« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Imprévus {PV Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: Imprévus {PV Sam   Jeu 17 Juil - 2:44



Imprévus

Feat Samaël Enodril

Le deuil, c'est différent chez tout le monde. Certains le font en quelques jours, d'autres prennent des semaines, des mois, des années parfois, ou ne le font jamais. Certains ne ressentent même presque pas de tristesse ; les réactions de tous diffèrent, voilà tout. Le comportement face à la mort aussi. Les jours d'après, il refusait de boire et de manger, de sorte qu'il avait fallu le forcer et que, ou du moins du peu qu'il s'en rappelait, ça avait été particulièrement désagréable. Trop perdu dans sa douleur et brisé, il n'avait pas eu l'occasion de témoigner du malheur de Nagisa. Et, aussi affreux que ce soit, il a fallu faire avec. Faire avec seul, parce qu'il ne pouvait pas se permettre d'en parler avec quiconque ; la haine de son père à son égard paraissait avoir redoublé suite au décès de sa mère et rien qu'évoquer le sujet avec Nagisa suscitait la mauvaise humeur de la brune, de sorte qu'il avait fini par se dire que la meilleure solution était de continuer son chemin comme si de rien n'était. Alors, malgré les cauchemars, la sensation lancinante dans sa poitrine, la pitié nauséabonde des autres, les souvenirs maintenant douloureux de la gentillesse de sa mère, de son humour, de sa douceur, de son intelligence et de son amour débordant, eh bien, malgré tout ça, il a avancé. Il n'avait jamais cessé de faire ça, mais difficile de marcher lorsqu'on ne cesse jamais de vous faire trébucher, et la haine de son père avait été l'ingrédient parfait pour le faire tomber à chaque fois et retourner instantanément au point de départ. Autant dire que oui, même après deux ans, rien que mentionner cet événement le met de mauvaise humeur. La plupart du temps, il se distrait en faisant autre chose, que ce soit avec le skate, ses recherches sur les spores, en jouant avec Alice, en faisant chier Faust, en jardinant ; quoi que ce soit qui puisse lui changer les idées. Les nuits, lorsque ses pensées se perdent vers ce jour, il chasse immédiatement ces pensées traîtresses et va se réfugier dans les bras de Morphée qui souvent, trop souvent, se transforment en une prison diabolique qui n'a cesse de lui ramener ces affreuses images à l'esprit. Pourtant, il survit. Il est rare qu'il y pense, ou du moins qu'il s'y attarde longuement, et lorsque c'est le cas, la chaleur réconfortante de Toshiro l’accompagne. Parfois, c'est la rudesse touchante de Kae qui le sort de la torpeur, ou même la douceur maladroite de Nagi.

Mais aujourd'hui, il a mal. Non seulement le séisme l'a considérablement affaibli, mais en plus sa crise d'asthme n'a pas aidé. En plus, le fait que l'autre ait insisté sur les détails fut un coup de plus et tout dire comme ça, ça fait mal. Pas seulement parce que l'évocation est douloureuse, non, loin de là, mais parce qu'il déteste même prononcer ces mots. Il n'a que rarement eu à le faire ; les premiers psychologues qu'il avait vu l'avaient demandé, mais la plupart du temps, ils s'étaient contenté de son dossier et lorsqu'ils cherchaient à lui faire cracher la vérité, il partait généralement en claquant la porte sans plus de sommation. Ces souvenirs sont toujours horriblement douloureux, et ce malgré le temps qui a passé. D'ordinaire, lorsqu'on lui pose des questions, il se contente de dire que sa mère est morte de maladie, et voilà, basta. Ce n'est pas mentir en un sens, c'est simplement omettre quelques détails. Quelques très, trèèèèèès gros détails mais nous ne sommes plus à ça près question lâcheté mes amis.  
Il a fini par s'habituer au fait que, malgré ses efforts, la douleur ne disparaîtra jamais. C'est un fait. C'est horrible, mais c'est une réalité qu'il a accepté d'affronter sans plus de contestation, se disant simplement qu'il n'avait pas d'autre choix que de continuer. Sa raison pour survivre ? Aussi puéril que ce soit et monstrueusement humain, ce fut sa haine pour son géniteur. Cet homme méprisable et détestable pour qui il vouait une colère sans fin... Il n'avait jamais réussi à lui pardonner de lui avoir rendu la vie impossible. En fait, il était plus honnête de dire qu'il détestait celui qui rendait sa mère malheureuse ; le manque d'affection et de reconnaissance, il s'en fichait peut-être plus qu'il ne le croyait lui-même. Et cette haine, elle lui avait permis de se relever. Ce n'est pas une base saine, oh non, mais au moins il avait trouvé quelque chose pour vivre ; vivre pour lui prouver qu'il avait tort. Vivre pour lui prouver qu'il n'était pas l'abomination qu'il prétendait voir en lui, pour pouvoir le regarder dans les yeux et lui cracher tout le mépris qu'il méritait, pour sortir de son ombre étouffante et devenir ce qu'il voulait être. Et tout ça, à quoi cela l'avait-il amené ? À débarquer sur une île en proie au conflit pour devenir éleveur. Magnifique transition, hein.

