« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 That awkward moment {PV Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: That awkward moment {PV Sam   Mar 2 Sep - 12:20



That awkward moment

Feat Samaël Enodril

Il y a des fois où Natsume a l'impression d'être maudit, purement et simplement.
C'est sûrement un peu exagéré de sa part que de penser cela, voir même carrément ridicule, mais disons qu'à l'heure actuelle, il a un peu l'impression que le monde se fout de lui. Pour être plus vulgaire et vous donner une idée de son niveau de frustration, on pourrait dire qu'il avait l'impression que le monde venait de lui faire un doigt d'honneur littéral et le lui remuait lentement sur le visage, en contact direct avec la peau (et c'est en cet instant que la narratrice regrette d'avoir perdu le gif en question). Pour le moment, il ne pourrait pas être plus blasé qu'il ne l'est actuellement, et commence même à se dire que la situation ne peut définitivement pas empirer, puisque ce n'est absolument pas possible. Il retient un long soupir exaspéré, mais Arceus seul sait qu'il aimerait le relâcher, rien que pour soulager ses nerfs et ses pensées ; disons que dire qu'il hurlait dans sa tête ne serait pas une exagération. Dire qu'il envoyait voler des objets facilement destructibles contre des murs imaginaires n'était pas forcément un mensonge non plus, quoique on pouvait de temps à autre voir un Faust se faire écraser la tête sous des encyclopédies sorties de nul part.
Mais alors, me direz-vous, pourquoi cette réaction interne un tantinet trop théâtrale ? Il y avait une raison à toutes ces métaphores et comparaisons ridicules, pour une fois. Disons que ce matin, quand Faust lui avait dit qu'ils passeraient une partie de l’après-midi dans un parc d'attraction, il avait tout juste levé les sourcils et haussé les épaules. Peu lui importait, au final ; il n'avait jamais été un grand fan de ce genre de trucs, ou du moins pour être parfaitement honnête n'avait jamais eu l'occasion d'en profiter, alors il n'était pas si excité que ça. Il avait toutefois remarqué le manque d'impatience d'Alice, ce qui l'avait fait tiquer ; il aurait été logique que la gamine soit au moins un peu... Disons 'expressive' quant à son désir de s'y rendre ? Mais dans les faits, elle s'était contentée de sourire en croquant dans sa tartine de nutella comme si elle savait quelque chose qui lui était inconnu. Toutefois, il n'avait pas cherché à comprendre, puisqu'il n'était pas rare que la fillette ait mille et uns plans dans son esprit, et qu'elle s'amusait souvent à l'embarquer dans ses jeux et autres 'aventures' tout aussi diverses que variées. Il aurait peut-être dû tous comptes fait, bien qu'il ne réaliserait en rien le rapport qui existait entre ce fameux sourire et le situation actuelle.

Oui oui, nous y venons d'ailleurs. Le petit détail que Faust avait oublié de mentionner, c'était qu'une certaine personne autre qu'Isaac ou Alice serait présente, aussi. Sur le coup, il avait fait un faux sourire en priant pour que son malaise ne soit pas visible, mais s'était rassuré en se disant qu'il aurait juste à concentrer son attention sur quelqu'un d'autre ou à profiter du fait qu'Alice risquait de détourner l’attention la plupart du temps. Oui, c'était un bon plan ; il allait juuuuuste rester un peu en retrait, ne parlerait que lorsqu'il le faudrait et prierait pour que les heures passent vite. Malheureusement, il avait senti qu'il ressentirait le syndrome 'école', qui fait que chaque minute en cours paraît être une heure, et donc n'avait plus qu'à se préparer au fait qu'il allait trouver cette sortie aussi agréable qu'un cours de kickboxing en tant que sac de frappe.
Il fallait dire que depuis que Katya lui avait appris à comprendre ce qu'il ressentait exactement pour l'autre, Natsume avait, disons... Paniqué. Sur le moment, il avait cru que la situation ne pourrait empirer, et qu'il avait vraiment eu une malchance tellement phénoménale que c'en serait criminel. Puis, lentement, il avait réalisé que non, ça, ce n'était pas exactement le pire côté de la chose. Le truc qui était plus gênant et chiant, c'était de vivre avec. Parce que évidemment, ça ne pouvait pas partir comme c'était venu, et Natsume pouvait dire en toute honnêteté qu'il n'avait jamais autant détesté un des caprices de son... Ouais, on va dire 'esprit', parce que si le mot 'cœur' est même prononcé, ce débile va mettre sa joueuse au tribunal pour diffamation. Et il avait bien évidemment tenu parole quant à ce qu'il avait dit à Katya ; en parler au concerné ? AHAHAHA. Z'êtes marrants vous.
Même si la suédoise avait été un peu en colère contre lui ce soir-là, Natsume avait vite eut fait de s'excuser et tout était reparti comme sur des roulettes. Malgré l'instance de celle-ci pour qu'il prenne son courage à deux mains et aille avouer la vérité, l'éleveur avait catégoriquement refuser de même penser à faire ça. Hors de question. Il s'était juré d'attendre que ça disparaisse, et il était du genre patient avec ses imbécilités. Du genre très con aussi, mais si on commençait à l'insulter à chaque fois qu'il faisait quelque chose de stupide, nous ne serions pas sortis de l'auberge (bien que dans ce cas remplacer 'auberge' par 'manoir' serait justifié).
Il n'avait pas véritablement évité l'autre, ce serait un mensonge. Ou du moins, il ne s'était pas mis à fuir comme un gros lâche dès qu'il rentrait dans son champ de vision, mais... Vous voyez le regard constamment fuyant ? Ajoutez ça à une tendance à écourter les conversations et à virer au rouge vif à plusieurs reprises et vous aurez une idée de son comportement durant cette semaine qui s'était écoulée depuis qu'il avait appris pour le petit et minuscule détail de rien du tout qui faisait qu'il était peut-être un peu trop attaché à l'Enodril. Oui oui, les euphémismes reviennent à la mode. Et maintenant, voilà qu'il allait être présent durant toute la durée de cette sortie... Oh bon sang, il allait avoir besoin d'aspirines. Et d'un seau glacé pour s'y plonger le visage de temps à autre.

Sauf que, vu que le destin se fout allégrement de sa gueule comme dit précédemment... Faust, Isaac et Alice avaient soudainement eu un empêchement. Apparemment, ils devaient se rendre chez les Petersons à une réunion qu'ils ne pouvaient éviter. Faust leur donna une explication des plus confuses et incompréhensibles, de sorte que Natsume se contenta de hocher bêtement de la tête, ne se doutant pas un seul instant que le départ brusque de ces trois-là avait peut-être un rapport avec le fait qu'il était dorénavant seul avec Samaël. Oui, car vu qu'ils étaient déjà rentrés et que leurs billets étaient payés (non-remboursables en plus), eh bien il aurait été dommage de partir tout de suite. Ou du moins, Natsume ne pouvait pas prétexter avoir d'un seul coup quelque chose à faire sans que cela paraisse immensément suspect, alors il allait juste... Souffrir. Ouais. C'était une bonne façon de définir ce qui allait être son poids durant cette sortie.
Alors qu'il regardait les trois partir en se retenant d'avoir l'air dépité, il se demanda brièvement si les cordes étaient encore disponibles. Puis, avec un sourire gêné et en essayant de calmer un peu son rythme cardiaque qui commençait lentement à s'accélérer un peu, il décida que parler un peu, ou du moins lâcher une phrase banale serait bien pour commencer. Ouais, parce que mine de rien, le silence c'était un peu, comment dire... Lourd. Très lourd même.

« Donc, euhm, en-enfin... T'as une idée ? Ou un truc à f-faire, j'sais pas, j'ai jamais été dans un parc d'attractions... C'est c-comme tu veux ! »

Oh bon sang que ça allait être maladroit. Les yeux à moitié fuyants, il espérait juste que ça aille vite.
Pense aux poneys. Oui voilà, des poneys bleus à rayures blanches. C'est bien ça. Si je peux juste penser à des poneys, ça devrait aller.
Bien évidemment, vu que ce ne serait pas marrant autrement... Ça ne serait pas aussi simple que ça.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mar 2 Sep - 20:28



That awkward moment


Feat Natsume Shimomura

Samaël Enodril



Bizarrement, il a fini par prendre la chose plutôt bien, en dépit de tout ce qu'il pensait au début. Tomber amoureux n'était pas une chose qui lui déplaisait en soit ; mais Natsume était le pire choix qui existait, et malheureusement c'est arrivé sur lui. Mais si ça dérangeait Sam lorsqu'il l'a appris, et après, c'était avant tout à cause de leur relation qui risquait de se détériorer à cause de ça, et aussi du regard que son ami allait porter sur lui. L'Enodril a confiance en l'éleveur ; il préfère penser que son ami ne le repoussera pas brutalement plutôt qu'il finisse par le détester allègrement si jamais il le lui disait. Mais jusqu'à il y a peu, il avait peur de ce qu'il pourrait penser de lui si le Shimomura découvrait la vérité d'une façon ou d'une autre. Cependant, Sam a compris une chose grâce aux sentiments nouveaux qu'il a commencé à éprouver : ses Pokémons aiment beauuuucoup se mêler de sa vie amoureuse. Si Synkro était le seul au courant, il a bien vite fait d'aller révéler aux autres ce qui se passait entre les deux adolescents, et aussitôt, toute son équipe a été de mèche avec lui pour faire comprendre à son dresseur qu'il devait aller se déclarer. Sam n'était pas d'accord, évidemment. Il leur disait ses craintes de voir son ami disparaître définitivement de sa vie si cela arrivait.
Mais ce qui fait qu'il a été bien plus à l'aise avec ça par la suite, c'est qu'il a décidé d'abandonner. Devant ses Pokémons au complet, malgré toute sa volonté, et sous la pression de sa mère qui désirait voir son fils potentiellement malheureux mais sans regret, il a fini par leur promettre qu'il parlerait à Natsume de ce qu'il éprouve pour lui dès qu'il serait prêt. Néanmoins, face à cette promesse, ayant des soupçons quant à la définition « d'être prêt » du jeune garçon, ses Pokémons ont dû le presser davantage à l'aide de moyens qui ne seront pas évoqués ici ni nulle part tant cela était d'un ridicule monstre. Le fait est qu'ils avaient réussi leur plan et que le dresseur s'était rendu à l'évidence lui-même : s'il ne disait rien à Natsume, il savait que l'amour qu'il éprouve pour lui allait ronger son moral. Même s'il a une réponse négative et que cela nuit à leur lien si durement noué que Sam ne veut en aucun cas perdre, il sait qu'il se sentira bien mieux intérieurement et que même s'il sera triste de la tournure des événements, il se dira que, au moins, il l'aura fait. Sam n'ose pas souvent faire des prédictions, mais il est très pessimiste face à ça. Il est sûr que Natsume ne l'aime pas de la même façon. Sam ne voit pas comment il pourrait en être autrement ; il n'a rien pour lui. Pas même la décence de perdre un match important de façon correcte. Il assume enfin, après des jours, le fait que son cœur ne batte que pour Natsume. Pas sûr qu'il assume en revanche sa propre personne ; il ne mérite pas quelqu'un comme le japonais, de toute façon. La dévalorisation, il fait de son mieux pour la tenir éloignée à voix haute ; mais rien ne l'empêche d'avoir une opinion pas spécialement excellente de lui. Si encore il était beau, ou intelligent, peut-être qu'il aurait ses chances, mais... Avec un visage enfantin et un surnom pareil, qui veut-il faire craquer, sérieusement ? Si encore il était plus cool et sûr de lui, comme l'est son côté Résistant... Mais s'il s'est juré de parler à Nat', il sait que jamais ses sentiments ne seront partagés. Tout ce qu'il espère, maintenant, c'est de pouvoir oublier ce qu'il éprouve envers le lapin et de passer à autre chose une fois que son calvaire interne sera terminé ; mais si sa tête est d'accord, pas sûr que son cœur puisse le suivre à l'avenir. Peut-être aura-t-il peur qu'il se déchire une nouvelle fois.

L'appel de Faust est alors comme une sorte de délivrance temporaire pour lui. L'intervention de son grand frère ne pouvait pas mieux tomber à cette période où son esprit est presque toujours occupé par un certain lapinou. C'est pour cela qu'il s'est retenu de sauter de joie quand le Conseiller l'a invité à aller au parc d'attraction avec Alice et Isaac. N'ayant pas précisé s'il y aurait présence de Natsume ou non -et le nounours n'ayant pas osé le lui demander de peur qu'il croit que la présence du Shimomura le gêne- Sam a innocemment cru qu'il pourrait passer du temps avec ses amis sans qu'il ait à se soucier de la couleur de ses joues en permanence, ne voulant pas paraître plus stupide qu'il ne l'avait été la dernière fois. Bien évidemment, il a accepté l'invitation avec plaisir, se disant aussi que ce serait impoli de sa part de refuser une occasion si généreuse de se détendre avec tout le conflit intérieur qu'il gère difficilement ces temps-ci.
Seulement voilà : en arrivant sur les lieux par la téléportation, il n'avait pas capté que l'autre adolescent se trouverait également là, et que cela voudrait dire qu'ils allaient passer cette journée ensembles. Lorsqu'il aperçoit le groupe, dos à lui, il ne sait pas s'il doit être content de s'amuser auprès de Natsume, ou si au contraire il doit se sentir mal à l'aise de profiter de l'après-midi avec lui. Un peu des deux, sans doute. Il est heureux d'une part, mais assez gêné en même temps. C'est alors qu'il se dit que personne n'a encore qu'il était là, et qu'il peut tout à fait se téléporter de nouveau autre part en prétextant plus tard par téléphone qu'il avait eu un empêchement de dernière minute. Mais alors qu'il se retourne vers son Gardevoir, celui fait un large sourire limite sadique sur les bords et rentre immédiatement dans sa Poké Ball. Le contraire m'aurait étonné, tiens...

