elle peut bien le dire, mais moi je le sais bien que je suis brisée à jamais. Cette fois, c’est dit, on m’a cassé. Je croyais qu’après Jonas, je pourrais supporter vents et marrées, mais ce n’est pas le cas. Mais je n’ai pas le courage d’oser protester. Je me sens si lasse. Elle est là et c’est tout ce qui m’importe. Tant qu’elle est là, je me sens un peu plus en sécurité.

«Merci. Je t’aime Solène.»

Ces «je t’aime». Beaucoup trop sont perdus, surtout avec moi. Je ne les prononce jamais, et encore moins en amitié, même si c’est réellement ce que je pense. Mais j’ai eu l’occasion de réfléchir en prison. Elle et sa fille, je les aime. Elles me sont comme de la famille à présent. Elle doit le savoir, je veux qu’elle le sache à quel point elle m’est précieuse, que sans elle à mes côtés, comme ma partenaire, je ne serais pas grand-chose sur cette île qui cherche à tout prix à me happer. Elle saura comment interpréter. Cela n’a rien d’amoureux, mais tout de sincère.

«Je suis désolée, Soso… Tout ça, c’est ma faute…»

Tous ces morts qui pèsent désormais sur ma conscience, menaçant de me faire m’écrouler. Je ne suis plus qu’un château de cartes balancé par le vent. Je manque d’air. Tout ceci est réellement de ma faute. Sans Azmitia, tout ceci ne ce serait jamais produit. Les fils et les filles, les pères et les mères, les frères, les sœurs, les amis… ils ne manqueraient pas à l’appel. Yumi, Telemaque, Samaël… Je les ai tué. Tous autant qu’ils sont. Ma présence sur cette île est devenue une menace pour tous ses habitants. Jusqu’où iront-ils pour me trouver?
(c)Golden

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solène E. Weber-Ikeda
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 679
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, 24/01.
Métier / Études : Dresseuse
Pseudonyme(s) : .
Sunny - Ancienne Maître Dresseur d'Enola, son vrai nom est inconnu du public.
Soledad - Résistante.
Solange - Compétitrice, habitante de Baguin.

Niveau : 100.
Team active : .
Ryan, ♂
Regard Vif, prudent - Bec Pointu.
> Vol.
Cathy, ♀
Technicien, joviale.
> Force, Poing Glace.
Taryn, ♀
Lévitation, docile - Baie Panga.
> Vol, Surf.
Arès, ♂
Intimidation, brave - Baie Pocpoc.
> /
Délia, ♀
Chanceux, naïve - Lentiscope.
> Vol.
Polyx, ∅
Calque, bizarre - Lunettes Choix.
> Cage-Éclair, Psyko, Laser Glace.

Team spécifique : .
Louna, ♀
Joli Sourire, maligne - Lockpinite.
> Vampipoing, Poing Glace.
Rony, ♂
Isograisse, relax - Baie Chérim.
> Casse-Brique, Poing de Feu.
Many, ♂
Intimidation, malin - Ceinture Pro.
> Force, Tête de Fer.
Toby, ♂
Intimidation, gentil - Poudre Claire.
> Séisme, Éclair Fou.
Galia, ♀
Calque, modeste - Gardevoirite.
> Ball'Ombre.
Triss, ♀
Brise Moule, prudente - Veste de Combat.
> Direct Toxik, Hydroqueue.
Tsuki, ♀
Sérénité, timide - Lunettes Sages.
> Choc Psy, Lance-Flammes.


MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Ven 7 Fév - 17:14

Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever.