Cette peine, elle continue de lui lacérer le cœur alors qu'il se laisse encore aller aux larmes et se maudit de tout son être pour cette faiblesse qu'il haït plus que tout. C'est plus qu'une question de fierté, oh oui, c'est une question de santé mentale. Parce que s'il veut tenir, il a besoin de sentir ses pieds au sol, de ne pas perdre le calme qu'il s'est imposé. S'imposer un contrôle aussi strict est quelque peu contradictoire avec sa nature arrogante et fière, puisqu'une simple pichenette sur cette même fierté mal placée suffit à l'énerver. Pourtant, là, sa fierté, il l'envoie voler. Ou du moins, il l'envoie momentanément voler.
La grande majorité des gens se verraient repoussés, s'il tentait comme l'autre le fait de passer une main derrière la nuque de Natsume pour le rapprocher. Et violemment en plus de ça, parce que aussi frêle qu'il soit, il sait tout de même un minimum se défendre ; les coups de coude, ça sert, et il a eu suffisamment d'embrouilles avec des racailles de service pour pouvoir donner quelques coups. Bien sûr, face à quelqu'un d'entraîné, il est évident qu'il perdrait la main rapidement, mais il a tout de même de bons réflexes. Mais néanmoins, aussi soudain et inattendu que soit ce contact, etmême si une partie de lui-même, celle qui contrôle la majeure partie de ses actions, feule et beugle qu'il doit bouger au plus vite, il ne le repousse pas et se laisse faire sans un mot. Il sursaute légèrement ; malgré l'affection débordante de Faust et d'Alice, il a toujours un peu de mal. Il faut dire qu'en un an, il a passé plus de temps à éviter des coups qu'à être tenu ainsi. Il déglutit et n'essaye pas de bouger, se disant que si l'aîné a fait en sorte que sa tête soit posée sur son épaule, c'est qu'il préfère que Nat' ne voit pas son visage. Qu'il ait raison ou non, ça, bonne question à laquelle il n'aura probablement jamais de réponse.
En attendant, il se tut. Dire qu'il était à l'aise ne serait pas un mensonge, loin de là, mais il était un peu trop compliqué pour lui de se l'avouer à lui-même pour l'instant, et ce fut pour cette raison qu'il chassa l'envie qui le prenait de passer ses bras autour de la taille de Samaël, se fustigeant de cette pensée stupide et digne d'un enfant, ou en tous cas à ses yeux. Il est même très bien, sur le coup, même si il hoquette encore un peu et tremble encore. Il a un peu plus chaud soudainement, et il a l'impression d'être plus léger, mais il oublie bien vite cela devant le ton qu'emprunte le compétiteur. Ses sourcils se froncent légèrement, signe évident qu'il pressent comme une anomalie. Il sait que l’atmosphère a été rendue lourde par sa faute et son explosion de douleur de tout à l'heure, mais il n'aurait pas cru pouvoir l'attrister avec ça, et il sent comme une brève étincelle de culpabilité. Puis, ses paroles l'arrêtent dans ses suppositions erronées.

