« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 I will never |OS|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: I will never |OS|   Mer 7 Jan - 2:00


I will never

feat. Kristoff & Summer
Fut-ce le silence qui m'attira loin de ma route initiale?
Je ne sais plus où je me trouve, mais je suis cette voix en moi qui, d'une voix impériale, me dicte mon chemin. Anika, près de moi, tente de ralentir ma course folle entre les arbres décharnés de cette plaine boisée, sans y parvenir un seul instant. Ses questions affolées demeurent sans réponse. Je poursuis ma progression sans savoir ce qui m'attend à l'orée de cette terre inconnue. J'ai entendu un appel. Mes pas accélèrent alors qu'une envolée d'oiseaux sinistre se fait entendre au-dessus de nos têtes. Un mauvais pressentiment me saisit, rapidement envahit aussi la Gardevoir aux pouvoirs empathiques. Quelque chose se trame dans cette forêt, quelque chose qui m'appelle encore et toujours. Le battement d'un tambour, un frottement, le vrombissement d'un moteur, le cri rageur du vent... Mon coeur bat et bat et bat encore dans ma poitrine échauffée par cette longue course qui m'a menée loin de mon sentier en terre battue, loin de cette balade de santé, loin de mon plan d'errer sans but aux flancs de cette montagne majestueuse afin d'en admirer la finesse et la puissance. L'herbe laisse progressivement place à un terrain de gravier en pente abrupte. Je ne me laisse pas démonter, continuant en ignorant la sensation de brûlure dans mes poumons. Non loin, une route secondaire serpente entre les hautes herbes et ses herbes, au pied des falaises. Là se tient un camion immobile dont le moteur ronronne tel un gros chat docile.

Alors je m'arrête, me tapissant dans les herbes rèches bordant la route en intimant mon alliée à faire de même. Le camion, un vieil engin de transport dont la boîte est ouverte sur ce qui semble être des caisses de métal vidées de tout contenu. Or, il ne s'agit que d'une illusion. Des cages. Parfaitement alignées dans un désordre confus, rouillées par l'usage et le temps. Vides, heureusement, bien que quelques taches de sang ou traces de griffes dans le métal vieilli suggèrent qu'elles furent habitées à plusieurs reprises. Mon sang ne fait qu'un tour alors que je comprends le sens de l'appel que j'ai ressenti en moi, celui qui m'a mené auprès de cette route. Braconniers. Voleurs d'existence, êtres malsains aux viles intentions. Ce qu'ils ont l'intention de faire dans ces contrées, je n'en doute pas un seul instant. Capturer illégalement des Pokémon dans le but de les revendre à plus offrant... ou même les tuer afin d'en faire d'horribles objets d'usage. Je n'ose même pas en dresser la liste. Une nausée me prend alors qu'une main se referme automatiquement contre la balle d'un allié. Anika surprend mon mouvement. Ses prunelles s'écarquillent d'horreur et elle pose une main contre mon bras afin de me dissuader de mon idée. Puis ce camion est vide, n'est-ce pas? N'est-ce pas?

Un cri retentit alors qu'un des hommes présents pose une cage contre le sol rocailleux de la route. Un cri qui me transperce. Près du premier homme, un homme dans la cinquantaine bedonnant, une magnifique Feunard monte la garde. Elle se penche régulièrement en direction de cage, qu'elle malmène afin d'en effrayer l'usager. Un rictus cruel étire ses babines canines alors qu'elle échauffe ses barreaux grâce à une gerbe de feu. La boule de poils à l'intérieur de la cage couine de douleur, de désespoir.

«Arrêtes de chigner, stupide boule de poils. Tu as pleuré pendant tout le trajet jusqu'ici depuis qu'on a tué ta mère. Cette saleté ne valait plus rien, du vrai gâchis. On aurait payé cher pour une Mentali si elle n'avait pas été une vieille bourrique.»

Ils ont tué sa mère. Ils ont tué sa mère. Je vois rouge. Ma main décoche la balle à ma ceinture. Les prunelles d'Anika se teintent de panique alors que le deuxième homme rejoint le gros. Maigre, il porte des lunettes... et une impressionnante carabine.

