« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cobaltium
Administratrice
avatar
Messages : 1604
Date d'inscription : 24/06/2013


MessageSujet: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Sam 25 Avr - 7:38

MASCARADE vs GRIMA
3e Ruban / 1ère Ronde

Bienvenue à ce Concours opposant Mascarade à Grima de l'Amphithéâtre de Vanawi. Que dire mis à part que ce Concours était l'un des plus attendus de cette année? Mascarade est la première Coordinatrice a venir prendre son troisième et dernier ruban, et je ne doute pas une seconde que nous sortirons tous émerveillés de ce concours qui promet d'être incroyable! Le participant doit choisir deux Pokémon pour cette première ronde. Il devra décrire son arrivée dans l'Arène, le choix de ses Pokémon, puis sa performance, qui consiste à décrire les actions de ses Pokémon tout comme celles de son personnage. La performance doit durer environ deux ou trois minutes, sans plus. Elle sera jugée par Cobaltium et se verra attribuer un note sur vingt-trois. Le participante doit obtenir une note égale ou supérieure à treize pour passer à la deuxième ronde et combattre le Champion. Chaque Pokémon ne peut utiliser que quatre attaques, qui devront tenir compte de son niveau bien sûr, ce qui fait un total de huit attaques pour le Concours. Comme pour une capture, vous devrez préciser à la fin quels Pokémon vous choisissez, le surnom s'il y a lieu. CS et natures doivent être présentes, précisez toutes les CT, CS & Move-tutors appris. Nous rappelons que l'évaluation se fera sur la beauté de sa performance autant que sur la finesse des Combinaisons et sur la complicité entre le Coordinateur et son Pokémon.

Bonne chance!

____________________________________________


DCs: Alexander, Julianne, Riku, Cesar et Mell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Sam 25 Avr - 14:03


Concours no°3

One step closer
Ses pieds l’extirpent de ce fauteuil dans lequel elle repose. S’avancent entre ses adversaires sans la moindre hésitation. La peur, elle l’a laissée loin d’elle, dans un coin reculé de son être. Pourtant jamais elle n’a semblé plus vulnérable qu’en ce moment, flamboyante dans sa robe aux couleurs chaudes qui ondule contre sa peau diaphane. Véritable princesse des flammes, Mascarade adresse un sourire presque chaleureux au Coordinateur qui vient de s’exécuter sur scène. Ses prunelles d’un brun profond dansent d’une étincelle de joie à son état le plus pur ainsi que d’un éclat plus subtil encore, plus profond et soudain. La mélancolie. Cet éclat transporte le jeune homme qui lui fait face et qui s’écarte pour la laisser passer, transi par l’émotion de ces yeux qu’il a appris à craindre. On l’a souvent décrite ainsi, cette entité presque surnaturelle des coulisses des grands Concours. À peine humaine dit-on, appartenant à un monde des spectres, glaçant sur place quiconque ose croiser son regard. Aujourd’hui elle n’a jamais semblé si humaine, tendant même la main pour caresser l’épaule de son vis-à-vis avant de se diriger à son tour dans l’étroit couloir qui mène jusqu’à la scène. Déjà son troisième affrontement, possiblement son dernier. La jeune femme se refuse d’y penser, se contentant d’avancer, avancer encore et toujours. Une voix l’accompagne, lui susurre quelques paroles d’une voix douce. Encouragements silencieux qui rendent chacun de ses pas plus déterminés. Cette voix? La sienne. Combien de fois a-t-elle eu l’audace de croire en elle ces dernières années? Aujourd’hui tout pourrait changer. Elle se présente telle qu’elle l’est véritablement, deux moitiés d’une même personne non pas scindée mais unie, complète.

Du courage. Elle en a eu besoin pour accepter ces deux parts d’elle-même. De réaliser que l’une ne peut vivre sans l’autre. En s’avançant entre les gradins plongés dans la pénombre à sa demande, personne ne peut surprendre ce sourire sincère qui peint son visage, ni la satisfaction dans ses prunelles. Elle s’autorise un instant de silence durant lequel elle pose un genou contre le sol, laissant son regard s’égarer dans les ombres de cet Amphithéâtre aux milles murmures où grouille une impatience saisissante qui la contamine peu à peu, venant effriter le grand calme serein qui l’a tenu jusqu’à présent. L’appel de la Coordination est plus grand qu’elle. Elle s’y abandonne d’un rire qui raisonne dans l’obscurité ambiante, empreint d’une telle innocence qu’on en vient presque à douter qu’il eut pu s’échapper de la froide et hautaine Mascarade en ce jour. On ne perçoit d’elle que la brillance rougeoyante de sa robe. Pour l’instant. Deux autres silhouettes se dessinent près d’elle, apparues dans un silence impénétrable, posant leurs bras contre ses épaules afin de la redresser. Quelques sifflements se font entendre. On attend, on l’attend elle et ses deux alliés pour cette peut-être ultime performance de sa part? Doit est-ce la fin de ce rêve qu’elle caresse? L’ultimatum ne la pèse nullement alors que la musique se fait enfin entendre, provoquant une valse de cris impatients dans les gradins. Puis on se tait car on sait, on sait. Qu’elle va chanter.

Heart beats fast
Colors and promises
How to be brave
How can I love when I'm afraid to fall?

D’une justesse caressante, Mascarade s’est mise à chanter. Sa voix plus belle que jamais entourant provoquant, à ses côtés, une réaction identique. Les deux silhouettes se détachent d’elle, glissant contre le sol poussiéreux de l’Amphithéâtre animé plus que de la musique douce et vibrante et la voix de leur dresseuse. D’un côté, une silhouette trapue aux formes rebondies, se met à danser dans l’obscurité. Des flammes colorées ondulent entre ses pattes, éclairent son visage naïf aux grands orbes bleutés. De l’autre, une forme élancée la suit dans ses mouvements de danse, entourée d’une lueur d’un bleu argenté. Toutes deux s’éloignent progressivement l’une de l’autre animant de plus en plus la scène de leur lumière qui enfle à mesure que leur danse s’approfondit. Nanméouïe et Gardevoir. Sœurs répandant la lumière autour d’elles, éclairant de par ce fait même la jeune femme qui surveille leur progression en se laissant ensevelir par l’émotion de les voir enfin accéder à ce moment.

But watching you stand alone
All of my doubt
Suddenly goes away somehow

Un sourire étire le visage d’Éden. Ses rêves l’ont toujours mené à cet instant, partagé avec ses deux protectrices. La Nanméouïe met fin lentement à sa danse, agglutinant entre ses petites mains fragiles la puissance de ses flammes qui ondulent comme des serpents sifflants. Anika, d’un mouvement synchronisé, se pose à quelque distance d’elle et rassemble l’aura bleuté autour d’elle en une sphère concentrique qui croît à chaque seconde. Au moment où la Coordinatrice s’avance vers elles deux en prononçant «goes away», les deux femelles laissent leur échapper la puissance contenue entre leurs mains tendues vers le ciel.

One step closer…

L’orbe lunaire d’Anika et l’orbe solaire de la Nanméouïe se mettent à décrire une lente ascension sous le haut plafond de l’édifice. Ondulant l’une contre l’autre à un rythme soutenu, opposant leur lumière de façon à en inonder le terrain sous eux. Elles se campent l’une contre l’autre, soleil et lune. Sous leur lueur incandescente, les deux sœurs se rassemblent, se tournant d’un même mouvement gracile vers leur dresseuse dont le sourire les transperce. La Gardevoir n’a pas besoin de ses pouvoirs empathiques pour deviner chez sa dresseuse toute la fierté qu’elle peut ressentir. Pour sa part et ce malgré sa jeunesse, Éden a parfaitement compris l’émotion d’Adélia et ses prunelles s’embuent. Anika pose une main contre son épaule pour lui apporter son soutien et faire en sorte qu’elle reste parfaitement concentrée. Et alors s’amorce leur transformation.

I have died everyday
Waiting for you
Darlin’ don’t be afraid
I have loved you

Lorsqu’elle prend fin, deux fées se tiennent devant Mascarade qui tend les mains vers elles, doigts recourbés dans une sorte de présentation silencieuse des deux êtres neufs qui l’accompagnent. Sous leurs pieds, une fine brume bleutée s’est formée, venant accentuer la lueur des deux astres qui voltigent au-dessus de leurs têtes. Sous leur aspect méga-évolué, la Nanméouïe et la Gardevoir abordent leurs propres couleurs. La jeune femme à leur côté recule. Maintenant que la transformation a réussi, il ne reste plus qu’aux deux jeunes fées de briller tel elle leur a enseigné. Elle n’est que la narratrice de cette histoire dont elle fait pourtant partie, encore, toujours, colle qui retient chaque membre de son équipe ensemble. Famille.

A thousand years
I’ll love you for a thousand more

Voilà que cette chanson prend tout son sens et le récit se précise. Mascarade a vécu dans la peur pendant si longtemps. Trop longtemps. Les événements récents de sa vie se sont bousculés au point où elle a eu l’impression de se perdre, de s’échapper. Or, Anika et Éden, comme ses autres compagnons, l’ont tenu au chaud dans ses moments de doute. L’ont entouré d’amour alors qu’elle avait perdu toute estime d’elle-même. Dans les dernières semaines Adélia a changé. Le regard qu’elle lève vers les gradins est plein d’assurance, une assurance toute neuve qui offre à ses compagnons une confiance conséquente. Éden et Anika, avec un synchronisme saisissant, s’éloignent pour regagner le centre du terrain. Sous les astres colorés d’argent et d’or, elles n’ont jamais semblé plus belles. Anika se dresse avec une fierté paisible, les longs pans diaphanes de sa robe voligeant autour d’elle comme agités par une brise invisible. Éden pour sa part mène la brume bleutée jusqu’à eux avec une grâce surprenante pour un être aussi court et rond. Toutes deux arborent un grand sourire sincère, dépourvu du moindre mystère comme lors de la dernière performance de la Gardevoir à Anula. Lentement, leurs corps se mettent à briller d’un éclat surnaturel presque onirique de par la brume qui lèche chacun de leurs mouvements.

Time stands still
beauty in all she is
I will be brave

Ce courage qu’elle a trouvé en elle-même. Qu’elle ne laissera plus jamais lui échapper. Mascarade a trouvé sa voie. A trouvé sa voix. Celle de l’inspiration. Anika prend une grande inspiration alors que l’éclat blanchâtre qui la recouvrait, lui donnant l’apparence d’un ange tranquille et puissant, s’épuise pour laisser place au dessin caractéristique de son attaque Psyko. Près d’elle, Éden hoche la tête vers sa consœur alors que leur dresseuse retient son souffle. Elle les a vues se démener si souvent avec ce qui va suivre. Le moment de vérité. Elle n’a pas peur.  D’un bond, la Nanméouïe et la Gardevoir se projettent vers l’avant, soulevées par les pouvoirs psychiques de cette dernière. Les fées s’envolent en direction des deux astres qui prennent presque la moitié de l’espace céleste à présent.

I will not let anything
Take away
What's standing in front of me
Every breath,
Every hour has come to this

Les deux soeurs voltigent autour de leurs orbes géants, le lever du soleil et de la lune, lumineuses, sereines. On les surprend, à quelques instants fugaces, pouffer de façon enfantine alors qu’elles se hissent jusqu’au sommet des astres en volant à la façon des fées enchantées des contes murmurés aux oreilles des enfants trouvant sommeil. Elles s’y rejoignent et se tendent la main en vibrant déjà de ce qui va suivre.

One step closer

D’Éden s’échappe une vague rosée et lumineuse, comme si elle rejetait finalement l’énergie qu’elle contient depuis tout à l’heure. D’Anika Pskyo s’échappe de son bras tendus sous la forme de filaments destructeurs qui s’abattent contre les deux astres dans un même mouvement que celui de la Nanméouïe.

And all along I believed
I would find you
Time has brought
Your heart to me

Les deux astres se déchirent et s’effrirent dans une chute de lumière flamboyante et un grand bruit qui s’éteint juste à temps pour l’entrée au dernier refrain d’Adélia. Cette dernière s’est avancée sous cette tempête de flammes et d’éclats de lune qui descend contre le terrain embrumé agissant tel un miroir et reflète vers les deux fées toute l’énergie de cette explosion haute en couleur. La Coordinatrice se met à briller elle aussi, les paillettes rougeoyantes de sa robe qui expose simplement son ventre et ses jambes réfléchissant elles aussi les innombrables éclats autour d’elle.  

I have loved you for a
Thousand years
I'll love you for a
Thousand more

Les fées amorcent leur descente dans ce torrent de flammes et d’énergie lunaire. Le moment est venu, enfin, de calmer la tempête en elles, d’effacer toute trace de dualité pour ne former plus qu’une. Sous elles, Mascarade attend en sachant pertinemment que jamais au monde elle ne s’est sentie elle-même autant qu’en cet instant. Nanméouïe et Gardevoir se posent près d’elle, joignent leurs mains de part et d’autre de leur dresseuse dont la voix tremble un instant d’émotion. Autour d’elles une longue traînée pailletée se forme, engloutissant tout sur son passage, venant récupérer les derniers éclats de soleil et de lune qui pleuvent encore sur elles trois. Orbes incandescents et éclats lunaires se mêlent aux paillettes d’un rose argenté, les faisant briller d’un dernier éclat avant qu’elles ne s’éteignent dans un sifflement doucereux, plongeant de nouveau l’Amphithéâtre dans une profonde obscurité.