De toute façon, c'est trop tard. Alice l'a déjà vu et a déjà fait signe aux autres qu'il était là. Pour arriver en trombe, tu es fort, mais pas pour filer en douce. Ça te serait pourtant bien plus utile, se dit-il à lui-même. Puis, là, alors qu'il rejoint les autres en les saluant d'un sourire un peu bancal, essayant d'être le plus naturel possible, c'est le bouquet. Lui qui a cru que rien ne pourrait arriver de pire à la situation actuelle, voilà que Faust, Isaac et Alice ont soudain un empêchement. Une réunion chez les Petersons, qu'ils disent. Comme par hasard... Euh... HEIN ?! Comme par hasard ?... Est-ce que ça veut dire qu'ils sont au courant de... Trop tard pour que Sam puisse se contrôler ; les rougeurs lui montaient déjà au visage. Cette réunion peut vraiment être un hasard, en effet. Mais pourquoi alors l'Enodril ne peut s'empêcher de dire qu'ils l'ont fait exprès ? Il se demande d'ailleurs s'ils ont lus en lui comme dans un livre ouvert et on discerné les sentiments à l'égard du hérisson plus jeune. Et si jamais c'est le cas, la peur prend aussitôt Sam en se disant que Natsume peut également avoir lu en lui. Il tente de se détendre. Impossible qu'il soit aussi transparent, quand même... Si ?
Il préfère ne pas y penser. Les autres s'éloignent déjà, et il se retrouve face à l'éleveur, sans aucun échappatoire possible. Même s'il avait eu un prétexte pour s'enfuir, il se demande s'il aurait vraiment pis la fuite. Être en compagnie du Shimomura, même si c'est embarrassant pour lui compte tenu de son affection pour l'autre, est en même temps une source de bien-être. Il ne l'avouerait jamais, mais il ferait n'importe quoi pour l'enlacer de nouveau, ou encore pour dormir à ses côtés comme la nuit où ils ont gardés Alice. Leur position sur le canapé était intentionnelle, mais l'ourson mentirait s'il disait qu'il ne s'était pas senti immensément bien à ce moment-là.

Il souffle discrètement un bon, tentant de maîtriser la couleur un peu trop rosée à son goût de ses pommettes, et scrute Natsume pour ne pas paraître tendu. Mais à chaque fois qu'il pose son regard sur lui, son rythme cardiaque s'accélère automatiquement, et un sourire tendre mais idiot s'affiche tout seul sur son visage. Même s'il avait nié quelques jours plus tôt que cela était impossible qu'il soit amoureux de lui, il ne peut plus se mentir étant donné la réaction niaise que sa simple vue provoque. Sam est loin d'être romantique ; mais il se dit qu'au moins, peut-être aurait-il moins de mal à lui parler de ça s'il l'avait été.
Le silence se fait pesant, et celui aux cheveux lisses essaye de réfléchir à ce qu'il pourrait dire pour stopper ce blanc qui va finir par le rendre fou. Heureusement, c'est son ami qui finit par briser ce mutisme insupportable. Etant plus à l'aise dans les parcs d'attractions que lui, le petit ours est tout à coup enthousiaste à l'idée de lui montrer tout ce qu'il sait là-dessus, mais se ravise en voyant le regard fuyant du porc-épic. Il recommence...
Depuis la soirée où ils se sont endormis côte à côte -en enchaînant les maladresses, bien sûr-, Sam a la nette impression que l'autre essaye de l'éviter. Sa façon de ne jamais le regarder directement dans les yeux et de couper court à la moindre conversation a surpris le dresseur, tant son caractère changeait d'ordinaire. Autant dire que son comportement presque méconnaissable et sa manie de faire comme s'il voulait ignorer Samaël l'ont assez peiné. Son ventre se noue alors d'angoisse en émettant l'hypothèse que Natsume pourrait chercher à le fuir à cause de ses sentiments. Si jamais il a découvert qu'il était aimé du nounours, alors son attitude étrange pourrait se justifier. Peut-être qu'il ne veut pas l'attrister et lui dire en face qu'il n'éprouve pas la même chose. A cette possibilité, le cœur de l'Enodril se serre. Non... Je ne dois penser ça ! Je dois rêver, ça peut pas être ça. Faut que je me calme.
Plus facile à dire qu'à faire ; cependant, il réussit malgré tout à faire paraître un sourire un peu plus enjoué et naturel.

- J-je pense qu'on devrait d'abord tester les montagnes russes. A cette heure-ci, y'a pas beaucoup de monde. Et puis c'est... c'est chouette, les montagnes russes...

Bravo, Sam. BRA-VO.
A ce moment-là, il pointe du doigt le grand huit en question et remarque qu'il n'y a bizarrement pas beaucoup de monde, alors que c'est d'ordinaire là où il y a le plus de queue. Soudain, Sam oublie momentanément son malaise.

- D'ailleurs, faudrait se dépêcher, si on veut pas attendre trois siècles !, dit-il ironiquement.

En vérité, c'est une bien belle excuse, qu'il a trouvé là. Profitant de ses mots pour signifier qu'ils étaient donc pressés, Sam prend la main de Natsume dans la sienne pour l'entraîner jusqu'à l'attraction en question. Ce contact le fait rougir, autant qu'il le fait sourire, et il avoue secrètement qu'il a trouvé une excuse parfaite à ce contact et que l'éleveur n'aura peut-être pas de soupçons. Heureusement ils n'ont pas à attendre et s'installent directement sur les sièges. Pour l'instant où le wagon monte de plus en plus haut, une petite panique le prend en se rappelant que Nat a le vertige et qu'il se sentira peut-être mal une fois là-haut. Alors il enlève sa main de l'appui-tête et prend doucement le poignet de l'autre.

- T-t'en fais pas. Si jamais y'a un problème, j-je suis là.

Les loopings, Sam adore. Depuis le temps qu'il vole sur le dos de son Roucarnage, les montagnes russes c'est de la rigolade, à côté. La sensation que lui procure Tori une fois qu'il décolle dans les airs est bien meilleure, à son goût. Mais Natsume lui a dit qu'il n'était jamais allé dans un parc comme celui-là, et il ne pouvait pas ne pas le faire monter dans un de ces trucs.
Il lâche le poignet de son ami ; la descente est, bien entendue, extrêmement rapide. Mais contrairement aux autres, Sam ne crie pas. Il a bien trop peur de paraître ridicule devant le japonais.
L'attraction finie, le nounours se dépêche un peu précipitamment de sortir, puis attend Nat. Il ne s'était pas rendu compte en vérité qu'ils étaient assis sur la banquette côte à côte. Pourtant, c'est la première chose évidente qu'il aurait dû voir. Peut-être que l'excitation causée par le manège était bien trop grande pour pouvoir remarquer ce genre de détail.

L'adolescent cherche des yeux ce qu'ils pourraient faire d'autres, mais il y a tellement d'attractions que choisir ainsi est difficile. Le grand huit était pour lui un début évident car il ne savait pas s'ils auraient envie de manger quelque chose à un stand par la suite. Mieux valait qu'ils se goinfrent une fois qu'ils auraient passé les loopings qui les auraient fait vomir. Les stands, en effet, ne manquent pas. Glaces, gaufres, churros, barbes à papa, pommes d'amour, et bien d'autres choses qui causeraient facilement un diabète épouvantable.
Tout à coup, son attention est retenue par un bruit de grognements et de plaintes. Derrière eux, une jeune fille de leur âge joue à une de ces machines à peluches comportant un grappin dont le but est de prendre les objets avec ledit grappin. Mais l'adolescente a manifestement du mal à attraper une de ces peluches. Agacée par sa frustration qu'il entend d'ici, et parce qu'il est généreux dans l'âme et parfaitement compréhensif concernant ce genre de machine, Samaël s'approche de l'inconnue à peine plus âgée que lui.

- Je peux...?, demande-t-il poliment.

La jeune fille le regarde et cligne des yeux quelques secondes avant de se déplacer sur le côté et de laisser à Sam les commandes. Manifestement, elle a compris qu'elle n'y parviendrait pas et qu'il avait sûrement plus de chances qu'elle. En effet, au propre étonnement de Samaël qui ne s'était pas attendu à y arriver mais avait juste proposé son aide pour faire un test, il réussit à s'emparer d'une peluche de Grenousse qu'il donne directement à l'adolescente avec un petit sourire. La blonde écarquille les yeux, avant de regarder l'ourson avec des étoiles dans ses prunelles, admirative.

- Oh, merci ! T'es vachement mignon, toi !

Puis, sans même demander son avis, elle lui fait un bisou sur la joue avant de s'en aller, toute guillerette, en serrant son Grenousse contre elle. Surpris, Sam se gratte l'arrière de la tête, ne comprenant pas ce qu'il y avait de si extraordinaire, et hausse les épaules avant de se tourner vers Natsume. Il espérait très débilement que sa performance aurait suscité également un tant soit peu son admiration. Car bien évidemment, ce n'était pas la fille, aussi jolie soit-elle, qui l'avait vraiment intéressé.

Réalisé par BlueBerry pour Orange



____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi


Dernière édition par Samaël Enodril le Mer 17 Déc - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mar 2 Sep - 22:24



That awkward moment

Feat Samaël Enodril

La maladresse évidente de la situation lorsqu'ils se retrouvent à deux est telle que Natsume s'était dit qu'il vaudrait mieux parler, ne serait-ce que pour faire disparaître ce silence gênant qui, malgré le fait qu'il représentait bien ce qu'il se passait dans la tête de l'éleveur à ce moment, était juste lourd. Et puis, au fond, si il arrivait à mettre ses pensées de côté, il pourrait peut-être profiter de cette après-midi en paix ; il faudrait JUSTE qu'il évite le contact physique. C'était simple, en plus ! Garder son espace personnel intact, ne pas le regarder dans les yeux et de préférence penser à tout sauf à la source de ses problèmes et de sa nervosité. Si il était déjà du genre à paniquer et un poil timide sur les bords, il semble que ces deux traits sont exacerbés lorsqu'il trouve Samaël dans son champ de vision. Idéal, le mélange, hein ? Oui oui, c'est du sarcasme ; Natsume avait vite compris qu'il était inutile de chercher à contrôler ces réactions-là puisque son cerveau refusait complètement de lui obéir. Alors oui, durant cette semaine, il avait été un peu distant, à regret certes ; se tenir un peu éloigné l'avait peiné et n'avait nullement soulagé le bordel monstre qu'était devenu sa tête. Au contraire, cela avait presque empiré la situation, et il s'était à de nombreuses reprises reproché ces pensées stupides qui ne le mèneraient de toute façon à rien puisque les sentiments n'étaient en rien réciproques, ou du moins il en est persuadé.

Car oui, pour lui, il paraissait évident qu'il n'était pas possible que ce qu'il ressentait pouvait être aussi observé chez l'autre adolescent. Ou du moins, pas à son égard. C'est à la fois par pessimisme et ferme croyance qu'il ne pouvait pas susciter de pareilles émotions chez quelqu'un d'autre. Alors au final, il s'était persuadé que la meilleure solution était d'attendre que ça passe, même si c'était extrêmement douloureux ; au moins, il ne perdrait pas un ami cher. Ce que la peur peut causer est parfois impressionnant, et chez lui, c'est surtout pathétique. Terrifié par ses propres émotions, il avait décidé de tenter de les garder contenues au fin fond de son esprit pour ne pas avoir à les affronter et pouvoir continuer sa vie comme si de rien n'était. Bien évidemment, tout n'est pas aussi simple, et le lapin, malgré sa mauvaise foi évidente, ne peut nier que c'est plus difficile que prévu. Mais bon, au pire, c'était juste une après-midi. Après ça, il pourrait s'enfuir dans sa chambre pour aller dormir et ne plus penser à tout ça. Aha, c'est qu'il est naïf en plus, parce qu'il ne se doute pas un seul instant que son plan d'éviter tout contact va être royalement foutu en l'air d'ici quelques secondes.

Il hoche bêtement et nerveusement de la tête devant la proposition de l'Enodril... Sans oser lui dire qu'il ne sait absolument pas ce que veut dire 'montagne russe'. Oui, c'est très bête, mais son français a beau être quasiment dénué de tout accent et impeccable question grammaire, ce qui est presque prodigieux pour un adolescent de son âge, mais c'est surtout dû aux cours de langue qu'il avait reçu dès qu'il était en âge d'en recevoir et ses efforts faits durant l'année précédente pour perfectionner ses connaissances, reste qu'il a parfois quelques difficultés question vocabulaire. Par exemple, n'essayez pas d'utiliser de trop de métaphores avec lui, ou des expressions peu connues, puisqu'il ne les comprendra absolument pas (Mikael l'avait remarqué il y a quelques jours, d'ailleurs, et depuis, le lapin comprenait mieux l'histoire du balai bien qu'il trouvait toujours ça bizarre comme expression). Ce ne fut que lorsque son regard se posa sur le manège que Samaël pointa du doigt que Natsume écarquilla les yeux et retint sa respiration.
Oh bordel de merde il veut ma mort...
Et alors qu'il hochait faiblement de la tête pour faire comprendre qu'il était d'accord, parce que son cerveau était apparemment tellement ramolli qu'il était dorénavant incapable de lui dire 'non', il sentit une main saisir la sienne et l'identité de son possesseur ne faisait aucun doute, malheureusement. Les joues de l'éleveur devinrent alors aussi rouges que le t-shirt vif de la même couleur qu'il portait, et heureusement qu'il réussit par un miracle indéfinissable à ne pas se ramasser à terre. Durant tout le chemin, il est aussi écarlate que son t-shirt et il remercie Arceus que l'autre ne soit pas retourné et ne voit pas la teinte impressionnante de ses joues, voir même de tout son visage.
Je retire ce que j'ai dit ; LÀ, il veut ma mort !