Probablement ne croyait-elle pas vraiment en ce que je venais de lui affirmer. Après tout si j'avais pris la peine de préciser qu'elle était "plus forte qu'elle ne le pensait", ce n'était pas pour rien. Mais j'avais confiance, quand même, & je savais que bien vite elle découvrirait cette réalité. Oh, vite peut signifier deux mois, ou un peu plus ; qu'est ce petit laps de temps face à une vie? Je savais qu'elle s'en sortirait bien plus vite que la plupart des gens, plus vite qu'elle n'osait y croire surtout qu'elle semblait se croire perdue ; la preuve étant qu'elle n'essaya même pas de contester mes paroles quant à cette force qui l'habitait à son insu. Je ne songeais pas à insister cependant, nous aurions tout le temps de parler de cela vraiment quand elle aurait pu se reposer. Alors j'acceptais simplement, sans un mot, qu'elle fuit la discussion. Mais si les premiers mots qu'elle m'adressa en réponse, cette déclaration d'affection que je savais purement amicale mais aussi précieuse que rare, me firent sourire un petit peu -faiblement mais encore sincèrement-, ce qu'elle ne tarda pas à ajouter me fit bien vite déchanter. Adieu flegme. La colère fit trembler mes mains, mes doigts se crispèrent aussitôt sur le portable & je dus serrer les dents pour ne pas lui hurler dessus aussitôt. Sa faute? Arceus, était-elle vraiment sérieuse? Même la patte douce de Louna, se posant sur mon bras, ne suffit à apaiser un petit peu ma révolte à cette auto-accusation ridicule.

- Ça, ce sont de vraies conneries. La guerre régnait bien avant ton arrivée & tu le sais, tu sais ce qu'est une guerre, tu sais ce qu'est une dictature. Tu penses vraiment que c'était leur première rafle? Foutaises! La première je m'en souviens, c'était à Baguin, & Damien était parmi les prisonniers. La première bombe, c'était le jour du coup d'état, & si tu veux des preuves, sache que ma sœur jumelle n'y a pas survécu. Tu vois, pour ce qui passe sur l'île, ça change rien. Rien du tout! Ils ont peur de l'extérieur peut-être, mais à l'intérieur rien n'a changé, car si quoi que ce soit empire le peuple se rebellera sans doute, comme le jour de l'exécution d'Eliza. & tout le reste Vick, ils ont dit des conneries aussi. Ils cherchaient des résistants, c'étaient des représailles en bonne & due forme. Ce qu'ils ont dit, la journaliste étrangère qui fout la merde, c'était un prétexte. Un foutu prétexte de merde, alors que je t'entende plus jamais dire que c'est ta faute, t'entends?!

Pour être en colère, je l'étais réellement. Je ne supportais pas de voir quelqu'un s'accuser à tord, je n'accepterai de "c'est ma faute" que de la part des vrais coupables, autrement dit les têtes pensantes du Régime. Je refusais les excuses de Mercedes car elle n'avait certainement pas à en faire. Sérieux.. N'importe quoi! Personne, personne ne peut s'accuser des folies de ce groupe maudit qui gouverne notre île par la force. Pas même une journaliste étrangère, quelle que soit l'ébullition qu'elle provoque au dehors!

fiche by Nighty Jaegan, alias Rayquaza.

____________________________________________

Team classique & Team Maître.

Offrandes ♡ :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Age : 25
Messages : 807
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans
Métier / Études : Journaliste, mannequin en tant que couverture
Pseudonyme(s) : Victoria Hills, ma fausse identité sur l'île d'Enola.
Azmitia, surnom de journaliste qui protège mon identité, et mon nom au sein de la Résistance.

Niveau : 80
Team active :

Kinu, Aligatueur ♂, Rigide, Torrent


Shadaya, Luxray ♀, Joviale, Intimidation


Hercules, Minotaupe ♂, Gentil, Baigne Sable

 
Nemeroff, Drattak ♂, Naïf, Intimidation @Drattakite

 
Silver, Dimoret ♂, Mauvais, Attention


Jeda, Steelix ♀, Brave, Tête de Roc



MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Sam 8 Fév - 2:54


♦ JETER LES ARMES POUR MIEUX SE RELEVER ♦feat. Solène E. Weber
Je la sens, dans sa voix. Sa colère. Égale à la mienne. Je sais que sa colère n’est pas dirigée vers moi, même elle me crispe toute entière. Je me sens agressée, bousculée, mais au fond de moi, dans la partie un peu moins fragile de mon être, peut-être je le sais. Ce n’est pas à moi qu’elle en veut. Si elle n’avait pas cru en moi depuis le début, en mon entreprise, elle ne serait pas restée ainsi à me protéger. Je ne peux pas m’en empêcher cependant. Peu importe ce qu’elle dira. Je me sais responsable en partie du carnage. Bien sûr je ne suis pas celle qui a arraché les gens à leurs vies pour les jeter en prison. Je ne suis pas celle qui a sorti ses instruments, pour faire de leurs peaux de la charpie. Je ne suis pas celle qui a actionné la bombe, ou encore moins celle qui a tiré sur la foule innocente. Mais je dérange. Je dérange. Puis comme elle le dit si bien, c’est une revanche pour le Bloc R. Et qui a trouvé la prison? Sans moi y aurait-il eu cette opération? Et si j’ose le dire, hurlera-t-elle? Je ne l’ai jamais entendue ainsi. J’ose à peine imaginer son visage déformé par la colère. Je ne veux pas la voir ainsi. Je préfère la voir comme je l’aime. Telle me protectrice, ma meilleure amie, cette personne inébranlable, que rien n’atteint.