One step closer

Anika, Éden et Mascarade ont disparu. Il ne reste d’elles que cette voix dans les ténèbres reprise en harmonie par deux autres, enchanteresses. Et cette perspective d’un nouveau départ où plus jamais elles ne craindront ce qu’elles sont. Une famille.

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
Administratrice
avatar
Messages : 1604
Date d'inscription : 24/06/2013


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Dim 26 Avr - 11:20

MASCARDE vs GRIMA
1er Ruban / Résultats - 1ère Ronde

Une fois de plus, Mascarade nous a entrainé dans son monde enchanteur, sous la forme d’une troisième performance fort originale et éblouissante. Certains susurrent qu’il pourrait s’agir de la dernière performance de Mascarade, mais je n’y tiens pas, surtout après un tel spectacle!

Détail des résultats :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 5/5
Je ne sais vraiment que dire sur ce point si ce n’est que la complicité entre Mascarade et ses deux fées était parfaite. Je n’ai rien à redire, si tu as voulu rendre et souligner le lien familial et complice qui règne entre ces trois êtres tu as parfaitement réussi ; l’amour qui les lie est presque palpable sans déborder pour autant, et toutes leurs interactions sincères et sereines m’ont beaucoup touchée. Mascarade est beaucoup mise en valeur elle aussi, mais cela n’a absolument pas fait de l’ombre à ses deux Pokémon, toutes trois étaient parfaitement égales. Quoi d’autre à dire… à part « bravo » !
• Complicité entre les Pokémon : 3/3
Je prolonge ce que je viens de dire dans le point précédent. Ici aussi, Anika et Eden formaient une symbiose magnifique et exemplaire. Chacune dans leur élément respective : soleil et lune, elle n’ont pourtant jamais éclipsé l’autre durant leur performance.
• Performance : 4.5/5
J’ai déjà dit que je manquais d’adjectifs, mais la performance était merveilleuse, comme on pouvait l’attendre de Mascarade et de son univers féerique unique. On a assisté ici à un spectacle plutôt calme, apaisant, mais qui ne m’a pas moins tenu en haleine du début à la fin. J’admire particulièrement la mise en espace du spectacle, j’avais vraiment le ballet de ces deux astres devant les yeux, un véritable univers qui est celui de ces trois êtres féeriques : tout était très joliment décrit. Je chigne peut-être un peu, mais j’ai simplement eut l’impression d’un moment de flottement au milieu de la performance, et qui m’a rendue un peu impatiente de la suite du spectacle, ce n’était pas réellement dérangeant, mais j’ai eu une légère impression d’un « trou » dans le rythme calme si bien installé de la performance. Je ne désigne pas du tout cela comme une « erreur », étant donné que souligner la relation de Adélia, Eden et Anika est d’une importance primordiale ici, c’est pour cette raison que ce détail ne te coute qu’un demi-point.
• Combinaisons utilisées : 8.5/10
Comme je l’ai déjà souligné, la progression parallèle d’Eden et Anika était très bien mise en scène, et c’est réellement le point fort de cette performance : leur complicité inébranlable et même grandissante. Les combinaisons ont donc surtout lieu lors de la rencontre des deux fées. C’est peut-être un peu dur de ma part de retirer des points là-dessus, mais j’ai un peu regretté (et encore, le mot est un peu fort) le peu de combinaisons d’attaques que Naméouie et Gardevoir auraient pu faire chacune de leur côté. En revanche, toutes les combinaisons étaient parfaitement adaptées à exprimer le lien doux et réel qui unit les trois sœurs, la meilleure combinaison fut finalement de combiner cet amour familial de façon à ce qu’il se ressente si bien dans les actions d’Anika et Eden!

NOTE FINALE : 21/23

Félicitations, tu passes haut la main en deuxième ronde! Ton prochain post devra décrire la réaction face à ces résultats. Le prochain tour commencera sous peu. Tu vas affronter Grima. Prends le temps de te reposer de cette première performance, car la suite des choses risque d’être bien plus endiablée que la première ronde qui fut si apaisante!

____________________________________________


DCs: Alexander, Julianne, Riku, Cesar et Mell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Lun 27 Avr - 18:01


Concours no°3

One step closer
Alors que les ténèbres s’apaisent, que ses pas autrefois assurés se perdent dans les couloirs sinueux de l’Amphithéâtre, Mascarade ne peut plus contenir les soubresauts de ses membres qui menacent de s’écrouler à tout instant. Près d’elle, seules les présences rassurantes de ses deux alliées lui donnent le courage de poursuivre sa balade visant à calmer ses nerfs mis à mal par ce qu’elle vient de vivre. L’exaltation du moment passé, elle doit composer avec une angoisse terrible, un après-coup qui la rend très vulnérable. Elle s’est promis d’être courageuse, plus forte et plus en confiance en ses moyens désormais, et un jour, elle y parviendra parfaitement. Mais en cet instant de silence à marcher en compagnie d’Éden et d’Anika, ses incertitudes la hantent toujours. Adélia met dans ses Concours plus qu’il ne le faudrait. Elle y jette à chaque fois quelques gouttes de son âme. Elle ne porte pas ce nom de Turnac pour rien. Sa famille est peuplée d’êtres déterminés et passionnés qui jamais n’abandonnent. Parfois jetée dans leur ombre, la jeune femme cherche aujourd’hui à s’inspirer de la force de ses ancêtres afin de poursuivre ce qu’elle a si brillamment commencé aujourd’hui, pour affronter ses démons et reprendre contenance sur elle-même. Elle ignore d’ailleurs la raison de son trouble. Peut-être est-ce la perspective de devoir perdre aujourd’hui sans avoir laissé la chance à ses deux prochains alliés de briller?

Surprise est de constater qu’Éden, la plus jeune du trio, en arrête l’aînée afin qu’elle se repose. De par son empathie naturelle lui venant assurément de son espèce, elle perçoit depuis un moment l’angoisse de sa dresseuse et la force maintenant, tout en douceur, à s’asseoir contre le plancher de ce couloir désert. Mascarade accepte même d’allonger ses jambes, docile et perdue dans ses pensées. La jeune Nanméouïe entreprend de lui masser les jambes en chantant doucement l’air qu’elles viennent d’échanger toutes les droits. La voix fragile et doucereuse de son alliée suffit à calmer la jeune femme quelque peu. Elle se met à sourire, remerciant silencieusement cette petite bulle rose d’amour qui se tient à ses côtés. Anika comme elle ont quitté leur forme méga-évoluée. À présent, elles couvrent leur dresseuse d’attentions et lentement, la brunette reprend le contrôle sur ses émotions et se tourne vers le terrain qu’elle a quitté. Elle n’arrive pas à voir la scène d’ici, ni à bien entendre le discours des juges qui est entamé. Le dernier concurrent est passé il y a un moment et le verdict sera rendu. Mascarade se remet sur ses pieds en respirant un long coup, prête à affronter sa destinée. Les deux fées la suivent en s’échangeant un sourire. Voilà l’Adélia qu’elles connaissent et apprécient, la passionnée.

En s’approchant, Mascarade parvient juste à temps pour entendre, accompagnés de la note, les commentaires au sujet de sa performance. Si près, elle est passée si près de la note parfaite! La jeune Coordinatrice n’en revient simplement pas. Elle tend les bras à ses deux amies en les y cueillant, sachant pertinemment qu’aucune note ne viendra dépasser la sienne en ce jour. Anika et Éden se pressent contre elle, devinant les mots que leur adresse la dresseuse dans le silence que lui confère son masque. Autant de remerciements dont elle ne saurait, malgré tous ses efforts, rendre état de sa gratitude. Au-delà de la joie immense que lui offre chaque nouvelle victoire, Adélia est fière de ce moment qu’elles viennent d’échanger et qui signifie pour elles un tout nouveau départ. Anika sert sa main avec douceur. Ces deux-là auront partagé toutes leurs douleurs depuis ce fameux soir à Anula, mais aujourd’hui, tout va changer. Peu importe ce qui se dessine pour elle dans ce vis-à-vis avec Grima, la jeune femme sait qu’elle en ressortira changée.

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
Administratrice
avatar
Messages : 1604
Date d'inscription : 24/06/2013


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 29 Avr - 19:37

MASCARADE vs GRIMA
1er ruban, niv.55 / Championne de Vanawi, niv.52

Le combat entre Mascarade et Grima de la ville de Vanawi est sur le point de commencer. Un combat très longuement attendu (non, non pas par la modo) et fort prometteur, dans lequel Mascarade vient chercher le grandiose. Ce spectacle promet un délice pour tous nos sens! Chacun des participants devra décrire son entrée dans l'Arène ainsi que le choix de son Pokémon, en indiquant à la fin de son message l'espèce, le surnom, le sexe, la nature ainsi que les CT, CS ou Move-Tutor apprises. Le challenger peut changer de Pokémon entre ces deux rondes, ou ne pas utiliser les quatre mêmes attaques qu'à la première s'il choisit de garder le même.

Bon match à vous deux!

____________________________________________


DCs: Alexander, Julianne, Riku, Cesar et Mell.


Dernière édition par Cobaltium le Mer 29 Avr - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 29 Avr - 20:28


Concours no°3

feat. Coagada
Toute épreuve débute par une idée. Une idée audacieuse, rebelle, un défi qui s’élève et confronte l’ordre et l’établi. Deux termes qui ne peuvent véritablement exister à long terme, même pour une jeune femme au caractère aussi paisible qu’Adélia Grace Turnac. Le changement et l’évolution ne se produisent que par la destruction des règles et convictions acceptées et profondément ancrées en soi. Plus l’effondrement est grand, plus le changement sera considérable, en bien ou en mal. Cette dualité impose un choix, parfois douloureux et difficile, aux humains confrontés par ces idées, par ces épreuves qui se présentent sur leurs chemins solitaires. Affronter ou fuir? Voilà la question qui taraude la jeune Coordinatrice alors qu’elle s’avance dans l’étroit couloir menant à l’Amphithéâtre. Son aventure de Coordination prit forme au moment où cette idée germa dans son esprit, un beau jour d’enfance, ce projet silencieux qu’elle enfouit alors dans son cœur d’enfant. Cette idée précoce, embryonnaire, se solva en une multitude d’idées tout aussi révolutionnaires qui menèrent son parcours jusqu’en cet instant où le temps semble avoir figé sa course, son existence retenant presque son souffle. La jeune femme ne nierait pas la présence tentaculaire de la nervosité, de la peur même, qui lui noue l’estomac. Sauf que devant cette épreuve, sa décision est prise, depuis toujours probablement, prenant source dans une force de caractère qu’elle ignore même posséder et qui se dresse en elle aujourd’hui en venant chasser le démon de ses insécurités croissantes. Aujourd’hui, Mascarade est venue se battre.

Le technicien la suivant de près sursaute en réalisant qu’elle a disparu dans les ténèbres. Il a beau tourner sur lui-même dans tous les sens, il ne subsiste plus aucune trace de l’étrange brunette à la longue tresse agrémentée de pierres roses et bleues. Comment une jeune fille ainsi drapée de sa longue robe blanche a-t-elle pu échapper à sa vigilance alors qu’il ne se trouvait qu’à quelques pas d’elle? Le jeune homme vêtu de noir, affolé, surgit près de la table des juges, soufflant quelques mots au technicien plus expérimenté qui se trouve tapi dans l’ombre. Ce dernier blêmit et, discrètement, ils alertent les autres en tâchant de retrouver Mascarade dans les différents locaux de l’Amphithéâtre. Sur le terrain, la Championne s’est déjà avancée et le combat devrait commencer d’ici quelques minutes mais toujours aucune trace de la challenger. S’est-elle défilée la gagnante de la première ronde? A-t-elle rebroussé chemin en considérant son adversaire, l’une des plus talentueuses Championne d’Enola qui respire la confiance, contrairement à elle qui se dissimule sous un masque afin de trouver le courage nécessaire pour affronter ses adversaires? Des murmures se font entendre dans la salle lorsqu’un cri retentit dans les premiers rangs des gradins.

Sur scène un bruit constant et maladroit se entendre alors que la Coordinatrice apparaît finalement. Tirant derrière elle un petit piano d’apparence plutôt ancienne, d’un blanc écaillé par le temps. Juché sur roulettes et tiré par la jeune femme par une corde, il attire ostensiblement l’attention vers lui. Infatigable semble-t-il, Mascarade savoure sa victoire en faisant fi de l’élancement qui brûle son flanc droit, là où une balle l’a traversée deux mois plus tôt. Sa blessure a beau avoir cicatrisé, la douleur est toujours présente lorsqu’elle présente un effort. Son visage de marbre s’enjolive d’un sourire modeste, presque désolé devant tout le temps qu’elle a mis à se séparer du technicien, de rejoindre la pièce où elle a planqué le piano après toutes sortes de péripéties fort intéressantes que nous passerons sous silence par faute de temps et d’intérêt ici. Ainsi elle se présente devant Grima, ajustant son piano devant le terrain, soupirant longuement pour reprendre un rythme de respiration normal avant d’adresser à son adversaire une longue et profonde référence qui dévoile sa gorge et fait cascader quelques mèches folles et bouclées contre son visage. Elle se redresse avec une douceur tranchant avec son personnage, s’approchant de l’instrument dressé à ses côtés.

