« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yveltal
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 648
Date d'inscription : 07/04/2014


MessageSujet: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mar 8 Nov - 14:32

"MASCARADE" vs "MISS ANARCHY"
1er Ruban / 1ère Ronde

Bienvenue à ce Concours opposant Mascarade à Miss Anarchy de l'Amphithéâtre de Zazambes. Le dernier concours de Mascarade commence à dater, mais la voilà revenue dans l'amphithéâtre de la ville la plus animée d'Enola : en espérant que ce concours le sera tout autant ! Le participant doit choisir un seul Pokémon pour cette première ronde. Il devra décrire son arrivée dans l'Arène, le choix de son Pokémon, puis sa performance, qui consiste à décrire les actions de son Pokémon tout comme celles de son personnage. La performance doit durer environ une ou deux minutes, sans plus. Elle sera jugée par Yveltal et se verra attribuer un note sur vingt. Le participante doit obtenir une note égale ou supérieure à dix pour passer à la deuxième ronde et combattre le Champion. Le Pokémon ne peut utiliser que quatre attaques, qui devront tenir compte de son niveau bien sûr. Comme pour une capture, vous devrez préciser à la fin quel Pokémon vous choisissez, son surnom s'il y a lieu. CS et nature sont inutiles ici, par contre précisez toutes les CT, CS & Move-tutors appris. Nous rappelons que l'évaluation se fera sur la beauté de sa performance autant que sur la finesse des Combinaisons et sur la complicité entre le Coordinateur et son Pokémon.

Bonne chance!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mar 8 Nov - 14:38


Concours no°1

feat. Amadeus

Et claquent, et claquent les castagnettes. Le choc de leurs coquilles l’une contre l’autre se réverbère dans l’Amphithéâtre plongé dans un silence contemplatif. D’entre les spots, une silhouette danse, parée de rouge, ondulant sous les lueurs intemporelles, brandissant ces objets avec dextérité. Ses yeux fermés, abandonnée à la musique qui se glisse des haut-parleurs, elle repose dans l’ombre d’une forme triomphale, sereine et profonde. Il a posé son regard impérieux mais bon sur le terrain vide, son panache décoré d’un feuillage aux couleurs chaudes et festives, il attend avec patience les signaux qui le jetteront aux devants, vers ce moment qu’il attend depuis des siècles interminables lui semble-t-il. Des années il a fallu pour maîtriser ces quelques artifices qu’il s’apprête à offrir au public silencieux et incertain. Des années pour se remettre des épreuves qui l’obligent à présent à porter un long foulard contre son torse, là où il aura été mordu jusqu’au sang, d’où sa vie s’est échappée. Amadeus fait un pas en avant, et elle, Mascarade, respecte son rythme, fait danser ses pieds aux chevilles serties de clochettes pour encourager sa noble descente sous le couvert des lumières avides, avides de lui et elle, de leurs forces et faiblesses, de la gloire et de la déchéance. À sa suite, la maîtresse des masques et illusions s’est faite discrète, le suit pas à pas tandis qu’ensemble ils rejoignent la scène sous les encouragements excités de la foule.

Lorsque le silence retombe, le cœur de Mascarade se gonfle. Ce public, cet Amphithéâtre, ici tout a débuté. Et pour lui, la perspective d’un nouveau départ. D’une renaissance. Celle d’un nouveau combat, de la vie, celle dépourvue de sens, primitive, profonde et sincère. La jeune fille fait onduler sa robe vermeille de flamenco et augmente le rythme une fois de plus, vers un tempo régulier qui lui tire un sourire, un seul, qui suffit bien à son noble protecteur. Entre eux, le serment de vies ancrées l’une à l’autre. Et aujourd’hui l’expression de ce qu’ils sont et ont vécu. Ou du moins ce qu’ils vivront à l’avenir. Le Haydaim, dans sa splendeur automnale, se met à danser, lui aussi. Ses sabots claquent contre le sol, imitant la cadence proposée par la mélodie, par sa dresseuse. Se dégage de lui une profonde élégance alors qu’il se dirige, sautillant dans une chorégraphie parfaitement orchestrée, vers le cœur même de la scène. De ses sabots mélodieux s’échappe non seulement une musique vibrante rappelant la tambourinement d’un cœur battant et le son carillonnant des castagnettes, mais aussi une substance luisante et violacée qui semble en ébullition, comme retraçant ses pas contre le terrain. De ses quelques traces sombres, Amadeus se détourne et poursuit sa danse, sans se soucier qu’à sa suite de fines colonnes de ce liquide poisseux se forment en direction du plafond, ondulant de leur visqueuse prédisposition en enflant rapidement.

Et le cœur de Mascarade s’enserre. Les colonnes prennent en diamètre et en hauteur, plusieurs ont rejoint les poutres soutenant l’Amphithéâtre, recouvrent les spots en ne laissant qu’une lueur inconfortable et violacée à sa suite. La jeune femme franchit le pas, s’aventure sur le terrain, danse entre les colonnes tout en évitant leurs vapeurs toxiques. Elle parvient à la hauteur d’Amadeus qui se retourne, lui fait face, l’affronte de son impressionnante carrure. Alors qu’elle cesse sa musique pour écouter la sienne, elle pose ses deux mains contre son torse couvert de son foulard, un geste improvisé qui prend de court l’Haydaim qui encore, effectue les gestes scriptés par des mois de préparation. Alors que d’un bond, la Coordinatrice masqués se dégage et reprend sa musique avec énergie et ardeur, le cerf se reprend, habité de la chaleur de ce geste, se souvient d’apprécier chaque instant. Chaque moment. Son regard se lève vers les colonnes qu’il défie du regard, et d’un grand coup de sabot vient révéler ce qui jusqu’à présent n’était qu’invisible. Du sol émergent des plantes fines, grimpantes, scintillant d’émeraude, qui recouvrent le terrain aux pieds des deux danseurs. De ses gestes élégants, l’Haydaim semble animer ses plantes qui ondulent sous ses commandent, défient de vagues incertaines les colonnes empoisonnées qui grondent désormais.

Le combat paré, les adversaires se mesurent l’un à l’autre. Des colonnes imperturbables des crachats d’acide s’échappent, foncent tout droit vers la masse de plantes grouillantes à leurs pieds. Les plantes touchées meurent et se désagrègent, rapidement remplacées par une masse d’autres. Amadeus s’approche, toujours en dansant, en compagnie de sa partenaire qui le soutien de ses castagnettes et des clochettes entourant ses chevilles. Les plantes le suivent, suivent leur maître et souverain, qui les jette d’un nouveau coup de sabot à la rencontre des colonnes dont elles entreprennent l’ascension. Les plantes grimpent, grimpent au rythme des sabots d’Amadeus, recouvrent celles-ci, brûlent, puis sont remplacées. Bientôt la masse les consume, atteignent le plafond et les lumières qu’elles libèrent du joug du poison en déversant contre le terrain une lumière diffuse, verdâtre et sereine. Mais d’entre les embranchements pourtant solides des plantes, l’acide violacé parvient encore à s’échapper, gronde et siffle de sous sa prison végétale. Mascarade augmente encore plus la cadence au même rythme que la musique, elle soutient son champion peu importe les conséquences. Ses pieds reposent dans le tapis végétal, d’où l’Haydaim puise sa puissance. Mais il doit agir. Agir pour ne pas succomber aux ténèbres qu’il tente de préserver.

Alors il se hisse contre ses pattes arrière, bat des sabots avant de les écraser contre la colonne la plus proche. Un courant électrique se déverse contre la colonne de poison et de plantes qui en frémit toute entière. Les branches grimpantes se sont mis à luire avec intensité tandis que l’éclair électrique spirale en direction du plafond avant de se scinder à son sommet en plusieurs autres éclairs qui frappent une à une les tours ennemies, les reliant les unes aux autres. Une véritable toile électrique s’est tissée entre les tours qui se déstabilisent progressivement. Du terrain tout entier émane une lumière intense, presque douloureuse, d’un blanc intense. Amadeus sied en son cœur, figure noire surmontée ses rouges et orangés. Deux cornes qui dans l’ampleur de la lueur l’entourant, trouvent à briller d’une étrange lumière surnaturelle d’un vermeille rivalisant avec la robe de sa dresseuse qui paraît à ses côtés. Deux cornes qui se dressent sur la tête de l’Haydaim toujours juché sur deux pattes. Tandis que les colonnes se brisent et s’affaissent, le cerf aspire à lui lumière, électricité, poison et énergie végétale issus d’elles. Les débris retombent en direction de sa tête, forme une couronne impressionnante sur la tête du Pokémon des quatre saisons, un enchevêtrement de couleurs et de branchages dorés rappelant les vitraux des plus belles églises. Il illumine tout entier brandissant ses cornes maintenant sur ses quatre pattes. Il a cessé sa danse, tout comme Mascarade à ses côtés, qui s’est reculé dans une révérence devant la splendeur de son ami, de son allié, de son protecteur, celui qui aura donné sa vie pour la sienne et vice versa.