Mais bien évidemment, tout comme Natsume ne se doute en rien des pensées du compétiteur à son sujet, le compétiteur en question ne sait pas non plus ce qui passe par la tête du lapin. Pour cette raison, le japonais ne comprend évidemment pas que le fait de lui prendre la main a été volontaire, et se contente donc de se fustiger et de s'insulter à de nombreuses reprises.
Bordel de merde Shimomura, reprends-toi un peu ! Il t'a juste pris la main, alors on se calme avec la chamade le cœur ! J'AI DIT ON SE CALME !
Sauf que bien évidemment, son corps lui dit merde et son cerveau finit de griller dans un coin, à un point où on pourrait presque sentir le fumet de cervelle flambée. Car oui, vu la chaleur de son visage actuellement, il ne serait pas étonnant qu'il ait cramé une partie de son cerveau, si il en a jamais eu un. Inconsciemment, il raffermit quelques secondes sa prise sur la main de l'autre avant de cesser dès qu'il le remarque, bien sûr en se réservant des insultes si multiples que ça en serait presque respectable dans sa tête.

L'attente est quasi-nulle, et ils ont vite fait de monter dans leur wagon. Bien évidement, sur le moment et à cause de la peur qui lui noue l'estomac, il ne pense pas trop au fait qu'il est à grand maximum cinq centimètres de Samaël. Non, sur le coup, ses yeux se perdent dans le vide en dessous d'eux et il commence leeeeentement à regretter d'avoir accepté. Non non, ce n'est pas son vertige qui se réveille, puisqu'il a toute confiance en les installations du parc et leur sécurité (dans sa logique tordue, les gérants perdraient de l'argent si des gens mourraient ici alors ils doivent forcément faire trèèès attention), mais une peur plus générale et semblable à celle du commun des mortels. Il prie pour que ce soit rapide, ou du moins qu'il ne voit pas le temps passer.
Alors qu'il se met à calculer dans sa tête le temps qui le sépare de la sortie de cet engin, la main de Sam se pose sur son poignet et il tressaute légèrement avant de croiser brièvement son regard. Immédiatement, ses joues rougirent légèrement et son cœur manqua un battement. Dès qu'il se rendit compte de ça, toutefois...
MAIS MERDE PENSE A DES ARBRES OU DES GLACES, POUR L'AMOUR DE CRESSELIA !
Les paroles de l'aîné font naître un rictus nerveux sur son visage, et il hoche faiblement de la tête. Quelques secondes après qu'il ait fait ça, la descente est amorcée ; brutale et rapide, comme promis. Un cri particulièrement strident, désagréable et un poil aigu s'échappe de sa gorge sans qu'il ne puisse le contrôler, mais il se mêle à ceux des autres. Il ne porte pas attention à l'autre, plus paniqué qu'autre chose.
Faut croire qu'il faut juste qu'il te fasse un sourire pour que tu acceptes de monter dans un truc pareil ; putain, Shimomura, t'es faible. Faible et pathétique.

Une fois descendue, le premier réflexe de Natsume est de prendre une grande inspiration pour calmer ses nerfs éprouvés par cette activité ; l'adrénaline parcoure encore ses veines et battre son cœur à un rythme alarmant. Il est un peu pâle et frissonne légèrement, mais ce n'est qu'un effet secondaire de ce genre de manège.
Pour une fois que c'est pour ça que ça fait du tambour dans ma poitri-MERDE, TRAÎTRE DE CERVEAU !
Il expira profondément pour se calmer, et pendant qu'il faisait cela, il constata avec étonnement que l'autre adolescent s'était un peu éloigné pour aller aider une jeune fille peut-être à peine plus âgée qu'eux à attraper une peluche. Sa première réaction ? Bon ben d'accord, Sam avait décidé de se la jouer héros de la veuve et de l'orphelin, soit. C'était serviable de sa part, et puis c'était sympa. Il attendit sur les côtés, en ne portant qu'une intention distraite à ce qui se passait.
À la surprise de tous, même du concerné d'ailleurs, le compétiteur réussit à déloger une peluche en forme de Grenousse de sa prison rectangulaire. Il eut un petit sourire discret, amusé par les têtes que ces deux-là tiraient. Ce sourire disparut quasiment instantanément lorsqu'il témoigna de la scène suivante, soit celle de l'adolescente en train de complimenter l'Enodril avant de lui faire un bisou sur la joue.

Vioom. Ça, c'est presque le son qu'on pourrait entendre dans la tête de Natsume alors qu'il réalise ce qui vient de se passer, et il se surprend à ressentir une vague d'agacement, de frustration et un léger pincement froid au creux de sa poitrine. Il est certes stupide, mais en ayant connaissance des sentiments qu'il éprouve pour Samaël, il a vite fait de comprendre ce qu'est cette fameuse émotion.
De la... Jalousie. Je suis jaloux. Ne me dites pas que j'en suis à ce point... Et puis merde, qu'est-ce que j'ai à être jaloux, hein ?! C'est pas mon problème... Non, du tout.
Il repoussa ses pensées amères au fond de sa tête et fit disparaître du mieux qu'il pu la mine presque rabougrie qui s'était peinte sur son visage pendant un instant pour reprendre un faux sourire et faire comme si de rien n'était. Sur le coup, avec le léger agacement qui persiste, il a perdu une bonne partie de sa nervosité et peut maintenant parler normalement. Enfin, sur le moment.

« Bon, tu viens ? Y'a a un truc de bûches, là-bas. »

Son ton est absolument neutre ; il retient difficilement de laisser traîner une pointe d'agacement ici et là, bien que Sam n'y soit pour rien. En fait, il est plus en colère contre lui-même et fait quelques pas en avant en direction du manège de... De bûches oui, ou en tous cas c'est comme ça que Natsume le nomme ; vous voyez le truc où on se met assis dans une sorte de siège verticale à la queue-leu-leu et qui fait une grande descente sur de l'eau ? Bah c'est ça. Il a bien évidemment pensé à pointer du doigt l'attraction en question, conscient qu'il utilisait peut-être d'un mauvais terme, et encore une fois, l'attente n'est pas longue.
Sauf que, et ça comme le génie qu'il est Natsume ne le réalise qu'une fois qu'ils arrivent devant leur bûche, il se trouve que pour éviter la proximité, dans un manège pareil, ben... Disons que ça allait être compliqué. Très compliqué. Pourquoi, me demandez-vous ? Oh, tout simplement qu'il faudrait qu'ils soient assez rapprochés, presque collés, et vu que la narratrice ne sait pas comment décrire et que c'est une fainéante totalement assumée, faites-vous une idée avec ces images. Et bien évidemment, parce que ce n'est pas drôle si non, cette bûche-là était faite pour deux personnes.
Mais c'est une malédiction, c'est pas possible...

En parlant de malédiction, il eut vite fait de regretter d'avoir cru que cette attraction serait une bonne idée.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mer 3 Sep - 0:45



That awkward moment


Feat Natsume Shimomura

Samaël Enodril



Il cligne des yeux, essayant de détecter la moindre émotion sur le visage de l'autre. S'il a cru voir un sourire un moment donné, c'est une expression plus froide qui l'a remplacé. En se mordillant la lèvre inférieure, il tente de deviner le problème. Zut ! Je l'ai délaissé pour aider quelqu'un d'autre alors que j'étais censé être son guide ! J'avais oublié qu'il ne connaissait rien aux parcs d'attractions.. . Ou alors peut-être qu'il veut une peluche, lui aussi ?... Non, ne vous inquiétez pas pour le bruit que vous venez d'entendre, c'est juste le mur de la chambre de la joueuse qui vient de se détruire. Ba oui, hein, à force de se facewall à cause de la stupidité de son perso, il a bien fini par craquer. Oui, Sam, veut-elle lui dire, il veut une peluche, tout à fait. Ce n'est pas duuuu tout parce qu'il est jaloux. Mais bien sûr, si on autorisait la loi du quatrième mur et que les deux zouaves étaient au courant de leurs sentiments réciproques, ça serait bien plus facile ; mais bien moins marrant, vous en conviendrez. C'est pour ça que « ourson » rime avec « con » et que par conséquent, Sam n'a rien remarqué de la rougeur des joues de son ami ni de la jalousie qui émanait de lui. S'il le savait, il aurait un sourire égoïste de satisfaction, d'ailleurs.

Il est d'abord surpris du ton de l'autre, bien plus neutre qu'au début. Est-ce qu'il m'en veut pour les loopings ? Il est sûr que c'est son imagination, mais il a, pendant un instant d'intelligence, cru entendre une pointe d'agacement dans la voix du Shimomura. Mais suite à sa proposition à propos du « truc à bûches », l'aîné acquiesce d'un mouvement de la tête, ne comprenant pas d'abord ce qu'il veut par là, juste avant de voir l'attraction qu'il désignait. A voir les gens descendre dans un grand « splash ! » dans leur wagon semblable à une grosse bûche, Sam ne peut pas savoir s'il éprouve à ce moment plus de soulagement ou de regrets. Soulagement parce qu'au moins ils ne seront pas côte à côte et donc pas de gêne immense extérieure à cacher, mais regrets pour le même problème. Ils ne seront pas côte à côte, et c'est bien ce qui le rassure autant que ça le frustre.

La queue, heureusement, n'est pas longue là non plus, mais une fois arrivé devant le bateau improvisé, on leur propose un dilemme. « Bon, alors, qui monte devant ? », dit le type qui gère l'attraction. Mais en vérité, avant même que Sam n'ait pu demandé l'avis de Natsume, on le pousse pratiquement et il chute en se rattrapant de justesse à la première place du bateau. Il n'essaye même pas de foudroyer du regard celui qui l'a fait basculé, même s'il a trouvé cela un peu trop brusque, et se dit qu'au moins, la question ne se pose pas. Alors il s'installe sur l'espèce de rondin artificiel et le machiniste attend que l'éleveur s'installe à la place de derrière pour démarrer l'engin. Sam a déjà fait cette attraction plusieurs fois ; il sait comment ça marche. Mais il se demande si Nat est préparé à de nouveau descendre très vite alors que c'est une balade tranquille sur un fleuve arrangé qui les accueille en premier. Mais le « truc des bûches » étant bien moins haut, peut-être qu'il aura moins peur, pense-t-il naïvement. Alors le cylindre les transportant se promène dans une petite jungle aménagé, jusqu'à ce que des chutes d'eau commencent à se faire entendre. Les deux mains tenues fermement de part et d'autre du bateau, l'Enodril sait qu'ils ne vont pas tarder à chuter pour se retrouver à demi trempés en arrivant.
Enfin, la bûche bascule en avant et glisse sur l'eau à grande vitesse. Sam pousse un cri d'excitation, semblable à ceux que font habituellement tous les passagers, mais ce n'est qu'après qu'il se rappelle qu'il y a toujours un appareil photo qui s'active pendant la descente. Tout à coup, il s'arrête immédiatement de hurler lorsque deux bras viennent s'accrocher à lui. Les bras de Natsume. Le dresseur oublie aussitôt le flash traditionnel pour savourer un minuscule instant la proximité qu'il a avec son ami et peut presque sentir son visage contre le sien. Son cœur manque de rater un battement ; il ne s'était pas tellement attendu à ce que le garçon de ses rêves se rapproche physiquement autant de lui, faut dire.. A la fin de l'attraction, ils se prennent l'eau qui gicle sur leur passage et laissent leur petite embarcation flotter jusqu'à destination pour enfin sortir.

- Whoua ! Heureusement qu'il fait chaud !, dit-il en rigolant et en scrutant ses vêtements mouillés à moitié.

En effet, son pantalon sombre a pris de l'eau uniquement au niveau des cuisses, mais une bonne partie de sa chemise blanche est trempée, laissant son torse et ses abdos se voir à travers le tissu. Il prie pour que ses affaires sèchent vite et cherche du coin de l'oeil quelque chose de nouveau à faire. Ne sachant pas trop ce que provoquerait un regard échangé avec l'adolescent de ses pensées, il évite discrètement de poser ses yeux sur lui et cherche continuellement quelque chose d'autre à faire, ne voulant pas que son esprit se concentre trop sur l'autre. Puis...

- Oh, regarde ! Des auto-tamponneuses ! T'es déjà monté dedans ? Viens, tu vas voir !

Mais sans même attendre sa réponse, Sam recommence comme tout à l'heure. Il lui prend de nouveau la main, savourant égoïstement ce contact qui ne cesse de faire papillonner son ventre, et l'entraîne jusqu'au manège suivant. Il justifiera ce choix comme pour le grand huit : si jamais ils avaient faim, mieux valait faire les divertissements qui retournaient l'estomac avant de penser à grignoter quelque chose. Bien sûr, il sait, en outre, que les auto-tamponneuses sont de petites voitures. De très petites voitures. Ce qui signifie évidemment... qu'on sera obligé de se coller l'un contre l'autre, se dit l'Enodril avec un petit sourire coupable.
Il montre son ticket au gérant du jeu et Sam montre aussitôt une auto noire assez classe. Sam se propose pour conduire, afin de montrer à Natsume comment ça marche, et il pose ses deux mains sur le volant, un sourire satisfait, voulant faire croire ainsi que son enthousiasme n'était pas du tout dû au fait que l'éleveur devait s'asseoir à côté de lui, mais plutôt que c'était lui le conducteur et qu'il était fier de montrer son potentiel au Shimomura. Vouloir l'impressionner pour des trucs aussi stupides est d'un parfait ridicule, mais le dresseur juge qu'il a bien le droit de profiter de la présence de Nat, croyant que ses sentiments étaient de toute façon à sens unique. Alors, tout à coup, il a comme une révélation. Il ne sera jamais amoureux de moi, mais il me rejettera sans doute après, une fois que j'aurai fait ma déclaration... Cela veut donc dire que j'ai le droit de profiter un maximum de lui, puisque cette occasion ne se représentera plus ! Arceus ne m'en voudra sûrement pas, étant donné que... qu'il ne voudra sans doute plus jamais me reparler, après que ça...
C'est un égoïste, et il le sait. Mais il considère qu'il a bien ce droit-là, compte tenu du fait qu'il n'a jamais demandé à être amoureux de Natsume et que ce dernier n'a sûrement jamais voulu qu'un de ses amis tombe amoureux de lui, au risque de devoir lui foutre un râteau. Sam ne sait pas s'il a déjà rembarré quelqu'un, mais il voudrait lui épargner la peine de devoir le faire. Alors si l'Enodril déclare sa flamme, il le rassura aussitôt en lui disant qu'il n'attend rien de lui en retour et basta. Oui ; pour lui, c'est la seule solution s'il veut éviter de briser leur amitié à cause de sornettes pareilles.