Il sait... Ce que ça fait ? Ses capacités de déduction normalement développées lui font défaut aujourd'hui (et elles lui feront défaut souvent mais c'est une autre histoire) et il ne comprend pas tout de suite où il veut en venir. Pourtant, un pressentiment lui dit que ce qu'il va entendre va peut-être un peu l'étonner, et il a raison. Même la main qui caresse son dos avec douceur et lui fait penser à ce que faisait sa mère pour l'apaiser ne parvient pas à faire disparaître cette impression et son expression, vidée de la tristesse qui a été remplacée par cette froideur neutre qui se pose toujours sur son visage quand il est pensif.
Puis, il s'explique. Ses yeux s'écarquillent légèrement et un hoquet, mélange de surprise et d'épouvante, lui échappe en l'entendant. Il y a beaucoup de choses que Natsume ne peut deviner seul, et la douleur des autres en fait partie, malheureusement pour lui ; il n'aurait jamais deviné qu'il puisse savoir, lui aussi, ce que c'est que de perdre un parent sans pouvoir rien faire hormis se contenter d'observer. Une sensation de nausée s'éprend de lui en l'entendant parler de torture, et lorsqu'il l'imagine un seul instant en être la victime, une vague de colère et de tristesse vient le chambouler sans qu'il ne comprenne, mais il la rejette bien rapidement. Son empathie, normalement endormie et absente la plupart du temps, se réveille. Il reste silencieux durant tout le long, n'osant pas l'arrêter.

Il n'a jamais pensé grand chose du Régime, à vrai dire. Il n'est arrivé sur l'ile qu'il y a deux mois à peine, et ce serait trop lui demander que de se faire un avis ferme sur la question, d'autant plus qu'il est difficile pour un adolescent de seize ans né dans un pays qui n'était nullement en proie à des confits politiques importants de pouvoir juger de tout cela sans être partiel. Il avait bien entendu Faust marmonner quelques injures peu polies à l'encontre des dirigeants d'Enola, et le regard sombre d'Isaac lorsque le Régime était même mentionné avait suffi à lui faire comprendre qu'il était peut-être plus sage de ne pas poser de questions. Et en quelque sorte, sa peur et sa lâcheté le poussaient à ne pas chercher davantage. Néanmoins, plus le temps passe, et plus il commence à réaliser que peut-être son intention de ne pas se faire d'avis sur la question était peut-être un peu compromis...
Connaître ce détail lui permet de sympathiser, mais il lui fait plus de peine qu'autre chose. Il baisse les yeux, et c'est à ce moment-là que Samaël décide de l'écarte un peu. Natsume ne comprend pas vraiment l'intention, et il sursaute lorsque la main de l'aîné se pose sur sa joue, avant de frissonner légèrement. Son regard se bloque dans le sien et il est comme paralysé, subitement. C'est lorsque l'autre efface les larmes qui y sont restées que l'éleveur constate qu'il a arrêté de pleurer, et il reste étonné quelques instants.  

Avancer ? Il en aurait presque gloussé. Ah, Arceus si il savait à quel point il se disait ça et la raison qui faisait qu'il était toujours là, en fait... Un sourire amer étire ses lèvres tant l'ironie de la chose est magnifique. Avancer, il ne fait que ça, et justement, il aimerait bien avoir le droit à un peu de paix, pour une fois. Tant de chemin traversé pour si peu le laisse songeur quant au fait de continuer, mais sa curiosité et son envie de voir un peu plus loin l'ont toujours aidé à se dire qu'au fond, il y avait peut-être quelque chose à trouver. Sauf que voilà, il en était encore aux balbutiements ; Link n'avait pas sauvé Hyrule avec l'épée Kokiri, bon sang de bois !
Puis, alors qu'il ne s'y attendait nullement, voilà que Samaël lui frappait légèrement la tête comme 'punition' de ses paroles de tout à l'heure. Il grimace et lève les yeux au ciel, agacé de se faire ainsi passer un savon. Ses paroles sont bien gentilles et flatteuses, de sorte qu'elle lui font détourner le regard parce qu'il est un peu gêné tout de même. Il allait vraiment falloir qu'il lui fasse un mémo au sujet du fait que dire des trucs pareils avec une honnêteté telle que celle-ci était embarrassant comme tout, tiens... Mais passons. Alors oui, peut-être était-ce un peu irrespectueux que de prendre le savon de son ami ainsi à la légère et de n'y accorder qu'une importance minime, mais il est impossible pour lui de faire ce pas qui lui permettrait de se dire que non, mourir là-bas n'aurait pas été mieux. Le temps viendra, sûrement. Peut-être. Mais pas maintenant ; il avait encore sa place à trouver, un objectif aussi, et ce qu'il voulait devenir. Parce que mine de rien, encore plongé dans l'adolescence, il a encore du mal à reconnaître ses valeurs et ses aspirations. Il pense un instant à l'époque où son plus grand souhait était de devenir champion national de skate et en aurait presque gloussé tant le futur avait été loin, si loin de ses prévisions naïves d'enfant. Ce jour-là, quand il aura répondu à toutes ces questions, alors oui, il pourra renvoyer cette pensée affreusement morbide au placard.