«Vas-tu te taire, Nelson! Ta stupide Feunard l'a bien abîmé, tu crois qu'ils en prendront au Régime de ce foutu Evoli s'il est à moitié mort?»

Ils vont le vendre au Régime. Prisonnier, cet Evoli est prisonnier. Comme l'a été Lucas. Comme l'a été Tristan. Ils vont faire de sa vie un enfer. Peut-être le forcer à se battre à leurs côtés. Ou le disséquer dans quelque expérience sinistre. Pas tant que je vivrai.

«Fermes-là! Ils seront contents qu'on l'aille un peu domptée, celle-là.»

L'autre se tait. Aucun d'en eux n'ont entendu le cliquetis qui libère deux de mes alliés qui viennent se camper de part et d'autres de moi. Je braque un regard glacial sur les deux braconniers en jetant ma capuche contre mon visage. Un ombre se dessine dans mes prunelles. Nul besoin de parler. Ils savent. Surgissant de notre cachette naturelle sans un cri, sans un murmure, d'un mouvement identique qui les fait paraître tels des frères. Kristoff d'un côté, Neptune de l'autre. Sitôt parus que les deux hommes sursautent en lâchant des jurons. Le grand maigre pointe son arme vers Kristoff aussitôt, mais elle lui échappe des mains. D'une attaque Choc Mental, le Ramoloss le lui a retiré aussi sec, l'envoyant valser dans les hautes herbes à plusieurs mètres de là. Pendant ce temps, la chienne de feu se jette vers Neptune qui évite tant bien que mal sa morsure enflammée en roulant sur le côté avec agilité. Tandis que le Pokémon aquatique s'occupe de la Feunard, le Cradopaud et la Gardevoir tiennent en respect les deux hommes qui n'osent plus s'avancer de peur de recevoir de l'un un Direct Toxik déjà chargé et de l'autre une puissante attaque Psyko dont elle a le secret.

«Créatures immondes. Comment osez-vous?»

En m'approchant, je peux voir sans mal l'Evoli dans sa cage, désormais. Il s'agit d'une femelle, sa fourrure nimbée de sang. Elle tremble de tous ses membres, à moitié consciente. Si aucune aide lui est apportée dans peu de temps, sa petite flamme d'éteindra.

«Approchez pas p'tite dame ou je le jure vous allez regretter.»

«Je vais regretter? JE vais regretter?»


Je crie à présent. Anika, enivrée par ma rage, fait s'élever du sol les deux hommes grâce à ses pouvoirs psychiques. La douleur envahit leurs membres, se peint sur leurs visages stupides et bourrus.

«De quel droit vous vous appropriez la vie d'innocents? De quel droit faites vous couler le sang de ceux qui n'ont en rien mérité votre violence? Coquerelles de bas étage. Je devrais laisser Gardevoir vous tuer. Elle en a envie, vous savez? Parce que moi, je me délecterais de vous voir pourrir comme des chiens.»

Un cri se fait entendre. Neptune est dans un mauvais pas. La Feunard ennemie s'est juchée au-dessus de lui et s'apprête à lui porter le coup décisif. Au moment où il ferme les yeux, se croyant vaincu, une lueur blanchâtre surgit, venant renverser le chien de feu. Encore et encore, ses poings violacés s'abattent contre la redoutable renarde enflammée jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus. Alors le Coatox se relève pour tendre la main à son ami resté au sol.

«Vous ne gagnerez pas. Vous ne gagnerez jamais. Vous vous croyez forts avec vos armes, avec votre haine. Sachez ceci. Vous êtes voués à l'échec depuis le premier jour.»

Derrière moi se tiennent trois silhouettes fières. Indomptables. Sauvages. Le regard animé d'une lueur dévastatrice que rien ne saura arrêter. Je me penche en direction de la cage, récupérant le bébé Evoli à l'intérieur. Je tremble tout autant qu'elle. Son sang baigne ma veste.

«Retenez ceci. Il n'y a aucune paix pour ceux qui se vouent à la haine.»

D'un claquement, les deux hommes s'écrasent contre la route avec fracas. Remis sur leurs pieds, ils cherchent un adversaire. Invisible. Nous avons disparu, laissant derrière nous rien de plus qu'une cage vide et une promesse vengeresse.

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I will never |OS|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: RÉGION DU NORD :: Montagnes du Nord-