« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 So Volare [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samaël Enodril
Modératrice Combat/Capture
avatar
Féminin Age : 19
Messages : 855
Date d'inscription : 11/07/2013

Âge du personnage : 19 ans
Métier / Études : Bac ES / Modeste écrivain de livres pour enfants
Pseudonyme(s) : .
Sirius - Maître Dresseur
Golden Wings - Résistant
Ted Ibert - nom d'écrivain

Niveau : 100
Team active : .

Kame
Tortank ♂ - Torrent - Jovial
CS Surf
CT Exploforce
MT Hydroblast

Windie
Arcanin ♀ - Torche - Brave
CT Déflagration

Yami
Absol ♀ - Chanceux - Prudente Absolite
CT Plaie-Croix
MT Surpuissance

Kasumi
Kaimorse ♀ - Isograisse - Fofolle

Nakama
Cizayox ♂ - Essaim - Solo

Synkro
Gardevoir ♂ - Calque - Prudent

Team spécifique : .

Tori
Roucarnage ♂ - Regard Vif - Malin

Toboe
Togekiss ♂ - Chanceux - Modeste

Smaug
Dracaufeu ♂ - Brasier - Doux

Scatha
Ptéra ♀ - Tension - Rigide

Unova
Nostenfer ♀ - Attention - Brave

Cadenza
Altaria* ♀ - Médic Nature - Relax


MessageSujet: So Volare [OS]   Mer 28 Déc - 20:16



So Volare


Obtention de Cadenza

Guardatemi  ♪



Je triture nerveusement mes doigts, dans un silence qui n'est brisé que par les ronronnements de Yami, venue réclamer des caresses en frottant sa tête contre mes jambes. Mes autres Pokémons attendent dans leurs Poké Balls avec impatience que je les fasse ressortir pour qu'ils arrêtent de s'inquiéter de mon sort. Ils préfèrent patienter à dans leurs capsules ; ils ne tiendraient pas tous dans la maison, de toute façon. Et j'ai besoin de calme, je crois. Pour une fois dans ma vie, je vais profiter d'un peu de sérénité pour réfléchir à ce qui s'est passé. Réfléchir à ce qui est en train d'arriver. Réfléchir à ce qui sera à l'avenir. Je m'attendais probablement à beaucoup de choses, mais pas à ça. J'ignore si j'aurais pu m'imaginer porter un tel rôle un jour. Dans mes rêves les plus fous... Peut-être que je m'y croyais. Que j'aimais me faire de pareilles idées, de pareils espoirs. Possiblement pour avoir quelque chose à laquelle me raccrocher quand j'en aurais fini avec la compétition, car je n'avais rien d'autre. Je n'avais que ce talent de dresseur, et encore je ne me considérais pas comme vraiment talentueux, juste que j'avais acquis de l'expérience, à force. Pourquoi moi, plus qu'un autre, je me le demande encore. On m'a assuré que je méritais cette place, et j'ai envie d'y croire. Mais je reste sous le choc de la nouvelle. Il est sûr que ça finira par me passer, pourtant je tremble toujours de la nouvelle.

Assis à la table de la salle à manger, je regarde ma mère, en face de moi, qui a les yeux rivés sur la lettre que je viens de lui donner. La lettre, et les quelques documents officiels qui accompagnent cette dernière. Ses yeux noisette parcourent les mots inscrits sur le papier ; et si je les aperçois s'écarquiller un bref instant, elle reste stoïque tout le long. J'ai dû l'inquiéter, quand elle m'a vu arriver avec le regard dans le vague, la voix absente et les gestes imprécis, lui tendant seulement cette lettre avec un insigne tout particulier dessus. J'ai discerné son étonnement, mais aussi sa panique, qu'elle n'osait pas montrer. J'aurais au moins pu dire quelque chose pour la rassurer, seulement quoi ? Sans doute que ces papiers valent toujours mieux qu'un long discours que je ne saurais faire. Je n'ai jamais été doué pour ça, de toute manière. Elle a compris toutefois, que peu importe ce qu'elle allait découvrir, qu'il ne valait mieux ne pas poser de questions avant qu'elle n'ait ouverte cette enveloppe pour examiner son contenu. Silencieusement, c'est ce qu'elle a fait, m'invitant tout de même à m'asseoir à table avec elle pour que nous puissions discuter après si jamais le besoin s'en faisait ressentir. À quelques reprises, je l'ai surpris en train de se frotter les yeux ou nettoyer le verre de ses lunettes -qu'elle ne sort que rarement- pour être sûre de bien comprendre ce dont il retourne. Je l'ai senti aussi perdue que moi le jour où Faust et Maxwell m'ont fait la proposition.