La couronne met un moment à s’affaisser d’elle-même, sa lueur se dissipant et ses couleurs s’évaporant en quelques particules brillantes. Il reste ainsi, fier et noble, devant l’adversité. Devant son passé, et son avenir. La jeune fille le rejoint, pose son visage masqué contre son encolure où elle puise une fois de plus force et courage. Sa main repose derrière le foulard, contre la cicatrice qui barre encore le torse de son ami. Et lorsqu’il penche sa tête pour l’enlacer, elle comprend sans la nécessité des mots. Merci.

Modération:
 

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveltal
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 648
Date d'inscription : 07/04/2014


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Ven 11 Nov - 22:59

MASCARADE vs MISS ANARCHY
1er Ruban / Résultats - 1ère Ronde

Ma foi, comme d'habitude, les performances de Mascarades sont très théâtrales... Ce qui n'est pas une mauvaise chose, et qui fait toujours plaisir à observer !

Détail des résultats :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 5/5
Toujours la partie la plus dure à remplir, celle-ci... Bon, du coup, peu de choses à dire, c'est très bien fait et la performance joue un bon rôle pour souligner le lien des deux, c'est sobre sans être trop. Aucun reproche à faire, vraiment.
• Performance : 3.5/5
C'est très bien organisé pour le coup, ou du moins la chose est bien chorégraphiée. Le rythme est bon, et les quelques rebondissements sont agréables et permettent de rendre la performance plus distrayante. Néanmoins, le souci est qu'il est vraiment difficile, malgré des relectures, de ne pas être perdu au niveau spatial : j'ai dû relire plusieurs fois le spoiler et le texte pour pouvoir visualiser correctement. Ce que je conseillerais, c'est de faire attention à ne pas oublier de mentionner où se passent les choses. C'est moins clair pour les autres, disons. Mais globalement, ça reste bon et Mascarade sait faire le show.
• Combinaisons utilisées : 9/10
C'est assez joli et assez peu commun de mélanger l'électrécité au poison et aux plantes, encore plus pour le résultat final. Un peu confus ici et là , mais tout même bien plaisant et je ne m'attendais pas du tout à ce que j'ai vu. Franchement, c'était surprenant et au vu du movepool de Haydaim, bravo ! Peut-être qu'un tout petit plus de diversité aurait été sympathique, mais c'est du chipotage (comme d'habitude).

NOTE FINALE : 17.5/20

Félicitations, tu passes haut la main en deuxième ronde ! Ton prochain post devra décrire la réaction face à ces résultats. Le prochain tour commencera sous peu. Tu vas affronter Miss Anarchy, et je crois que la rencontre va promettre... Allez, en piste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Sam 12 Nov - 20:25


Concours no°1

feat. Amadeus
À l’abri des regards et de la gloire éphémère, Mascarade se blottit simplement contre la poitrine balafrée de son ami équestre d’où elle tire une douce chaleur. Cette performance lui semble déjà si lointaine. Il leur aura fallu de nombreuses journées de travail acharné afin d’en venir à bout, mais aussi à compléter le casse-tête complexe de leur message. Parfois, il devenait trop difficile de le supporter dans son sens. Car ce spectacle offert aujourd’hui à la foule enchantée se teintait de pardon. De laisser derrière soi les démons d’événements obscurs pour s’avancer dans la lumière et grandir. Une tâche difficile pour ces victimes d’injustices encore non-résolues. Mais à quoi bon s’obstiner dans la rancœur et la haine? À deux, ils ont pu porter ce message, aussi vif et difficile soit-il. Ils ont atteint la maturité nécessaire qu’au prix de nombreux sacrifices. Adélia ne regrette rien. Elle revit sans cesse cette sortie dans les rues de Zazambes qui aura donné lieu à une rencontre avec un soldat zélé du Régime, à une lutte acharnée pour la survie entre Némélios et Haydaim, le craquement fait par le cou du militaire alors qu’Amadeus le renversait, puis leur fuite dans la cité du soleil. Et lorsque son ami, blessé, éreinté, s’effondrait contre le bitume, au tour de la jeune femme de le porter en sécurité, jusqu’à s’écrouler devant une porte hasardeuse qui s’ouvrit heureusement pour eux vers un visage amical. Ils n’oublieraient jamais. L’objectif n’était pas d’oublier, au contraire. Ils puisaient désormais leur force parmi leurs souvenirs, aussi douloureux soient-ils.

Ils attendent, en silence. Dans les couleurs sombres de l’Amphithéâtre et non dans la salle avec les autres concurrents comme à leur habitude. Égoïstes, conservant leur passion pour eux seuls, tout en savourant le mystère laissé à leur suite. Ainsi est Mascarade, insaisissable et à la fois parfaitement humaine. Un drôle de mixture qui encore aujourd’hui lui fait honneur et cause sa réussite. Sa performance aura plus, le score impressionnant, l’envoie directement à la seconde ronde. La jeune fille entend la décision de loin, et on appelle la compétitrice disparue comme dans la crainte de ne pas la voir reparaître pour la prochaine partie du Concours. La naïveté la fait sourire. Aussi excentrique soit-elle, la Coordinatrice masquée ne manquerait jamais une occasion de se présenter sur scène et encore moins lorsqu’elle court la chance de rencontre Miss Anarchy. Il fait longtemps qu’elle rêve de l’affronter et l’excitation la gagne progressivement. Les préparatifs s’amorcent sur scène et les spectateurs en profitent pour se diriger vers les stands de boissons et de nourriture ou les toilettes avant la poursuite de ce spectacle. Pour sa part, la jeune fille attend que les coulisses se vide avant d’amorcer sa transformation habituelle entre les deux rondes, la main crispée contre la balle de l’allié qui l’accompagnera pour la prochaine ronde. Dans sa tête, un son continu se fait entendre, elle sent la peur l’enserrer tout autant que l’extase de ce moment à venir. Avec ce même soin habituel, elle se défait de sa robe vermeille et de ses accessoires de la performance. S’appliquant avec zèle au moindre détail, un exercice rassurant qui éloigne ses doutes et ses appréhensions. Et lorsqu’elle a terminé, le moment est venu.

Enfin.

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveltal
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 648
Date d'inscription : 07/04/2014


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Sam 12 Nov - 20:54

MASCARADE vs MISS ANARCHY
1er ruban, niv.65 / Champion de Zazambes, niv.62

Le combat entre Mascarade et Miss Anarchy de la ville de Zazambes est sur le point de commencer. Il en aura fallu du temps, pour que les deux coordinatrices se rencontrent, mais le moment est venu ! Reste à voir ce qu'elles vont nous réserver... Chacun des participants devra décrire son entrée dans l'Arène ainsi que le choix de son Pokémon, en indiquant à la fin de son message l'espèce, le surnom, le sexe, la nature ainsi que les CT, CS ou Move-Tutor apprises. Le challenger peut changer de Pokémon entre ces deux rondes, ou ne pas utiliser les quatre mêmes attaques qu'à la première s'il choisit de garder le même.

Bon match à vous deux!