Alors conformément à son « plan » interne, le lapinou s'assoit à côté de lui, et met sa ceinture, attendant sans doute comme lui que le jeu démarre. Au moment où il y a suffisamment de participants, l'alarme de départ retentit et le manège commence. La majorité sont des personnes plus âgés qu'eux et ont, de ce fait, tendance à les sous-estimer. Mais ça se voit qu'ils ne connaissent pas la version du petit ours joueur. Celui-ci ne compte pas se laisser faire et espère que son ami s'amuser
a autant que lui. Les auto-tamponneuses se cognent les unes aux autres, mais c'est bien sûr aux plus jeunes qu'on s'en prend. Mais à chaque fois qu'ils se font taper sur les côtés, l'un vient à coup sûr se coller à l'autre à cause de la rudesse du choc. Sam l'a vite remarqué, et ce n'est pas pour lui déplaire. Mais il doit comme il peut faire taire la couleur rouge de ses joues qui sont devenues un peu trop vives à son goût. Alors pour penser à autre chose, le nounours se venge sur les autres et faire des détours habiles sur le terrain pour prendre les joueurs adverses par surprise. Sa stratégie marche à tous les coups et il continue de cogner dans les voitures des autres en riant. Le principe des auto-tamponneuses peut paraître un peu bête, mais les coups reçus lui permettent momentanément de faire disparaître son apparence de tomate vivante et en même temps la chaleur que lui procure la proximité avec le hérisson.
Enfin, l'attraction est finie. L'aîné, constatant ses courbatures, s'inquiète tout de suite de l'état de Natsume, espérant qu'il ne soit pas blessé à cause des collisions. Quand tout le monde commence à sortir de leurs véhicules, le brun aux cheveux lisses se tourne aussitôt vers son camarade.

- Tu t'es pas trop fait mal ?... Les autos, c'est marrant, mais c'est un peu violent.

Il avoue cela avec un sourire gêné, se rendant compte qu'il serait extrêmement mal à l'aise s'il était arrivé malheur au cousin de Faust. Dans une tentative tout à fait innocente (aheum) visant à regarder s'il n'y avait pas de casse du côté de son ami, sachant qu'il a la santé fragile, il palpe les mains du japonais, avant de toucher ses bras nus, tout en scrutant la moindre trace d'une potentielle blessure, dans un geste se rapprochant de celui d'un massage. Puis, conscient d'un coup de ce qu'il est en train de faire, sa gêne revient subitement et le voilà de nouveau redevenu un Voltorbe humain. Il sort précipitamment de la min-voiture en bredouillant quelques excuses et fait un sourire bancal, un poil embarrassé.

Réalisé par BlueBerry pour Orange


____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi


Dernière édition par Samaël Enodril le Mer 17 Déc - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mer 3 Sep - 13:38



That awkward moment

Feat Samaël Enodril

Bon, au moins, pas besoin d'avoir à choisir qui irait se placer à l'arrière ou à l'avant de leur bûche, puisque que quelqu'un bouscula l'Enodril et le fit tomber à la première place. Même si ses sourcils se froncèrent et son regard se fit meurtrier envers le responsable, juste avant qu'il ne se réprimande par un ' il peut se démerder seul Shimomura, ne t'en mêle pas' et qu'il ne monte dans le truc, il ne dit rien. Il s'installa en silence, un peu incertain quant à la suite puisqu'il n'avait pas exactement observé l'attraction dans les détails, et s'était juste dit que ce serait sûrement marrant, parce que l'eau c'est marrant et que se balader tranquillement dessus serait sûrement relaxant. Aha. Grossière erreur que celle-ci puisqu'il voit s'amorcer devant eux une montée qui ne laisse rien présager de bon, et qu'il peut d'ici voir que les rails vont finir par redescendre assez brutalement. Il peste le plus discrètement possible de sa stupidité et de son stupide désir de détourner le sujet pour ne pas que sa jalousie de tout à l'heure puisse être remarquée, et prend une grande inspiration qu'il juge nécessaire. Plus les secondes passent et plus le moment tant attendu de la 'chute' s'approche ; il a tout juste le temps de déglutir avant que cela ne soit le cas, d'ailleurs. La soudaine descente le fait crier et, par réflexe, il passe ses bras autour de l'autre, apeuré. Sur le moment, il n'avait pas trop réfléchi et avait agi à cause de la frayeur, mais quand il se rendit compte de ce qu'il avait fait une fois qu'ils atteignirent le bas, il eut vite fait de les retirer en se giflant tellement de fois qu'il aurait peut-être fallu commencer à s'inquiéter pour les séquelles sur ses deux neurones.

Dès qu'il peut sortir de l'attraction, il le fait à une vitesse absolument remarquable, comme si il s'était brûlé. En quelque sorte, c'est un peu le cas ; la sensation de chaleur contre lui, aussi grisante qu'elle fut, était également un désagréable rappel de ses pensées en ce moment, et disons que vu qu'il voulait éviter d'y penser... Bon, vous me direz, avec la source du problème juste à côté en permanence, c'est bien plus difficile que prévu. Et en plus de ça, disons que le terme 'espace personnel' ne semblait pas faire partie du dictionnaire du plus âgé, ce qu'il regrettait tout autant qu'il l'appréciait ; c'était un peu comme remuer un couteau rouillé dans une plaie après l'avoir enduit de sel. Il priait pour que cette journée se finisse au plus vite et qu'il puisse enterrer ses pensées saugrenues sous des couches et des couches de déni ainsi qu'une bonne dose de mauvaise foi. Demain matin, tout irait déjà bien mieux. Oui, c'était sûr et certain.
Alors qu'il grommelait un peu en priant pour que ses vêtements sèchent vite, la voix de Samaël attira son attention et il... Détourna alors immédiatement le regard avant de rougir brusquement et de trouver les trucs à gauche bien plus intéressants, soudainement. La scène est un peu familière, sauf que cette fois, Natsume sait très bien pourquoi ses yeux se sont aventurés deux secondes et de trop et c'est une vague de gêne et d'embarras qui l'assaille alors. Il remercie Arceus que l'autre adolescent soit long à la détente et ne comprenne pas, car il aurait été mortifié dans le cas contraire.

Bon, par contre, pour l'espace personnel... Il semblait que le compétiteur avait largement oublié quelle en était la définition ; pour la preuve, c'était la deuxième fois qu'il lui saisissait la main ainsi, sans lui demander son avis, et Natsume avait bien l'impression que c'était en train de devenir une habitude. Habitude qui est tout aussi sympathique que douloureuse, puisqu'il est complètement persuadé que l'intention de son ami est tout à fait innocente et complètement dénuée d'arrières-pensées ; oui, la naïveté, c'est un peu désespérant des fois, surtout avec ce zouave-là. Même si la sensation est loin d'être désagréable, c'est un peu comme un rappel qu'il doit garder son esprit en ordre.
Arrête de voir ça de cette façon, merde, c'est juste ton pote ! On. Se. Calme !
Non, Natsume ne connaît pas les autos tamponneuses. Il ne sait même pas ce que c'est, en vrai, et cligne des yeux devant la proposition de l'Enodril comme il l'a fait tout à l'heure, en priant simplement à moitié que ce ne soit pas un autre truc qui nécessiterait qu'ils prennent de la hauteur. Mais heureusement pour la santé mentale du lapin, c'était plus une sorte de manège où l'on était supposé commander un mini-kart pour rentrer dans le kart des autres gens. Curieux. Il haussa légèrement les sourcils, ne comprenant pas le principe, mais il se dit qu'il pouvait bien tenter le coup ; et puis de toute façon, même si il ne nierait à tout jamais, il aurait bien été incapable de refuser un souhait à son accompagnateur. Ça par contre, ce petit secret dont il a si honte, il ne le dirait à personne.

Il grimace intérieurement en comprenant que vu la taille de la machine, il peut bien oublier son besoin d'espace personnel ; il garde une façade neutre au possible en s'asseyant pour dissimuler sa gêne lorsqu'il sent l'aîné collé contre lui. Si seulement il arrivait à maîtriser un tant soit peu son cerveau, bon sang ! Mais bien évidemment, ce n'est pas le cas. Natsume peut juste essayer de penser au jeu durant toute la durée de l'attraction, et le fait tant bien que mal, même si la majeure partie de son cerveau est à moitié en train de se demander si le monde n'est pas un peu en train de se foutre de sa gueule ; ce qu'il ignore, c'est que c'est en quelque sorte le cas d'une certaine façon. Enfin, en détournant un peu les choses, ouais, mais disons que le fait que toute cette proximité durant cette sortie n'était pas JUSTE accidentelle. Mais ça, il ne s'en doutait absolument pas et c'en est presque ridicule de constater que sa stupidité et sa naïveté sont aussi fortes.
Lorsque l'alarme sonne la fin, il expire légèrement de soulagement à l'idée qu'il ne va pas tarder à sortir et être délivré de la sensation qui lui remue l'estomac. Toutefois, il semble que son ami soit inquiet, et en le voyant aussi alarmé par son état alors que tout va bien et qu'il n'a rien subi de particulier, il rosit légèrement, en quelque sorte flatté. Bien sûr, ce rose vire au rouge lorsque Sam se met à lui palper les mains et les bras ; heureusement que l'autre était sorti de l'auto en bredouillant quelques excuses, parce qu'il était probable que si il ne l'avait pas fait, Natsume serait sorti tellement rapidement qu'il se serait probablement ramassé au sol de façon tout à fait pathétique.

Après qu'ils se soient éloignés, l'éleveur jeta un coup d’œil circulaire aux alentours pour trouver une prochaine activité. Durant ce laps de temps, il est tenté par l'idée de mettre ses mains dans ses poches pour ainsi empêcher Samaël de continuer dans ce qui devient une habitude, mais se dit que ce geste pourrait être vu comme un rejet ou une forme de mépris, ce qui est très loin de ses pensées véritables. C'est lors qu'il remarque ce qui semble être une attraction souterraine que son attention est captivée et il fait signe à son ami de le suivre, curieux.
Visiblement, c'est une sorte de labyrinthe de l'horreur. Ils descendent les escaliers, et le lapin fait alors très attention en s'accrochant fermement à la rampe pour ne pas tomber comme la dernière fois, vu les résultats que ça avait eu. Au bout du compte ils se retrouvent à faire la queue jusqu'à l'entrée et durant ce laps de temps, Natsume joue machinalement sur son portable, en... En glandouillant sur une application de jeu de morpion. Oui, parce que au lieu de discuter un peu, il a cru bon de se réfugier sur son écran ; le silence entre eux le long du chemin est peut-être un peu lourd, après, mais au moins, l'éleveur est rassuré par le fait qu'il ne s'est pas ridiculisé d'une façon quelconque en bredouillant ou en bafouillant nerveusement.
Toutefois, un panneau attire alors son attention. 'Tous ceux qui ne mesurent pas au minimum un mètre soixante-trois ne sont pas admis'. Natsume resta immobile, avant qu'il ne se rappelle que lui, il mesurait un mètre soixante. Enfin, pour le citer, 'un mètre soixante et demi', comme si la dernière partie changeait quoi que ce soit au fait qu'il n'était pas vraiment très grand. Ainsi, la réaction logique aurait été de rebrousser chemin, mais non, ce ne fut pas celle de Natsu. Pour tout dire, lorsque Faust avait glissé dans son sac une paire de baskets hautes, il n'avait pas compris. Maintenant, il était évident que l'aîné des hérissons avait vu venir un pareil problème (sûrement parce qu'il vivait déjà ça lui-même) et avait prévu le coup. L'adolescent  se mit alors à changer ses chaussures au beau milieu de la queue, avant se rappeler qu'il était accompagné. Les joues chauffées par la honte cette fois, il grommela ce qui semblait vouloir être un ordre.

« Pas le droit de rire. »

Ceci fait, il rangea l'autre paire dans son sac et eut le plaisir de constater que la queue avait pas mal avancé durant le temps qu'il passait à se changer. Ils avancèrent et finirent par entrer dans le labyrinthe.
Si Natsume a peur ? Ahaha, il bouffe des films d'horreur au petit-déjeuner, celui-là. L'ambiance sombre, silence et malsaine de l'endroit lui fait tout juste cligner des yeux, et il sursaute à peine devant certaines 'surprises 'qui le font à peine réagir puisqu’il s'y attendait. Néanmoins, quand la deuxième partie du labyrinthe s'ouvre à eux... Ce n'est pas la même histoire. Il faut dire que cette partie-là comporte de véritables acteurs, qui ont le travail d'effrayer ceux qui se perdent dans le labyrinthe.
Bien que sa fierté est trop grande pour qu'il l'avoue, Natsume se surprend à plusieurs reprises à se cacher derrière l'Enodril comme un gamin de six ans paniqué. Bien évidemment, il a vite fait de se rattraper après en bredouillant des excuses.
Le petit détail est que... Un coup, alors qu'ils avançaient, il fut assez brusquement surpris par un des acteurs et, par réflexe, il avait accidentellement lâché un coup de poing. Non, il n'est pas soudainement devenu violent, mais la peur avait eu raison du peu de logique qu'il avait encore dans un coin de son cerveau.