« Alors c'est vrai, tu vas vraiment devenir Maître ?.. »

Enfin, elle a terminé. Je me tends légèrement, avant de baisser la tête et de la hocher avec lenteur. Elle reste quelques secondes sans rien dire, avant de sourire doucement.

« Eh bin... Ça pour une surprise... Mais ces documents sont formels, il n'y a aucun doute. »

Oui, ils sont tout ce qu'il y a de plus authentiques, ça c'est certain. Signatures, insignes... Tout est compris. Quand j'étais plus jeune, j'aurais sûrement été honoré de recevoir de tels papiers administratifs venant des plus hauts de la Compétition. Aujourd'hui je les scrute avec nervosité en sachant ce que leurs écritures signifient. J'ai accepté ce rôle, prêt à l'assumer si vraiment Faust et Maxwell m'en jugeaient capable. Je me fis à leur décision car ils savent davantage ce que ça implique, et que leur confiance me flatte beaucoup. On m'aurait annoncé ma nomination il y a trois ou quatre ans, il est probable que j'aurais sauté de joie sans rien demander de plus. Je serais devenu une pile électrique encore pire qu'avant. Je sais désormais que si c'est un titre prestigieux, il implique également pas mal de responsabilités. Des responsabilités que je me sens théoriquement en mesure de supporter comme il se doit, puisqu'on croit en moi, et que je ne peux me tenir qu'à des points de vue extérieurs sur ce coup-là ; venant, en prime, du second Maître, d'un Conseiller, et de mes proches, pour qui j'ai le plus grand estime.

« Ton père doit être sacrément jaloux, de là où il est. »

Au moins, cela lui arrache un petit rire. Oh oui, la tête de Papa serait tellement belle... C'était peut-être contre un Maître différent qu'il s'est battu quand il était à ma place, mais lors de ma victoire comme lors de ma nomination, il aurait eu une expression drôlement surprise... et contente, surtout. Je me demande toutefois s'il aurait accepté ce poste important, s'il avait été à ma place. C'était un peu comme moi, un rêve d'enfant qui se serait réalisé, mais je sais qu'il a abandonné sa carrière de grand dresseur pour se consacrer à sa famille ; se consacrer à moi. Il ne se sentait peut-être pas apte à pouvoir gérer les deux à la fois, alors qu'il venait d'être père pour la première fois.

« … Il serait surtout sacrément fier, en fait. »

Elle vient un peu ébouriffer mes cheveux, avant de me regarder avec tendresse. Elle ne semble plus du tout soucieuse le moins du monde. Au contraire, elle a l'air... rassurée. J'imagine qu'elle s'attendait peut-être à ce que je lui annonce une mauvaise nouvelle, alors que ça soit au contraire une sorte de promotion me concernant doit l'apaiser assez. Je suis assuré, en plus de ce que j'ai gagné grâce à ma victoire, d'être sécurisé au niveau des sous, c'est déjà ça. Pas que j'étais dans une grande galère non plus, mais heureusement que je peux squatter régulièrement chez Faust. J'ai envie de faire plaisir à ma mère, et qu'elle se repose un peu, même si elle aime son travail. Mais les animaux sont délaissés par rapport aux Pokémons, alors ce sont surtout les élevages qui lui donnent de l'emploi. Mais je souhaiterais pouvoir lui offrir ce qu'elle veut, ce dont elle ne s'est jamais trop permis à cause de ma présence. Je n'ai pas consenti à prendre ce rôle pour l'argent -ou du moins ce n'était pas la principale raison- mais puisque l'argent est une des choses qui dirigent notre monde, alors je ne compte plus les libertés que je pourrai acquérir ; car j'ai ouïe dire que je n'allai pas tellement toucher le SMIC, avec ce métier.