Ses doigts caressent un instant les touches avant de les presser, entamant une mélodie qui résonne dans l’Amphithéâtre. Mascarade est consciente d’avoir pris beaucoup de temps pour se permettre d’utiliser cet instrument, le premier dont elle ait appris les secrets. À présent, le spectacle doit commencer. Debout près du piano, elle s’active, augmentant de plus en plus le tempo. Ses mains sont celles des passionnés, longs et fins filaments qui dansent contre les touches. On sursaute en réalisant qu’à présent, deux silhouettes l’entourent. S’étaient-elles dissimulées à l’intérieur même de l’instrument? Cela semble peu possible au vu de leur carrure à tous les deux ainsi qu’à leur poids excessif. Dans tous les cas, les voici tout de même. Un Coatox juché contre le dessus du piano, laissant une patte nonchalante se perdre dans le vide. Un Roigada tout près de sa dresseuse, hochant la tête au rythme de la musique. Kristoff et Neptune qui, de concert, se détachent de leur contemplation de leur meneuse en train de jouer pour sauter sur le terrain, expressions farouches au visage. Puis, s’échangeant une œillade amusée, ils sourient. Toute épreuve débute par une idée. Celle-ci s’est dessinée dans leurs esprits depuis si longtemps. Il est venu le moment de la mettre en pratique.

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winter L. Kenway
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 134
Date d'inscription : 17/12/2014

Âge du personnage : 28 ans
Métier / Études : Diplômée en communication
Pseudonyme(s) : .
Grima
~> Pseudonyme de championne
Nimue
~> Pseudonyme d'infomatrice

Niveau : 50.
Team active : .

♀ - Cassiopée
Infiltration - Douce

♂ - Ethan
Ramassage - Solo
# Cage-Éclair

♂ - Caelum
Intimidation - Jovial

♀ - Sephora
Absorb Eau - Joviale

♀ - Naga
Brasier - Pressée

♀ - Callisto
Colérique - Malpolie

Team spécifique : .

∅ - Orphée
Adaptabilité - Modeste
# Laser Glace

♂ - Orion
Brasier - Sérieux
# Toxik
- ()
♀ - Circé
Insomnia - Mauvaise ; Branettite
- ()
♂ - Aramis
Statik - Assuré ; Pharampite


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 6 Mai - 16:14



VS Mascarade

Des imprévus, il en existe et en existera toujours. Constante inchangeable qu'elle avait accepté à contrecœur dès sa jeunesse, comme un principe qui, bien qu'il agaçait son esprit prévoyant et calculateur, l'amusait tout autant qu'il lui plaisait. C'était d'une sorte d'amour ambivalent qu'elle ressentait pour tout ce qui était hors de sa portée, pouvant tout autant l'irriter que l'exalter. Nombreux étaient donc les moments où, en tant que coordinatrice, elle avait le droit d'être sujette à ce genre d'événements, plus souvent pour son grand plaisir que son agacement. Ainsi donc, après être arrivée, elle avait eu la mauvaise surprise de constater que son adversaire était en retard. Elle haussa légèrement les sourcils, inflexible mais tout de même surprise, s'étant attendue à plus de rigueur venant de la place d'une opposante qu'elle avait un peu attendu. Ou du moins, disons qu'après avoir passé quelques soirées à visionner des vidéos de performances d'anciens concours, elle avait noté dans son esprit le nom de Mascarade comme étant celui d'une des coordinatrices qu'elle verrait peut-être dans son amphithéâtre un jour ou l'autre. Autant dire que quand elle avait vu son nom dans la liste des inscrits et avait assisté à sa performance, qui avait d'ailleurs fait naître un sourire amusé sur ses lèvres fines, elle s'était dit que ce concours serait sûrement intéressant. Pas qu'un concours puisse l'être entièrement de toute façon, les personnes arrivant généralement jusqu'à elle ayant un minimum de créativité, mais disons qu'elle s'en souviendrait peut-être davantage que ceux de tous les jours. Le temps serait un juste juge de cela.

Alors elle attend. Imperturbable malgré les murmures qui se diffusent dans les gradins, les mots qui s'entremêlent, les regards inquiets et perturbés. Le seul mouvement qu'elle amorce est celui de redresser son masque et son bracelet. Seul son silence l'accompagne, et pas une trace de nervosité n'émane d'elle. Grima ne l'est jamais, après tout. Le danger, l'imprévu et l'inattendu sont ce qui la fait vivre. On peut bien la qualifier de junkie d'adrénaline que ce ne serait que la stricte et pure vérité, rien de plus. Elle n'irait pas le nier. Elle l'a accepté depuis le moment même où elle s'était rendue compte que pour être vraiment heureuse, elle avait besoin d'être constamment en mouvement, surprise et devant des difficultés. L'ennui était bien son pire poison. Contradiction à l'air irréfutable mais pourtant tant nécessaire pour sa survie. Elle laisse ses bras retomber le long de son corps, ses mains gantées immobiles, son visage laiteux inexpressif. Il brille dans ses yeux azurés une lueur d'impatience qui ne ternit pas au fil des secondes qui s'écoulent lentement, si lentement qu'elle en aurait été presque capable que le temps s'était arrêté pour se moquer d'elle et de son attente. Sûrement était-elle en fait la seule à le ressentir ainsi ; jamais elle n'avait été un modèle de patience, cela faisait partie de la liste de ses innombrables défauts. La vertu, ce n'était pas pour elle : trop lassant, évidemment.

Puis, un bruit. Grima haussa un sourcil, fixant alors son regard sur la source de ce son, et laissa échapper une expiration rapide, amusée, en voyant ce que son adversaire venait de faire. Soit. La musique faisait entièrement partie de l'univers de Mascarade, alors il était normale qu'elle doive bricoler un peu pour pouvoir l'apporter, quoique elle devait avouer que cette arrivée était plus comique qu'autre chose. Mais peu importe. Aux côtés de leur dresseuse se dressèrent un Coatox et un Roigada, ses deux choix d'aujourd'hui. Deux pokémon qu'elle avait toujours apprécié et admiré : autant dire qu'elle se considérait gâtée de les avoir en face d'elle en ce moment. Elle fit une courbette assez appuyée, mais une véritable révérence tout de même en réponse à celle qu'avait fait la jeune femme en face d'elle il y a peu de temps.
Mais, tandis qu'elle se penchait, une gerbe d'éclairs éclata en provenance du sol derrière elle et escaladèrent le ciel dans des grondements rageurs et statiques. Un sourire au coin se dessina sur le visage de Grima alors que du nuage électrique surgit une torpille violette qui, en tournant, fit tomber autour d'elle des sphères violettes qui disparurent dès qu'ils entrèrent en contact avec le sol, comme des flocons de neige immatériels. Une créature rose surgit de derrière la championne et des ombres du rideau et bondit sur l'une des sphères avant de se laisser tomber au sol, suivi de multiples éclairs qui grésillaient encore alors même que leur créateur avait déjà arrêté de se mouvoir.
Le Pharamp et le Porygon Z s'adressèrent un regard ; sourire fin et audacieux sur le visage d'Aramis, étincelle impatiente et complice dans les yeux d'Orphée. Grima claque des doigts. Les torches autour du terrain se teintèrent de violet, dernier ingrédient nécessaire à leur préparation.
La championne se redressa lentement, muette mais fière et prête. Son sourire en disait bien assez pour qu'elle n'ait le besoin d'en dire davantage.


Yap yap:
 

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Natsume Shimomura
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
Administratrice
avatar
Messages : 1604
Date d'inscription : 24/06/2013


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Jeu 7 Mai - 13:00

MASCARADE vs GRIMA
3e ruban, niv.55 / Championne de Vanawi, niv.52

   
Il est enfin l'heure de débuter le combat le plus attendu du Grand Festrival! On se passe de commentaires, préparons nous juste pour la bataille titanesque qui nous attend...
   Commence désormais un combat RP entre les deux participants, qui durera trois posts pour chacun (c'est-à-dire six posts en tout). Le Juge ne réinterviendra normalement plus jusqu'à la fin dudit combat. Chacun des posts sera évalué selon les mêmes critères que la Première Ronde et les deux participants se verront attribuer une note au final. La note la plus élevée déterminera le gagnant. Attention, tout powergaming verra la disqualification du joueur. N'oubliez pas aussi que vous n'avez droit que d'utiliser quatre attaques, comme dans un combat entre dresseurs! Si le modérateur voit que vous en utilisez une cinquième, il pourra intervenir pour en signifier l'échec immédiat.

   
Que le spectacle commence...

____________________________________________


DCs: Alexander, Julianne, Riku, Cesar et Mell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Jeu 7 Mai - 19:52


Concours no°3

feat. Coagada
Lentement, Mascarade s’extirpe de la froide nervosité qui enserre sa poitrine. S’il fallait mettre des mots sur son état silencieux, profond et dissimulé à tout regard extérieur qui ne soit pas celui des deux vétérans de son équipe qui se tiennent devant elle, s’il fallait exprimer ce qu’elle tait en elle, alors ces mots prendraient la forme de la terreur. Son admiration pour la Coordinatrice aussi masquée devant elle ne fait plus aucun doute, même qu’on le devine à la silencieuse contemplation qu’elle lui réserve de derrière son piano. Ce qui l’effraie ne relève pas vraiment de son adversaire en tant que telle, une jeune femme d’environ son âge bourrée de talent et de créativité. Au contraire, Adélia attendait avec impatience le moment où elle se présenterait à elle, se la réservait pour son tout dernier Concours de l’année telle une récompense longuement attendue dont elle savoure à présent chaque moment. Le défi non plus ne parvient pas vraiment à ébranler sa confiance timide mais bien présente. Au contraire, chaque embûche cause naturellement une conséquence positive pour cette étrange jeune personne au caractère plus guerrier que l’on aurait pu le croire. Mascarade craint Grima car elle représente une fin, une finale à un parcours dont elle a tenu le secret jusqu’à présent. Mascarade craint Grima car elle représente toutes ses insécurités et ses doutes, toutes les tensions qu’elle peut vivre en elle-même et dont le Coatox et le Roigada, silencieux protecteurs qui encadrent la silhouette du piano, sont parfaitement conscients. Repoussant les limites de leurs droits, ils posent chacun une patte contre le bois abîmé du vieil instrument, sans quitter tout de même la scène qui se dresse à leurs pieds, là où leurs adversaires viennent de paraître dans une entrée en scène fort jolie.

Ce geste, presque intime, rappelle à la jeune femme ses toutes nouvelles résolutions, exprimées et explorées lors de sa première prestation de la journée. Le regard qu’elle lève vers Aramis et Orphée ne contient plus la moindre trace d’angoisse. Au contraire, dans le marron enfantin de ses prunelles brille une détermination timide et courageuse tout à la fois, mêlée d’admiration et de modestie. Prompte à critiquer ses adversaires, aujourd’hui Mascarade ne se gaussera plus. Alors que ses doigts reprennent leur danse aimable contre les touches de son instrument de musique après une courte pause pour saluer l’arrivée du Pharamp et du Porygon Z, les deux colosses à ses côtés s’éloignent, quelque peu rassurés et énergisés par l’air doucereux qui envahit le terrain. Autant de mots que ne pourrait prononcer la muette Coordinatrice qui relève le regard de son ouvrage, le cœur battant à la chamade non par de crainte cette fois mais d’excitation. L’éclat passionné qui s’empare d’elle alors que les deux formes à ses côtés s’avancent sur ce terrain qui leur appartient désormais l’attise, toute entière. Ses doigts n’obéissent plus qu’à la musique qui s’est formée en elle. Devant elle, son inspiration.

Neptune, roi des mers, père aimant de la famille que forme l’équipe de Mascarade, s’avance le premier aux devants de son acolyte qui l’observe sans vraiment le voir. Les prunelles du Coatox se teintent d’une brume immaculée qui recouvre ses pupilles globuleuses. Le Roigada, paisible assurance au centre du terrain désormais, n’a de crainte pour son allié de toujours et laisse le cadet à ses simagrées. Dans une attitude décontractée qui lui correspond parfaitement, la créature aquatique s’étend contre le ventre sur le terrain, sourire béat aux lèvres alors qu’il considère ses adversaires. Son enthousiasme silencieux amuse certains partisans de la foule, rapidement étranglés lorsque de la queue tendue vers le ciel du Roigada s’échappe une longue spirale d’eau limpide qui forme un cône au-dessus de son corps recourbé contre le sol. Le Coatox derrière lui s’approche d’une démarche frénétique, presque désarticulée, alors qu’autour de lui surgit une véritable tempête de neige, de vent et de glace qu’il contrôle grâce à tous ses sens. Le Roigada ne peut plus le voir, incapable de tourner la tête en sa direction, gêné dans son mouvement par la couronne royale qui orne son crâne. Or, Neptune n’a pas besoin de sa vue pour connaître le positionnement exact de son allié ou la progression de la tempête qui s’amoncelle autour de lui. Il le devine, il le sent, au plus profond de lui-même. Derrière les deux frères, Mascarade guide le moindre de leurs faits et gestes pour cette entrée en scène prescrite et nécessaire pour la suite. Ses doigts programment le signal que comprennent ses deux guerriers qui, d’un bond accompagné d’un cri conjoint, joignent les deux attaques.