Dernière édition par Yveltal le Sam 12 Nov - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zekrom
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 4024
Date d'inscription : 19/06/2013


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Sam 12 Nov - 20:55

Le membre 'Yveltal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Niveau' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mar 15 Nov - 23:13


Concours no°1

Dance in the Dark
Elle s’est juchée dans de sombres sandales aux talons impressionnants. Ses jambes nues éclatantes sous la lueur des projecteurs attirés de son magnétisme, recouvertes de brillants qui procurent à sa peau un aspect inhumain et surnaturel. Elle s’avance, habillée simplement d’un maillot ajusté, des bracelets hétéroclites aux teintes violacés ainsi que d’une cape sombre. Sa démarche, provocatrice, ambitieuse, attire le silence sur son passage. Mascarade, toujours elle pour valser avec l’insolence. Elle porte contre ses frêles épaules une longue cape recourbée qui ne laisse à sa suite qu’une queue fourchue à la manière d’un diable. Le vêtement alourdit ses gestes, semblent même lourd à porter alors qu’elle se dirige, pourvue de son sourire provocateur. Nul ne saurait déterminer l’ingrédient de son assurance, car la terreur la tenaille réellement alors qu’elle réduit la distance entre elle et son adversaire. La jeune femme se dirige vers le terrain en n’osant imaginer l’issue de cette rencontre, le choc de deux personnages, de deux âmes profondément passionnées. Oh, Mascarade n’aura rien manqué des exploits de sa consoeur, aura même développé pour la Miss Anarchy une profonde admiration teintée d’envie. De l’affronter au cœur même de son royaume cause énormément d’incertitude pour celle qui joue à la perfection en saluant la foule avec nonchalance. Bernés, les pauvres, par ce curieux personnage dissimulé derrière un masque simpliste, de métal, recouvrant son visage entier hormis sa bouche et son menton, barré de profondes traces de griffes. Ses pas lents, mesurés, lourds, l’emmènent à son objectif, un synthétiseur posté là à sa demande.

Ses mains recouvrent les touches en y tirant déjà quelque réconfort. La musique envahit l’Amphithéâtre, synthétique, rappelant les sons des années 80. Un air à la fois grandiose et vieillot qui emplit l’espace de bruits excentriques, ronds, issus d’une autre époque. Ses mains répètent séquence avec énergie, la chanson se dessine de façon un peu plus claire, plus vibrante, plus assurée, et enfin Mascarade relève la tête vers Miss Anarchy, l’invite à se joindre, se joindre à elle dans sa mission inconditionnelle de la création et du malice, de l’abandon total de son âme à l’art. Leur art. La Coordination. Dans l’élaboration de cette pièce, elles ne seront néanmoins que les auteurs privilégiés de chorégraphies rocambolesques, les véritables artistes tardent à se découvrir de part et d’autre. La foule murmure, l’excitation, la pression, l’attente, viennent tendre l’atmosphère, et Mascarade rit de sous son masque qui dissimule sa nervosité. Un signal. Sa cape se fend alors, s’ouvre et se tend, deux ailes sombres qui surgissent dans son dos, d’un vert profond. Donnent l’apparence à la challenger d’un ange déchu issu des ténèbres, et le sourire qu’elle offre à Anarchy ne fait que confirmer ses mauvaises intentions. Un cri surgit de son dos, et la créature formant sa cape jusqu’à présent se détache, prenant son envol parmi les lueurs indélébiles des projecteurs. Restée au sol, sa dresseuse suit sa progression aérienne, subjuguée de sa présence, obnubilée par la vision de son prince des ténèbres parmi la lumière.

Gotham. Ses ailes claquent de façon sinistre. Le monstre des pires terreurs, celui issus des films de l’enfance de sa dresseuse, sous fond musical aussi approprié que déterré d’une autre époque. Gotham effleure les projecteurs en volant à leur hauteur, déstabilisant certains d’entre eux et provoquant la peur du public de voir certains d’entre eux tomber et s’écraser sur le terrain avant même le début des hostilités. Le Bruyverne se moque, son cri strident envahissant l’Amphithéâtre dans un appel tout aussi insolent que sa dresseuse à l’affrontement. Et que quiconque assez brave ou téméraire ne se risque à se mesurer à lui, qui projette son ombre démesurée contre le terrain en contre-bas, le regard rivé, hautain, en direction de Miss Anarchy. Gotham, le choix tout naturel pour Mascarade à l’instant où elle pourrait perdre pied. Son jeune protégé, dans sa sauvagerie, pour lui rappeler de n’avoir rien à craindre. Ils sont ici pour triompher, la reine de l’obscurité et son petit prince.

Modération:
 

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riku A. Nagel
Administratrice
avatar
Messages : 453
Date d'inscription : 08/01/2014

Âge du personnage : 22 ans, née un 29 septembre
Métier / Études : Championne Coordinatrice de Zazambes
Pseudonyme(s) : Miss Anarchy, Championne coordinatrice de Zazambes

Niveau : 66
Team active :

Bob - Bizarre - Sans Limite
★ Lance-Soleil


Tarja - Modeste - Contestation
★ Eboulement


Marilyn - Bizarre - Corps Gel
★ Vibrobscur


Janis - Discrète - Intimidation
★ Seisme


Lemmy - Hardi - Statik
★ Danse-Pluie


Floor - Naïve - Matinal
★ Ball-Ombre


Team spécifique : ★★

Jimmy - Discret - Essaim
★ Toxik


Ripper - Jovial - Brise-Moule
★ Tonnerre


Dio - Malpoli - Armurbastion
-
Li - Maligne - Force Pure


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mer 16 Nov - 11:15




MASCARADE VS MISS ANARCHY


★ VS ★

Je n’ai pas le chic de mon adversaire du jour pour ensorceler son public de nouvelles parures ingénieuses à chaque combat. Franchement, j’ai longtemps pensé que malgré l’intérêt que j’ai toujours eu pour cette coordinatrice, tout nous séparait. Aujourd’hui, c’est avec un excitation non dissimulée que j’ai attendu de longues heures l’annonce de qui serait mon challenger, après avoir remarqué, parmi les autres, la performance de Mascarade et d’Amadeus sortir du lot. Si d’autres de ses camarades coordinateurs ont brillé et m’ont laissé faire exploser mon enthousiasme, ils n’ont pu se jucher au niveau d’une des coordinatrices les plus insaisissables et imprévisibles d’Enola. Ce qui me sépare de cette mystérieuse femme est probablement sa solennité, le sens profond qui enduit chacun de ses gestes, ses costumes, ses attitudes intelligemment réfléchies. Cela va se confronter aujourd’hui à ma spontanéité survoltée d’amoureuse de l’improvisation. Dans mes appartements que je visite une dernière fois pour m’assurer de n’avoir rien oublié, je chausse des cuissardes noires, ceinturées de boucles d'argent métalliques. Vêtue d’un mini-short sombre abîmé et délavé aux inspirations grunge, orné de mon habituelle ceinture portant le fameux « A » d’Anarchy, je passe aussi un top partiellement déchiré, laissant voir mon nombril, et un collier orné de dents de Sharpedo factices. Mes derniers gestes se synchronisent avec la mélodie venant de l’amphithéâtre. Elle me fait me hâter, courir, la Pokéball et la veste à la main, vers la scène.

Me voila dans les coulisses. Je passe ma veste, rouge foncé, elle aussi déchirée, comme si je sortais d’une guerre contre les bêtes les plus sauvages de la planète, et que j’avais survécu. Le trac coule dans mes veines autant que l’adrénaline qui me fait vibrer toute entière. Un instant, et je suis prête, je laisse tomber la sphère bicolore à mes pieds, laissant pour le moment mon allié dans l’ombre et surgit de derrière le rideau pour arriver sur scène. Au passage, je me saisis d’une de mes guitares branchées, accompagne de riffs sauvages mon arrivée, et la musique de mon adversaire, lui prouvant le plaisir que me fait cette invitation. J’arrive sur le terrain, encore seule, et lève les bras de part et d’autre de mon corps, sans un mot, pour entendre la clameur de la foule en délire, qui accompagne le son du synthétiseur de Mascarade. Deux noms sont scandés, lorsque la cape de ma mystérieuse adversaire se soulève, et que de son dos surgissent deux ailes démoniaques… Les ailes d’une espèce de créature que je connais assez bien, et ravive en moi de mélancoliques souvenirs.