« Tu es parti de la maison avec seulement un Carapuce et un Caninos, mais tu y reviens avec une sacrée équipe, des amis dignes de confiance, et...
- Un rêve qui prend vie. »

Je me relève enfin tout à fait, redressant même la tête et quittant la chaise dont j'avais bien du mal à me séparer, refusant de me mettre debout tant que je n'avais pas retrouvé mon calme. Un mince sourire semble enfin se dessiner, néanmoins mon regard est incertain, et fixe un point au loin que je suis le seul à voir.

« Oui, car tout est parti de là : un rêve que je ne pensais pas voir se réaliser un jour. Ma victoire à la Compétition était déjà un événement incroyable dont j'étais très fier. Mais ça... J'ai encore du mal à le réaliser. À réaliser que je vais remplacer Sunny. Que je vais me tenir à sa place dans ce Stadium où je ne croyais pas devoir revenir de sitôt. Que ce sera désormais à moi de juger les compétiteurs pour décider s'ils sont aptes ou non à aller en Finale. Et par dessus tout, que je vais devenir quelqu'un... d'important. »

Oui, je peux le dire, maintenant. La quête des badges est pour moi officiellement terminée. Le dresseur débutant que j'étais en commençant mon aventure s'évapore progressivement lui aussi, pour faire place à celui qui se tiendra bientôt au sommet de cette Compétition, la même qu'il a tant espéré remporter un jour jusqu'à ce qu'il y arrive enfin. Je vais... probablement mettre du temps à me remettre de tout ça. À me dire que le gamin qui se prenait pour le Maître... Va littéralement le devenir. Je crois qu'en fait je ne m'en rendrai réellement compte qu'à mon premier match officiel.
Maman m'observe avec bienveillance, toujours aussi sereine. J'ignorais comment elle réagirait, il faut dire. Elle aussi devra s'y faire, mais elle est plus habituée que moi à encaisser les coups durs, aussi malheureux que ce soit d'y penser.

« C'est vrai... Tu es une étoile qui n'a pas cessé de monter, jusqu'à atteindre le Maître. Tu es... un peu comme... »

Elle laisse sa phrase en suspens, avant de secouer lentement la tête, comme pour dire qu'elle ne veut pas continuer sur sa lancée. Je commençais pourtant à être curieux de ce à quoi elle allait me comparer. Mais je n'insisterai pas si elle préfère se taire. Aussi, elle décide de rebondir.

« Est-ce que tu te sens prêt, Sam ? »

Immobile, je porte mon regard vers ma génitrice. Sa question, je n'ose pas avouer que je me la pose depuis le première jour. Suis-je prêt ? Seul l'avenir pourra vraiment le dire, si je suis incapable de donner une réponse précise. Je devrais avoir gagner en assurance et penser que oui, je suis prêt, et ce depuis que je suis devenu dresseur. Je devrais être capable d'être prêt à n'importe quoi, après tout. Dans les combats, il faut bien que je m'adapte, et que j'anticipe en fonction de mon adversaire quand une de mes stratégie ne veut pas fonctionner comme je l'aurais souhaité. J'imagine que c'est pareil ici ; je dois m'accommoder, aller dans le sens du courant qui guide le fleuve de ma vie, que je sens s'agiter de plus en plus ces derniers temps, et pour cause : la victoire, ma nomination... Deux grosses étapes franchies en si peu de temps l'une par rapport à l'autre, c'est peu commun, mais il faut s'y préparer quand elles arrivent pour vous surprendre. Alors pour l'instant, une seule réponse me vient en tête, lorsque je daigne réfléchir un peu.