Mais la Solène qui peine à garder contenance sur sa voix à l’autre bout du fil est la jeune femme blessée, brisée par ce Régime, tout comme moi. Et dans un élan égoïste, j’ai presque envie de raccrocher et de recommencer. Soso, j’ai besoin que tu sois forte pour moi, ne vois-tu pas? C’est trop lui demander. Car elle, elle n’a pas suffit de souffrir. Je l’abandonne au final. Car je n’ai pas encore osé lui dire ce que je prépare. Mon départ de cette île. L’abandon de tout ce qu’elle a construit en m’accompagnant. Je ne sais plus quoi penser. Je suis remuée. Profondément. J’ai perdu mes mots, ou même simplement mes idées. Elles me fuient. Je pensais retourner au Canada, mais en voyant mon amie aussi fragile… Je me sens coupable, à nouveau. Je ne peux pas. Pas partir. N’est-ce pas? Si j’ai causé tout ceci, si j’ai tant dérangé c’est qu’il faut continuer? Je ne sais pas. Je veux seulement qu’elle se calme. Qu’elle me dise à nouveau que tout ira bien, pour que je fasse semblant d’y croire. Je me remets à pleurer. Quand ma voix retentit à nouveau dans le téléphone, elle est toute petite, pas vraiment convaincue. Mais c’est un essai au moins.

«D’accord.»

Je ne sais pas à quoi j’adhère ici. Peut-être que je veux simplement lui signifier que je vais essayer. Mais la torture mentale est ma spécialité, puis ils se sont mis à plusieurs pour être certains que leurs mots ne s’effaceraient jamais. Formant des blessures profondes, bien plus profondes que celles fichues dans mon épiderme. Peut-être que cet accord est simplement pour la calmer, pour lui signifier que je suis toujours ici et que j’ai besoin d’elle, même si je dis parfois des trucs qui ne font pas de sens à ses yeux, mais qui sont pourtant ma réalité. Je vais m’excuser une fois de plus, mais je réalise que cela provoquera plutôt un nouvel excès de colère. Du coup, je me tais. Seuls mes reniflements viennent briser le silence qui s’installe de nouveau.
(c)Golden

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solène E. Weber-Ikeda
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 679
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, 24/01.
Métier / Études : Dresseuse
Pseudonyme(s) : .
Sunny - Ancienne Maître Dresseur d'Enola, son vrai nom est inconnu du public.
Soledad - Résistante.
Solange - Compétitrice, habitante de Baguin.

Niveau : 100.
Team active : .
Ryan, ♂
Regard Vif, prudent - Bec Pointu.
> Vol.
Cathy, ♀
Technicien, joviale.
> Force, Poing Glace.
Taryn, ♀
Lévitation, docile - Baie Panga.
> Vol, Surf.
Arès, ♂
Intimidation, brave - Baie Pocpoc.
> /
Délia, ♀
Chanceux, naïve - Lentiscope.
> Vol.
Polyx, ∅
Calque, bizarre - Lunettes Choix.
> Cage-Éclair, Psyko, Laser Glace.

Team spécifique : .
Louna, ♀
Joli Sourire, maligne - Lockpinite.
> Vampipoing, Poing Glace.
Rony, ♂
Isograisse, relax - Baie Chérim.
> Casse-Brique, Poing de Feu.
Many, ♂
Intimidation, malin - Ceinture Pro.
> Force, Tête de Fer.
Toby, ♂
Intimidation, gentil - Poudre Claire.
> Séisme, Éclair Fou.
Galia, ♀
Calque, modeste - Gardevoirite.
> Ball'Ombre.
Triss, ♀
Brise Moule, prudente - Veste de Combat.
> Direct Toxik, Hydroqueue.
Tsuki, ♀
Sérénité, timide - Lunettes Sages.
> Choc Psy, Lance-Flammes.


MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Sam 8 Fév - 15:08

Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever.

Là encore elle ne comprenait pas, je m'en doutais & ce m'était insupportable. Comment aurai-je pu admettre, moi qui vivais cette guerre & y participait depuis le début, qu'elle s'accuse des actes de nos ennemis? C'était aussi ridicule que stupide. C'était injuste. Injuste pour elle qui n'y pouvait rien, injuste pour nous qui combattions sans relâche depuis des années. Encore, toujours ce sentiment d'injustice que je haïssais. J'en voulais à Mercedes, en un sens, de raviver ce sentiment honni & tout ce qui l'accompagnait irrémédiablement. De raviver les souffrances que j'avais enfouies vaille que vaille au fond de moi pour continuer à vivre, à me battre pour des convictions en lesquelles je croyais. Je lui en voulais un peu, tout en sachant que ce n'était pas vraiment sa faute. Le Régime l'avait formatée, d'une certaine manière, & il allait falloir qu'elle passe au travers, se déformate. Comment? Je l'ignorais. Mais j'étais prête à l'aider, comme toujours. Inspirant profondément alors qu'un simple "d'accord" auquel je croyais aussi peu que le ton semblait convaincu me répondait, je tâchais de me calmer. Elle devait bien pleurer elle, de l'autre côté, & il était tôt encore pour la secouer. Je m'étais peut-être mise en colère un peu trop vite, qu'y pouvait-elle après tout si ses tortionnaires lui avaient bourré le crâne d'inepties? Injustices. J'aurai aimé pouvoir lui faire comprendre combien elle se fourvoyait. Elle n'y pouvait rien. Ne maîtrisait ni leurs bras trop longs, ni leur folie. Un petit soupir m'échappa, triste, frustré, douloureux. Un peu radoucie finalement, je brisais le silence d'un ton plus paisible, sans trace de colère désormais. Juste un peu de lassitude, peut-être.

- Avant de cesser là-dessus, dernière chose. Tu veux un coupable? Je vais te le donner. Le coupable c'est la loi du domino, ni plus ni moins. Une suite d'événements qu'ils ont déclenchée. Tu te penses fautive, mais demande-toi un instant. S'ils n'avaient pas posé la première bombe il y a cinq ans & demi, où en serait-on, tous?

Un monde libre. L'Enola de mon enfance. Pas de Régime, pas de foutue guerre. Pas de morts & pas de rafles, les familles ne seraient pas déchirées, leurs membres pas brisés. Crystal aurait grandi avec son père. Angela serait sa marraine. Papa n'aurait pas besoin d'aide. Mercedes n'aurait pas eu à vivre ce cauchemar. Mais ce n'est pas ainsi, ce monde c'est ce que nous voulons tous retrouver. Que nous avons perdu par leur faute. Sans eux il n'y aurait pas de Blocs R, pas de rafles ni de bombes, pas toute cette souffrance. Car les coupables, les seuls & uniques coupables de ce chaos, ne seraient pas là pour nous l'imposer.

fiche by Nighty Jaegan, alias Rayquaza.

____________________________________________

Team classique & Team Maître.

Offrandes ♡ :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mercedes L. Blanchett
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Age : 25
Messages : 807
Date d'inscription : 01/07/2013

Âge du personnage : 26 ans
Métier / Études : Journaliste, mannequin en tant que couverture
Pseudonyme(s) : Victoria Hills, ma fausse identité sur l'île d'Enola.
Azmitia, surnom de journaliste qui protège mon identité, et mon nom au sein de la Résistance.