À présent, la spirale formée par le Roigada a envahi tout le terrain, entourant les deux amphibiens d’une sorte de sceau protecteur. Or, il ne s’agit pas là de son utilité. Jumelée à la tempête de neige que le Coatox laisse se déchaîner contre la scène, la spirale forme contre le sol un arabesque glacé de chemins sinueux qui s’entrecroisent dans un tracé ressemblant à une carte immense, dessinée par leurs soins. Le Coagada se rassemble au centre du terrain, ne perdant plus une seule précieuse seconde à l’élaboration de leur univers. Le moment est venu de sonner la charge. Kristoff est le premier à préparer un orbe d’un violacé sombre entre ses deux pattes hirsutes. D’un mouvement sec, le crapaud brise la sphère d’énergie liquéfiée, bouillonnante et toxique, avant de laisser chacune de ses mains reposer dans leur cœur empoisonné. Les lignes noires contre son corps se mettent à luire d’un aura malsain et un croassement sinistre s’échappe de sa gueule ouverte alors que de ses mains, la substance gluante s’épand jusqu’à ses bras comme s’il en était lui-même constitué. Pour sa part, Neptune a une fois de plus formé une spirale contre sa queue, spirale qui se scinde pour former autour de ses bras une spirale plus étroite. D’un geste de tête les deux amis communiquent, accompagnés par la mélodie de plus en plus provocatrice que joue Mascarade derrière eux, surveillant le moindre de leurs mouvements.

Alors ils décollent. Deux véritables balles, l’un propulsé par sa vitesse habituelle et son agilité accrue de par la glace qui recouvre à présent le sol, l’autre grâce à son attaque Hydoqueue qui agit tel fusée derrière lui. Leur cible est en vue, leurs adversaires pour qui ils n’ont que respect et admiration mais contre qui ils ne devront retenir aucun coup. Sans s’arrêter ou ralentir, les deux frères de cœur tendent les bras, mêlant les énergies amassées de part et d’autre pour les joindre en une torpille bouillante d’une grande puissance qu’ils contrôlent conjointement. La torpille à la forme indéfinie se précise, devenant une lance à la pointe sombre et empoisonnée dont le manche n’est qu’une eau écumante et fumante. Se dirigeant tout droit vers Aramis et Orphée.

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winter L. Kenway
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 134
Date d'inscription : 17/12/2014

Âge du personnage : 28 ans
Métier / Études : Diplômée en communication
Pseudonyme(s) : .
Grima
~> Pseudonyme de championne
Nimue
~> Pseudonyme d'infomatrice

Niveau : 50.
Team active : .

♀ - Cassiopée
Infiltration - Douce

♂ - Ethan
Ramassage - Solo
# Cage-Éclair

♂ - Caelum
Intimidation - Jovial

♀ - Sephora
Absorb Eau - Joviale

♀ - Naga
Brasier - Pressée

♀ - Callisto
Colérique - Malpolie

Team spécifique : .

∅ - Orphée
Adaptabilité - Modeste
# Laser Glace

♂ - Orion
Brasier - Sérieux
# Toxik
- ()
♀ - Circé
Insomnia - Mauvaise ; Branettite
- ()
♂ - Aramis
Statik - Assuré ; Pharampite


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Jeu 14 Mai - 14:25




VS Mascarade

Étrange duo, vraiment, que celui d'Orphée et Aramis. Radicalement opposés et étrangement semblables en même temps, s'appréciant tout autant qu'ils veillent à se défier et à mettre l'autre en difficulté, elle n'avait jamais vraiment totalement compris ce qui pouvait bien passer dans les esprits des deux pokémon lorsque leurs regards se croisaient et qu'une étrange étincelle y brillait. Seulement en témoignant de leurs interactions avait-elle pu comprendre que le Porygon Z, en prenant le mouton chromatique sous son aile bienveillante, n'avait pas pu retenir la nature défiante et fougueuse d'Aramis, si bien que pour véritablement réussir à atteindre une symbiose totale avec lui, il était volontairement rentré dans son jeu, le pressant et le taquinant de temps à autre, tout ça pour qu'il riposte et, ainsi, donne le meilleur de soi-même. Et Grima était leur arbitre, l'agent qui devait les tempérer et les aider à atteindre ce qu'ils désiraient créer ensemble : ils étaient les artistes et elle était leur chef d'orchestre, les guidant jusqu'à ce qu'ils étaient capables de créer ensemble. Elle était là en stabilisatrice. Et Arceus qu'elle aimait ça.
Peu nombreux étaient ceux qui se présentaient devant elle avec trois rubans et deux pokémon, et encore plus rare étaient les fois où elle choisissait le Porygon Z et son disciple, pour des raisons qu'elle n'aurait pas pu véritablement décrire, mais aujourd'hui n'était pas l'un de ces jours. Tout était une question d'humeur, bien souvent avec Grima d'ailleurs, et tout autant avec ses compagnons d'aujourd'hui. Orphée et Aramis arboraient un amour de l'improvisation bien plus intense que leur dresseuse ou même Circée, si bien que devant une adversaire comme Mascarade, l'instinct de Grima lui avait assuré qu'il s'agissait du meilleur des choix. Et en les voyant rayonnant de confiance, des sourires impatients sur leurs visages, son impression ne pouvait qu'être confirmée.

Attente. Ils trépignent, Orphée un peu moins, le Porygon Z offrant au Pharamp un air vaguement las devant l'excitation plus que visible du pokémon chromatique qui mourait d'impatience. Mais bien vite, ils sont récompensés lorsque, sous leurs grands yeux ouverts par la curiosité, ils témoignent de la naissance d'une lance mêlant à la fois eau et poison, entourée d'arabesques glacées dans une arme destructrice et tout aussi belle que puissante. Une moue satisfaite étira en même temps les lèvres d'Aramis et Winter qui échangèrent un regard amusé tandis qu'Orphée, les remarquant, poussa un soupir exaspéré. Facile de deviner, depuis le temps, que ces deux-là ne voulaient pas faire dans la dentelle et brûlaient d'envie de commencer à se battre. Il hocha de la tête et aurait soupiré si il l'avait pu devant l’enthousiasme de sa dresseuse et de son protégé, mais le léger sourire sur son visage prouvait qu'il n'attendait en fait que ça lui aussi. La torpille se rapprochait vite, tellement vite... Des étincelles s'échappaient déjà du corps d'Aramis avant que la voix de Grima ne résonne dans l'amphithéâtre, douce, fredonnant un air bien connu.

« Fly me to the moon... »

Grima ne chante pas souvent. Pas qu'elle n'aime pas cela, mais disons qu'aujourd'hui alors qu'elle avait une adversaire qui faisait usage de la musique, elle ne trouvait que plus adapté que de citer des paroles de chanson, pour lui témoigner d'une certaine forme de respect, en quelque sorte, surtout que ces mots n'étaient pas vides de sens. À l'entente de ces paroles et de cette mélodie  un champ électrique commença à se former autour du Porygon Z, laissant des étincelles grésiller vivement au fur et à mesure que le champ de force naissait du néant, l'enveloppant peu à peu, comme une seconde peau s'étirant sur toute la surface de son corps et s'étendant en dehors après quelques instants, formant une multitude d'appendices électrifiés. L'attaque adverse se rapproche. Orphée lévita devant d'Aramis et laissa le champ de force envelopper le Pharamp, l'emportant avec lui dans son envol alors que la création du plus ancien pokémon de Grima prend enfin sa véritable forme. Ils s'envolent brutalement alors que la torpille est proche, laissant une onde de choc se diffuser autour d'eux à cause de la violence de leur décollage. Situé au centre de sa création, Orphée ferme les yeux pour se concentrer. Les appendices en développement se changent en ailes, en bec, en longue queue séparées en fils d’électricité qui traînent en l'air comme des papiers secoués par le vent pourtant inexistant dans cet amphithéâtre, et alors que l'oiseau de foudre étend ses ailes, révélant toute la majesté de son corps alors qu'il s'élevait gracieusement en l'air, Aramis apparut monté sur celui-ci, un fier sourire aux coins des lèvres.

Des gerbes de flammes se mirent à entourer son poing qu'il fit violemment percuter contre le dos de l'oiseau d’électricité, souriant lorsque des braises rouges et dorées se mirent à parcourir la créature de foudre, brûlant davantage au bout des ailes et de la queue du monstre, allant même jusqu'à former une crinière enflammée qui laissait tomber de petites flammèches qui disparaissaient avant même de toucher le sol. La chimère virevolta et se mit à voler en cercles autour du terrain, s'élevant de plus en plus vers le ciel, laissant derrière elle de longues traînées de flammes et d'éclairs.
Winter expira : la partie la plus complexe arrivait, et le regard fixé sur ses compagnons, elle ne peut que leur vouer une confiance absolue. Son rôle est de leur donner le rythme, de les guider et de les laisser exécuter ce qu'ils savent faire en les soutenant, sans laisser la peur ou l'angoisse la paralyser, même un seul instant. Ils comptent sur elle pour le faire, et elle ne brisera pas leur confiance.

« And let me play among the stars... »

Orphée ferme les yeux, enveloppé dans son champ de force, parfaitement concentré pour permettre à la fois de maintenir la forme de l'oiseau et pour garder Aramis en état de lévitation. Cela demande tant d'efforts qu'il ne peut pas penser un seul instant à sa propre sécurité et au contrôle des flammes qui recouvrent le phénix d'un fin manteau de braises ardentes. Non, seul le Pharamp peut le faire. Les yeux fermés, il garde son poing fixé sur la nuque de leur créature qui progresse de plus en plus vers le plafond, et il inspire profondément. Grima ferma les yeux, inspirant longuement avant de chanter la phrase qui donnerait le signal à Aramis et Orphée.

« Let me see what Spring is like... »

Maintenant au centre du terrain, tout près du plafond, avec derrière lui des restes de spirales électrifiées et enflammées qui disparaissent peu à peu et tombent comme des flocons de neige lumineux, la chimère s'immobilise. Tandis que le Porygon Z met toute sa force dans le fait de les maintenir en l'air, le Pharamp chromatique, de la gemme brillante sur son front, fait naître un rayon scintillant, comme si fait de pierres précieuses, et dessine au dessus d'eux un croissant de lune dont la lumière n'en est que plus intense de par le clair-obscur violacé qui éclaire le terrain. Une fois cela fait, Aramis s'abaissa légèrement, chevauchant le phénix et le stabilisant au moins un peu pour aider Orphée qui fatiguait de plus en plus. L'oiseau s'éleva et passa au dessus de l'astre de pierres précieuses, avant de se jeter vers celui-ci et de le percuter violemment, l'éclatant en d'innombrables morceaux.
Des météorites brillantes, enveloppées de flammes et d'éclairs, brûlantes et violentes, chutent. Les restes du phœnix meurent dans l'air, dans ces rochers lumineux et enflammés qui s'écrasent au sol, parmi ces quelques fantômes de traînées en spirales et ces éclairs qui grésillent encore. Une image d’apocalypse, de Ragnarok de feu et de foudre.
Orphée et Aramis lévitent lentement en l'air, le Pharamp ayant repris le contrôle du champ magnétique de son mentor, les enveloppant dans un reste d'éclairs formant un bouclier, le épargnant d'être touchés par leur propre attaque.

« On Jupiter and Mars. »

Le Porygon Z, collé contre Aramis, eut un léger sourire en admirant leur œuvre. Grima hocha légèrement de la tête, leur donnant silencieusement ses félicitations. Ils ne commençaient pas doucement, mais quand le faisaient-ils ?


Yap yap:
 

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Natsume Shimomura
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 27 Mai - 20:29


Concours no°3

feat. Coagada
Grima est douée. Fabuleusement douée. Si bien que sitôt ses Pokémon en mouvement, sitôt l’esquive de l’arme d’eau et de poison formé par ses propres alliés complétée, le monde de Mascarade s’écroule. À vrai dire, on en sentirait presque le masque craquer sous le poids des insécurités qu’elle tâche de dissimuler au monde entier, son identité se fissurer, son image voler en éclat alors que le défi semble prendre le dessus sur ses moyens, alors que son adversaire, sans même le désirer, vient s’insérer dans sa tête et remettre en questions les fondements de son âme, là où réside pourtant une jeune personne pleine de vie, de passion et de détermination. Au lieu de vivre ce moment, Adélia se perd sous les vestiges d’un mensonge, mensonge qu’elle s’offre à elle-même depuis longtemps, trop longtemps. Grima, sous son propre masque en forme de papillon de l’autre côté du terrain, a pleinement assumé qui elle était, ce Concours, ce défi. Alors pourquoi pas elle? Doute-t-elle donc de l’excitation partagée que ressent la Championne qui lui fait face? Parce qu’elle a reconnu un talent que la jeune femme n’arrive pas à voir en elle-même? La peur ressurgit, une vague puissante qui la submerge petit à petit, et ses doigts contre les touches perdent de leur assurance, tantôt vibrants de vie, maintenant discrets et timides, un changement si prompt que nul ne peut le nier. Pendant ce temps Aramis et Orphée s’élèvent vers le plafond à dos d’un oiseau de foudre et de flammes dont les éclairs enflammés se reflètent contre la surface de glace miroitante créée grâce aux soins de leurs adversaires, Neptune et Kristoff.