« Eh bien... Pas tout à fait. Presque. Je crois qu'il me manque encore un Pokémon. Un Pokémon volant. »

J'en ai décidé ainsi. Si je dois composer une équipe d'élite qui devra combattre lors des matchs les plus importants de l'année, alors j'énumère le vœu qu'elle ne soit composée que de Pokémon Vol, car il s'agit là, à mon avis, du type qui me représente le plus. Je veux représenter la liberté que procure le vol, la légèreté et la finesse des oiseaux, et la puissance que peuvent posséder ces Pokémons alors qu'ils ont quand même trois faiblesses évidentes. D'où vient mon amour pour la voltige ? La sensation de faire ce que je veux. De ne pas être emprisonné. De sentir la brise glisser sur ma peau quand je la traverse. De pouvoir aller où le vent portera mes pas.
À cet instant, une lueur se met à s'allumer dans les prunelles de ma mère. Elle semble d'abord stupéfaite, mais reprend une expression plus à l'aise, toujours avec ce sourire maternelle.

« Dans ce cas... Puis-je te faire une suggestion ? »

C'est à mon tour d'être déconcerté par sa demande. Mais ma foi, je ne suis pas contre. Surtout que si elle me le propose, c'est qu'elle doit y tenir. Alors j'attends qu'elle m'expose son idée, mais au lieu de ça, Maman se lève à son tour et me fait signe de la suivre à l'extérieur, ce que je fais, Yami sur les talons, très intrigué par ce qu'elle veut me montrer. Elle m'emmène donc dehors, sous un ciel nocturne empli d'étoiles, pour m'amener finalement derrière la maison où l'attend Fiore, sa Méganium. Celle-ci lève sa tête dans notre direction et nous accueille chaleureusement quand elle nous aperçoit dans son champ de vision. Elle vient quémander des cajolerie de ma part, me voyant de moins en moins ces derniers temps. C'est vrai qu'elle me connaît depuis la naissance, maintenant que j'y pense... Et ce n'est pas la seule, d'ailleurs. Bientôt, Maman prend ses deux doigts pour émettre un sifflement sonore qui s'étend dans l'espace. Mais elle ne reçoit aucune réponse. Ou du moins, pas avant trois bonnes minutes. Mais bientôt, c'est un rugissement aigu qui retentit, réagissant à son appel. Quelle n'est pas ma surprise quand je reconnais aussitôt l'Altaria d'une belle couleur jaune citron qui vole avec grâce sous la voûte céleste, pour venir se poser juste devant nous. Plus imposante que les autres de son espèce, c'est une vieille amie que je n'ai pas eu le plaisir de revoir récemment, mais dont je pourrais retrouver le cri entre mille.

« Cadenza ! »

Sa couleur n'est même pas une surprise pour moi, puisque je l'ai toujours connue comme ça. Mais je l'ai tout de suite trouvée magnifique dès que je l'ai vue pour la première fois, il y a longtemps. L'oiseau nuageux au sol, je me jette à son cou pour la câliner, heureux de la revoir. Mon sentiment semble partagé, car la concernée me renvoie aussitôt mon affection, ronronnant presque de me revoir. Cela fait un moment que je ne l'ai pas vu, mais je me souviens parfaitement de l'Altaria. J'avais l'habitude de jouer avec elle et Fiore quand je m'ennuyais, et à de très rares fois seulement, j'avais le droit de monter sur son dos. C'est aussi par ses berceuses qu'il m'arrivait de m'endormir. Sa voix était si douce et si mélodieuse... Un vrai cadeau pour les oreilles. Mais j'ai l'impression que ça fait des lustres que je n'avais pas eu l'occasion de la recroiser, et de toucher à ses ailes aussi moelleuses que du coton.

« Cadenza est timide, mais... Elle s'est découverte un véritable don pour les combats Pokémon. Dès qu'elle entre en action, il n'y a plus rien d'autre qui compte.
- Hein ? C'est vrai, ça ? »

Le Pokémon Vol et Dragon confirme lui-même. En effet, elle a toujours été plus ou moins réservée quand il s'agissait des autres. Mais j'ignorais qu'elle aimait faire des combats, et encore plus qu'elle avait un potentiel à exploiter. J'ai cependant entendu dire que ses statistiques de vitesse n'avaient rien à envier à personne, et son double type pourrait être pas mal lors des match-...

