« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Le premier pas [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natsume Shimomura
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 668
Date d'inscription : 24/05/2014

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Diplôme d'élevage, L2 Sciences
Pseudonyme(s) : .
Wakagi
~> Nom de chercheur
Athéris
~> Pseudonyme de soigneur

Niveau : 60
Team active : .

♂ - Toshiro "Tosh"
Simple - Malpoli
# Zénith - Luminocanon

♀ - Kaede "Kae"
Engrais - Solo
# Exploforce - Éboulement

♂ - Vanitas
Maladresse - Timide
# Cage-Éclair - Poing-Glace

♂ - Hayato
Rivalité - Hardi
# Cage-Éclair - Surpuissance

♂ - Kaito
Synchro - Prudent
# Exploforce - Rayon Signal

♀ - Toruru
Pose Spore - Maligne
# Vampipoing - Poing-Éclair


MessageSujet: Le premier pas [OS]   Mar 16 Déc - 0:48



Le premier pas

Évolution d'Hatori, partie 1

Onze jours qu'il se morfond. Onze jours qu'il comate comme la pire des merdes et qu'il est au plus bas, avec seulement quelques rares moments où sa tête était un peu libérée de ses soucis, mais ça ne durait jamais longtemps. Si ses proches avaient fait de leur mieux pour lui remonter le moral et lui faire oublier son malheur, ce qui n'avait pas manqué de l'attendrir, ça n'avait toutefois pas suffit à le faire se relever entièrement. Il ne va pas mentir, voir que tant d'efforts étaient dirigés vers lui pour l'aider l'a flatté, mais l'a en même temps affreusement gêné. Voir les autres attristés à cause de sa bêtise le mettait déjà assez mal à l'aise, ce qui ne faisait que le frustrer davantage. Ne pas réussir à se relever tout seul l'agaçait, et savoir que son idiotie amenait de pareilles conséquences n'aidait vraiment pas. Mais les jours sont passés, peu à peu. Les premiers ont été les plus durs, et les multiples cauchemars et autres crises d'asthme qui l'avaient dérangé durant les nuits n'avaient certainement pas aidé, alourdissant son visage avec la fatigue qui s'y montrait et la lassitude dans son regard presque délavé étant donné que la lueur qui y brillait d'ordinaire paraissait avoir presque entièrement disparu, et n'était ravivée qu'à quelques rares occasions.

La sensation de compression dans sa poitrine n'avait pas diminué en intensité, mais il apprenait peu  à peu à la supporter, aussi difficile que ce soit. Admettre qu'il avait pu ne pas remarquer l'état mental déplorable de sa mère et tout ce qu'avait subi Nagisa était difficile, voir même carrément impossible, mais pourtant il fallait le faire. Il avait voulu continuer de lire le journal de sa mère, mais Faust le lui avait catégoriquement interdit tant qu'il n'irait pas mieux, et même si cela avait causé une dispute entre eux, Natsume ne pouvait pas nier que c'était sûrement pour le mieux, au final. La douleur, quant à elle, était quelque peu anesthésiée par l'attention des autres et au bout d'onze jours, il parvenait déjà à retourner travailler, ou du moins il le désirait. Il était retourné à la pension il y a peu avec l'intention de reprendre son rythme, même si son esprit était encore dans un bordel sans nom. Bien évidemment, ses recherches n'avançaient pas d'un pouce, mais au moins tenter de se concentrer sur ça le distrayait, et c'était déjà ça. C'était bien plus que tout ce dont il avait été capable auparavant, et il n'avait très certainement pas l'intention de faire des pas en arrière maintenant ; depuis la mort de sa mère, il avait refusé de se laisser être dévoré par le temps et les caprices du destin, ce qui en soit expliquait déjà sa survie. Des cambrioleurs armés n'allaient pas le tuer, alors ce n'était pas la chagrin qu'il allait autoriser à le faire à petit feu.