Car il est important de mentionner que, dans leur élan pour fournir vigueur et puissance à leur lance aquatique empoissonnée, les deux alliés de Mascarade ont glissé à l’extrême du terrain, non loin de Grima qu’ils saluent d’un même geste, presque humoristique, et qui vient trancher avec l’attitude craintive de leur dresseuse qui n’en perd pas une miette. Contrairement à elle, aucune nervosité ne vient obscurcir leur jugement. Ils se tiennent droit tel le premier jour, profitant de cette accalmie au niveau du terrain pour se l’approprier pleinement, sous le regard de Mascarade qui, interdite, les observe faire en arrêtant presque de jouer. Les deux frères, à l’opposé totalement du terrain, se campent bien contre leurs pattes une fois leur course arrêtée et concentrent leur attention contre la lance qu’ils viennent de former grâce au liquide ouateux et empoisonné du Bomb Beurk de Kristoff et de l’eau d’Hydroqueue de Neptune. S’ils le souhaitaient, ils pourraient balancer vers l’oiseau de foudre leur arme destructrice, le détruire avant qu’il n’atteigne le sol, pulvériser ses chances dans l’espoir de s’en sortir indemne devant lui. Échangeant une œillade, les deux amphibiens adressent un regard à leur dresseuse qui se désorganise peu à peu devant le défi qui se présente à elle. Jamais ils ne flancheront. Jamais ils n’abandonneront. Jamais ils ne reconnaîtront qu’un autre peut être meilleur, que ce Concours est perdu d’avance. Ils se fichent complètement de l’issue, la flamme brille dans leurs prunelles expressives tournées vers la jeune Mascarade. L’échange ne dure que quelques instants, une fraction de seconde peut-être. La communication silencieuse en a dit bien assez. Ils ont besoin d’elle et elle d’eux.

Alors que l’oiseau de foudre se stationne dans les airs en faisant son royaume, les deux princes d’Adélia concentrent leurs énergies communes pour briser leur lance aquatique en une multitude de projectiles d’un violet translucide, qu’ils contrôlent grâce à la maîtrise de leurs éléments respectifs. Ces sortes de flèches, éclats violacés qui volètent à présent sur toute la surface du terrain, entreprennent une danse complexe alors qu’au-dessus de leur tête, l’oiseau de foudre amorce sa descente autodestructrice. Pendant ce temps, la jeune femme au piano, à l’autre extrémité du terrain, a repris contenance en voyant ses alliés s’effectuer sans la moindre crainte. Encore et toujours, Neptune et Kristoff lui ouvrent la voie, l’un par son calme et sa sagesse, et l’autre par sa détermination et sa dévotion. Le destin dessine pour le trio une multitude de nouvelles épreuves, mais il n’est pas le moment de se laisser aller à des angoisses inutiles. Mascarade se laisse envahir par le plaisir d’observer ses alliés performer, et celle, encore plus grande, de participer au spectacle en y prêtant sa voix. Ses doigts reprennent leur course habile contre les touches, entamant une mélodie qu’elle accompagne de quelques vocalises subtiles, que l’oreille avertie de ses compagnons ne manquent pas de reconnaître. Cette chanson, non prévue dans le planning de ce Concours, leur tire un sourire, secret qu’ils garderont jusqu’à la toute fin, là où ce projet que dessine pour eux leur dresseuse bien-aimée sera enfin dévoilé.

Une pluie apocalyptique de météores fond contre eux qui s’étaient avancés avec courage au centre du terrain pour affronter la tempête qui se forme au-dessus de leurs têtes. Or, ils attendaient ce moment. Leurs flèches empoisonnées, résidus de la lance formée lors de leur première combinaison, accentuent le rythme de leur danse mortelle et viennent s’abattre contre les météores en les détruisant une à une, provoquant des explosions féériques. Une pluie d’étincelles redescend en cascades colorées contre le terrain glacé qui réfléchit la moindre lumière provoquée par ces explosions, jetant ombres et teintes contre les deux frères qui, ensemble, évitent les météores assez audacieux pour se rendre jusqu’à eux. Mascarade accorde sa cadence à leurs mouvements rythmés alors qu’ils sautent de droite à gauche, aidés dans leurs mouvements par la surface glacée qui leur permet de glisser avec aisance hors de portée des météores. Tous deux ne peuvent tout éviter cependant et reçoivent tous deux des résidus des attaques de leurs adversaires. Lorsque la pluie prend fin, ils se rassemblent au centre du terrain, Kristoff grimpant contre les larges épaules du Roigada jusqu’à se hisser en parfait équilibre contre la couronne qui orne sa tête. Tous deux ouvrent les bras, comme pour s’offrir tout entiers à leurs adversaires qui récupèrent de l’effort déployé pour permettre la création d’un oiseau de foudre aussi complexe et réussi. À leur tour de jouer les monstres.

Le regard du Coatox s’obscurcit de façon peu rassurante alors qu’une aura sombre recouvre lentement sa peau. L’aura va même jusqu’à entourer son ami se trouvant dessous lui, et trois paires d’yeux se changent en orbes rougeâtres, luisant dans le manteau noir les recouvrant. La plus sinistre d’entre elles repose derrière la tête de Neptune, contre sa couronne. Celle-là semble ricaner d’un éclat peu rassurant. Lentement, l’ombre noire qui les recouvre prend forme, façonnée grâce aux pouvoirs psychiques du Roigada qui ajoutent une teinte d’un rose sombre au monstre qu’ils forment à présent. La créature qui s’avance vers Aramis et Orphée, accompagnée d’une musique dramatique, profonde et vibrante, ressemble à un hybride effrayant entre Roigada et Coatox. Ses pattes arborent des griffes surdimensionnées, d’un rose vif tranchant avec le noir de sa silhouette surmonté d’une couronne scintillante de la même teinte. Sa gueule a quelque chose de monstrueux et d’élégant tout à la fois alors qu’un rictus cruel s’y dessine.

I let it fall, my heart
And as it fell, you rose to claim it
It was dark, and I was over
Until you kissed my lips, and you saved me

Le monstre s’avance en glissant contre la surface de glace. Une nouvelle tempête de neige se forme autour de lui, sifflante et rageuse dans un avertissement clair que ce serait la guerre. La guerre et rien que la guerre, jamais ils n’abandonneraient. Dans les veines de Mascarade, la passion revit, repousse sa peur encore et encore dans des retranchements lointains. Le vent glacé forme contre la silhouette noire du monstre formée par les deux alliés une couche de givre. Le monstre est rapide et, dans sa progression, Neptune utilise ses pouvoirs psychiques pour rassemblent les éclats glacés formés contre leur enveloppe et les projeter contre leurs adversaires. Les projectiles leur ouvrent la voie alors que le monstre abat son poing griffu contre ses deux adversaires dans un cri renversant. Dans la tempête de neige et de glace, la couronne du géant d’ombres s’enflamme.


(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winter L. Kenway
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 134
Date d'inscription : 17/12/2014

Âge du personnage : 28 ans
Métier / Études : Diplômée en communication
Pseudonyme(s) : .
Grima
~> Pseudonyme de championne
Nimue
~> Pseudonyme d'infomatrice

Niveau : 50.
Team active : .

♀ - Cassiopée
Infiltration - Douce

♂ - Ethan
Ramassage - Solo
# Cage-Éclair

♂ - Caelum
Intimidation - Jovial

♀ - Sephora
Absorb Eau - Joviale

♀ - Naga
Brasier - Pressée

♀ - Callisto
Colérique - Malpolie

Team spécifique : .

∅ - Orphée
Adaptabilité - Modeste
# Laser Glace

♂ - Orion
Brasier - Sérieux
# Toxik
- ()
♀ - Circé
Insomnia - Mauvaise ; Branettite
- ()
♂ - Aramis
Statik - Assuré ; Pharampite


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Dim 7 Juin - 20:21




VS Mascarade

Virevoltant entre les météores qui sont repoussés par leur champ magnétique, Aramis et Orphée observent, prenant un peu de distance avec la scène, préférant se faire spectateurs pour le moment, surtout alors que le Porygon Z a besoin de respirer quelques instants, soutenu par la prise douce mais ferme tout à la fois de son élève. Grima les guide d'un geste rapide du doigt, leur indiquant de faire le tour du terrain plutôt que de véritablement s'immobiliser, ce qu'ils acceptent d'un hochement bref de la tête : Aramis profite de ces instants pour montrer à son mentor le fruit de leurs efforts communs, fier et, durant l'espace d'un instant, un sourire doux s'étira sur son visage d'ordinaire le masque d'une assurance quasi arrogante. Des étincelles tombent et glissent avec les météores restants vers le sol, effleurant quelquefois les flèches de poison de leurs opposants, sans se faire agressives, comme un accompagnement doux et innocent, une façon de les inviter à s'amuser davantage.
Grima haussa les sourcils, un sourire satisfait, presque un rictus au final, sur ses lèvres fines, l'air plus intéressée soudainement. Elle attend, patiente ; son regard bleu rencontre ceux de ses compagnons et le léger et très discret mouvement de son pied sur le sol leur indique de s'arrêter dans leur course. Aramis et Orphée le font dans la seconde, attentifs et confiants tout à la fois, mais pas sans curiosité alors que, tout comme leur dresseuse, ils deviennent témoins de la naissance d'un monstre presque démoniaque, une chimère d'ombre qui s'impose de tout son poids et de sa taille sur ce terrain déjà bien maltraité par les attaques précédentes. Mais non, la peur ne vient même pas les faire frissonner l'espace d'une seconde, au contraire : il n'y a qu'excitation dans leurs yeux, qu'impatience et assurance, les laissant presque fébriles. Même Orphée s'est stoppé quelques instants, inexpressif comme d'ordinaire mais plus calme, détaillant du regard ce qui s'oppose à eux. Aramis les a fait descendre, et le Pharamp inspecte durant quelques secondes les yeux de Winter pour y trouver la moindre indication, un peu perdu, mais l'air confiant de la championne le rassure et il se permet d'expirer.

La fusion de leurs deux adversaires n'est pas là que pour l'aspect, et ils le savent, mais ils sont tout de même un peu déconcertés par le vent de glace qui s'abat vers eux et qu'ils subissent sans trop pouvoir faire quoi que ce soir. Les projectiles les assaillent également, et ils les chassent en symbiose, dos à dos, avec le feu pour l'un, avec des éclats de météorite et de gemmes électrifiées qui viennent violemment rentrer en contact avec les morceaux de glace qui les attaquent. De temps à autre, Aramis prend un risque et arrête un coup destiné à Orphée ; le Porygon Z le lui rend en le sauvant d'une offensive qu'il avait oublié d'esquiver en voulant l'aider. Ils savent qu'ils doivent réagir, et ils vont le faire, mais ils attendent le signal de la championne, et ce en dépit de la situation qui a pour eux l'air de s'envenimer. Il leur arrive de regarder Grima en cherche d'un signal, mais elle continue de hocher négativement de la tête, et ils acceptent d'attendre. Un éclat de glace plus tranchant que les autres effleurent la joue d'Aramis : le  grimace à cause de la douleur mais persiste. Le feu qui embrase ses poings n'en paraît que plus vif.
Puis, alors que s'occuper des projectiles leur demandait déjà quelques efforts, le poing du monstre s'éleva ; le Pharamp plissa les yeux, soudainement soucieux, et il manqua de hoqueter en voyant qui serait le premier à être le plus toucher. Dès lors, il ne vit plus rien d'autre, pas même le feu qui embrasait la couronne de leur adversaire, non. Un bond de désespoir lui permet de se rapprocher de son mentor et, sans réfléchir un seul instant aux conséquences que cela aurait pour lui une fois cette épée de Damoclès abattue, Aramis le chassa d'un coup de queue. Violent car peu maîtrisé, le Porygon Z fut envoyé voler plus loin. Un sourire discret se dessina sur le visage calme et paisible de Grima malgré la difficulté de la situation. Pendant une seconde, le regard du Pharamp et de sa dresseuse se croisèrent, juste avant que le poing griffu du monstre ne s'abatte sur lui.

« Aramis... Qu'est-ce que tu attends ? »

Sa question mourut dans un bruit sourd et brutal. Le chromatique, de toute sa force, cherche à retenir le poing avec le sien, mais rien n'y fait : il est peu à peu repoussé, écrasé presque, sous la puissance de leurs deux adversaires. Plus loin, Orphée se remet du choc subi après avoir été renvoyé aussi brusquement, et ses yeux s'écarquillent lorsqu'il aperçoit enfin son élève. Grima, elle, n'a pas perdu son sourire ; non, elle semble même s’amuser davantage. Cela aurait pu être confondu pour de la cruauté sûrement, mais non, loin de là. Pour déchaîner Aramis, il n'avait jamais rien fallu d'autre que les situations extrêmes, et même le principal concerné le savait.

« Bear the mark of my scars, shedding blood underneath the stars... »

À ce moment précis, des éclairs surgissent du corps du Pharamp, l'entourant, grondant et résonnant dans tout l'amphithéâtre. La foudre hurle et se débat, tout comme Aramis qui ne semble plus pouvoir être maîtrisé. Une longue queue blanche, teintée de roses, couverte de perles bleutées, semblable à la crinière fabuleuse qui s'étend de sa tête, fait son apparition. Le tonnerre émet un rugissement plus puissant que les autres cette fois, et le pokémon chromatique échappe à l'attaque de leur adversaire grâce à cette puissance gargantuesque tout juste gagnée.

« But I will survive somehow »

Mais il ne s'en tient pas là, non. Arrivé au niveau d'Orphée, Aramis tend sa main droite à son mentor qui la saisit immédiatement, des éclairs les reliant alors, comme de longs rubans. Le rictus du Pharamp est revenu, plein d'assurance, de fierté et de défi, aussi, un peu. Mais le mouton rose ne défie pas le Coatox et le Roigada, non, il invite Orphée à le suivre dans cette danse folle, le provoquant presque. Tant de force transpire du Pharamp, violente et sauvage tout à la fois.