Le Bruiverne s’élève vers les projecteurs, tel un prédateur en chasse, il tourne de manière lugubre dans le ciel de lumières artificielles, qui se changent alors en météores. Lorsque les premiers spots tombent à terre, je cesse mes riffs. Si le public commence à s’interroger sur l’absence de mon allié du jour, je ne fais que commencer à préparer son apparition. Le second projecteur tombe à terre, et un large sourire de défi fend mon visage, dévoilant les quelques dents d’un rictus dangereux. Je monte le son de l’ampli via mon instrument, et gratte brutalement les cordes d’un ultime riff, réclamant le silence. Puis je me saisis du manche de ma guitare, la fait tournoyer au dessus de ma tête un instant, pour finir par la balancer avec force sur le sol, pour la briser, et répandre un larsen strident dans tout l’amphithéâtre.

Le silence, absolu, revient. Dans ma position faussement essoufflée, impertinente, je réponds à la provocation de Mascarade et de son ami couleur de chaos. Je prends une grande inspiration, et pousse un hurlement bestial, dont l’écho se propage à travers la torpeur. Les gradins, perplexes, ne savent comment réagir, puis, mon allié se décide enfin à se manifester.

Un bruit de pas sourd, à la fois lointain et proche, se fait entendre, pourrait presque faire trembler la terre. L’atmosphère se tend un instant, en attente de second pas, succédant alors au premier. Mon sourire ne diminue pas, alors le hurlement d'une bête millénaire répond au mien, depuis les coulisses, et que du fond de la scène, surgit une l’ombre d’une créature que certains ont longtemps cru éteinte. La silhouette du Charkos chromatique se profile dans mon dos, et je pose un genou à terre, les bras écartés de part et d’autre de mon bustes, la paume de mes mains vers les cieux. Je m’incline devant lui qui prend sa place à mes côté, devant le public de cet amphithéâtre prêt à assister à ce combat mémorable, devant nos deux challengers, dont Ripper défie déjà, souriant, Gotham. L’éclat d’enthousiasme dans mon regard se fait plus vif de jamais quand je me relève enfin, pour crier à nouveau, sachant pertinemment que Mascarade ne me donnera peut-être pas de réponse de vive voix.

« HELLO ZAZAMBEEEEEEEEEEEES! HERE COMES MASCARADE! »
Je fais tournoyer mes baguettes entre mes doigts, pointant mon adversaire, alors que le public clame nos deux noms. « Ripper et moi, on est super hypés de vous voir ici. Mais bon. Tu connais la chanson aussi bien que moi, Demon Girl. SHUT UP AND LET’S ROCK! »

Ripper m’accompagne et crie de plus belle, en frappant ses larges pattes sur le sol de l’amphithéâtre, maculant déjà l’air de poussière. Allons-y, pour ce match qui nous marquera à vie.
BLBLBL :omg::
 

____________________________________________

★ Nanar-Riku #cc0000 ★
                                     
   
DCs: Alexander, Julianne, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJ: Soltan
RPs : Winter, Cassey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveltal
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 648
Date d'inscription : 07/04/2014


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mer 16 Nov - 18:29

MASCARADE vs MISS ANARCHY
1er ruban, niv.65 / Champion de Zazambes, niv.62

Bruyverne contre Charkos : attaque spéciale contre attaque physique, donc, à l'image de nos adversaires du jour, si l'on veut ! En tous cas, la suite s'annonce prometteuse...
Commence désormais un combat RP entre les deux participants, qui durera trois posts pour chacun (c'est-à-dire six posts en tout). Le Juge ne réinterviendra normalement plus jusqu'à la fin dudit combat. Chacun des posts sera évalué selon les mêmes critères que la Première Ronde et les deux participants se verront attribuer une note au final. La note la plus élevée déterminera le gagnant. Attention, tout powergaming verra la disqualification du joueur. N'oubliez pas aussi que vous n'avez droit que d'utiliser quatre attaques, comme dans un combat entre dresseurs! Si le modérateur voit que vous en utilisez une cinquième, il pourra intervenir pour en signifier l'échec immédiat.

Que le spectacle commence...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mar 22 Nov - 20:59


Concours no°1

Dance in the Dark
Demon Girl. Le pseudonyme lui plaît, elle le goûte avec une satisfaction puérile tout en jetant un regard vers la véritable identité démoniaque habitant cet Amphithéâtre. Juché dans les cieux, les battements de ses ailes de nuit claquant avec lenteur, Gotham attend. Impérieux, visiblement calme alors qu’il scrute, tout en bas, la rouquine enthousiaste ayant fait son apparition, portant en elle le flambeau du défi. Mais sous ses airs indifférents, Mascarade sait que le démon dissimule une excitation tout aussi sauvage que fébrile, que sous son apparent orgueil, un enfant nerveux se cache. Aujourd’hui, elle se plaît de deviner sa vulnérabilité parmi les petits gestes, la façon dont ses oreilles frémissent à l’apparition du monstre qu’il devra affronter, le battement plus rapide de ses ailes lorsque la Championne prononce son discours parmi deux langues d’une voix qui attise les passions du public. À son habitude, la jeune fille s’amuse de l’obstination de son camarade à paraître inatteignable, tout en se sachant semblable, en portant ce masque. Maîtres de la fierté et des illusions, peut-être en quête d’accepter leur part de vulnérabilité dans la conquête inlassable de la victoire. Mascarade sourit à nouveau avant de reporter son attention sur leur adversaire. Lui aussi un monstre, tout droit récupéré d’une autre époque. La Coordinatrice apprécie ses teintes originales s’agençant parfaitement avec l’accoutrement de sa dresseuse, comme toute droit sortie d’une aventure épique tout juste remportée. La challenger s’arrête de jouer pour saluer, l’inviter à venir jouer parmi les ténèbres.

Mascarade oublie. Se réfugie dans son art là où la terreur ne saurait la saisir. Gotham porte enfin un regard sur elle, des cieux illuminés de l’Amphithéâtre. Une once d’excitation le parcoure de voir sa dresseuse si concentrée à sa tâche, détachée de tout pour s’éclipser dans la musique qu’elle déverse tout autour d’elle. Il éprouve pour elle, cette toute petite créature aux épaules frêles, une sorte de fascination admirative. Il aimerait tant avoir son acharnement. Il émet un roucoulement qui tire un sourire à la jeune fille. Elle sera le tamis de sa brutalité, de sa sauvagerie, canalisera son énergie destructrice vers la création. Et lui, son guerrier, son bras droit, l’expression de tout ce qui en elle ne peut être dompté. Le signal retentit sur le terrain et aussitôt Gotham se lance à l’assaut de l’Amphithéâtre dans un cri turbulent. Une descente en piqué l’emmène au centre du terrain, à quelques mètres du sol. De ses ailes battantes émergent de fins boomerangs d’air, à peine visibles à l’œil nu. Sa maîtresse entame un air connu, Sweet Dreams d’Eurythmics, sur son synthétiseur et déjà ses jambes bougent au rythme de la musique. La chauve-souris multiplie les filaments d’air qui s’échappent de ses ailes à chaque battement et ceux-ci circulent dans tous les sens dans des bruits tranchants qui se mêlent à la mélodie.

Sweet dreams are made of this
Who am I to disagree?

Les Tranch’Air raclent le sol, déchirent l’air tout autour de Gotham et d’autres encore s’élèvent, crèvent les projecteurs qui explosent les uns après les autres en plongeant l’Amphithéâtre dans les ténèbres. La mélodie change, reprend celle de l’entrée en scène de la chauve-souris quelques instants plus tôt. Quelques cris ont retenti parmi la foule alors que plus quelques lueurs hasardeuses des téléphones et des sorties d’urgence éclairent l’endroit. Le Bruyverne n’est plus qu’une silhouette drapée d’obscurité, on ne devine que son ombre parfois floutée par le passage d’un boomerang d’air à proximité.

Silicone,
Saline,
Poison,
Inject me

De la gueule de la bête surgissent de profondes flammes d’un rouge oscillant vers le bleuté. Gotham pivote contre lui-même, cou déployé, et les boomerangs d’air tranchants s’allument, formant des langues de feu qui s’animent dans tous les sens. Le terrain s’illumine, projette des ombres inquiétantes. Le Bruyverne émet un nouveau cri, suraigu, lancinant. Il trône au centre de la scène, maîtrisant les langues de feu dans une danse complexe qui les fait tournoyer dans toutes les directions imaginables, menaçant de brûler le dinosaure ayant osé se présenter à eux. La jeune Coordinatrice admire le spectacle, le souffle coupé par cette danse de météores qui fendent l’air dans une promesse de destruction, se demande encore pourquoi son allié s’attend à ce qu’elle maîtrise ses élans. Il est beau ainsi, parmi sa création. Mascarade ne l’arrêterait pour rien au monde. Le voilà qui jette un nouveau regard vers elle, furtif, dans l’attente de son approbation. Encore une fois, la vulnérabilité de son ami lui tire un sourire. Pour le rassurer elle se met à chanter.