« C'est Cadenza, ta suggestion ? »

Je me suis arrêté de réfléchir cinq secondes (comment ça, ça m'arrive tout le temps?) pour me tourner vers ma mère avec un air interrogateur. Cette dernière ne répond pas tout de suite, mais je devine qu'il s'agit de ça, et elle confirme mes pensées par un sourire compréhensible. Cela expliquerait sa venue soudaine alors que ses visites se faisaient de plus en plus discrètes. Les yeux du dragon brillent d'une intense lueur en me voyant : une étincelle d'affection, et... de l'espoir, peut-être ? Je ne saurais dire. En tout cas, Cadenza a l'air vraiment heureuse de me voir. Normal, j'imagine, puisqu'elle m'a vu grandir et que j'adorais me blottir dans ses ailes nuageuses.

« Elle suit ton parcours depuis le début. On peut dire que c'est une de tes plus grandes fans. Mais la vérité c'est que je ne suis pas très forte en dressage...
- Et tu penses qu'elle serait heureuse avec moi ?
- Je ne le pense pas, j'en suis sûre. »

Prendre Cadenza dans mon équipe... C'est une possibilité, en effet. Ce serait la solution idéale à mon problème. L'Altaria serait même parfaite au sein de mon équipe. J'ai l'impression qu'elle est tombée du ciel pile au moment où j'en avais besoin, et il me vient de considérer cela comme un signe, même si ça peut sembler stupide à penser. Mon attention se redirige vers la femelle chromatique.

« Cadenza ? Est-ce que ça te dirait de faire partie de l'équipe du futur Maître de la Ligue ? »

À peine ai-je prononcé ces mots que l'intéressée vient frotter sa tête contre ma joue. Je glousse, amusé et flatté par son enthousiasme. Au moins, cela a le mérite d'être clair.

« Héhé ! Dans ce cas, bienvenue dans la troupe ! »

Je viens de trouver, enfin, le dernier élément que je cherchais. Même pas besoin de partir en capture ou d'aller demander un Oeuf Pokémon. Autant dire qu'elle tombait à point nommé, même si je n'aurais jamais imaginé pouvoir combattre à ses côtés. L'idée en elle-même est bien loin de me déplaire ; je ne peux qu'avouer que la dragonne commençait à me manquer. Je pourrai, en outre, repasser avec elle des moments comme nous en avions lorsque j'étais petit, et ça convient largement à mon côté nostalgique.

« … Sirius. »

Ma main reste sur le cou de ma toute nouvelle alliée pour continuer à la gratter, mais je suis intrigué par la voix de ma mère qui se perd dans la brise du soir. Son regard s'est illuminé en contemplant les étoiles. C'est comme si elle venait de se souvenir de quelque chose. Ou alors elle veut me parler du personnage dans Harry Potter et là c'est moi qui suis complètement largué.

« Tu es comme Sirius. Vue de la Terre, c'est la deuxième étoile la plus brillante du ciel. Juste derrière... Le Soleil. »

Soleil... Comme Sunny ?
Me comparer à un tel astre... Je ne pensais pas entendre une pareille métaphore me désigner, mais c'est flatteur. Enfin j'imagine. Une étoile brillante, hein ? Il y a pourtant plus bel éclat que le mien. Mais si je dois resplendir au sommet de la Compétition, alors je suis prêt, non seulement à étinceler en tant que Maître, mais également à offrir un peu de ma lumière à tous ceux qui la méritent. Si Sirius je suis, alors Sirius je serai.

Réalisé par BlueBerry pour Orange


Revenir en haut Aller en bas
 

So Volare [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mon bebe volare pret pour le printemps
» recherche pieces body pour un Volare 77
» 1978 Aspen & Volare Street Kit Car (A43)
» Vision du Nouveau Monde
» emblème de capot Plymouth volaré 1976

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CÔTE OUEST :: Amanil :: Maison Enodril-