« Hear me howl »

Des mains du plus jeune s'échappent des tissus ombreux, opaque et emplis de ténèbres ; ils viennent se glisser autour du bras de son mentor avec lenteur et grâce. Malgré le fait que la puissance radie littéralement du Pharamp et qu'un seul mauvais geste aurait pu le blesser, Orphée ne ressent aucune crainte. Il sourirait presque. De leurs mains jointes naît une forme verticale et cylindrique, un concentré de ténèbres si pures qu'ils ne distinguent même plus leurs propres mains : il leur semblerait presque qu'elles ne sont plus qu'une. Le Porygon Z et son élève sautent ; ils glissent maintenant sans difficulté sur un rayon violet qui les fait tourner autour de la chimère monstrueuse. Ledit rayon soulève par la même occasion quelques restes de météorites et détourne une petite une partie de la tempête de neige en sa direction, formant une traînée tout aussi dangereuse que colorée, faisant briller dans l'air des éclats de gemmes étincelantes et sombres tout à la fois en même temps que la pureté de la glace, comme une danse des éléments dans cet amphithéâtre en proie à l'assaut d'un titan.
Alors qu'il s'élève vers les hauteurs, Orphée tend sa main libre ; trois orbes s'élèvent jusqu'au sommet de leur création, s'y perchant, se déformant jusqu'à ce que le manche d'onyx soit serti de trois lames. Un brasier infernal, une épaisse couche de givre et enfin des éclairs rageurs et violents. Derrière eux, ils laissent des morceaux de flammes, d'étincelles et de petits poussières de givre, qui semblent tracer dans l'air des motifs hasardeux mais pas moins variés pour autant.
Aramis frémit. Contenir sa force pour ne pas que tout se dissipe est difficile, mais un peu moins quand que la main d'Orphée est jointe à la tienne, étrangement. Et même si une seconde d'erreur pourrait leur coûter toute leur combinaison, il n'arrive pas à faire autre chose que s'émerveiller sur ce qu'il voit et créé. L'esprit d'Aramis n'avait jamais été marqué par le défaitisme, et il ne le serait pas non plus aujourd'hui.
Puis, finalement, alors qu'ils atteignent le sommet, leur arme est enfin terminée : une hache à trois faces, tout aussi dangereuse que transpirant de puissance. Car contre chaque roi qui pouvait s'élever pour tyranniser les plus petits, il y aurait toujours une arme.

« Time to leave them all behind »

La puissance d'Aramis est telle qu'il faut bien toute la maîtrise et le calme d'Orphée pour le contenir, mais c'est là tout son rôle, et il l'accepte volontiers. Mais le Pharamp a les rênes, c'est lui qui donne toute sa force à leur offensive, et Orphée l'accompagnera tant qu'il le faudra encore. Un regard s'échangent entre eux, puis avec Winter, qui n'a pas cessé de sourire. Et enfin, le duo saute tête la première vers leur ennemi, les mains liées sur la hache d'ombre, accompagnés des restes de gemmes et de glace derrière eux, prêt à abattre leur création sur leur adversaire titanesque. Leurs regards se croisent, et Orphée ne peut retenir un léger gloussement robotique en voyant le Pharamp émettre un cri d'enthousiasme.

« I'm my own master now »



Modo:
 

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Natsume Shimomura
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Dim 21 Juin - 17:56


Concours no°3

feat. Coagada
Au cri dévastateur qui émerge de la gueule du monstre d’ombres vengeresses, le sol de l’Amphithéâtre tremble. Chacun de ses pas résonne dans une petite étincelle enflammée alors que sa couronne de flammes poursuit son ambition première, donner un aspect absolument déroutant à la créature qui, au centre du sinistre sifflement de la tempête rageant contre leurs ennemis, prépare un coup d’une puissance inouïe contre les deux alliés de Grima. Aramis s’interpose cependant dans un élan courageux qui ne manque pas d’impressionner les deux princes de Mascarade formant le terrible monstre engagé pour le terrasser, lui et Orphée. L’énergie, dégagée par une méga-évolution soudaine et précipitée dans le but évident de protéger le Porygon Z passablement endommagé par sa précédente combinaison, repousse en partie le coup monstrueux que le Pharamp n’aurait jamais réussi à canaliser seul sans sa transformation vers son niveau évolutif le plus élevé. Le choc est brutal, tant pour Aramis que pour Kristoff et Neptune qui doivent se raccrocher à toute leur concentration pour maintenir leur enveloppe corporelle intacte et l’illusion dans sa plus parfaite définition. Les deux amis se tassent un peu plus l’un contre l’autre afin de se regrouper. La forme a connu un frisson imperceptible et à présent, le monstre se dresse de nouveau dans toute sa splendeur et est prêt pour le second round contre Aramis le Pharamp et son allié, le Porygon Z. Derrière eux, Mascarade sait qu’il n’est plus qu’une mince histoire de temps avant que ces deux derniers ne recouvrent leurs esprits et passent à l’attaque.

My hands they’re strong
But my knees were far too weak

La danse d’Aramis et Orphée autour d’eux ne trouble nullement le Coatox et le Roigada qui, encouragés par la voix forte et vulnérable tout à la fois de leur dresseuse, se préparent lentement à l’assaut. Les flammes de la couronne du monstre crépitent avant d’envahir son dos, lui donnant un aspect d’autant plus redoutable. Peu importe ce que préparent Grima et ses alliés, Neptune et Kristoff se tiennent, rugissant d’une même voix qui se mêle à la mélodie d’Adélia qu’elle accompagne vigoureusement au piano. Peu importe si l’enfer doit s’abattre sur eux, ils tiennent. Ils tiendront ensemble, jusqu’au but, jusqu’à la fin. Le monstre d’ombres et de feu tend les bras vers ses adversaires alors qu’ils préparent finalement leur arme destructrice, une hache de combat destinée à le faire tomber et sombrer, dotée de trois têtes colorées et meurtrières. Grima se prépare à la guerre. Mascarade la luit promet. Mascarade la lui amène. Un sourire sinistre se dresse contre ses lèvres alors qu’un élan ambitieux soulève sa poitrine. Ses doigts poursuivent leur lente montée vers une finale qu’ils préparent depuis bien trop longtemps. Sous leur enveloppe d’ombres, Neptune et Kristoff partagent son impatience, sachant pertinemment qu’avant le moment fatidique beaucoup d’autres épreuves seront à traverser. Comme pour venir confirmer leur pensée, la hache au-dessus de leur tête titanesque s’abat sur eux à grande vitesse. Si le monstre lève un poing pour frapper ses adversaires, il est cependant trop tard. L’apocalypse se produit.

To stand in your arms
Without falling to…

Mascarade ne prononce jamais les derniers mots de ce vers. Le choc provoquée par la rencontre du monstre et de l’arme destiné à le détruire déclenche une explosion qui fait trembler le terrain en entier. Dans un grand fracas, une onde de choc aurait probablement pulvérisé sur place les deux Coordinatrices de par leur proximité avec l’explosion dont les flammes s’élèvent jusqu’au plafond, décrochant même un projecteur qui s’abat avec éclat contre le terrain, si ce n’était de l’intervention rapide de l’équipe de sécurité. L’explosion en provoque plusieurs autres, plus modérées, jusqu’à ce qu’une fumée noire recouvre en partie le terrain, cachant la vue autant aux spectateurs qu’à leurs deux dresseuses. Mascarade, renversée par le choc de l’explosion mais miraculeusement préservée des flammes grâce à l’intervention particulière de l’équipe de sécurité ayant formé un Abri la protégeant in extremis, se relève avec difficulté. Elle est tombée contre son piano, a brisé un de ses talons et du sang s’échappe de son front là où elle a heurté violemment les touches. Elle se redresse avec peine, touchant son front endolori, encore confuse par ce qui vient de se produire. Ses doigts rencontrent sa peau… Son masque… Son masque est tombé. Il n’en reste plus qu’une moitié craquelée, s’accrochant toujours à sa peau grâce à l’adhésif dont elle se sert pour le maintenir en place. Mais plutôt que de chercher à se distraire au regard de cette foule avide, Adélia reporte son attention sur le terrain. Le cri qui lui échappe a quelque chose de désespéré. Cette explosion aurait pu la tuer. Qu’en est-il de ses alliés?

L’appel de Mascarade retentit avec brutalité dans le silence de l’Amphithéâtre. Il provient du plus profond d’elle. Ses prunelles embuées cherchent désespérément un signe de vie dans ce tumulte, un indice de la présence de ses alliés sous cette brume noire qui lentement se dissipe. Son cœur bat lentement, chaque pulsation plus douloureuse que la dernière. Elle appelle à nouveau, discernant finalement dans la fumée qui s’élève deux silhouettes inertes contre le sol poussiéreux du terrain. Assommés par la puissance du coup qui aurait bien pu les carboniser sur place si ce ne fut de l’intervention rapide de Neptune et de son Psyko qui agit alors en guise de barrière protectrice, le Coatox et le Roigada risquent d’être nommés hors d’état de combattre d’un moment à l’autre par les juges. Le cadet des soucis de Mascarade. Cet Amphithéâtre, ce Ruban, son adversaire… ils n’ont aucune importance à ses yeux. Elle refuse, tout simplement, que mal soit fait à ses alliés. Que sa famille ne souffre à nouveau. Les larmes s’échappent finalement de sous ses paupières alors qu’elle abandonne tout espoir de voir ses amis se relever. Mais un soubresaut à peine perceptible agite les deux corps.

Kristoff est le premier à se remettre sur pieds. L’effort est considérable, mais loin d’être impossible. Impossible serait d’abandonner, une perspective qu’il ne considérera jamais. Ses pattes tremblent toujours sous lui et il gémit douloureusement en considérant le terrain autour de lui. Ses prunelles ambrées ne rencontrent que destruction. Le feu de l’explosion a complètement évaporé la patinoire en forme d’arabesque que Neptune et lui ont formée contre le sol. De longues traces de suie permettent de repérer l’épicentre de la détonation, là où son ami et lui se trouvaient, un instant plus tôt. En titubant, le Coatox s’approche de son frère d’armes, se penche délicatement vers lui, vient le secouer en tâchant de conserver son calme. Or, le Roigada ne réagit pas un seul instant à ses secousses ou ses appels et, rapidement, l’énervement, le désespoir le gagne. La vérité est qu’il n’y arrivera pas sans lui. Ce spectacle, ce moment, il est le leur, celui qu’ils se promettent depuis longtemps. Le visage du batracien se décompose lentement alors qu’un mouvement chez les juges va déclarer son ami hors d’état de continuer. Si c’est le cas, alors Kristoff devra poursuivre ce qu’ils ont commencé, amorcer une finale de rechange, sans son fidèle ami à ses côtés pour le canaliser et le guider, contre deux Pokémon d’une puissance inouïe. Il n’y arrivera pas.

It was dark, and I was over
Until you kissed my lips and you saved me

Kristoff relève la tête. Adélia a pris place à l’extrémité du terrain, tentée de flancher, tentée de les rejoindre de les tirer de là où elle a l’impression de les avoir condamnés. Ce combat était peut-être trop difficile pour eux. Non. Au contraire, rien ne les arrête. La preuve survient alors que le Roigada reprend finalement conscience, dans les bras de son meilleur ami, avant de se remettre sur ses pieds en prenant légèrement appui sur lui. Mascarade, derrière eux, sent la fierté étreindre son cœur. Elle se précipite derrière son instrument, trébuchant presque contre son talon brisé, s’empressant de reprendre la mélodie adorée par les deux Pokémon, cette chanson qui les inspire depuis longtemps, cette chanson qu’ils partagent avec leur dresseuse depuis longtemps. Grâce à un effort considérable, les deux alliés se détachent l’un de l’autre, pour se mettre à danser. De façon douce, naturelle et un peu lourde, compte tenu de la fatigue qui fait trembler leurs membres. Maintenant n’est pas le moment de renoncer. Consciente du niveau d’épuisement de ses camarades, Adélia poursuit sa mélodie en espérant leur insuffler l’énergie nécessaire pour parvenir jusqu’au bout, jusqu’au bout de leur rêve commun. Pendant ce temps sur le terrain, les deux alliés échangent un sourire. Neptune offre même un regard reconnaissant à son ami de l'avoir relevé tout à l'heure. Si lui-même tient à peine debout, il se battra jusqu’à la dernière goutte si c’est pour honorer son équipe, Adélia et Kristoff, pour qui il dédie chacun de ses gestes.

De leur danse colorée, un étrange phénomène se produit. Le plafond de l’Amphithéâtre se couvre d’un épais couvert de nuages grésillant, lourds et sombres, ondulant tel un mauvais présage. La danse des deux frères s’accentue, devenant plus précise, énergique, et chaotique tout à la fois, comme un appel à l’apocalypse.

But there's a side to you that I never knew, never knew
All the things you'd say, they were never true, never true

Les doigts de Mascarade jouent furieusement contre les touches. Sans se détacher du spectacle qui se prépare devant ses yeux, elle chante avec courage et justesse, tremblant sur quelques notes là sa gorge s’est écorchée à force de crier. Tandis qu’elle les accompagne de par sa présence musicale et émotive, deux boules d’énergie se forment entre les pattes de ses partenaires. Chez le Roigada, une véritable petite tempête mouvante, d’à peine une vingtaine de centimètre de diamètre. Chez le Coatox, une orbe d’un violet vif. Dans l’esprit agité de Mascarade, Grima l’emporte dans chaque scénario possible. Jamais elle n’aurait osé poser les pieds dans cet endroit, de faire face à cette talentueuse Coordinatrice sans la force de ses camarades, qui d’un mouvement vif, viennent joindre leurs orbes entre leurs mains avant de l’expédier à une vitesse fulgurante en direction des nuages s’amalgamant au-dessus du terrain en grondant doucement.