Le lapin poussa un hoquet d'horreur en se rendant compte de ce qu'il avait fait et balbutia de multiples excuses au pauvre bougre qui n'avait pas l'air de lui en vouloir, mais qui avait tout de même une grosse trace du coup sur son visage. Honteux, il s'excusa à profusion, se détestant d'avoir réagi aussi nerveusement. Une fois le blessé parti, il se tourna légèrement vers son ami, son regard se faisant un peu fuyant de par la culpabilité que son geste avait causé en lui-même.

« D-désolé, j'ai pas réfléchi... Enfin, e-euh, bref, tu as une idée pour la suite ? »

Et alors qu'il disait ça, il remarqua que la lumière se rapprochait de plus en plus. Et voilà qu'ils étaient à l'extérieur de nouveau, sortis de cette espèce de truc bizarre. 'Et que la lumière soit' comme disait un type, et non ceci n'est pas une phrase amenée pour servir de conclusion boiteuse à ce post. À peine.



Félicitations, tu as su reconnaître dans la maître fantôme une âme romantique. Certains spectres parcourent encore cette terre par amour, paraît-il... Mon indice est donc le suivant:
ABBA
Petit indice: Possible qu'il s'agisse d'un groupe de musique... Mais je dis ça comme ça!

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway


Dernière édition par Natsume Shimomura le Mer 10 Sep - 11:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mer 3 Sep - 18:49



That awkward moment


Feat Natsume Shimomura

Samaël Enodril



Dire qu'il ne sait pas trop ce qui lui arrive ne serait pas un mensonge. Sam est actuellement un horrible profiteur et il en a un peu honte. Mais il agit presque malgré lui, et son désir d'être auprès de Natsume finit toujours pas prendre le dessus sur ses pensées raisonnables. Il se questionne lui-même sur ce qui lui prend d'agir ainsi alors que son ami n'a rien demandé et qu'il est complètement innocent quant aux sentiments que l'Enodril éprouve à son égard. Pourtant, plus le temps passe, plus l'aîné se dit qu'il devrait peut-être profiter de cette journée pour lui parler franchement et lui dire tout ce qu'il a sur le cœur. Même s'il sent que cela va lui coûter de lui dire de telles choses, il a la nette impression que c'est le moment ou jamais pour lui faire sa déclaration. Ils sont seuls au milieu de pleins d'inconnus dans un parc, et l'adolescent ne peut nier le fait que c'est la journée parfaite pour lui parler franchement. Mais toujours réside cette petite peur au fond de lui. La peur de le perdre à cause de ses stupides sentiments aussi agréables que douloureux. Peut-être qu'après ça, il sera assez difficile pour lui de le regarder en face. Et s'il était toujours amoureux de lui, même après lui avoir parlé et s'être pris un râteau ?... Une nouvelle frayeur qui fait intérieurement paniqué Sam, mais il n'a pas le droit de se montrer angoissé aujourd'hui, à cet endroit, et surtout pas en présence de lui.

Bien vite, heureusement, le cadet fait un signe au plus âgé et ce dernier peut se concentrer sur autre chose que son ami pendant quelques instants. Il cligne des yeux devant l'attraction, n'ayant aucun souvenir de l'avoir déjà faite. Elle doit être nouvelle, se dit le dresseur, avant de suivre le Shimomura dans des escaliers souterrains. D'après ce qu'il y a écrit sur les murs et d'après l'ambiance générale qui règne, Sam en conclut qu'il s'agit d'une attraction censée faire peur. « Censée », hein, nan parce que c'est bien connu que les trucs comme les trains fantômes sont d'habitude tellement mal foutus que... voilà. Mais la vérité, c'est que peu importe ce qu'ils font ; la seule chose qui compte pour l'Enodril, c'est d'avoir le porc-épic à ses côtés. On peut dire que le simple fait qu'il soit là suffit à son bonheur et tout ce qu'il cherche en fait durant cette sortie c'est que l'autre s'amuse.
Le silence qui s'installe alors à cause de la durée plus longue de la queue le met un tantinet mal à l'aise. Il fait de son mieux pour penser à autre chose, mais tout ce qu'il trouve de mieux à faire, c'est de continuer à admirer discrètement l'éleveur. Celui-ci s'est mis à jouer sur son portable, et Samaël doit avouer que cela le soulage un peu ; au moins, il n'aura pas l'occasion de se tourner vers l'ourson et il ne verra donc pas ses yeux afficher une expression tout à fait niaise qui résulte du fait qu'il ne peut s'empêcher de fondre à chaque fois qu'il s'attarde un peu trop sur le physique du lapin. Même si l'absence de conversation peut sembler pesante, cela ne dérange pas non plus le compétiteur qui n'essaye même pas de se cacher dans sa contemplation.
Tout à coup, la surprise finit par l'envahir lorsqu'il voit l'autre sortir de son sac des chaussures un peu plus hautes pour les remplacer par celle qu'il a actuellement. Si au début il ne comprend pas, le panneau indiquant la taille minimale obligatoire attire à son tour son attention. Puis, même devant l'ordre de son ami de ne pas rire, il ne peut contenir un petit gloussement, amusé. Décidément, il est encore plus mignon, quand il rougi...
Cette pensée, il devrait en avoir honte également et en rougir aussitôt que cela lui était apparu. Mais il ne peut nier ce qu'il a devant lui, et il se surprend lui-même à ne pas de nouveau se transformer en tomate cette fois-ci. S'il ne contrôle pas ses rougissements, et qu'il jure contre lui-même lorsqu'il en a, cela ne l'empêche pas de se demander à certaines occasions pourquoi il n'en a pas. L'aîné aimerait bien le rassurer, lui dire que cela ne le gêne pas, mais il se ravise, se disant que cela aurait peut-être l'air louche, étant donné le ton un peu trop doucereux qui sortirait de lui.

Enfin, quand viennent leur tour, le nounours comprend enfin qu'il s'agit d'un labyrinthe. Un labyrinthe d'horreur. Mais face à tous les faux écriteaux et à l'atmosphère pseudo-lugubre qui règne dans les lieux, Sam lève juste les yeux au ciel et se content de faire un rictus, peu impressionné. Il est courageux de base, mais depuis la prison, plus grand chose l'effraie, désormais ; et surtout pas un labyrinthe à peine menaçant. Quand bien même la deuxième partie est truffés de vrais acteurs maquillés et déguisés comme un soir d'Halloween, l'Enodrit ne fait même pas semblant d'être apeuré, et se retient de leur rire au nez, tant il trouve ça ridicule. Dio n'avait pas de maquillage, ni de costume, mais il restait quand même cent fois plus effrayant que ça, pense le petit ours pour lui-même. Est-ce que ces gens ont-il déjà vraiment ressenti la peur ? Comment peut-on prétendre être terrorisant alors qu'on n'a jamais été terrorisé nous-même ? Ces réflexions, aussi philosophiquement ennuyantes et inutiles soient-elles, lui permettent d'oublier momentanément son accompagnateur. Pourtant, en s'apercevant que Nat se cache de temps à autre derrière lui, il réprime un sourire satisfait et attendri. C'est comme si Sam était déjà son protecteur ; c'est en somme une promesse qu'il s'est déjà faite depuis longtemps à lui-même : protéger ses amis, et plus que tout, protéger Natsume. L'éleveur a des Pokémons puissants avec lui, mais il n'a pas oublié qu'il n'aime pas beaucoup la violence et préfère s'en éloigner. Sam n'aura peut-être jamais l'occasion de le défendre, mais il n'hésiterait pas à le faire s'il le fallait.
Mais cette pensée est brutalement stoppée par une réaction assez inattendue du lapinou. En effet, ce dernier vient de frapper au visage l'un des gars censés jouer le jeu en plein visage. Stupéfait du geste soudain de son ami, Sam écarquille les yeux, comprenant d'un côté le mouvement quelque peu violent du japonais. Comme le plus jeune, il s'empresse d'adresser lui aussi des excuses au pauvre homme que le cadet vient de frapper. Heureusement, l'adulte a l'air plutôt sympa, et on dirait que ce n'est pas la première fois que cela lui arrive. Les deux compères se dépêchent quand même d'atteindre la sortie, au risque qu'une autre scène de ce genre se poursuive si jamais l'attraction n'était pas terminée. Pendant le trajet, Natsume lui demande alors s'il a une idée pour la suite. Le nounours hausse les épaules et se dit qu'il trouvera bien quelque chose à faire une fois à l'extérieur.

De nouveau dehors, Sam en profite pour rire un peu, amusé de la façon dont son camarade s'est défendu. Il ne peut pas tellement lui en vouloir ; d'une part parce que c'est Natsume (donc pas besoin de vous dire ce que vous savez déjà), et d'autre part parce qu'il aurait sans doute fait la même chose à sa place. Il glousse une nouvelle fois avant de lui ébouriffer doucement les cheveux, attouchement dont il ne manque pas encore de profiter en savourant le contact de sa crinière sur sa paume.

- J'ai trouvé ça plutôt amusant, personnellement. Mais tu sais, je pense que la taille de tes cheveux aurait suffi pour rajouter le peu de taille obligatoire qu'il te manquait.

Il voulait glisser cette vanne tout à l'heure, mais s'est retenu rien que pour voir l'autre être gêné de porter des chaussures plus hautes. D'un mouvement de la tête, il fait signe à son ami de le suivre. Ce n'est pas l'envie de lui reprendre la main qui lui manque, mais il se dit que cela ferait peut-être un peu louche, et s'il s'est promis de dire au Shimomura ce qu'il pense secrètement de lui, il préfère que l'autre n'ait pas trop de soupçons à son égard ou que même le fait de se toucher le dégoûte. Après tout, ils n'ont jamais parlé de ce qu'ils pensaient des relations entre garçons, et Sam ne sait pas si Natsume a un avis plutôt favorable ou négatif là-dessus. Bien que dans le deuxième cas, il sera encore plus embarrassé lorsque viendra le moment de lui avouer ses sentiments. Mais il s'est préparé à un refus catégorique, de toute façon, alors il acceptera sa réponse, quelle qu'elle soit.
Puis, sur la route à travers les stands, il repense tout à coup à ce qui s'est passé tout à l'heure.

- Quand j'étais devant la machine de peluches, j'ai cru voir que tu étais un petit peu agacé...

Si son regard veut croiser celui de Natsume, ne serait-ce que pour y plonger, il est un poil déçu de voir que l'autre semble fuir le sien. J'ai vraiment l'impression qu'il m'évite, parfois. Mais pourquoi ?
Le fait que son ami, et plus particulièrement le garçon qu'il aime, cherche à l'éviter, le peine assez. L'Enodril ne sait pas ce qu'il a fait pour mériter un tel traitement et il ne sait pas quoi faire pour mettre le hérisson plus à l'aise. Sam se sent coupable, d'un coup. Il pense avoir fait quelque chose de mal, et de plus en plus il se demande si cela a un rapport avec son attirance pour lui. Si Natsume avait découvert la vérité, agirait-il comme ça avec lui ? Il doit trouver une solution en réfléchissant à ce qui s'est passé tout à l'heure. Il n'a pas rêvé ; il a bien vu pendant un instant le visage de l'éleveur se crisper, et son ton changeant n'est pas passé inaperçu. Oh ! Je sais ! Il voulait peut-être une peluche, lui aussi !
Crétin. Idiot. Sale petit naïf. La liste est bien longue, mais malheureusement nous ne pouvons pas l'énumérer en entier, sinon le post ferait bien plus de milles mots. Le point positif c'est que l'ourson est persuadé de sa trouvaille et s'imagine que lui donner une peluche pour régler ses problèmes de fuite. Alors il scrute de tous les côtés, et il s'illumine au moment où il aperçoit un stand de tir à la carabine. Parmi les lots, son attention est retenu par un petit ours en peluche qui a l'air tout doux. Sam ne s'attarde évidemment pas sur les détails de la peluche, bien décidé à la gagner pour son... ahem, pour le lapinou qui appartient à tout le monde. Oui, il est parfaitement ridicule, on sait !
Il demande donc au gérant du stand quelques balles. Le but est tout simple : tirer sur les cibles mouvantes. Et la difficulté, c'est qu'elles sont très mouvantes. Voilà pourquoi le gestionnaire ricane en donnant un fusil à l'adolescent, ne croyant pas une seule seconde qu'il pourra même en effleurer une. Pourtant, il hoquette de surprise en s'apercevant que Sam arrive impeccablement à faire un trou exact au centre de toutes les cibles. Le compétiteur ricane d'ailleurs dans sa tête en apercevant le visage plus que confus du gérant qui pensait sans doute pouvoir arnaquer un nouveau client. Pas de chance cependant, c'est sur un excellent tireur qu'il est tombé. C'est bien d'ailleurs une de ses seules qualités, tiens...
Après qu'il ait abattu tous les personnages en cartons, plus aucun lot ne peut lui être refusé. Au grand étonnement de l'adulte, cependant, c'est la plus petite peluche qu'il décide de prendre. Il s'est dit qu'avec une peluche plus grosse, son ami ne pourrait pas profiter des autres attractions. Alors on lui tend l'ours en peluche qu'il a mérité, pour tout de suite en faire cadeau à l'autre.

- Tiens, c'est pour toi. Comme ça, pas de jaloux !