Toutefois, la sympathie de Sam à son égard lui réchauffe doucement le cœur et il réprime un sourire un peu niais en le voyant monter sur sa planche pour effectuer un très joli 360°. Presque aussi fier de l'autre comme Sam l'est de lui-même, un rictus arrogant étire ses lèvres alors qu'il se relève.

« Oh, voilà mon utilité ? Aider des mecs maladroits à ne pas se ramasser sur une planche de skate ? »

Venant d'un maître en matière de maladresse, c'était un comble mais passons.
Ses mots sont peut-être un peu secs dans leur sens, mais ils sont teintés d'humour et dénués de toute agressivité. Évidemment, le but est ici de blaguer un peu pour faire oublier ce qui vient de se passer. Il s'approche calmement de l'autre avant de lui faire une légère pichenette au front qui n'a strictement rien de brutale. Son sourire est toujours taquin, et ses yeux pétillent de malice.

« Hé sinon, on ne donne pas d'ordre à son prof', jeune padawan ! »

Foutu Faust et sa manie de le forcer à regarder ses films favoris, tiens ; il avait réussi à lui planter des références dans le cerveau, maintenant. Il recula quasiment immédiatement en gloussant un peu, content de son coup, avant de glisser sur sa planche (après avoir mis son casque, hein, il n'était pas taré non plus) et de réaliser un petit kickflip pour s'arrêter juste à côté de Vanitas. Lorsque le Laporeille pose ses yeux sur lui, l'éleveur lui offre un petit sourire fier dont il est devenu le spécialiste. L'adolescent s'arrête toutefois, puisque le Laporeille s'est comme immobilisé subitement, et une pointe d'inquiétude naît dans son regard. Puis, alors qu'il pose un pied au sol pour voir ce qu'il a, une lumière brillante se met à entourer Vanitas et en tout juste quelques secondes, l'adorable petit Laporeille qui se trouvait là devient un splendide et fier Lockpin. Natsume cligne des yeux, surpris, se demandant si cette créature-là était vraiment le tout petit Vanitas, mais avant qu'il n'ait pu comprendre quelque chose, le Lockpin se jeta à son cou pour le câliner.
L'éleveur haussa les sourcils, puis une moue étira ses lèvres et, alors qu'il refermait ses bras autour du lapin numéro deux, celui-ci recula soudainement, gêné. Natsume haussa les sourcils, ne comprenant pas trop, mais décida de lâcher l'affaire.

Puis, alors qu'il glissait sur sa planche, il dérapa un peu sur quelque chose et fronça les sourcils. Il s'était rattrapé assez facilement vu sa dextérité en skate, mais il se demandait ce qui avait bien pu le faire ainsi tressauter. Il s'arrêta, ramassa l'objet au sol et constata au premier coup d’œil qu'il s'agissait d'un magazine. Il l'ouvrit en grand pour voir de quoi il s'agissait, et...
Ses joues devinrent alors si rouges qu'on aurait pu croire que de la fumée allait se mettre à sortir de ses oreilles et qu'il était en train de se transformer en tomate sur pattes. Autant dire que ses yeux naïfs et un poil innocents n'étaient pas trop habitués à voir autant de corps nus d'un coup. Mortifié et horriblement gêné, il laissa tomber le magazine immédiatement, qui bien évidemment parce que sinon ce n'est pas drôle, était resté ouvert en plein sur la page qui avait tant gêné le lapin. Enfin, 'les pages' techniquement.
Niark niark niark.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 20
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: Imprévus {PV Sam   Dim 20 Juil - 4:22