And the games you'd play, you would always win, always win

Les nuages absorbent rapidement l’énergie condensée des deux attaques mais, fécondée par la tempête, se défait bientôt dans un craquement sinistre, déversant contre le terrain une pluie huileuse et empoisonnée qui atteint presque le piano de la challenger. Une véritable pluie acide tombant du ciel. Les deux frères, au centre de ce carnage, se placent dos à dos en appréhendant la suite, laissant s’évaporer leur calme pour simplement savourer l’excitation exaltante de cet instant.

And I’ll set fire to the rain

De la gueule de Neptune, une gerbe de flammes s’échappe et alors le ciel, le sol, la pluie, s’enflamment. La pluie n’est plus formée à présent que de longues languettes de feu d’un violet perçant qui s’abat partout dans un grondement qui fait trembler le sol. La fureur de la tempête est telle, la chaleur et les vapeurs empoisonnés si intenses que les deux frères doivent se replier ensemble au cœur du terrain où Kristoff protège son ami de leur propre force destructrice.

Watched it pour as I touched your face
Let it burn while I cry

Dans un grand mouvement de bras, Kristoff fait s’élever des entrailles de ce terrain où se pleut le feu et le poison une multitude de bras informes d’un liquide verdâtre et qui, lentement, forme une cage protectrice autour de lui et de son compagnon. Les bras se multiplient autour d’eux, membres d’une entité inconnue et invisible avide de poison, avide de souffrance. La guerre est terminée, l’enfer réclame son dû, Orphée et Aramis. Kristoff et Neptune, dans un coin reculé de la tempête, sourient en laissant leur œuvre apocalyptique se déchaîner, laissant à leur dresseuse le loisir de terminer en beauté leur prestation, celle d’une vie assurément.

'Cause I heard it screaming out our name, our name

Ce public, quel nom scandera-t-il à la toute fin?

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winter L. Kenway
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 134
Date d'inscription : 17/12/2014

Âge du personnage : 28 ans
Métier / Études : Diplômée en communication
Pseudonyme(s) : .
Grima
~> Pseudonyme de championne
Nimue
~> Pseudonyme d'infomatrice

Niveau : 50.
Team active : .

♀ - Cassiopée
Infiltration - Douce

♂ - Ethan
Ramassage - Solo
# Cage-Éclair

♂ - Caelum
Intimidation - Jovial

♀ - Sephora
Absorb Eau - Joviale

♀ - Naga
Brasier - Pressée

♀ - Callisto
Colérique - Malpolie

Team spécifique : .

∅ - Orphée
Adaptabilité - Modeste
# Laser Glace

♂ - Orion
Brasier - Sérieux
# Toxik
- ()
♀ - Circé
Insomnia - Mauvaise ; Branettite
- ()
♂ - Aramis
Statik - Assuré ; Pharampite


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mar 7 Juil - 21:29




VS Mascarade

Aramis est et a toujours été brutal ; depuis sa naissance, il ne faisait preuve de douceur que dans des occasions quasi exceptionnelles, pour être tout à fait honnête. Winter n'avait pas été dérangée, étant elle même une brute épaisse qui se maîtrisait et dissimulait son trop-plein de force. Et Grima non plus, au contraire, tirant profit de cette vitalité naturelle pour, même si elle était tout aussi destructrice que belle, laisser à Aramis le champ libre, exprimer toute sa nature chaotique dans les concours. Là où Circée était la folie, l'oubli des règles, le Pharamp les reconnaissait mais les laissait de côté bien vite, emporté par sa propre force. Orphée était tout le contrôle ; maîtrise, ordre et grâce avant tout, pas un écart de trop, pas un geste inutile. Et jamais, ô grand jamais, de déchaînement de puissance. Qu'ils soient ainsi complémentaires n'était donc pas si surprenant que ça au final, et Grima s'était vide rendue compte quand les guidant, en leur proposant un chemin qu'ils pourraient suivre à deux, sans pour autant le leur imposer. Jamais elle ne se croirait maître, elle n'était que conseillère et accompagnatrice, et selon leur désir qui plus est. En quelque sorte, elle les tempérait et les contrôlait pour les laisser s'accorder, comme deux instruments catégoriquement différents ; pourquoi le tambour et le piano ne pourraient-ils pas aller de pair ?
Leurs mains liées sur le pommeau de leur hache à trois têtes, Aramis et Orphée échangent un sourire complice. Le risque d'un affrontement ne leur fait pas peur, et ils ne vont certainement pas reculer maintenant, d'autant plus que l'air confiant de Grima apaise les quelques craintes qui peuvent se glisser au fond de leurs esprits. C'est à la limite avec un air de défi que le Pharamp fait gronder quelques étincelles autour d'eux, trop faibles pour faire quoi que ce soit hormis être remarquées par le Porygon Z qui ricana de cette provocation puérile à son encontre. Non, il n'était pas trop vieux pour tenir le rythme, et il avait bien l'intention de le lui prouver.
Enfin, contact ; l'arme tri-élémentaire s'oppose au monstre de poison et d'ombre sous le cri de guerre commun d'Orphée et de son élève. Mais ce cri est stoppé brutalement et sans ménagement par l'explosion qui retentit dans tout l'amphithéâtre, stoppant tout. Les yeux de Grima, normalement inexpressifs hormis pour la malice qui y brillait incessamment, s'écarquillèrent à cause de la peur qui commença à lui nouer les tripes.

Elle fut poussée en arrière par un des pokémon de l'équipe de sécurité, un Gallame qu'elle se souvenait vaguement avoir caressé une fois, alors qu'elle discutait avec la dresseuse de celui-ci de vagues broutilles inintéressantes mais bonnes à passer le temps. Entre elle et le champ de bataille, un mur. Ou du moins, une centaine de murs violets translucides entre les gradins, les compétitrices et le terrain ; personne ne serait trop blessé, au moins. Enfin, hormis peut-être les quatre protagonistes de cette explosion inattendue.
En se rendant compte de cela, son cœur rata un battement et son regard se releva automatiquement vers le terrain, où elle chercha sans relâche les silhouettes de ses compagnons. Après avoir été relevée par le Gallame qui l'avait éloigné prestement, elle refusa qu'on vérifie si elle était blessée pour pouvoir plus aisément voir où en étaient Aramis et Orphée. Elle n'avait pas perdu tout ses moyens, ayant déjà vécu ce genre de situation à quelques occasions, voir même souvent, ce genre d'accidents dans des concours officiels ou non, mais la tension dans chacun de ses muscles, sa respiration rapide, les mouvements vifs et nerveux de ses yeux qui ne se posaient nulle part, additionnés à ses gestes brusques et sans retenue, trahissaient nettement son véritable état d'esprit.

Puis, finalement, une orbe de pierres précieuses, brillantes malgré les quelques teintes roussies à l'avant surtout, arriva dans le champ de vision de Winter. La jeune femme expira profondément de soulagement, et un sourire léger mais discret se dessina sur son visage alors que, lentement, des morceaux de pierres tombaient petit à petit, révélant le contenu de la sphère construite à partir des efforts combinés du Pharamp et du Porygon Z, un mélange de leurs attaques Rayon Gemme et Rafale Psy qu'ils avaient déjà inventé en entraînement, pour se protéger l'un l'autre. Il était sûr et certain qu'ils avaient dû être touchées par la première, mais ils avaient dû profiter des quelques instants de répit qu'ils avaient eu avant que d'autres explosions plus petites ne retentissent pour user de cette technique. La chance n'était pas infime, ici. Qu'ils aient réussi tenait simplement du fait qu'ils avaient pu communiquer télépathiquement et savaient déjà quoi faire. Si ils en avaient eu le temps, ils auraient sûrement tenté de défendre leurs adversaires, mais ça n'avait pas été le cas. Au moins, de ce qu'elle voyait, Kristoff et Netptune s'en sortaient. Elle pouvait déjà sortir ça de ses inquiétudes, et se dire que tout irait bien. Mais pour l'instant, son esprit n'était pas au combat, et il ne le serait pas tant qu'elle n'aurait pas été assurée par ces deux-là de leur volonté pour la suite.
Malgré leur stratégie de défense, ils n'en sortent pas complètement indemnes non plus. Ils en garderont sûrement des hématomes et des blessures pendant quelques jours, et les brûlures demanderont des soins rapides pour éviter que la douleur ne persiste ou qu'il n'y ait infection. Après s'être inspectés mutuellement pour voir si ils allaient bien, Aramis et Orphée se mirent à chercher leur dresseuse du regard, qui les appela sans trop faire attention au surplus d'inquiétude dans sa voix ; des sourires identiques naquirent alors. Devant l'interrogation muette de la championne pour savoir si ils se sentaient prêts à continuer au lieu d'abandonner devant leurs blessures et les soins dont ils avaient visiblement besoin, les deux hochèrent négativement de la tête. Alors qu'Orphée époussetait Aramis avec une douceur inconsidérable, le Pharamp poussa un bêlement gai et pointa d'une patte la place de Grima, pour lui dire sans avoir à utiliser de mots qu'ils n'attendaient plus qu'elle pour continuer. Satisfaite, la jeune femme aux cheveux bleus fit demi-tour et, sans se retourner une seule seconde, reprit place, de nouveau l'air confiante, comme si rien de tout cela ne s'était produit.

« Reprenons où nous en étions, mes trésors. Mais après ça, je vous veux au repos ! »

Aramis produit un son semblable à un rire tandis que le Porygon Z se contenta d'un mouvement de tête. Elle gloussa avant de reporter son attention sur son adversaire.
Le concours n'en était pas fini pour autant, et leurs adversaires le prouvent. Des nuages d'eau empoisonnée laissent s'écraser leur progéniture qui s'enflamme, tandis que des mains monstrueuses de poison s'élèvent du sol et tentent de les attraper. Les langues de flammes violettes qui tombent demandent à Orphée et Aramis des efforts constants pour ne pas être touchés, et ils échouent à quelques reprises, mais finissent toujours par chercher à se rejoindre. Grima prend le temps de réfléchir, puis se sa voix finit par résonner dans l'amphithéâtre, calme et joueuse.

« Alors comme ça, vous nous apportez la pluie... ? Aramis, Orphée, ce temps vous rappelle certains souvenirs, n'est-ce pas ? »

La question est rhétorique et suscite un moment d'étonnement. Orphée parut hésiter quelques instants, surpris quant aux choix de leur dresseuse alors même que cette combinaison là n'était pas entièrement perfectionnée et que certains détails demanderaient une certaine dose d'improvisation. Mais Aramis posa une main sur son épaule et hocha négativement de la tête, signe qu'il ne se posait pas plus de questions que ça et préférait y mettre toute son énergie plutôt que de douter. Le résultat, ils y penseraient après.
Orphée lévite, Aramis saute ; de la gueule du Pharamp méga-évolué sort une onde d'énergie surpuissante et terrible, qui vient s'écraser au sol. Immédiatement, le Porygon Z, alors même qu'il évite déjà la pluie de flammes qui s'abat sur eux, fait naître de l'air de multiples étincelles électriques qui viennent se coller au rayon sinistre craché par son élève. Il le module de telle manière qu'il vole en cette tempête une barque entouré d'étincelles grondantes et incontrôlables. Le Pharamp retombe sur le pont encore précaire, un sourire fier aux lèvres.

Alors même que la pluie de poison et de flammes les entourent de tout point, que le terrain paraît conquis par le Coatox et le Roigada, l'embarcation encore précaire semble minuscule, fragile, bien trop fêle en comparaison au déluge qui se déchaîne autour d'elle. Mais alors même que la pluie frappe leur navire, Aramis se positionne près du beaupré, et des rayons de pierres précieuses naissent de ses gemmes pour aller se figer sur le pont. Des mâts de roches semblables à des améthystes s'élèvent, auxquelles s'accrochent des voiles sombres, noires et violettes à la fois, filles des Ondes Folies lancées par le Pharamp alors que les colonnes précieuses poussaient. Touchées par la pluie qui les persécute, elles s'enflamment, illuminant ainsi ce voilier ténébreux d'un brasier infernal, sans couleur permanente. Le pont subit le même sort, et les deux navigateurs échappent à ce sort grâce à la bienveillance du champ magnétique dirigé par Orphée.
Leur bateau, ainsi construit, s'élève au dessus du sol couvert de la pluie de flammes et de poison, des bras venimeux qui les pourchassent sans relâche, et zigzague entre eux, sans pourtant porter d'offensive envers la cage de leur adversaire. Non, ils naviguent, tels des marins acharnés et déterminés, imperturbables face à l'enfer qui les entoure parce qu'ils l'ont eux-mêmes maîtrisé. Orphée, à la barre, commande ; Aramis guide, crie, encourage son compagnon par des grognements joyeux, sans crainte des bras qui manquent parfois tout juste de le saisir et l'arracher à leur navire, cette goélette de leur création. Sa crinière vole derrière lui, et Orphée ne peut s'empêcher de produire un son semblable à un ricanement en remarquant le comportement presque prétentieux du plus jeune. Mais esquiver n'est pas leur unique idée, et fuir le conflit n'est pas de leur goût : ils attendent juste l'occasion pour se frayer un chemin, et dès qu'ils l'ont trouvé, ils se lancent.
Orphée s'immobilise alors qu'ils ont enfin trouvé une voie qui leur permet de se rendre vers  là où se trouvent le Coatox et le Roigada. Il lâche son gouvernail, échange un regard avec Aramis qui hoche de la tête, prêt et confiant, pas inquiet pour un sou alors qu'il est pourtant celui qui va prendre le plus de risques. Un seul faux mouvement de son ami et il se retrouverait blessé, de façon certes non fatale mais suffisamment importante pour que l'angoisse fasse peur à Orphée pendant quelques secondes. Grima le perçoit, et sourit doucement.