Il dit cela avec amusement, sans se rendre compte qu'il est à la fois proche et loin de la vérité. Vous savez ce qui est drôle ? Que Sam n'ait pas remarqué le cœur rouge qui envahit le ventre du nounours. Vous savez ce qui est encore plus drôle ? Que Sam n'ait pas remarqué non plus le « Je t'aime » inscrit en lettres d'or au centre du cœur en question. Tiens, n'était-ce pas ce qu'il voulait dire à Natsume, justement ?
Une fois cela fait, c'est tout guilleret et bien plus détendu que Sam prend par le bras l'éleveur pour qu'il le suive. Il sort tout à coup son portable pour regarder l'heure et, abasourdi, remarque que la nuit ne va pas tarder à se lever. Déjà ?! Oh non... Et dire que je ne lui ai encore rien dit ! Le dresseur ne sait pas à quelle heure le parc ferme, mais il veut encore voir s'il n'y aurait pas quelque chose à faire avant qu'ils ne partent.
Subitement, l'enolian sent une de ses Poké Balls remuer. Sans surprise, c'est celle de son Gardevoir qui s'agite, avant de s'arrêter. Son message est bien trop clair pour que son dresseur ne le manque. « Tu dois lui dire ! »
J'ai beau en vouloir à Synkro, je dois admettre qu'il a raison. Si je ne dis rien maintenant, je risque de m'en vouloir... Mais si je le fais, je perdrai Natsume...
Alors Samaël comprend qu'il ne peut peut-être plus attendre. Toutes les conditions sont réunis et trop parfaites pour qu'il laisse passer sa chance. Qui sait s'il y aura une autre occasion pour lui de déclarer sa flamme. Même si cela lui coûte de perdre son ami, il sait qu'il le regrettera toute sa vie, sinon. L'aîné baisse un peu la tête, et sa mine s'assombrit. C'est comme s'il se réveillait brusquement, et en voyant qu'il est toujours accroché au bras de Nat, il se détache, mal à l'aise.

- Nat... il faut que je te dise quelque chose.

Trop tard, il ne peut plus revenir en arrière. Maintenant qu'il s'est lancé, il doit continuer jusqu'au bout.
Pardonne-moi, Nat. Tu n'y es pour rien, et pourtant je profite de toi parce que mon cœur en a décidé ainsi. Promets-moi de me frapper une fois que ce sera terminé, d'accord ? Je sais que t'aimes pas la violence, mais c'est tout ce que je mérite.
Il se décide enfin, et prend une grande inspiration avant de prendre Natsume par les épaules et de planter ses yeux dorés dans les siens.

- Nat, je t'...
- « Hé, les amoureux, vous voulez une pomme d'amour ? »

CRAC. Ce bruit, c'est l'équivalent de l'image mentale du nounours humain qui se briserait en milles morceaux, comme si c'était une simple vitre en verre qui aurait reçu une balle de base-ball.
Le détenteur de cette voix qui vient de le couper n'est rien d'autre qu'un jeune adulte qui s'occupait d'un stand de nourritures, vendant barbes à papa, crêpes, gaufres, churros, et.... pomme d'amour. Mais c'était pas ça qui l'avait le plus gêné, vous vous en doutez. « Les amoureux », a-t-il dit. Ce simple mot a réussi à faire flamber le petit ours à tel point que même les tomates avaient l'air pâle, à côté.
Sam se tourne vers le vendeur en essayant de faire taire ses rougeurs, en vain.

- O-on s-s-sort p-p-pas en-en-ensembles...

Lui qui semblait tellement assuré tout à l'heure, voilà qu'il se perd dans ses mots, bafouille, et a toute la difficulté du monde à faire partir ce rouge vif qui lui sied pourtant à merveille.
A la manière d'un robot, il se tourne de nouveau vers Natsume, un sourire bancale sur le visage.

- Je... je-je-je-je t'.... je t'offre quelque chose à manger ?...

C'est là tout ce qu'il réussit tant bien que mal à articuler, alors qu'il voulait dire totalement autre chose. Bon ba voilà, j'ose plus ! De quoi j'ai l'air, maintenant, nan mais franchement...
Si quelqu'un veut un Voltorbe, y'en a un au parc d'attraction. Mais faites attention, sa connerie peut être contagieuse.

Réalisé par BlueBerry pour Orange


____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi


Dernière édition par Samaël Enodril le Mer 17 Déc - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Mer 3 Sep - 23:05



That awkward moment

Feat Samaël Enodril

Comment transformer Natsume, cette espèce de petit râleur sur pattes assez chiant, en véritable chaton ? Oh, c'est très simple ; ébouriffez-lui les cheveux ou passez une main dans sa crinière et il vous fondra littéralement dans les bras. C'est un point commun à la majorité des Shimomuras, et il ne fait pas exception à la règle. Alors lorsque la main de Sam se pose sur son crâne et lui ébouriffe les cheveux, il pousse légèrement (et quasi inconsciemment) sa tête contre lui pour profiter un peu plus de ce contact qui lui est décidément plus qu'agréable. Tellement agréable qu'il aimerait bien que ça continue, mais ça, il ne l'avouera jamais. Ce n'est pas vraiment pareil que lorsque c'est Faust ou Katya qui le font, il doit l'avouer, et même si il sait très bien pourquoi, il ne peut pas s'empêcher de sourire un peu bêtement. Toutefois, la blague que Sam glisse ensuite l'arrête immédiatement dans son état de niaiserie avancé et il adopte alors une expression presque blasée, comme si un 'are you fucking kidding me' s'était écrit en grosses lettres rouges sur son front. Embarrassé, il grommelle légèrement mais a vite fait d'oublier cette petite pique sur sa taille lorsque l'autre lui fait signe de le suivre. Un peu surpris au départ, il a vite fait d’obéir, quoique tout à fait curieux quant à ce qui peut motiver son ami à bouger comme ça sans lui dire quoi que ce soit.
Toutefois, lorsqu'il lui fait remarquer son agacement de tout à l'heure, ses yeux s'écarquillent et une froideur subite lui gèle alors la poitrine. La terreur s'empare de lui et il ne peut s'empêcher de paniquer intérieurement, bien qu'il garde du mieux qu'il le peut une façade neutre.
Oh non non non non non ne me dites pas qu'il a compris par pitié...

Et c'est dans cet état de peur qu'il observe l'aîné s'approcher d'un stand de tir à cibles mouvantes. Il ne comprend pas, mais pour l'instant, il est plus en train de se paniquer en se demandant si il ne s'était pas fait griller, et c'était bien sa plus grosse peur du moment. Dans sa tête, si Sam venait à l'apprendre, alors il risquerait fortement de le mépriser ou de le dégoûter, et c'était bien une des pires frayeur du japonais qui tentait actuellement de calmer son cœur tambourinant dans sa poitrine à un rythme anormalement élevé. Sa gorge s'était nouée et un nœud désagréable s'était formé dans son estomac ; il était presque sûr qu'il était foutu.
Ça y est. Une fois qu'il aura fini son truc, il va se retourner et me dire que j'suis dégoûtant, puis on ne se reverra plus jamais. Merde, merde, merde ! Pourquoi est-ce que je ne suis pas plus doué pour dissimuler ce que je pense, hein ?! Fais chier !
Mais pourtant, malgré la peur qui prouve encore une fois qu'il a bel et bien les capacités à paniquer du lapin qu'il est, il remarque que son ami est un peu en train de faire pâlir le gérant du stand en éclatant sans la moindre faute chaque cible qui tombe sous ses yeux. Surpris et un peu admiratif, il s'arrête momentanément de paniquer en l'observant, bien qu'il se demanda brièvement où il avait pu appris à tirer comme ça.
La chance. Ça doit être de la chance. Ça ne peut pas être autre chose, de toute façon.
Oui oui, la chance Natsu. C'est ça va. Espèce d'idiot naïf.

Il cligne des yeux lorsqu'il le voit choisir une petite peluche, se demandant ce qui pouvait bien l'avoir motivé avant qu'il ne lui présente fièrement pour le lui offrir. Sauf que le truc, en plus du fait que se voir offrir un cadeau venant de lui l’embarrassait légèrement, l'inscription sur le ventre de la peluche le fit brutalement rougir. Non, parce que ça, il l'a remarqué, et autant dire qu'à ce moment précis, son visage se met à prendre une telle teinte rouge qu'on pourrait aisément le comparer à un Octillery. C'était comme si de la fumée sortait de ses oreilles actuellement, mais même si les deux mots brodés que le ventre de la peluche le gênent à un point fulgurant et même si ses yeux ont pris la taille de véritables soucoupes, il remarque que l'Enodril n'a l'air nullement gêné ou malicieux, alors il ne doit pas s'agir de quoi que ce soit de sérieux ou d'une blague de très mauvais goût, ce qui dans le second cas aurait probablement été horriblement douloureux pour le lapin
Un immense soulagement s'empare de lui en entendant l'explication de Sam, et il comprend alors où il voulait en venir ; non, il n'avait pas compris la raison de sa jalousie de tout à l'heure, bien que le fait que la peluche qu'il lui ait offert soit un nounours était tellement ironique qu'il en aurait ri. Un rire jaune, bien évidemment. En plus de ça, il n'avait pas remarqué les mots inscrits sur le ventre de l'objet, alors tout allait bien. Il sourit nerveusement en tentant de chasser le rouge de ses joues et remit rapidement la peluche dans son sac, en l'enfonçant suffisamment profondément pour qu'il ne la voit pas directement la prochaine fois qu'il ouvrirait son sac. Oui, il se doutait bien que rien que la vision de cet objet allait le retransformer en tomate vivante, et il avait intérêt à trouver un bon endroit où le cacher pour qu'Alice ne le trouve pas ; Arceus seul savait combien il serait gêné si la fillette venait à le découvrir lorsqu'elle fouinerait dans sa chambre, comme elle avait, malheureusement pour lui, pris l'habitude de le faire.
Bon, vu que je suis arrivé à dissimuler une guitare et un album photo, j'réussirai bien à cacher ça !
Mais oui, Natsu, mais oui, c'est ça.

Puis, dès qu'il a fait ça, Sam le saisit par le bras pour le faire bouger plus rapidement, ce qui le fait buguer quelques instants mais il se reprend bien vite. Il remarque que l'aîné vient de saisir son portable et fixe l'écran, ce qui laisse Natsume penser qu'il doit simplement être en train de vérifier l'heure.
Alléluia, des grenouilles vont tomber, il a enfin deviné quelque chose correctement aujourd'hui. Non non, vous ne rêvez pas, sa débilité légendaire ne l'a pas frappé et il a bel et bien supposé quelque chose sans que ses pensées soient fausses ; préparez vos parapluies parce qu'il risque de tomber de Grenousses et de Cradopauds pendant six ou sept jours sans interruption.

Il fronce ensuite les sourcils en voyant son ami détacher son bras, et sa mine sombre ne lui dit rien qui vaille. Une boule d'inquiétude naît en lui et il se surprend à ne pas immédiatement demander ce qui a l'air de tant tracasser son accompagnateur. Quelque chose lui dit que ce n'est pas rien, vu qu'il l'a rarement vu aussi sérieux et l'air... Presque triste ? Non, il doit se faire des idées. Mais toutefois, autant attendre un peu avant de faire des suppositions, puisque l'autre avait l'air déterminé à lui 'dire quelque chose', selon ses propos.
Lorsque les mains de Sam se posent sur ses épaules, il sursaute et aurait presque reculé par défaut si l'air grave de celui-ci ne l'avait pas arrêté. Il ne peut pas trop bouger, et essaye de chercher dans ses yeux une réponse quelconque, sans rien trouver. Sur le moment, la proximité, bien qu'elle le gêne, ne le dérange pas. Il est plus inquiet, conscient que, sauf cas de blague merdique au possible et dans ce cas-là il le frapperait au moins un peu, l'autre ne se montrait pas aussi sérieux si il n'avait pas de bonnes raisons de l'être. C'est sûrement important, d'ailleurs, alors il reste silencieux et écoute attentivement, les yeux bien ouverts. Sérieusement, c'en serait presque mal de ricaner d'avance.
En fait on s'en fout, le but de ce topic étant basiquement de moquer allégrement d'eux un bon coup. Arhem. Qui, j'ai dit quelque chose ? Non non, vous vous faites des idées mes amis.

Enfin, pour écouter... Il n'a pas trop le temps, disons, puisque alors que Sam en est à peine à la deuxième syllabe de ce qu'il veut dire, la voix forte d'un vendeur résonne à leurs oreilles et... Et c'est l'équivalent d'une explosion nucléaire dans la tête des deux principaux concernés. Au moment même où l'expression 'les amoureux' arrivent à être compris par les deux petits neurones de Natsume et qu'il saisit que cette formule les désigne, on peut honnêtement dire qu'il perd vingt points de Q.I d'un coup (le faisant donc passer dans le négatif mais peu importe) et que son cerveau vient de faire un court-circuit. Bzzzzzrt. Ça, c'est le son qui résonne dans la tête du lapin alors qu'il fait une surchauffe et est maintenant si rouge et gêné que garder un regard droit est compliqué. Surtouuuuut quand les mains de l'autre sont encore posées sur ses épaules et qu'il se rend compte que leur proximité pourrait fortement porter à confusion.
OH ARCEUS NE ME DITES PAS QU'IL A CRU QU'ON ÉTAIT SUR LE POINT DE-

C'est à ce moment qu'il fait un pas en arrière assez rapidement, mortifié, alors que l'Enodril explique en bafouillant au vendeur que non, ils ne sortent pas ensemble. Bizarrement, l'entendre dire ça le peine un peu, et il se gifle mentalement pour ça tout à fait conscient qu'il ne devrait pas se sentir blessé alors que c'était la pure et simple vérité. Ce sera toujours la vérité, de toute façon. L'amertume qu'il ressent est forte, mais vu que le pessimisme est chez lui maître des lieux, il en a quelque peu l'habitude et reprend bien vite pieds ; ces pensées froides ont vite fait de faire disparaître ses rougeurs et pour une fois, il est le moins gêné.
Lorsque Sam se retourne vers lui pour lui proposer de lui payer quelque chose à manger, il lui offre un petit sourire amical et simple.