Niveau : 80
Team active :

Kinu, Aligatueur ♂, Rigide, Torrent


Shadaya, Luxray ♀, Joviale, Intimidation


Hercules, Minotaupe ♂, Gentil, Baigne Sable

 
Nemeroff, Drattak ♂, Naïf, Intimidation @Drattakite

 
Silver, Dimoret ♂, Mauvais, Attention


Jeda, Steelix ♀, Brave, Tête de Roc



MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   Ven 14 Fév - 16:06


♦ JETER LES ARMES POUR MIEUX SE RELEVER ♦feat. Solène E. Weber
Son soupir est empreint de colère, de lassitude aussi. Je comprends qu’elle se soit formée une carapace, une opinion aussi sur cette guerre qui appartient à son contexte. Jamais je ne la jugerai pour ce qu’elle est devenue après tout ce qu’elle a enduré et que j’ai découvert un peu malgré moi en la côtoyant, en m’affiliant avec elle, en développant une amitié aussi forte que nécessaire. J’ignore ce que nous cherchons toutes les deux chez l’autre, j’ignore ce qui nous rattache réellement au-delà de l’affection sincère que nous nous portons, mais je sais que nous formons une équipe et que je n’ai pas le droit de me laisser abattre et de la laisser tomber. Son soupir me le rappelle, dans un sens, et me permet de chasser mes sombres remords un simple moment, plus fort encore que tout ce qu’elle pourra dire. Les mots, les mots… ils envahissent ma tête avec brutalité et tenter de les briser avec d’autres mots ne servira à rien. Mais je sais son intention bonne derrière son intervention, je sais qu’elle veut me protéger de moi-même dans sa colère, qu’elle veut m’épargner de ma souffrance en tentant de me prouver du contraire. Alors je lui suis reconnaissante. Sa voix revient, plus douce, apaisée, mais son discours est toujours embrasé dans son sens, toujours aussi poignants de sa vengeance qui l’anime.

Les coupables, elle les désigne sans vraiment les nommer, mais je ne suis pas assez étourdie pour ne pas deviner de qui il s’agit. Eux qui ont brisé sa vie, qui ont tué sa sœur, qui lui ont arraché sa liberté. Je le sais. Et en moi brûle une colère égale à la sienne désormais et son discours me le rappelle. Au-dessus de ma peur, ma rage, mon incompréhension et mon sentiment d’injustice prend le dessus et indignée, je laisse échapper un hoquet de colère dans un sanglot à moitié étouffé. Il n’avait pas le droit. Pas le droit d’enlever une bande de gamins innocents pour les cloître dans ces cellules étroites, pas le droit de faire étinceler leurs instruments sur leurs corps moites de peur, pas le droit de briser toute part d’humanité chez eux comme chez leurs victimes. Ma respiration s’est accélérée, sifflante à présent dans le combiné et mes poings se serrent et se desserrent dans un effort de conserver mon calme. La voix qui s’élève dans le téléphone est différente de celle qu’elle a jamais entendue de ma part. Une voix grave, une voix enrouée et basse, tranchante telle la lame d’une épée.

«Vous seriez libres. Je serais libre. Ils vont payer. Ils vont payer, Solène, je te le jure. Pour chacun des mômes qu’ils ont osé toucher. Pour chacun des Pokémon qu’ils ont torturés. Pour les pères, les mères, les frères, les sœurs, les fils et les filles arrachés et réduits à néant. Ils vont payer.»

Je brûle. Toute entière. Je brûle d’une rage que je n’ai jamais ressentie jusqu’à présent. Il m’apparaît alors clair que je ne partirai jamais. Cela ne dure qu’un instant car mes doutes et ma peur reviendront plus tard, mais à ce moment là, Solène goûte pour la première fois à la journaliste qui a posé un pied en avant, à celle qui s’est engagée et qui en est consciente, et qui de par les mots veut mettre à feu et à sang ceux qui ont osé répandre le mal. Solène entend pour la première fois ce pacte que je lui propose, de toujours rester unies dans cette histoire, de faire éclater la vérité de mon côté et de combattre sans relâche du sien. Car voilà ce que nous savons faire et voilà notre rôle dans cette histoire. Ainsi affalée sur le sol, brisée, inconsolable et bouillante de colère, je m’en fais la promesse. Ils paieront.
(c)Golden

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut parfois jeter les armes pour mieux se relever [téléphone ft. Solène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plein de vidéos éducatives pour mieux nager
» Faut-il jeter les graines à la poubelle ?
» Nouveau délire pour freiner beaucoup mieux dans toutes conditions
» Faut-il être GRAS pour réussir PBP ?
» faut-il baisser la maille pour une meilleure gestion? ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: Exploration Étendue :: COMMUNICATIONS À DISTANCE-