« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 L'école c'est nul [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Weston Elric
Habitué
avatar
Age : 25
Messages : 615
Date d'inscription : 29/11/2013

Âge du personnage : 26
Pseudonyme(s) : Phantom (Champion dresseur)

Niveau : 60
Team active :
- Dracaufeu ♂ - Kyle - Braisier - Jovial

- Libégon ♀ - Maya - Hyper Cutter - Docile

- Mimitoss♀ - Mélodie - Lentiteintée- Maligne

Luxray ♂ - Diego - Rivalité - Assuré

Pandespiegle ♂ - Dimitri - Poing de fer - Jovial

Zoroark ♀ - Mystique - Illusion - Naïve

Team spécifique :
- Statitik ♂ - Naël - Oeil Composé - Modeste

- Crabaraque ♂ - Rodley - Fermeté - Mauvais

- Scarhino ♀ - Stella - Essaim - Discret

- Papilusion ♂ - Rodriguez - Assuré - Œil Composé


MessageSujet: L'école c'est nul [OS]   Mer 17 Sep - 22:32

• L'école c'est nul•  

Ces grands couloirs... Ces classes bondées… Ces casiers à perte de vue… Jamais je n’aurais cru revoir ce décor, et pourtant, me voilà, arpentant ces lieux depuis bientôt un mois. Un mois à venir poser mes fesses sur un pupitre trop petit pour moi, dans une salle puant la moisissure, pour écouter un vieux croulant nous jaser de sujets qui ne nous intéressent pas le moindre du monde. Honnêtement, qu’est-ce que ça peut me foutre qu’il faut accorder tel ou tel verbe de telle ou telle manière? Qu’est-ce que ça va changer dans ma vie de savoir ce que c’est l’algèbre? Je m’en tape, vraiment, de toute cette merde. Mais je me suis engagé. J’ai dit que j’allais le faire. Je me le suis promis. J’ai dit que j’obtiendrai mon bac, alors je vais l’obtenir. Même si ça m’emmerde, je vais venir ici, trois soirs par semaine, et tenter de retenir tout ce charabia. Je vous jure… Qu’est-ce qu’on est pas prêt à faire pour notre fierté…

Épuisé par une nouvelle journée des plus pénibles, je me dirige presqu’au pas de course vers la sortie. Je n’ai qu’une envie, et c’est de rentrer chez moi pour aller m’écraser contre mon canapé. M’écraser pour ne rien faire. Pas pour étudier, non. Pas pour m’entraîner. Simplement pour relaxer. Pour me sortir ces chiffres et ces accords de la tête. Pour oublier ce calvaire qu’est l’école. Et surtout, pour oublier qu’il me reste encore je ne sais combien de temps avant d’être diplômé. M’imaginant déjà profiter du clame de mon appartement, je m’apprête à franchir la porte de sortie, quand je réalise ce qui se trouve entre mes doigts. Surpris, je baisse les yeux pour réaliser ce que je tiens dans mes mains. Oh, merde… Poussant un petit soupire, je fais volte-face, quittant à regret la porte menant à la liberté, pour plutôt me diriger vers le bureau des professeurs. Je n’ai pas vraiment envie de retourner les voir après les heures de cours, mais omettre de remettre ce devoir pourrait me couter cher. Ainsi, malgré moi, je traverse une nouvelle fois ces corridors semblables à ceux d’un hôpital, pour finalement me retrouver devant cette porte nous étant interdite, à nous, les cancres. Prenant une grande inspiration, je m’apprête à frapper, quand des voix venant de l’intérieur attirent mon attention.

« Alors comme ça, toi aussi t’as le champion de la ville dans ta classe? »

Un poing en l’air, je reste figé un instant, face à un dilemme. Devrais-je cogner, rendre mon devoir et quitter sans plus tarder et retrouver mon petit confort, ou devrais-je rester, l’oreille contre la porte, et écouter la suite? N’en pouvant plus, piqué par la curiosité, je décide de me coller la tête contre cette fameuse porte. Silencieux, je tente d’entendre la suite.

« Tu parles de cet imbécile qui ne sait pas écrire deux mots sans faire de fautes? »

« Je sais pas si ça peut te rassurer, mais il est aussi mauvais en math. Tu sais pas ce qu’il m’a dit, aujourd’hui? Il pensait que l’algèbre c’était un plat italien! »

« Je te jure… Je comprends pas qu’ils permettent à ce genre d’imbéciles dans nos arènes… Ce type sais à peine écrire son nom et il gagne probablement trois fois notre salaire… »

Des voix floues. Des rires cruels. Mon estomac se noue. Ce que j’entends me pousse à me reculer. Toujours sans un bruit, je m’éloigne de la porte, à reculons. Les mots que je viens d’ouïr me tournent en tête, me hante. Est-ce vraiment ce que je suis? Un imbécile? Un sans espoir? Un fardeau dans cette école? Moi qui avais toutes ces résolutions en tête, en venant ici. Moi qui voulais honnêtement réussir, je ne sais plus… Si je peux… Si je veux. Je ne sais plus, mais je sais une chose : je veux rentrer. Quitter ce lieu, et rentrer chez moi. Alors toujours sans un mot, je me dirige d’un pas presque robotique vers la sortie, froissant mon devoir pour le jeter à la poubelle avant que disparaitre.


(c)Golden
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'école c'est nul [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Capo, l'école de l'humilitée...
» Exploit de l'école de cyclisme au TOP 40
» SOULAIRE ET BOURG (école de vélo)
» Un site intéressant : www.cheval-haute-école.com
» Un "autobus pédestre" pour aller à l'école.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CENTRE DE L'ÎLE :: Anula-