« Fais-lui confiance, Orphée. Fais-toi confiance. »

Le Porygon Z finit par lever les deux mains : une onde électrique et apparemment incontrôlable et projetée vers Aramis, qui sourit alors même que l'attaque se rapproche de plus en plus. Puis, avec l'aide du champ magnétique et de sa propre capacité à manier l’électricité, le Pharamp fait glisser cette concentration d'énergie sur la proue, et elle prend peu à peu la forme d'une gueule de gargouille difforme et monstrueuse, l'air agressive avec sa gueule ouverte, révélant un grand nombre d'incisives.
Face à une porte solide et verrouillée, une seule solution : le bélier. Toute la force de leur navire se concentrerait pour accomplir un seul et unique but : déloger leurs opposants de leur prison de sécurité, et tant pis si leur embarcation autant qu'eux-mêmes devait sombrer pour que cela arrive. Ce navire ténébreux les emporterait jusqu'au enfer des mains et du poison si il le fallait, mais alors même qu'il se dressait près de son objectif, ils n'y faisaient plus attention.
Si il fallait aller jusqu'au bout, ils allaient prendre la métaphore littéralement : le bout de leur bateau s'écraserait d'abord, et tout le reste après si cela ne suffisait pas. Ils iraient au delà même, si c'était nécessaire. La raison ? Simple, en réalité. Peu importe quel nom serait crié par le public au final ; Grima, Aramis et Orphée ne combattaient pour rien d'autre que leur propre plaisir.


Modo:
 

____________________________________________

=> DC de Faust M. Donovan, Clive G. Donovan, Mikael J. Evans & Natsume Shimomura
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cobaltium
Administratrice
avatar
Messages : 1604
Date d'inscription : 24/06/2013


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 8 Juil - 0:25

MASCARADE vs GRIMA
1er ruban, niv.55 / Championne de Vanawi, niv.52

Un concours des plus inventifs qui m’a laissé faire « aguuuuh :derp : » un bon nombre de fois. Deux personnalités étranges ont combattu corps et âme aux côtés de leurs alliés respectifs. Tous les songes ont malheureusement une fin, et il est temps de clore ce moment féerique de façon plus pragmatique, par l’annonce des résultats donnés par le Jury.

Détail des résultats de Mascarade :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 5/5
J’ai beaucoup aimé l’état d’esprit de Mascarade pendant ce concours. Ses remises en questions régulières, et ses efforts visibles pour se dépasser. Et en ce sens, je trouve que le duo Neptune/Kristoff, sage et déterminé, était idéal pour rendre à la coordinatrice confiance et passion. Et Mascarade a fini par leur rendre la pareille sur la fin, en leur insufflant l’énergie nécessaire pour terminer en beauté. Rien a dire, l'échange était parfait et accompagnait la progression de tes posts, mention particulière faite au dernier, génialissime sur ce point.

• Complicité entre les Pokémon : 3/3
J’ai déjà parlé de Kristoff et de Neptune plus haut, je n’ai vraiment pas de mots pour en rajouter des masses ici. Les deux frères, les deux princes, ont tenu leur rôles du début à la fin, et n’ont jamais cessé de combattre main dans la main. Toutes leurs combinaisons se faisaient de façon collaborative, et chacun y amenait toujours son énergie particulière sans éclipser l'autre. Encore une note parfaite ici.

• Performance : 4,5/5
Je le redis à chaque fois, mais Mascarade possède un univers unique et terriblement envoutant, qui me garde toujours en haleine du début à la fin. Visuel, musical.. Un véritable spectacle sensoriel. J’étais complètement happée dans chacun de tes post, et j'ai encore du mal à en sortir tant leur ambiance était marquée. Mascarade a dominé de très peu face à Grima et à son rythme plus frénétique le combat, mais son sens du spectaculaire a en partie surplombé la rencontre. Je ne mets cependant pas la note maximale ici, car je continue de penser ce tout cet univers peut être encore plus poussé : j'en voulais plus!

• Combinaisons utilisées : 8/10
L'univers de Mascarade était extrêmement présent, et s'installa d'autant plus facilement par ses combinaisons décrites simplement mais efficacement, j’ai rarement du revenir sur ma lecture pour m’imaginer les combinaisons, et je leur ai trouvé un côté "simple" qui faisait leur charme et conduisait une meilleure installation de l'univers de Mascarade. Inventives et également grandioses, je retire néanmoins quelques points ici, car cet aspect inventif a été surpassé à mes yeux par les créations complètement loufoques de Grima, qui ont pu un peu éclipser celles de la challenger. L'une comme l'autre ont mené un spectacle extrêmement grandiose, mais je trouve ici que Mascarade est peut-être restée un peu "sage" face à Grima. C'est assez difficile de comparer le deux, ici encore, car les deux coordinatrices possédaient des univers très différents et complexes, difficiles  comparer sans faire de la mauvaise foi.

NOTE FINALE : 20,5/23

Détail des résultats de Grima :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 4,5/5
Grima est extrêmement complice avec ses Pokémon, cela se ressent dans leur relations joueuses et un peu provocatrices. Ces derniers le lui rendent bien. Leurs interactions étaient toujours agréables et amusantes à lire, et tranchait d'une énergie particulière avec les liens plus "lyriques" de Mascarade avec ses Pokémon. Grima s’inquiète de ses Pokémon et a eut un rôle de guide de la plus haute importance pour ses deux amis. Néanmoins, si je dois être un peu sévère sur un point, c’est que si Grima a beaucoup offert à ses Pokémon et fut présente à tous les instants, la réciproque n’était pas autant exprimée que dans les échanges ayant eu lieu entre Mascarade et le Coagada. C'est une particularité que j'ai véritablement ressenti chez Mascarade plus que chez Grima, d’où un léger "malus" donné à la Championne dans cette catégorie.


• Complicité entre les Pokémon : 3/3
La relation d’Orphée et Aramis était extrêmement amusante à suivre et à découvrir tout au long du concours. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, et je reste a court de critiques sur ce point. Tantôt Orphée guidait son cadet, tandis c’était Aramis qui décidait de le protéger pour ensuite mener l’offensive. Une complicité complexe a soudé les deux êtres, et de ce duo inhabituel a pu naitre quelque chose de pétillant et jouissif à suivre du début à la fin. Note parfaite ici aussi, qui fait honneur à ce duo frénétique et électrique!

• Performance : 4/5
Grima possède un rythme plus effréné et efficace que celui Mascarade. Son style inventif et étrange n'a rien à envier à l'univers de la challenger, et la Championne a tout fait pour ne pas se laisser submerger. Néanmoins, je dois avouer que sur ce point, malgré les nombreux effets spectaculaires et multicolores développés par Grima presque sans pauses, elle a tout de même été dominée de peu par le rythme et l'univers musical, sensuel de Mascarade.

• Combinaisons utilisées : 8,5/10
La partie que je suis tentée de nommer « vive Grima et ses combinaisons farfelues ». Extrêmement inventives, elles étaient à l’image de l’étrange duo Pharamp/Porygon. Les inventions de Grima ne cessent jamais de me surprendre. Tout ça était complètement grandiose et hallucinant. Le risque avec les combinaisons utilisées, est que je me suis parfois sentie un peu larguée, et les préparations de ces combos compliqués posaient un certain poids dans le rythme pourtant très bien établi par Grima au préalable. J'ai trouvé cela un peu dommage, car j'avais la sensation d'être un peu retenue dans ma lecture avant de pouvoir finalement apercevoir le résultat de la combinaison.

NOTE FINALE : 20/23


Mascarade, le challenger, remporte ce Concours! Elle repart avec 50 Opals, CS Plongée et le Ruban Doré.
Grima est donc vaincu ; mais elle ne repart pas complètement les mains vides puisqu'il gagne 25 Opals pour sa participation.
Cela s'est joué de très peu, mais Mascarade remporte ce troisième concours, décisif pour sa future participation au Grand Festival. Et je suis certaine qu'un Monsieur Image l'attend déjà de pied ferme! La saison va sur sa fin pour Grima qui termine tout de même ne beauté et avec tous les honneurs, suite à cet affrontement qui risque de raisonner en moi encore un certain temps... Un grand bravo a vous deux!

____________________________________________


DCs: Alexander, Julianne, Riku, Cesar et Mell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   Mer 8 Juil - 13:06


Concours no°3

feat. Coagada
Sur le terrain, un navire de foudre brave les flots empoisonnés proposés par Kristoff et Neptune, dont la pluie enflammée continue de s’abattre dans un sifflement sinistre sur le terrain que les participants auront laissé fortement abîmés. La proue se couvre d’une tête horrifiante et le choc se prépare entre les deux forces à nouveau et cette fois, Adélia sait pertinemment que ses vaillants guerriers ne pourront résister à l’assaut. Trop affaiblis déjà à la fois de cet effort soutenu tout au long du combat, puis de cette explosion qui les aura laissé brûlés à plusieurs endroits. Malgré la menace qui plane au-dessus de leur tête, ils tiennent bon, nullement effrayés, confiants alors que la musique de leur dresseuse atteint son paroxysme avant d’être stoppée net par un gong sonore qui annonce la fin du combat. Au moment où la cloche retentit, le Roigada et son acolyte dissipent la tempête créée par leurs bons soins. Il règne à présent dans l’Amphithéâtre une certaine atmosphère d’oppression dues aux vapes empoisonnées du Coatox mais bientôt, elles s’évaporent sans laisser de traces. Seulement à cet instant, les deux frères s’appuient l’un sur l’autre, s’accroupissant contre la terre battue avec un soupir. Une fois assis ils goûtent à un repos mérité, blottis l’un contre l’autre à se féliciter sans mots, sans un son. Trop épuisés pour échanger, ils restent immobiles, ainsi, jusqu’à ce que la Coordinatrice les accompagnant ne les rejoigne. Elle s’accroupit dans la suie, ne redoute pas de tacher sa robe. Plus rien ne fait d’importance à ses yeux à présent.

Mascarade elle-même s’est épuisée à la tâche et tremble à présent en raffermissant sa prise autour de ses protecteurs. Elle en a presque oublié la raison de leur présence sur ce terrain, l’objectif de ce combat qu’ils ont mené et qui lui a paru si long et éprouvant et qui pourtant, a passé aussi vide qu’une traitresse poignée de secondes. Peu lui importe à présent le Ruban ou la gloire. Elle sent qu’au-travers cet exercice elle aura progressé en tant que Coordinatrice, mais aussi en tant que personne. Adélia a confronté une part de ses peurs et a réussi à tenir tête à une des plus talentueuses Coordinatrices de tout Enola et de ça, elle en est fière, indépendamment du résultat. Elle n’ose plus parler ou bouger, son corps encore douloureux de sa chute brutale contre son piano qu’elle devra d’ailleurs récupérer d’une façon ou d’une autre. Cette fois elle n’aura plus la force de le tirer grâce à l’aide précieuse d’Anika, dissimulée dans les gradins, il faudra demander à la Gardevoir de terminer cette œuvre seule. Kristoff, remarquant finalement la partie du visage exposée de sa dresseuse, dresse une patte couverte de suie contre sa peau afin de préserver son identité. Il est bien conscient des dangers que courre la jeune femme à paraître ainsi en public, là où on pourrait possiblement la reconnaître, surtout qu’elle a refusé de porter ses lentilles habituelles aujourd’hui. Mascarade remercie son allié d’un sourire avant de se redresser maladroitement à l’annonce des résultats.

Trop épuisée probablement pour s’inquiéter, Adélia se contente d’observer son adversaire avec une expression digne empreinte de respect. Peu importe le résultat, les deux jeunes femmes mériteraient également la victoire. À ses yeux, de gagner est presque impossible. Or, le nom qui est annoncé est le sien et entre ses doigts, on glisse un Ruban qui brille dans un éclat doré scintillant. Une véritable étoile qui vient souligner tous ses efforts lors de cette longue lutte acharnée contre Aramis et Orphée autant que contre elle-même, contre les spectres de ses insécurités. Au moment où les deux Coordinatrices s’apprêtent à se séparer pour laisser derrière elles le rêve, la beauté et peut-être une certaine rivalité, le bras de Mascarade se tend pour saisir la main de Grima, comme pour s’accrocher un instant de plus à ce qu’elles viennent d’échanger. Un sourire se dessine contre ses lèvres, sans la moindre provocation cette fois, un sourire animé, frais et vivant, presque enfantin. Et il signifie merci.

(c)Golden


Modération:
 

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ruban n°3 - Adélia G. Turnac VS Winter L. Kenway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Amidoner un ruban
» Cherche ruban!!!
» Relation duo ruban & valeur attrapé boucle
» technique au ruban
» Recherche ruban PAS CHER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CÔTE EST :: Vanawi :: Rues Bondées :: Amphithéâtre-