Baby loves to dance in the dark,
'Cause when he's lookin' she falls appart
Baby won’t you dance,
Won’t you dance in the dark?

La chauve-souris s’est élevée sitôt les premiers mots, atteignant environ cinq ou six mètres d’altitude avant de former devant lui une spirale de flammes assez large pour le recueillir. Gotham se jette parmi ce couloir enflammé en tournoyant contre lui-même afin de s’éviter de se brûler, fonce tout droit vers son adversaire que la spirale vise. Le feu suit le mouvement circulaire du Bruyverne pendant sa vive descente en direction Ripper qui ne peut échapper aux boomerangs enflammés qui éclairent le terrain de leur force destructrice ainsi que leur maître s’étant élancé vers lui, si? Si le cœur de Mascarade se serre d’espoir, elle connaît parfaitement la capacité légendaire de Miss Anarchy de se sortir de situations épineuses. Et elle comme Gotham n’attendent plus, déjà, que leur adversaire leur témoigne sa force.

Modération:
 

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riku A. Nagel
Administratrice
avatar
Messages : 453
Date d'inscription : 08/01/2014

Âge du personnage : 22 ans, née un 29 septembre
Métier / Études : Championne Coordinatrice de Zazambes
Pseudonyme(s) : Miss Anarchy, Championne coordinatrice de Zazambes

Niveau : 66
Team active :

Bob - Bizarre - Sans Limite
★ Lance-Soleil


Tarja - Modeste - Contestation
★ Eboulement


Marilyn - Bizarre - Corps Gel
★ Vibrobscur


Janis - Discrète - Intimidation
★ Seisme


Lemmy - Hardi - Statik
★ Danse-Pluie


Floor - Naïve - Matinal
★ Ball-Ombre


Team spécifique : ★★

Jimmy - Discret - Essaim
★ Toxik


Ripper - Jovial - Brise-Moule
★ Tonnerre


Dio - Malpoli - Armurbastion
-
Li - Maligne - Force Pure


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Lun 28 Nov - 15:28




MASCARADE VS MISS ANARCHY


★ VS ★

J’ai rarement vu Ripper nerveux. Habituellement, il ne se complique pas la vie pour foncer dans le tas. Pourtant, le voici déstabilisé par les attitudes singulières de nos adversaires. Je le sens passablement irrité, piqué au vif par leur absence de répondant direct à mon discours habituel. Contrairement à moi, il ne s’y attendait pas, et le silence de Mascarde, malgré la mélodie qu’elle vient d’entamer sur son clavier, fait grogner le Charkos, déjà nerveux du fait d’avoir affaire à un adversaire volant. Il lui faudra pallier cette différence, et si je suis convaincue qu’il sera largement à la hauteur du défi. Ripper siffle entre ses dents, avec mauvaise humeur, contre le Bruiverne volant au dessus de nos têtes, certainement pense-t-il qu'on le prend de haut. Or, je pense que les apparences sont trompeuses, et que derrière ce masque imperturbable et déstabilisant, Mascarade n’est rien d’autre qu’une jeune femme passionnée. Et c’est tout ce qui m’intéresse. Mais mon allié ne l’entend pas encore de cette oreille, et redevient plus à fleur de peau encore lorsqu'à la suite de bourrasques produites par Gotham qui me font frisonner, la scène se retrouve plongée dans le noir. Temporairement aveuglée, l’anxiété me gagne un instant, puis il me faut revenir rapidement au calme pour apaiser le Pokémon antique, alors en train de piétiner d’un pied sur l’autre dans l’obscurité, témoignant de son agacement évident.

« Shhhh. Calm down, big boy. »

Fis-je d’une voix douce, uniquement entendue di dinosaure, et les grognements de Ripper semblent s’apaiser. Néanmoins, quelques filets d’airs qui me parviennent continuent de m’indiquer son agitation. Mais c’est alors qu’une mélodie plus entrainante se fait entendre. Mon allié chromatique et moi-même retenons notre souffle, en l’attente du premier mouvement de l’adversaire. La lumière revient alors, mélangeant le rouge et le bleu, enflammée, multiple et imprévisible. Les flammèches volent dans l’obscurité comme s’il s’agissait de leur domaine, entamant un ballet dont la logique ne peut prévoir le dénouement. D’un réflexe aux intentions protectrices, Ripper se place devant moi, en rugissant, comme pour exiger de son adversaire qu’il se montre, car il se cache encore dans les "coulisses" de cette pénombre, comme la vedette prête à entrer sur scène, et faire briller cet orchestre de feu. En plissant les yeux, j’aperçois la longue silhouette se mouvoir entre les flammes. Le talent des Bruivernes pour la discrétion est fondé sur de criantes vérités. Mes yeux balayent l’espace, guettant une attaque, et cette fois-ci, c’est Ripper qui prend les devants pour me remettre au calme, lorsqu’il cesse tout d’un coup ses grognements, pour se dresser, et fixer un point vide obscur, ses instincts à vif. Il ne fait plus attention aux feux follets qui sifflent à ses oreilles, et son ombre massive change de comportement pour se mettre en position, attendant quelque chose. Pas besoin de formuler une seule question pour comprendre qu’il a un plan. Ma respiration devient plus calme, et je fais confiance à mon ami, dont les instincts s’avèrent alors avoir vu juste.

Une nouvelle lueur, plus forte, s'enroule et rayonne alors depuis le plafond, et se précipite vers Ripper. Mais ce dernier ne bouge pas. Ce n’est pas lui qui cherchera à fuir. Une fraction de seconde avant que Gotham, transformé en une vrille incandescente, n’entre en collision avec mon ami, je sens la terre trembler. Le choc me souffle un peu plus loin, soulève la poussière avec plusieurs gerbes enflammées. Et puis… Rien. Un mur de pierres luisantes, éphémère, s’effrite sous les flammes de Bruiverne, tandis que Ripper, lui, a disparu à son tour dans la pénombre. Des grognements insidieux se font entendre dans les noir, et la silhouette de mon allié apparaît de l’autre côté du terrain, porteuse de trainées ténébreuses, attirant à elles quelques flammèches bleues et rouges, créant peut à peu une cape faite d’un brasier pourpre obscur à Ripper. En disparaissant de nouveau dans le noir, l’ombre créée par l’attaque ténèbreuse du Charkos se sépare, pour se multiplier, en continuant de se greffer aux feux follets de Gotham, qui parcourent encore l'espace. Moi-même, je ne suis pas sûre de derrière quelle ombre Ripper compte surgir. De nouvelles roches luisantes apparaissent, et se font entourer, habiller des "capes" de substance obscure laissées dans le sillage du dinosaure. Les roches brillantes d'une aura mystérieuses commencent à léviter, en tournant de plus en plus vite autour de Gotham. Perché sur l’une d’elle, Ripper se dévoile finalement, et pousse un cri de guerre, pour ordonner aux roches déguisées par les ténèbres pourpres, de se lancer vers le Bruiverne toutes en même temps, lui compris, gueule ouverte, et portant fièrement son habit d’ombres, comme le général de cette armée de rocailles intelligentes.