Difficile de ne pas ressentir autre chose de la honte quand il pense au fait qu'il s'était autant replié sur lui-même à la base, allant jusqu'à repousser quiconque tentait de l'approcher jusqu'à ce que Katya, Faust et Isaac interviennent pour le forcer à sortir de son isolement volontaire. Cette agressivité dont il avait fait preuve, il n'en est pas fier, d'autant plus que même au réveil, il avait été horriblement désagréable et irritable, de telle sorte qu'il se demandait qui donc pouvait bien être assez fou pour le supporter. Arceus, il s'en voulait déjà assez de sa petite 'escapade' quelques jours après avoir appris la vérité... Il était revenu pâle, tremblant, une main en sang, vers le matin alors qu'il était parti durant la nuit sans prévenir personne, et de par ce fait avait inquiété tout le monde, et surtout dans ce cas-là celui qui dormait avec lui. Il ne recommencerait plus jamais, puisque la peur dans les yeux de ses proches avait été suffisante pour le dissuader à tout jamais, mais restait qu'il avait tout de même fait des bourdes à répétition.
Il se souvenait encore de sa surprise lorsque son copain lui avait ramené son dessert favori, qu'il avait apparemment préparé lui-même, ce qui avait réussi à faire naître un sourire sur son visage ; bref, mais tout de même présent. Un bon signe. Un pas vers l'avant, en toute somme, mais il y en avait beaucoup d'autres à faire, des pas, sauf qu'il devrait se débrouiller seul pour ceux-là. Si ceux qui comptaient pour lui parvenaient à lui donner de quoi se motiver, l'impulsion devait venir de lui si il voulait véritablement arriver à quelque chose, et il n'avait pas l'intention de s'arrêter là. Plus jamais. Il ne voulait plus avoir à lui faire subir ça, le voir se priver de sommeil pour lui. Rien que parler avec Mina lui avait davantage ouvert les yeux. Alors aujourd'hui, il prend son courage à deux mains et se lance, peu importe les conséquences.

Il saisit sa veste sans un mot, l'enfile et ferme la porte de sa chambre derrière lui, imperturbable. Son expression est devenue illisible, neutre au possible et avant tout dénuée d'émotions. Il n'a plus le choix maintenant, et il veut le faire. Il doit lui parler, peu importe ce que ça pourrait lui coûter ou ce qu'il pourrait apprendre ; il est prêt, maintenant. La douleur ne partira jamais vraiment, soit, mais il l'accepte et ne compte plus se laisser être dominé par sa peine, car il a perdu bien trop de temps comme ça en lamentations inutiles et avant tout pathétiques. Il ne sait pas quand exactement il a compris ça et quand le déclic a eu lieu, mais à l'instant même où il a décidé qu'il allait parler une nouvelle fois à Nagisa, il y a eu comme un changement. Fini de fuir la vérité et de s'en éloigner. Depuis ce matin, il va mieux. Il n'est pas guéri, mais il a au moins un chemin à suivre, et c'est plus qu'important dorénavant. Cet état qui l'avait immobilisé et dans lequel il s'était laisser se noyer par stupidité, il l'a comme envoyé voler.
Bizarrement, c'est plus simple qu'il ne l'aurait cru. Agir n'est pas faire un gigantesque bond impossible à réaliser seuil, mais avoir le courage de gravir un chemin long, escarpé et bourré d'obstacles, et voir ça suffit à Natsume pour comprendre qu'au moins, maintenant qu'il a compris ça, il peut avancer.
Avec un calme inhabituel, il descend les escaliers sans rien dire, suivi de près par son Vipélierre qui l'observe en silence, le plus discrètement possible. Bien évidemment, l'adolescent le remarque et lui adresse un léger sourire doux.

« Je reviens. Tu m'attends ? »

Hatori ne parut pas réagir, comme si il n'avait pas entendu l'éleveur, avant de hocher négativement de la tête. Natsume fronça les sourcils, confus, mais le Vipélierre dévala les escaliers avant de se mettre aux côtés de son dresseur, un sourire légèrement arrogant sur son visage. Le lapin gloussa un peu, avant de faire signe au serpent de le suivre. Toutefois, à peine avait-il ouvert la porte et fait deux pas dehors avant de se retourner que ce n'était plus un Vipélierre qui se tenait derrière lui, mais bel et bien un Lianaja qui venait tout juste de fini d'évoluer. Éberlué, il prit quelques instants pour bien assimiler l'information, avant de sourire plus légèrement, et de se tourner vers le serpent pour lui dire de rester proche. Comme le compagnon loyal et indéfectible que le Lianaja prouvait déjà être malgré le fait que son arrivée dans l'équipe était très récente, il le suivit sans rien dire, la même expression que son dresseur sur son visage reptilien, comme un miroir qui disait tant et si peu à la fois.
Ils avaient des choses à faire, ou peut-être était-ce déjà 'il'.

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Winter L Kenway
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le premier pas [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Notre premier char Home Made !!!!
» Mon premier vélo couché...
» Adrenalina Skateboard Marathon 10 000 $ au premier!
» premier équipement
» Premier League 2008/2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: NUVA EJA :: Centre-Ville :: Refuge pour ados et adultes paumés-