Imprévus


ft Natsume

Samaël Enodril



Il ne sait pas pourquoi il lui a dit tout ça, au final. Croyait-il pouvoir l'aider en lui affirmant qu'il avait perdu un proche ? Sans doute. Il ne savait pas quoi faire, pas quoi dire, alors il a avoué. Parler de la mort de son père n'est pas agréable, même après tout ce temps; mais puisqu'on était aux aveux, alors cela lui avait paru soudainement naturel, de le dire. Il l'avait aussi avoué à Clive, lorsqu'il s'est souvenu que le père Donovan était aussi décédé. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Sam n'est pas, ou plus, une petite chose fragile et innocente. Ou du moins, plus dans le sens où on pourrait l'imaginer comme quelqu'un qui n'aurait rien vécu, tout ça à cause de son jeune âge. Sur Enola, personne ne reste bien longtemps à l'abri, de toute façon. Un jour ou l'autre, vous perdez quelqu'un; que ce soit à cause du conflit qui règne actuellement, ou de la dangerosité de l'île. Mais le malheur est partout, et pas seulement sur cette île tropicale. Natsume est un peu comme lui; il n'est pas enolian, mais le nounours a tout de suite deviné en le voyant la première fois qu'il n'avait pas eu une vie facile par le passé. Il ne savait pas malheureusement à ce moment-là à quel point il avait raison. Est-ce à cause de la mort de sa mère qu'il est parti du Japon ?... Sam a maintenant trop peur de réveiller de nouveaux mauvais souvenirs à son ami pour oser poser la question, alors il se retient. Il s'en veut déjà d'avoir causé involontairement un traumatisme au porc-épic, pas la peine d'en rajouter une couche avec sa curiosité mal placée.

Mais malgré tout, sa réplique arrogante, bien qu'elle ait un but avant-tout humoristique, fait légèrement sursauter l'ourson par le ton sec qu'il prend. Il se maudit alors de ne pas savoir exprimer ce qu'il ressent, mais ne voulais en aucun cas froisser l'autre. Il est au courant que ses méthodes de consolation laissent à désirer, mais espère quand même que le message est passé pour le Shimomura. Le fonction de Sam est d'aider l'autre comme il le peut si jamais ce dernier a des problèmes. Il ne peut pas ressusciter la mère de Natsume ou remonter le temps, mais étant dans une situation presque similaire, il ne peut que compatir et partager la peine du hérisson; qu'il partage d'ailleurs également avec Faust, mais là aussi dans un cadre différent.
La pointe d'ironie qui transperce dans la voix du lapinou rassure quand même le petit ours qui a cru instant avoir (encore) fait une bourde. Il soupire intérieurement de soulagement, non mécontent de ne pas avoir provoqué une nouvelle crise chez le jeune japonais, mais se fait surprendre par la pichenette de l'autre, sans comprendre la raison d'un tel geste jusqu'à ce que la remarque de l'autre ne le fasse glousser. Il devine même par ailleurs la référence dans sa réplique est convaincu d'une manière ou d'une autre que Faust n'est pas innocent. Au moins, c'est avec amusement qu'il comprend que le hérisson veut à tout prix instruire n'importe qui à ses films préférés; mais le Donovan ayant bon goût, cela ne dérange pas le nounours qui adore par ailleurs ces soirées télé où il a vraiment l'impression de pouvoir se détendre.

Mais même si Samaël s'est un peu amélioré depuis la dernière fois en matière de skate et de figure, il n'atteint toujours pas le niveau de l'éleveur qui ne manque pas de monter à son tour sur sa planche pour exécuter un ollie qui fait bien évidemment rêver l'apprenti qu'il est. S'il est capable de faire ça, se dit Sam, c'est qu'il doit se sentir mieux. Ce petit incident a au moins permis à l'aîné d'en apprendre plus sur Natsume, et notamment de connaître ses phobies. Ils étaient venus faire du skate, à la base, mais cette petite pause leur a permis d'en savoir plus sur la vie de l'autre; et ce n'est pas pour déplaire à Sam qui commençait à se poser des questions quant à la vie antérieure de son ami et sa raison sur Enola. Il n'a pas de précision quant à cette dernière, mais il finit en fin de compte par se dire que les Pokémons qui vivent sur l'île ont dû l'intéresser.
Tout à coup,une lumière vive attire son attention. Il cligne des yeux pour savoir l'auteur du miracle cette fois-ci, et constate avec amusement qu'il s'agit de Vanitas. Le petit Laporeille n'est plus, désormais, et c'est un beau Lockpin qui a pris sa place. Aussi émerveillé que son dresseur, Shun, rêvant lui aussi de se transformer, admire la nouvelle apparence de son adversaire avec un regard brillant. Attendri par le câlin que le lapin offre au Shimomura, l'humain plus âgé esquisse un sourire mi-doux, mi-amusé, avant de s'approcher ensuite de Van' pour le féliciter.