BLBLBL :
 

____________________________________________

★ Nanar-Riku #cc0000 ★
                                     
   
DCs: Alexander, Julianne, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJ: Soltan
RPs : Winter, Cassey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Dim 4 Déc - 20:29


Concours no°1

Dance in the Dark
Ripper, titan de roc. Qu’a-t-il à craindre des vents et des flammes d’une chauve-souris s’amusant parmi les ombres? Voilà exactement ce que craint Gotham sous le couvert de son assurance. Sa descente le précipite avec vélocité à sa rencontre, et la créature volante ne peut que se préparer au choc inévitable. Bien plus fragile que son adversaire, quel espoir lui reste-t-il avant de s’éclater tous les os contre le mur de granit posté tel un bouclier devant lui dans l’espoir de stopper son arrivée? De façon presque imperceptible, le Bruyverne ouvre les ailes pour ralentir sa descente, au dernier moment tend les pattes arrières pour asséner un grand coup au mur se dressant entre lui et sa victime, les flammes viennent lécher la pierre. Pour sa part le roi des ténèbres a pris la fuite en direction des cieux, se sachant trop vulnérable aux attaques du dinosaure qui d’un coup de pierre pourrait le réduire à néant. Mascarade secoue la tête, un mouvement que ne manque pas de remarquer la chauve-souris tandis qu’il reprend sa place dans les airs, ses ailes toujours bordées de traînées enflammées. Souviens-toi, Gotham. Tu es l’ombre, tu es insaisissable. La confiance de sa Coordinatrice le rassure. Il émet un cri aigu en cherchant son adversaire parmi l’obscurité, le titan drapé de ténèbres empourprés de ses propres flammes. Avant même que l’offensive se dessine chez ses adversaires il manigance la suite. Patience, lui a souvent dit Mascarade, laisse-les venir à toi.

Ripper choisit de se mesurer à lui accompagné de son armée de rochers volants aux reflets ténébreux. Les blocs de roc voltigent tout autour de la chauve-souris qui appréhende l’assaut de grondements chaotiques accompagnant la mélodie de Mascarade. La sauvagerie de sa personnalité déforme les traits de son visage et réduit ses yeux à deux fentes ambrées. Lorsque les rochers se dirigent vers lui, le cœur de la jeune femme l’accompagnant rate un battement, mais le Bruyverne aux ailes enflammées se faufile entre les pierres et tranchent celles venant à lui. Le Charkos progresse néanmoins à lui et il lui faudra agir rapidement devant l’assaut multiplié du Pokémon des temps anciens. Justement la Coordinatrice a repris sa musique en contre-bas, dans un ton différent, plus incongru encore et synthétique. La jeune fille cherche à lui communiquer qu’il ne pourra faire face à cet assaut qu’en épousant ses forces les plus profondes. Gotham ne brille que parmi le chaos. Bercé par la musique, la créature volante se met elle-même à changer, ou du moins en apparence. Car un son déchirant provient effectivement de sa gueule déployée, une onde destructrice qui s’abat contre tout à sa portée, réduisant les pierres ténébreuses en poussière et débris pourpres qui redescendent jusqu’au sol avec une lenteur surnaturelle. Le temps lui-même semble s’être figé, chaque mouvement ralenti, les lois de la gravité floutées par les ondes du Bruyverne. Dans ce monde noirceur aux proportions en distorsion, le chaos règne, et par le fait même son souverain ruisselant de fierté.

Dans un nouveau cri, Gotham soulève les débris de rochers qui couvrent désormais le sol de ses capacités aériennes et les élève en tourbillons furieux. Les ondes parcourant toujours le terrain viennent toujours contrecarrer les lois habituelles du mouvement, ainsi les spirales d’air et de roc semblent s’élever avec une tranquillité surnaturelle parmi les cieux. Mascarade sourit, amusée par le spectacle qui fait s’élever sa chevelure tout autour d’elle. Parmi les ondes, sa musique elle aussi sonne différente, comme lointaine et désordonnée. Le calme avant la tempête. Gotham s’empresse de jeter flammes et ondes parmi les roches qui flottent sous son contrôle et celles-ci dégringolent à grande vitesse vers le dinosaure. Le Bruyverne n’est-il pas synonyme de destruction?

Modération:
 

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riku A. Nagel
Administratrice
avatar
Messages : 453
Date d'inscription : 08/01/2014

Âge du personnage : 22 ans, née un 29 septembre
Métier / Études : Championne Coordinatrice de Zazambes
Pseudonyme(s) : Miss Anarchy, Championne coordinatrice de Zazambes

Niveau : 66
Team active :

Bob - Bizarre - Sans Limite
★ Lance-Soleil


Tarja - Modeste - Contestation
★ Eboulement


Marilyn - Bizarre - Corps Gel
★ Vibrobscur


Janis - Discrète - Intimidation
★ Seisme


Lemmy - Hardi - Statik
★ Danse-Pluie


Floor - Naïve - Matinal
★ Ball-Ombre


Team spécifique : ★★

Jimmy - Discret - Essaim
★ Toxik


Ripper - Jovial - Brise-Moule
★ Tonnerre


Dio - Malpoli - Armurbastion
-
Li - Maligne - Force Pure


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Lun 12 Déc - 22:50




MASCARADE VS MISS ANARCHY


★ VS ★

Grâce à son corps longiligne, Gotham  parvient à se faufiler hors des roches antiques, et à éviter ainsi des dommages qui auraient pu lui porter préjudice. En le voyant se remettre à voler, hors d’une prison qui aurait pu être la sienne, je souris, satisfaite que le combat ne perde pas encore en intensité. Mais je n’en attendais pas moins de Mascarade et de son allié, qui nous tiendront certainement à bout de souffle jusqu’à ce que le glas ne sonne le final. Son corps décharné gardes quelques marques de sa fuite, mais le Bruiverne est reparti hanter le ciel de projecteurs. Il est poursuivi par des restes de rochers que Ripper lance à ses trousses, tels des assauts de terre et de poussière. Se contentera-t-il de fuir? Ni moi ni mon allié n’avons espéré une telle chose. La musique de Mascarade est soudainement interrompue par un cri brutal du démon aux ailes noires, faisant déferler une onde sonique sur le terrain, qui me fait plaquer mes paumes sur mes oreilles. Je serre les dents en attendant la fin, et Ripper pour sa part retombe à terre sur ses pattes. Il se secoue pour reprendre ses esprits puis relève la gueule vers le haut. La suite ne se fait pas attendre. Une tempête de météorites aux trainées incandescentes monte vers les cieux un instant, et s’abat en cascade sur Ripper, resté à terre.

Le dinosaure fait face avec orgueil à ce nouvel assaut, rugissant avec mécontentement. « En temps normal, c’est moi, le Roi du Cataclysme!! ». Semble-t-il crier à travers ses rugissements qui m’apparaissent presque puérils. Ils me rappellent ceux qu’il poussait gaiement avant d’évoluer, lorsque jongler avec quelques cailloux l’emplissait d’une fierté simple et sincère. Puis, il a petit à petit découvert son véritable potentiel, et a grandi avec ce rêve de provoquer des apocalypses toujours plus magistrales, comme lors de notre combat contre Ash d’Anula. Ce côté enfantin, il ne le perdra probablement jamais, et c’est ce qui va le pousser à relever à nouveau le défi de son aversaire. Son comportement m’arrache un rictus attendri, et nos regards se croisent à nouveau. Ripper n’attendra pas longtemps ainsi, même si cette pluie de feu et de rocailles ne peut véritablement endommager son armure rocheuse, je sais qu’il veut repartir à l’attaque. Cette averse violente ne s’arrêtera pas de sitôt et aveugle déjà ses sens, mais il est aussi hors de question qu’il la laisse s’arrêter avant d’avoir pu danser en dessous! Aussi, si le Bruiverne mène de nouveau la danse, il ne le laissera pas le prendre en chasse. Le chasseur, ce sera lui. Et sur ce point, nous nous sommes bien entendus.

« One night of the hunter. »


Me mis-je à chanter d’une voix plus grave que ma tessiture habituelle, pour encourager mon ami à se lancer de nouveau au combat. L’antique Pokémon reconnait cette mélodie qui l’invite à la riposte. Un rictus de dents pointues se forme entre ses babines.

« One night, I will take revenge… »

Ripper ne peut se mettre à voler comme par magie. Mais s’il doit redevenir le chasseur, il forcera son adversaire à rester à terre. Mon allié se redresse fièrement, et prend une grande inspiration, avant de retomber sur sa patte avant, rugissant à pleine puissance. Au moment ou ses appuis retombent au sol dans un bruit sourd, une décharge électrique parcoure le sol, décrivant une sphère dorée éphèmère, dont le Charkos est l’épicentre. La décharge semble affecter brièvement la gravité déjà perturbée par les attaques soniques du Bruiverne. Les roches se figent un instant. Sans perdre u ninstant, Ripper rugit à nouveau, et envoie de nouveaux éclairs vers le plafond, ces derniers, plus épais rebondissent entre et sur les surfaces rigides des météorites, les accrochent, puis les englobent pour les relier les unes aux autres. En continuant leurs acrobaties, les éclairs s’allongent et se croisent en désordre, Pour se rejoindre et former en quelques instant dans les airs une toile, un filet d’éclairs en pesanteur, chargeant l’espace d’électricité. Il faut agir vite, avant que l’édifice ne retombe, et que Ripper voit sa concentration s’affaisser. Produire une attaque spéciale de cette envergure n’est pas habituel, pour le Pokémon brut qu’il est.