« T'occupes pas de payer pour moi, va, j'ai prévu de l'argent avant de partir tout à l'heure, mais j'ai faim. Tu viens ? »

Il avance alors vers le stand sans le moindre embarras, en demandant au vendeur d'une voix calme et posée ce qu'il souhaite manger, soit une salade (il fut d'ailleurs à la fois surpris et rassuré de voir qu'il y en avait, bien qu'il était probable qu'il y aurait plus de sauce ou d'huile que verdure) et une bouteille d'eau. Une fois que l'Enodril eut commandé et qu'ils eurent payé en avance, le vendeur leur dit d'aller s'asseoir à quelques mètres de là, sur ce qui semblait être une sorte de coin réservé aux nombreux clients qui venaient manger. Une fois assis, Natsume se rendit compte de l'étrange silence qui flottait un peu, et eut un sourire gêné. Puis, en cherchant désespérément un sujet de conversation, il se rappela qu'il avait peut-être un truc à lui montrer.

« Ah, attends ! J'ai oublié de te le dire, mais... »

Il attrapa alors une des balls à sa ceinture et en fit sortir un certain Blizzaroi. Malgré la taille de l'imposante créature, Ishaku savait se tenir, bien qu'il eut le réflexe de saluer son ancien dresseur en se dandinant un peu. Un sourire un peu attendri étira les lèvres du japonais, bien que ce sourire disparut lorsqu'il se rappela des circonstances d'évolution du pokémon des glaces ; il se garderait bien de lui dire, ça. Oh oui. Même si le Blizzaroi était le seul dans l'équipe à avoir une idée des sentiments de Natsume pour Samaël, il n'embêtait pas son dresseur avec ça, ayant témoigné dans l'état de panique dans lequel il avait été mis lorsqu'il avait compris, bien qu'il ne peut s'empêcher d'espérer que l'éleveur finirait par peut-être un jour trouver le courage de lui avouer la vérité. Ce dont il doute, mais il a quand même un petit espoir.

« … Il a évolué il y a peu. Ça m'était complètement sorti de la tête, désolé. »

Ouais ouais. En réalité, si il avait été honnête et pas un abominable et dégoûtant lâche, il aurait plutôt dit 'vu que je t'ai un peu évité et que j'écourtais les conversations comme le con que je suis, bah je ne t'ai pas mentionné ce détail, et pitié ne pose pas de questions sur les circonstances de l'évolution ou je vais probablement devoir inventer un mensonge sur le tas et ce sera aussi crédible que de dire que le nuage radioactif de Tchernobyl n'avait pas passé les frontières de la France puisque je ne suis pas doué en matière de mensonges'. C'est long, c'est vrai, mais c'est un résumé correct de ses pensées actuelles.
Une jeune femme aidant visiblement le vendeur vint leur apporter ce qu'ils avaient commandé sur deux plateaux. Enfin, deux plateaux et une petite assiette. Si les deux plateaux comportaient les 'plats' respectifs de chacun, l'assiette en revanche..
Eh bien disons que dans l'assiette se trouvait une pomme d'amour découpée en deux, et les morceaux étaient clairement mis en évidence ; une moitié pour chacun, donc.

« Ça c'est cadeau de la maison ; vous êtes vraiment trop chou tous les deux, c'est rare de voir des jeunes s'assumer comme ça !
- M-mais puisqu'on vous dit qu'on est pas- »


Et sur ces paroles pour le moins horriblement gênantes, la serveuse partit, ne laissant même pas le lapin terminer sa phrase. Complètement mortifié et tétanisé par l'embarras, Natsume se dépêcha de trouver un sujet de conversation, aussi classique soit-il. Et bon dieu de merde, allait-il arrêter de rougir comme un protagoniste de shojo débile ?!

« Euhm, enfin... Sinon... Quoi de neuf ? J'veux dire, en général ? T'as capturé de nouveaux pokémon, rencontré des gens ? »

Puis, une demie seconde à peine après avoir prononcé ces paroles...

« AH ! »

Son exclamation de surprise venait du fait qu'il se rappelait d'un détail. Après avoir pris une bouchée de sa salade, il posa ses yeux sur le visage de l'autre, l'air un peu inquiet.

« Et ta... Enfin, ta cicatrice ? Ça va mieux ? »

En cherchant à changer de sujet, il s'était souvenu d'une chose qui le tracassait depuis le dix juillet, sachant ô combien à quel point ce genre de blessures pouvait être douloureux et rester gênante même avec le temps. Il avait toujours la marque de la sienne sur son poignet gauche d'ailleurs, et pourtant son accident était arrivé il y a quelques années ; mais là encore, la situation avait été fortement différente. Tandis qu'Ishaku piquait de temps à autre dans son assiette pour grignoter, se faisant au passage rabrouer par son dresseur, il attendit la réponse de l'Enodril.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway


Dernière édition par Natsume Shimomura le Jeu 30 Oct - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Jeu 4 Sep - 20:22



That awkward moment


Feat Natsume Shimomura

Samaël Enodril



Dans les films, c'est pourtant tellement simple !
Oui, Sam. Dans les films. Pourtant il n'a jamais vraiment regardé des trucs à l'eau de rose, hein, puisqu'il trouve ça tout à fait chiant ; mais même dans les films d'action le héros a toujours une petite amie. Mais là n'est pas le sujet ; il a perdu sa seule chance de pouvoir lui parler ! Maintenant qu'il y a eu cette scène gênante, il n'ose plus en parler, bien évidemment. Néanmoins il remercie la présence du stand pour lui avoir permis de rebondir directement sur un autre sujet. Il rougit un peu, n'arrivant pas à croire qu'il a bien failli tout lui avouer, là, il y a à peine quelques secondes...
C'est vrai, ils ne sortent pas ensembles, mais Sam voudrait bien, lui. Il voudrait pouvoir avouer à ce vendeur qu'il a vu juste. Mais on ne sort pas avec quelqu'un qui ne vous aime pas de la façon dont vous, vous l'aimez. C'est pour ça que l'Enodril, comme le Shimomura, pense que ses sentiments seront toujours à sans unique. Peut-être ne doit-il pas lui dire, en fin de compte... Est-ce que Arceus lui a envoyé un signe, par l'intervention du gérant du stand ? Ou alors je continue à m'imaginer des trucs complètement idiots parce que c'est tout ce que je suis : un idiot. Et personne ne voudrait tomber amoureux d'un idiot. A moins que l'être aimé soit également un idiot, ce qui est le cas ici ; mais Sam ne veut pas penser de cette façon, préférant se dire qu'il n'aura sans doute jamais de chance en amour.

A la proposition de l'éleveur, l'estomac du nounours ne se fait pas prier pour se manifester, et ce dernier, soudainement honteux, se griffe discrètement le ventre en lui disant intérieurement de se taire, croyant que cela pouvait vraiment marcher. Toujours assez embarrassé de la scène d'il y a quelques minutes, il hoche simplement la tête et commande à son tour une crêpe au jambon et au fromage ainsi qu'une bouteille d'eau. Les deux amis suivent enfin la direction des tables et s'assoient, en silence. L'ourson n'ose plus parler. Il sent qu'il va finir par dire une bêtise ; plusieurs, même. Mais s'il y a bien une chose qu'il déteste, c'est les blancs pesants. Pourtant, il ne prend pas le risque de le rompre. Heureusement, c'est Natsume qui s'en charge en captant l'attention du dresseur. Il est à la fois curieux et peut-être un peu angoissé. Quoi ?! Qu'est-ce qu'il a oublié de me dire ?... Désormais, c'est comme si chaque phrase du lapinou pouvait faire être déterminante pour la suite. Il a réussi au final à reporter sa déclaration sur un autre sujet, mais il est également possible que Nat ait deviné en fait que l'Enodril avait tenté de lui dire autre chose qu'une simple question en rapport avec la nourriture. On peut dire que ça l'a sauvé cette fois, certes, -bien qu'il semblait déterminé à lui parler franchement- mais il ne pourra pas toujours repousser l'échéance. C'était comme si le hasard avait tout fait pour faufiler certains éléments afin de pousser le compétiteur à trouver la journée parfaite pour avouer ce qu'il a sur le cœur. Mais malgré tout, il ne peut pas ; du moins, il ne peut plus. Le simple fait d'avoir été coupé dans son aveu l'a comme « coupé » tout court et a enlevé en lui toute trace de détermination.

Il ressent donc comme une sorte de soulagement lorsqu'il le voit sortir une Poké Ball. Mais il ne voit toujours pas où il veut en venir ; jusqu'à ce que la Poké Ball en question s'ouvre pour laisser apparaître un Blizzaroi de taille impressionnante qui ne manque pas de faire écarquiller les yeux de Sam. Ce dernier reconnaît tout de suite Ishaku sous sa nouvelle forme et lâche sur lui un regard brillant, fier de ce qu'est devenu le gai Blizzi sifflotant des montagnes qu'il a rencontré il y a de cela quelques mois. C'est maintenant une créature forte qui pourra à coup sûr défendre Natsume si besoin est ; le lapin n'est pas très musclé, mais il a la chance d'avoir de pareils colosses dans son équipe, et pas une seule fois Sam a regretté de lui avoir confié Ishaku et Toruru. Surtout depuis qu'il sait qu'il aime Nat et le fait de lui avoir offert deux Pokémons qui lui seront en plus très utiles réchauffe son cœur. Mais ce n'est pas avec des cadeaux pareils qu'on gagne l'amour de quelqu'un et jamais Sam ne profiterait de l'occasion pour obliger le Shimomura à sortir avec lui. D'ailleurs, jamais l'idée ne lui serait venu à l'esprit.
Il en oublie temporairement la gêne que la scène de tout à l'heure a occasionné et pose une main sur le Blizzaroi pour le caresser, admiratif.

- Il est superbe ! Je savais que j'avais eu raison de te le confier.

Malgré ce qui lui arrive en ce moment, cela ne l'empêche pas de faire un sourire confiant à son ami, comme pour le rassurer ; même s'il n'a pas entendu Natsume se lamenter à propos de ses capacités en tant qu'éleveur. Si c'était le cas, Sam ne manquerait pas, par à la même occasion, de lui assurer qu'il se débrouille très bien. Mais là n'est pas tellement la question étant donné que le sujet n'est pas abordé. Il ne peut qu'être heureux de savoir qu'il a fait un très bon choix le jour de leur rencontre.
Alors, pendant un instant, en sentant qu'il est détendu en ce moment-même tandis qu'il fixe l'autre avec un sourire niais sur la tronche, il se dit qu'il est peut-être possible pour lui de révéler la vérité au japonais aujourd'hui, s'il arrivait à prendre son courage à deux mains. Mais bien sûr, c'est sans compter sur la venue impromptue d'une geeeentille serveuse qui vient leur apporter leurs commandes, avec en plus un petit « cadeau de la maison », comme elle dit. Néanmoins, son allusion fait crisper le petit ours qui recommence à cuire sur place, presque fumant. Croyez bien que Sam aurait pourtant été ravi de rendre le sourire de la jeune femme et de lui dire qu'ils n'ont aucune raison de se cacher, mais évidemment, c'est sans doute une phrase qu'il ne pourra jamais sortir. Et malgré qui l'ait confirmé tout à l'heure au gérant, entendre le Shimomura confirmer ce qu'il a dit l'attriste un petit peu. Je devrais pas être peiné à cause de ça, bordel ! Je vais jamais survivre plus tard, sinon !

Sam bafouille quelque chose d'inaudible à l'attention de la jeune femme pour acquiescer son ami avant de se tourner vers son assiette et de commencer à manger, conscient qu'elle ne l'a sûrement pas entendu et qu'elle continuerait de dire qu'ils sont « mignons ». Tout à coup, en mangeant sa crêpe, s'il a surtout fait attention aux dires de la serveuse, il n'a pas osé jeté un œil sur le « cadeau » qu'elle a mentionné. Il avale d'une traite un morceau de son repas en voyant la pomme d'amour coupée en deux. Il rougit davantage -si seulement c'est faisable- et repose son regard sur son plat, espérant qu'aucun autre commentaire là-dessus ne sera fait.
Encore une fois, c'est Nat qui sauve la mise avec des questions assez classiques mais qui ont le don de mettre plus à l'aise le nounours. Devant son hoquet de surprise, cependant, il manque de s'étouffer, se demandant ce qui arrive soudainement au hérisson. Puis, devant sa mine inquiète à propos de sa cicatrice, l'aîné fond légèrement. Il a peur pour moi... Aussi normale soit cette réaction, étant donné qu'ils sont officiellement amis, le compétiteur est attendri par l'affection du porc-épic à son égard. Dommage que ça ne soit pas le genre d'affection que je voudrais. Mais je ne veux pas le forcer, et je n'ai jamais compté le faire. Je prierai seulement Arceus pour que la personne avec qui il sorte s'occupe bien de lui. Car si jamais Natsume venait à être malheureux, il le serait également.
Une nouvelle fois, il sourit tendrement. Il ne peut nier que le tourment du cadet à son propos lui va droit au cœur.

- Oui, ça va beaucoup mieux. Je ressens plus trop la douleur, à présent. Toi aussi, ça a dû te faire très mal, hein ?

Ses yeux s'étaient dirigé vers la brûlure, visible par le t-shirt qui laisse ses bras à découvert. Maintenant qu'il sait ce que ça fait de se faire brûler, il ne peut qu'avoir les tripes retournées en imaginant la souffrance du plus jeune. Il ne mérite pas d'avoir autant souffert, lui non plus. C'est vraiment injuste. Il sait qu'il est impuissant, qu'il ne pourra jamais rien faire contre ça, mais il y a tellement de fois où il aimerait être présent dans la vie de ses proches pour empêcher que ce genre de chose ne leur arrive... Et si seulement je pouvais être utile à Nat...

- Sinon, j'ai moi aussi de nouveaux Pokémons. Mais la plupart sont bien trop gros pour tenir ici. Si tu veux, je pourrai te les montrer plus tard ?

Il recommence enfin à chasser ses pensées sombres et à exprimer plus de gaieté. Lorsqu'il porte son attention sur la pomme, il ne peut cependant s'empêcher de rougir une énième fois. Mais le fait est qu'elle a l'air vraiment bonne ; et qu'il ne peut s'empêcher de rire de sa situation, même.