Soudain, Samaël lâche un hoquet de surprise en voyant Nat' glisser sur quelque chose. Heureusement, les réflexes du lapinou sont particulièrement bons; cela n'empêche toutefois pas le nounours de s'approcher davantage pour voir sur quoi il a dérailler. Il ne voit pas très bien de quoi il s'agit, mais il penche légèrement la tête sur le côté en voyant Natsume se transformer en Voltorbe quelques secondes après seulement qu'il ait ramassé ce qui semble être un magazine. Puis, ledit magazine est aussitôt relâché par le hérisson et la revue retombe au sol, ouverte (comme par hasard) sur les fameuses pages qui ont causé ce changement soudain de teinte chez le porc-épic.
Mais en effet, dès qu'il voit lui aussi les photos d'homme et de femme dénudés sur chacune des feuilles, l'ourson se met lui aussi à prendre une jolie couleur écrevisse. Mais brusquement, il rit. A vrai dire, la situation pour le moins embarrassante dans laquelle ils se trouvent tous deux le fait autant rire qu'il le gêne.
Pendant qu'il rigole, Shun s'approche à son tour du journal déplorable pour mieux s'amuser à le déchirer. Mais ses griffes sont trop courtes pour entailler comme il le voudrait le catalogue honteux. Les yeux du Sabelette se posent quelques instants sur Vanitas. Puis, le Pokémon sol se concentre et ne tarde bientôt pas à s'entourant d'une lueur blanche et à se métamorphoser lui aussi. Quand le halo se dissipe, ce n'est plus un petit Sabelette, mais bien un Sablaireau avec de puissantes pattes tranchantes. Se servant de ses nouvelles griffes aiguisées, Shun s'empare aussitôt du magazine avant de le taillader complètement sous le regard couleur or étincelant de l'Enodril, fier de son Pokémon nouvellement évolué.
Enfin, quand il ne reste plus rien de ce qui gênait tant les deux crétins finis, le Sablaireau se blottit, tout fier, dans les bras de son dresseur qui l'accueille avec un grand sourire aux lèvres, prenant tout de même garde aux piques qui se dressent sur le dos du Pokémon. Admirant les pointes qui font penser à celles d'un hérisson, Sam fait aussitôt un petit rictus blagueur.

- Hé... On dirait que vous avez un air de famille !

Il glousse à sa propre blague idiote avant de laisser le blaireau des sables lui montrer ses nouvelles capacités pour l'impressionner. Pas de doute que ses séismes seront encore plus puissants; mais à l'avenir, il évitera dans les faire devant Natsume !