« Go for it, my boy! »


Il ne se fit pas prier, et rugit une dernière fois, et une troisième et dernière décharge par de son corps massif, cette fois pour l’entourer, le transformant en véritable éclair vivant. Avec ses réflexes décuplés à vif par l’électricité, Ripper bondit de toutes ses forces vers le plafond, devenant une véritable lance de foudre. En fonçant dans le centre de la toile, le poids de son corps entraine avec lui le reste du filet fait de foudre. Tout le mécanisme du chasseur se dirige alors en tournoyant vers le démon encore dans les airs, tel une toile araignée géante d’or prête à prendre au piège sa proie, en, reserrant ses tentacules sur elle. Ripper forme le centre de cette toile, le prédateur en chasse. Pour se redonner du courage et tenir l’attaque jusqu’au bout, il rugit de nouveau de nouveau, alors qu’il parvient au sommet de son saut. Pendant ce temps, les mailles du filet commencent à se refermer rapidement sur leur cible, prêtes à le tenir captif, en espérant lui rendre la monnaie de sa pièce de son dernier defi.
BLBLBL :
 

____________________________________________

★ Nanar-Riku #cc0000 ★
                                     
   
DCs: Alexander, Julianne, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJ: Soltan
RPs : Winter, Cassey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélia G. Turnac
Administratrice Fondatrice
avatar
Féminin Messages : 510
Date d'inscription : 10/07/2014

Âge du personnage : 23 ans
Métier / Études : Médecine, en stage dans une clinique privée
Pseudonyme(s) : Adélia Frey, sa fausse identité, le nom sous lequel elle se présente
Mascarade, surnom de Compétitrice

Niveau : 65
Team active :

♣️ MAJESTA ♣️
Ectoplasma ♀, Lévitation, naïve


♣️ PUMPKIN ♣️
Emolga ♀, Statik, fofolle


♣️ AMADEUS ♣️
Haydaim ♂, Herbivore, malin


♣️ GOTHAM ♣️
Bruyverne ♂, Infiltration, hardi


♣️ BENTLEY ♣️
Tengalice* ♂, Chlorophylle, pressé


♣️ MOZART ♣️
Noctunoir ♂, Pression, calme



MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mer 14 Déc - 21:17


Concours no°1

Dance in the Dark
Mascarade assiste, l’euphorie entrouvre ses lèvres, au cataclysme de couleurs de roches se déferlant contre leur ennemi. Aux yeux de Gotham, tout adversaire comme obstacle à sa grandeur, aujourd’hui la jeune fille pour lui permettre de se perdre parmi les méandres de sa propre vanité. Aujourd’hui pour même le glorifier. Dans l’idée qu’il mérite, une fois de temps en temps, d’étayer sa personnalité aussi grotesque soit-elle. Aujourd’hui pour célébrer cette individualité qui en font un être tout aussi dangereux que vulnérable. Un frisson la parcoure toute entière alors qu’elle considère la puissance de son ami, et le plaisir incommensurable qu’il prend dans la destruction. Lentement, son plaisir la consume elle aussi, la réduisant à l’état d’enfant fasciné. Sous ses assauts, le titan de roc et d’écailles ne peut que reculer, brutalisé par la fureur de la tempête éclatante de météores multicolores. Néanmoins Mascarade sait, connaît parfaitement les risques du métier, sait que ce ne sera pas suffisant. Elle s’oppose à la naïveté de son allié par son expérience, et d’un changement de chanson, tente de l’avertir d’un changement de chanson. L’air joué se mute vers quelque chose de plus engageant, plus inaccessible et plus oppressant, néanmoins le jeune Bruyverne s’est laissé emporter par ses machinations et hurle à tue-tête dans une tentative de narguer son adversaire. Aussi beau qu’insupportable, sourit Mascarade malgré elle dans un élan maternel. Consciente que ce qui va suivre fera mal, mais qu’inévitablement, Gotham doit forger son expérience par lui-même. Et tout aussi inévitablement, elle sera présente pour le rattraper.

Le filet l’atteint de plein fouet. Le décroche du ciel où il avait érigé son royaume. La chauve-souris, dans un cri de détresse déchirant, tombe, renversé et impuissant. L’attaque de son adversaire drapé d’éclairs le heurte une seconde fois, et tandis que celui-ci est immobilisé par la force de son propre coup, Gotham se débat, pris au piège, affolé et en proie d’une douleur insurmontable. Ses cris suraigus fendent le silence, tout comme le vrombissement irrégulier de sa cage. Le silence. Mascarade a cessé de jouer. Patiente. Tandis que tel un animal blessé, le Bruyverne s’obstine, feule et s’entrave davantage, elle patiente. Il se débat ainsi longtemps, pris au piège, aveuglé par la souffrance et la douleur. Puis il entend. Le silence. Ses cris se taisent, il s’affaisse contre lui-même avant de considérer sa dresseuse, les oreilles repliées contre son crâne. Il n’est plus que profond désespoir, chaque seconde plus douloureuse que la dernière sous son filet électrique. Le calme sidéral de la Coordinatrice masquée le froisse presque. Néanmoins il en a besoin, là maintenant. Il sait que de son intervention, son orgueil ne s’en retrouvera pas trop malmené. Sans le quitter du regard, Mascarade lui sourit malicieusement, en entamant quelques notes hésitantes qui forment une mélodie entraînante qui tranche avec le dramatisme de la situation vivant son allié. Gotham comprend que ce n’est pas la fin. Ils doivent terminer dans un grand «bang».

Une solution à la fois, lui répète-t-elle souvent. Gotham se calme progressivement, ne conserve en lui que sa rancœur, qui alimentera ses derniers faits et gestes. De sa gueule, un nouveau cri strident surgit dans une grande explosion, semblable à celle ayant pulvérisé les pierres quelques instants plus tôt. Les ondes explosent tout autour de lui, il se libère en immergeant d’une boule de feu et d’éclairs avant de se dresser, malmené mais fier, devant le dinosaure. Parmi l’obscurité, quelque chose s’élève. Une bulle d’un blanc rosé, semblable à une lune, s’hisse d’entre les ténèbres au-dessus de la tête du Bruyverne. La sphère l’auréole de sa blancheur fantomatique alors qu’il reprend progressivement un peu de sa forme d’antan, baigné par la bienfaisance de la lune. Bientôt, la bulle se scinde en plusieurs autres qui se dispersent autour de leur créateur, sources de sa puissance. Gotham semble en aspirer l’énergie progressivement alors qu’il se met à briller avec intensité. Mascarade sourit, satisfaite de voir son protégé en mesure de reprendre les reines de sa destinée. Et maintenant il est l’heure de laisser leur marque sur ce terrain de manière permanente. Marquer l’imaginaire de façon indélébile.

Alors qu’une étrange lueur traverse le regard du Pokémon aérien, les sphères lunaires s’allument, une à une. Consumées par les flammes, elles projettent des ombres inquiétantes sur le terrain et le plafond. En leur épicentre, Gotham se remet à crier. Sa voix se change en ondes dévastatrices qui, au contact des sphères, causent des explosions inimaginables qui font trembler l’Amphithéâtre. Et le Bruyverne, se jouant de la destruction qu’il sème, se jette au cœur de la tempête en se jetant sur le colosse de pierre, émergeant telle une ombre parmi les flammes des explosions. Mascarade respire de nouveau, le cœur léger. Elle aura su emmener son ami jusqu’à ce point, et lui d’accepter de la suivre, les deux dévorés par la passion et le rêve.