- Haha... C'est... c'est marrant, quand même, qu'ils pensent tous que tous les deux on...

Il s'éclaircit la gorge.

- Comme si on avait vraiment l'air amoureux !

Comme si je voulais pas que ça soit vrai. Comme si je n'avais pas très fortement envie de te serrer dans mes bras. Comme si le fait que tu puisses aimer quelqu'un d'autre ne me fait ni chaud ni froid. Mais c'est pas vrai, Nat. C'est pas vrai, et je le sais.
Il glousse, se rendant compte de son ridicule en sachant ses sentiments, mais pas de l'ironie de la chose. Elle est pourtant belle.
Subitement, il se fige. Il vient de penser à quelque chose. Quelque chose qui lui donnerait un semblant d'intelligence, pour une fois. Une question qu'il se pose, mais dont il sent que connaître la réponse va le troubler plus que de raison.

- Hé... au fait... t-tu as une copine ?... Ou t'as des vues sur quelqu'un ?...

S'il semble parfaitement neutre au fait que Natsume lui réponde par oui, il est obligé de calmer son stress en prenant un peu de pomme. Puisque c'est offert, hein...

Réalisé par BlueBerry pour Orange


____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Jeu 4 Sep - 22:03



That awkward moment

Feat Samaël Enodril

Le sourire qu'il lui offre le rassure tout autant qu'il fait naître une expression un peu niaise sur son visage. Il aimerait bien ne pas se sentir aussi bien lorsqu'il lui offre une expression pareille, mais allez dire ça à la partie grillée de son cerveau, hein... Faut croire qu'il est lentement en train de perdre ses deux neurones, et que dire qu'il allait trouver du pétrole à force de creuser vers le fond n'était pas une exagération. À l'évocation de sa cicatrice, il baisse légèrement les yeux, ne pouvant alors s'empêcher de repenser à ce qu'il avait lui-même vécu ; les souvenirs des journées entières passées à tenter de masque le fait qu'il souffrait le martyr et des doses de médicaments à ingurgiter étaient loin d'être agréables. Une brûlure aussi importante et forte, il sait à quel point ça fait mal et il ose à peine à imaginer ce que l'autre a dû endurer, vu que la plaie est plus étendue que la sienne ; il le sait très bien au fond, il était là le jour où il s'était fait soigner. Souvenir qui reste ô combien désagréable dans son esprit : il a depuis commencé à se dire qu'il valait mieux ne pas se demander combien d'autres risques suicidaires l'autre était prêt à prendre, car il savait très bien que la réponse l'aurait considérablement attristé.
Mais ça, ça ne me regarde pas, de toute façon...

Pour être parfaitement honnête, sa troisième question était un peu sortie de nul part, principalement parce qu'il cherchait à ce moment-là un sujet de conversation pour pouvoir éviter de faire remarquer sa gêne. Après, bien sûr qu'il s’intéressait à ce que l'Enodril pouvait bien lui raconter de nouveau, mais sur le coup, il ne lui accorde qu'un sourire bref et un hochement de tête. En soupirant, il constata qu'Ishaku était lentement en train de vider son assiette, et après avoir grommelé assez fortement pour qu'il cesse enfin, il prit les dernières bouchées de sa salade en écoutant ce que lui disait son ami, non sans conserver fixement son attention visuelle sur sa fourchette. Car oui, il est tellement mature qu'il préfère regarder ses couverts plutôt qu'avoir à relever les yeux et croiser son regard. Il manque d'ailleurs de s'étouffer avec son repas lorsqu'il mentionne les 'allusions' des deux gérants en riant. Il se force à rire un peu, bien qu'il est blessé de voir que cette idée suscite chez lui de l'amusement. Est-il un peu déçu, aussi ? Oui, absolument.
Ouais, c'est bizarre. Mais tu me trouverais sûrement bizarre aussi, hein, si tu savais … ?

Puis, alors qu'il est en train de boire une gorgée de sa bouteille, la question de Samaël lui arrive aux oreilles et il recrache alors son eau sur la gauche, éclaboussant alors le sol. Ses joues ont viré au cramoisi et il manque de s'étrangler avec sa salive, plus que déconcerté, embarassé et surpris par cette question qui était sûrement la pire que Sam aurait pu poser parmi toutes celles qui auraient pu lui traverser l'esprit, bien qu'il ne s'en rendait absolument pas compte. Il reposa sa bouteille sur la table et déglutit fortement, son regard se faisant alors tellement fuyant qu'il regardait la table avec une forte insistance.
Ne pas relever les yeux. Ne pas relever les yeux. Ne pas relever les yeux. Putain de merde, parmi tous les sujets de discussion au monde, fallait-il vraiment qu'il choisisse celui-là ?!
Il se doute bien qu'il ne peut pas vraiment éviter le sujet sans que cela ne paraisse louche, mais là, il est un peu paumé. Mentir complètement serait impossible, vu qu'il n'avait aucune idée de mensonge sur le moment et que étant donné ses talents en la matière, il aurait aussi crédible qu'un serial killer disant qu'il n'était pas responsable du meurtre alors qu'il remuait encore un couteau dans le ventre de sa victime sous les yeux de multiples caméras. Oui la comparaison est très glauque, d'accord, mais au moins l'image est claire. Alors, au final, il décide de répondre en... Mentant à moitié. Une partie serait la vérité, l'autre serait une parfaite invention de sa part.

« E-euhm, ah, e-euh... E-enfin, j'ai, euh... J'ai-j'ai pas de copine, mais je sais même p-pas si j'aime les filles ou p-pas et euh... J'ai j-jamais vraiment pensé à tout ça, f-faut dire... »

... Enfin, techniquement, il ne mentait pas trop au sujet de la seconde partie ; avant son 'problème', il n'avait jamais été attiré par quiconque, et dire qu'il était complètement paumé n'était vraiment pas un mensonge mais ça c'était une évidence, et tout le monde l'a compris. Autant dire que lorsqu'il avait compris que quelque chose d'autre attirait son attention en dehors de ses équations, il avait tiré une sacrée tronche.
Et, après avoir balbutié ainsi que bafouillé comme un enfant, il prit une nouvelle gorgée d'eau dans une tentative vaine de calmer la rougeur de ses joues et la chaleur de son visage. Une grande gorgée. Après, si son cœur continuait de tambouriner comme ça dans sa poitrine, il était mal barré, mais il allait s'en sortir, normalement. Il avait réussi à éviter le sujet sensible, mais là... Toute la gêne qu'il avait cru évaporée venait de revenir en force, et avec des renforts en plus de ça. Là, pour le coup, il était redevenu complètement incapable de le regarder dans les yeux ou même de le regarder en face tout court.
Il remarqua alors que la nuit était lentement en train de tomber et soupira intérieurement de soulagement. Il jeta un coup d’œil à la pomme, mais vu que son estomac était dorénavant aussi noué qu'un Bouldeneu, il décida de ne pas y toucher.

« Bon, euh... Il se fait tard. Tu crois pas qu'on devrait re-rentrer, enfin, de préférence rapidement ? J'suppose que les autres seront bientôt de retour. Ah, euh, j'te laisse le reste de la pomme s-si tu veux, j'ai plus faim. »

Et sur ces paroles, il rappela Ishaku dans sa ball. Car oui, il allait falloir retourner au refuge, car Faust leur avait dit des les attendre là-bas jusqu'à ce qu'ils soient revenus, 'ne serait-ce que pour qu'on se regarde deux trois films tous ensemble', apparemment. Soit. Il espérait juste que ce serait rapide.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 875
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 20 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   Ven 5 Sep - 18:44



That awkward moment


Feat Natsume Shimomura

Samaël Enodril



Pour la première fois depuis le début de la soirée, Sam arrive à voir la transformation de son ami en tomate humaine. D'un coup, depuis qu'il a posé sa dernière question, c'est comme s'il avait une vue ultra-performante et voyait distinctement chaque détail, chaque réaction du lapinou. Il s'est un peu douté que parler de ce sujet allait un peu gêner l'autre, mais il avoue ne pas s'être attendu à un choc aussi brutal. Rien que le fait que le hérisson ait quasiment recracher son eau l'avait assez surpris. Puis, rapidement, il s'est enfin aperçu que ce sujet était délicat chez lui en voyant le rouge lui monter si subitement aux joues. L'Enodril en a déduit deux choses : soit il est plus timide et associable qu'il ne le pensait, soit il cache effectivement des sentiments pour quelqu'un. Mais la deuxième solution, bien évidemment, serre le cœur du nounours qui préfère croire à la première. Pas de doute cependant que le dresseur jalouserait assez la personne qui serait assez chanceuse pour se faire aimer de Nat.
Cependant, sa réponse lui redonner espoir. Il n'a pas de copine, et n'est pas potentiellement attiré par les filles. Deux bons points pour l'ourson qui se remettrait presque à croire qu'il lui reste une chance. Mais en prenant un peu de recul, il en vient soudainement à se demander ce qui pourrait bien faire venir Natsume à lui. En faisant le compte, il ne trouve rien qu'il possède. Pas d'intelligence, pas de charme, pas de super force et même pas une grande renommée. Il aurait peut-être été un peu plus fier s'il avait remporté la Compétition et s'il n'avait pas lamentablement échoué face à dragon contre qui il avait opposé un Pokémon avec un avantage certain. Généralement, dans la société, la drague est ce qui sert à attirer l'attention. Mais le compétiteur n'y connaît rien du tout, et trouve même cela assez ridicule. Il ne voit pas comment il pourrait plaire à Natsume, ou même à qui que ce soit. Alors l'espoir retombe. Si seulement il avait quelque chose de spécial, peut-être que ça aurait pu marcher. Peut-être qu'il aurait pu prétendre pouvoir intéresser le Shimomura. Mais en se rendant compte de tout ça, il est alors conscient que ses craintes se confirment bien. Jamais ils ne pourront être plus que des amis.

De nouveau, l'éleveur continue de l'éviter et fait tout pour ne pas croiser son regard. Je n'ai pas rêvé, alors. Il me fuit délibérément. Est-ce parce que j'ai abordé un sujet sensible ?... Est-ce qu'il a compris mes attentions et tente de me dissuader de le séduire comme je peux ?
Ce n'est pas de l'ennui, c'est évident. Peut-être que Samaël a abordé un point sur lequel il est mal à l'aise, et dont il refuse de parler. Mais l'ourson devait savoir si oui ou non ses minces espoirs étaient déjà vains, ou si Arceus avait décidé de le faire souffrir à ce point ; car savoir qu'il est libre mais être persuadé qu'il ne l'aime pas n'aide guère le petit ours à avoir confiance en lui.
Il acquiesce néanmoins son cop... camarade d'un mouvement de la tête. En effet, la nuit tombe doucement et la plupart des clients ne tardent pas à se diriger vers la sortie, tandis que les autres prennent place dans la grande roue. Vrai que de nuit, avec les lumières, la vue doit être pas mal. Mais connaissant le vertige de son ami, il ne lui a bien sûr pas demandé ; et d'ailleurs, ça ne le dérange nullement. Tandis que Natsume rappelle Ishaku, Sam fait sortir son Gardevoir. Aujourd'hui est bien l'un des seuls jours où Synkro veut bien lui obéir ; autant en profiter. Mais quand il prend la main de son dresseur et qu'il affiche son regard frustré et limite boudeur, il est clair qu'il a vite fait fouillé dans les souvenirs de l'aîné avant de comprendre qu'il ne lui avait toujours rien dit malgré tous les événements de ce soir. Sam ignore, et se moque bien d'ailleurs de sa mine déçu. Non, je ne lui ai rien dit ! Quand est-ce que tu vas me lâcher et comprendre que c'est déjà perdu d'avance depuis le début ?! Le Gardevoir n'en fait pourtant qu'à sa tête et insiste. Synkro décide de lui obéir, mais veut lui faire comprendre que c'est l'humain idiot, têtu et pessimiste qui est en tort et pas le Pokémon intelligent, psychique et télépathe.
Le plus âgé des deux adolescents s'empare alors de la main du cadet, non sans rougir légèrement.

- Mon-mon Gardevoir va nous téléporter. Ce sera p-plus simple et-et plus rapide.

Synkro fait disparaître automatiquement son regard courroucé en le posant sur Natsume. Plus calme, il hoche la tête face au lapin pour lui signifier que cela ne le dérangeait nullement, au cas où ce dernier aurait des doutes. Oui, étant donné que Gardevoir a deux bras, Nat aurait pu prendre l'autre, mais c'est pas le genre du nounours de profiter d'une occasion pareille. Il resserre doucement son emprise sur la paume de l'autre et savoure la chaleur qui le parcourt instantanément, comme à chacun de leur contact. Mais dans son esprit, il se surprend à voir apparaître des yeux rouges accusateurs, avant de faire comme s'il ne les voyaient pas une fois qu'il les reconnaît. Malgré tout ce qu'il pense de lui, Sam ne pourra cacher longtemps la vérité au concerné. Et si ce n'est pas lui qui le fait, Synkro se jure dorénavant qu'il s'en occupera lui-même. Enfin, il les téléporte jusqu'au refuge.

Réalisé par BlueBerry pour Orange


____________________________________________



Spoiler:
 

Merci pour ces superbes cadeaux Mercy et Alex <3

=> DC de Aloïs F. Legrand, Tristan T. Weber, Josepha Rainbow et Celebi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: That awkward moment {PV Sam   

Revenir en haut Aller en bas
 

That awkward moment {PV Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel est le meilleur moment pour pêcher à la mouche ?[Saison, Horaire]
» la bouillette adéquate pour le moment!
» La pêche se fais difficile en se moment ...
» bouillettes soluble et pellets le moment
» Musique - Qu'est-ce tu écoutes en ce moment ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: RÉGION DU SUD :: Zazambes :: Parc d'Attraction-