Réalisé par BlueBerry pour Orange



____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: Imprévus {PV Sam   Dim 20 Juil - 16:21



Imprévus

Feat Samaël Enodril

Il serait bon de ne pas se moquer allégrement de la teinte écrevisse des joues du lapin, il est vrai. Ce n'est certes pas très gentil, mais sa tête étant actuellement un mélange de mortification, de gêne et d'embarras, il est très difficile de ne pas sauter sur l'occasion, et encore plus de se retenir de faire une blague de qualité discutable sur le fait que c'est un lapin et que le magazine responsable de toute cette explosion de rouge a pour mascotte cet animal-là en particulier. Il faut dire que ses yeux qui sont encore un poil innocents combinés à son côté extrêmement pudique et sa capacité à s’embarrasser d'un rien puis de réagir de façon impulsive par nervosité font que, devant un pareil magazine, eh bien il se transformait en tomate balbutiante. Honnêtement, pour quiconque observant la scène, c'était une vision hilarante et tout simplement priceless, si je puis m'exprimer ainsi. Alors qu'il laissait son regard vaguer à peu près partout excepté l'endroit où la source de sa gêne se trouvait, il se rendit compte que Samaël s'était rapproché et, vu la couleur rouge qui avait commencé à naître sur son visage suivi du rire qu'il eut, il avait vu. Il essaya de se dire qu'au moins, il n'était pas le seul à être considérablement gêné et que donc l'autre ne ferait pas trop attention à sa tête de Voltorbe, ce qui l'arrangeait considérablement.
Puis, alors que l'éleveur essayait de penser à autre chose, comme l'évolution de Vanitas par exemple (puisque le Lockpin complètement inconscient de la situation actuelle étant en train de s'admirer avec un gigantesque rictus satisfait), il vit le petit Sabelette s'approcher du magazine pour tenter de le déchirer, sans réussir au premier essai. Ce fut tout juste si Natsume sursauta un peu, surpris, en voyant que la belette des sables était, à l'instar de Van' il y a peu, en train d'évoluer. Il observa sans rien dire, les yeux un peu écarquillés alors que le Sabelette devenait un magnifique Sablaireau, et Nat' était quasiment certain que sous cette forme, comme il l'avait dit précédemment, il serait encore plus puissant et nul doute qu'il rendrait son dresseur fier.

Puis, alors que, ayant à présent un peu oublié le magazine que le Sablaireau s'était amusé à déchiqueter joyeusement, il réprima un sourire attendri en voyant le pokémon question câliner l'autre adolescent. Sa blague un poil vaseuse le prit au dépourvu et il cligna des yeux, ne comprenant pas où il voulait en venir, jusqu'au moment où Vanitas, exaspéré, lui poka les cheveux pour lui faire comprendre. Ayant dorénavant compris, il poussa un soupir excédé avant de lever les yeux au ciel, blasé. Il était plus qu'habitué aux blagues sur ses cheveux dorénavant sérieusement ; même lui avait abandonné l'idée de les dresser puisque ces affreuses piques revenaient toujours malgré toute l'insistance qu'il mettait dans le projet de les aplatir. Les seuls moyens, c'était une bonne tonne de gel à coiffer (mais il refusait d'avoir les cheveux aussi brillants qu'une racaille en moto d'un vieux film des années 80) ou beaucoup d'eau dans la tronche (et vu que l'eau, et oui captain obvious on sait, ça finit toujours par sécher, cette masse informe reprenait bien vite sa forme originelle). Même Faust lui avait dit qu'il était complètement inutile de tenter d'en faire quelque chose, avec une sorte d'expression blasée qui traduisait bien tout l'agacement qu'ils ressentaient tous les deux à ce sujet.
Néanmoins, devant des blagues un peu moqueuses, Nat' n'est pas capable de ne pas riposter. Il n'est pas vraiment très fort en répartie, étant plus du genre à faire dans la provoc' ou ignorer copieusement, mais il fait marcher le peu de cellules de cerveaux qui sont toujours en place pour trouver un moyen de se venger. Ses sourcils se haussent légèrement en une moue faussement méprisante et volontairement un peu théâtrale, ses lèvres se tordent pour qu'un rictus se forme, il saisit une des poké balls à sa ceinture avant de tapoter la tête de l'Enodril avec. Faussant la déception, il recule un peu.

« Tiens, et moi qui pensait avoir vu un Voltorbe il y a quelques minutes... »

Dès qu'il a fini de dire cela, il remonte sur sa planche afin de se laisser glisser, un grand sourire moqueur aux lèvres alors qu'il ricane légèrement et que la narratrice se facepalme à répétition. Bien que le choc amené par le séisme, la crise d'asthme et la remontée brutale de tous ces souvenirs l'avaient affaibli, il avait bien l'intention de profiter du reste du temps libre qu'ils avaient. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi à l'aise, après tout.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Imprévus {PV Sam   

Revenir en haut Aller en bas
 

Imprévus {PV Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» imprégnation des oisons
» NEIGE, le cheval imprévu
» vos impréssions sur la nouvelle formule du championat de d3
» Météo et imprévus
» Exercices pour poulain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CÔTE OUEST :: Amanil-