Modération:
 

(c)Golden

____________________________________________


Merci Fausty <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riku A. Nagel
Administratrice
avatar
Messages : 453
Date d'inscription : 08/01/2014

Âge du personnage : 22 ans, née un 29 septembre
Métier / Études : Championne Coordinatrice de Zazambes
Pseudonyme(s) : Miss Anarchy, Championne coordinatrice de Zazambes

Niveau : 66
Team active :

Bob - Bizarre - Sans Limite
★ Lance-Soleil


Tarja - Modeste - Contestation
★ Eboulement


Marilyn - Bizarre - Corps Gel
★ Vibrobscur


Janis - Discrète - Intimidation
★ Seisme


Lemmy - Hardi - Statik
★ Danse-Pluie


Floor - Naïve - Matinal
★ Ball-Ombre


Team spécifique : ★★

Jimmy - Discret - Essaim
★ Toxik


Ripper - Jovial - Brise-Moule
★ Tonnerre


Dio - Malpoli - Armurbastion
-
Li - Maligne - Force Pure


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mer 21 Déc - 10:50




MASCARADE VS MISS ANARCHY


★ VS ★

Bientôt, le glas marquant la fin de cette rencontre sonnera. Nos adversaire en ont conscience tout autant que nous, et prennent l’initiative pour faire le premier pas vers le final de ce match. Et quel final ce sera! Je n’ai jamais été déçue par les apothéoses créées par Mascarade et ses alliés, et avec Ripper, nous comptons bien être à la hauteur de ce dernier défi. Le filet foudroyant de Ripper a beau avoir fait mouche, je ne comptais pas sur l’abandon de Gotham, surtout qu’il lui restait un atout de taille à exploiter. Après avoir repoussé le filet électrique, la carte maitresse du dragon se matérialisa sous la forme d’une agréable lumière rosée, contrastant avec l’obscurité qui dominait jusqu’à maintenant la bataille. Comme l’aube qui succède à la nuit, des sphères salmonées apparurent dans les airs, faisant scintiller le corps sombre et longiligne du Bruiverne en train de préparer son assaut. Ce final, Ripper doit s’en démarquer et compléter la performance de son adversaire. Tandis que Gotham progresse dans les airs, en chargeant les orbes rosées de dangereux feux follets, j’intime et rappelle d’un regard à Ripper que le but n’est pas ici de dépasser notre adversaire, mais de se dépasser lui-même avant tout. Tout d’abord réticent à l’idée de ne pas prouver qu’il est « le meilleur », Ripper finit par comprendre le sens des mots que je lui ait souvent répétés, en levant la gueule vers les projecteurs. Je saisis sans mal qu’il n’a pas envie que tout cela se finisse.

« Si tu veux pas que ça se finisse, alors ne laisse pas le soleil se lever. »

Lui dis-je, avec un sourire complice. Drôle de tournure des évènements, alors que c’est nos adversaires eux-mêmes qui ont amené la nuit en premier lieu. Néanmoins, ce n’est pas nous aui auront voulu ramener la lumière, car le challenge était bien trop alléchant, et c’est sans peur que nous l’avons affronté. Ripper à compris le message, et alors que les bulles saumurées se répandent dans les airs, sur le point d’imploser au moindre contact, le Charkos disparaît temporairement dans les restes de ténèbres. Dans un assaut semblable à son premier, il se déguise d’obscurité, mais que nenni, ce final ne sera pas une grossière imitation de son introduction! Sans tarder, l’ombre du Charkos semble se faire plus massive, poussant la puissance sombre de sa Poursuite à son paroxisme, sa silhouette apparait plus grande, vascillante, plus sombre que la nuit elle-même. Des bras ténèbreux s’étendent sur les côtés, piqués de griffes faites de pierres précieuses scintillantes, reflétant les lumières rosées des bulles. Enfin, la silhouette laisse apparaître son visage : un masque semblable à celui que portent les sorciers des tribues antiques, paré d’un large et inquiétant sourire dément, lui aussi décoré de dents brillantes aux rayons saumurés. Deux dernières orbes antiques viennent jouer le yeux, et décorer le masque, et l’entourer, comme exagérant et grandissant les traits du Charkos chromatique.

Alors qu’enfin, le dernier mouvement s’amorce, et que les bulles roses explosent, Ripper est parfaitement synchrone avec Gotham pour lancer son dernier assaut. Le sourire dément de son masque frappe ses dents les unes contre les autres, et des éclairs parcourent la gueule du monstre déguisé. Puis, il pousse un dernier rugissement rituel, et sont éjectés avec un tir électrique tourbillonnant, les ténèbres qui l’entouraient et le masquaient jusqu’à cet instant, accompagnés des pierres précieuses, qui dansent en tournoyant en spirale autour du tir de tonnerre, en direction de Gotham en train de fondre sur eux. L’ombre de Ripper se consume au contact des flammes projetées par les orbes, et l’antique Pokémon ne tardera pas non plus à poser genou à terre. Mais pas avant que le soleil ne soit levé, ni avant que la cloche signant la fin de la nuit ne sonne, et ramène la lumière sur la terre.
BLBLBL :
 

____________________________________________

★ Nanar-Riku #cc0000 ★
                                     
   
DCs: Alexander, Julianne, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJ: Soltan
RPs : Winter, Cassey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yveltal
Modératrice en Chef
avatar
Féminin Age : 21
Messages : 648
Date d'inscription : 07/04/2014


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   Mar 3 Jan - 15:58

MASCARADE vs MISS ANARCHY
1er ruban, niv.65 / Champion de Zazambes, niv.62

On ne pourrait pas dire que cet affrontement n'a pas été explosif... Un bien joli spectacle, ma foi. Maintenant, la notation !


Détail des résultats de Mascarade :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 4.5/5
A force, je n'ai plus grand chose à dire en matière de compliment qui ait déjà été dit. Mais le lien de Mascarade et de Gotham est mignon et touchant, quoique peut-être un peu trop infantilisant pour mettre totalement en valeur le Bruyverne. Il reste attendrissant de voir la coordinatrice aussi confiante en son compagnon.
• Performance : 5/5
Pas grand chose à dire sur ce plan : la performance est impeccable, dans les règles de l'art, et Gotham a gardé l'avantage tout au long du match, en sachant se montrer théâtral.
• Combinaisons utilisées : 8/10
Alors c'est joli, malgré une grande présence des attaques aériennes, le contraste avec l'obscurité de la pièce est très appréciable. Je pense, toutefois, que le thème et le jeu d'acteur de Gotham lui ont fait perdre sa capacité de surprise en combinaisons, et donc une partie de son originalité, ce dont Ripper disposait à foison. Toutefois, une petite mention spéciale à la première combinaison que j'ai adoré.
NOTE FINALE : 17.5/20

Détail des résultats de Miss Anarchy :
• Complicité Coordinateur/Pokémon : 5/5
Plus discrète et moins protectrice, c'est là justement que la complicité qu'avaient Riku et Ripper a pu briller. Surprise de ce côté-là, car c'était subtil mais clair, drôle et sincère. Le tempérament plus grognon de Ripper a quelque chose de très intéressant, mêlé au caractère de sa dresseuse. Vraiment hâte de revoir ce duo à l'occasion !
• Performance : 4/5
C'était évidemment très bon, et l'organisation du combat était à la fois clair et haletant. Néanmoins, tout au long du match, Ripper s'est laissé distancer par Gotham qui dominait davantage le rythme.
• Combinaisons utilisées : 9/10
J'ai été très agréablement surprise par les combinaisons de Ripper, qui ne s'est pas cantonné à un style ou angle d'attaque. Plutôt originales, inutile que je dise pour une énième fois que c'était également très joli, c'est presque habituel. C'est pour cette petite touche de variété et d'originalité que j'estime que Ripper a l'avantage sur le plan des combinaisons.
NOTE FINALE : 18/20


Miss Anarchy, la championne, remporte ce Concours ! Elle repart avec 50 Opals.
Mascarade est donc vaincue ; mais elle ne repart pas complètement les mains vides puisqu'il gagne 25 Opals pour sa participation.
Cela s'est joué de peu, mais Miss Anarchy l'a emporté face à sa rivale pour cette rencontre. Peut-être que les choses seront différentes la prochaine fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ruban n°1 - Adélia G. Turnac VS Riku A. Nagel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Amidoner un ruban
» Cherche ruban!!!
» Relation duo ruban & valeur attrapé boucle
» technique au ruban
» Recherche ruban PAS CHER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: RÉGION DU SUD :: Zazambes :: Quartier des Batailles :: Amphithéâtre-