« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Nagel
Administratrice
avatar
Age : 25
Messages : 882
Date d'inscription : 07/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, né un 2 février
Métier / Études : Tortionnaire, Dresseur a ses heures, Débute une carrière d'acteur, Se tient actif mais ne sait pas quoi faire de sa vie.
Pseudonyme(s) : ›› Dio Silvery, Officier Subalterne du Régime (principalement tortionnaire et combattant, ponctuellement homme de main).

Niveau : 75
Team active : ››

››Christopher - Foufou - Hyper Cutter
›Seisme, Aile d'acier


››Sophie - Mauvaise - Intimidation
›Eclair Fou, Poing Feu


››Irma - Gentille - Torche
›Psyko


››Viktor - Jovial - Turbo


››Harald - Mauvais - Fermeté
›Seisme


››Lorelei - Solo - Intimidation
›Lance-Flamme



MessageSujet: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   Mer 25 Jan - 14:50

Faire "coucou" à un Général en 3 leçons.

Ce doit-être que ma nuit fut courte, mais c’est déjà la dixième fois que je relis la convocation qui vient de tomber entre mes mains. J’ai beau être extrêmement bigleux, aux dernière nouvelles, ça ne m’empêche pas de savoir lire. Ou alors mon cerveau déforme jusqu’à mes lectures, et ça pourrait presque devenir préoccupant. Ou fascinant. Moui, je préfère penser que c’est fascinant. Dans tous les cas, si c’est mon cerveau qui me fait croire qu’il est ici écrit que le Général Politique me convoque dans son bureau, alors j’aurais l’air bien débile à entrer en mode « Bonzour vous m’avez demandé Zénéral ? ». D’autant plus qu’il n’a pas l’air extrêmement commode, Tonton Hyperion. Je n’ai pas envie de me faire tirer les oreilles et mettre au coin car j’ai mal révisé mes cours de lecture, et que j’aurais mal lu une pauvre convocation écrite noire sur blanc. Je ne suis plus à ça de passer pour le débile de service, et je m’en moque bien, mais j’aimerais autant que ma stupidité ne m’entraine pas vers une demi-douzaine de fessées déculottées. Non seulement c’est une atteinte à ma pudeur, mais en plus ça fait mal. Bref. Je digresse, mais je ne peux pas faire autrement lorsque je traverse les couloirs de la Grande Maison, occupé à réfléchir aux raisons qui me conduisent vers le bureau du CPE.. Euh, du Général. Certains diront que je réfléchis bien trop, pour un garçon qui essaie d’avoir l’air bête à tous prix, histoire qu’on ne vienne pas trop l’ennuyer. Mais ça marche un peu trop bien, ces derniers temps. Malgré mes bavures d’il y a bientôt 4 ans, on recommence a me confier des missions. Ou alors on tente de m’envoyer à l’échafaud par toutes les manières possibles et inimaginables. Oui, ça semblerait bien plus logique. S’il y a jamais eu quelque logique régnant entre les murs de la Maison des Schtroumph blancs. Si ça se trouve, Hypérion va juste me demander d’apporter Pupuce, son Couafarel Shiney, au toiletteur, et de lui faire une coupe Madame. Très bien.

Me voila devant la porte du supérieur de Cassey, que cette dernière n’apprécie pas pour de nombreuses raisons. Dont sa misogynie bien connue des recrues féminines du Régime. Bah. Ce serait pas le premier dans ce cas. La phallocratie, que voulez-vous. Dans un réflexe plus procédurier qu’autre chose, je vérifie que mes boutons de manchette sont bien en place, et j’ai même repassé mon uniforme au bloc avant de venir, sur ma petite table à repasser. Parfois il n’y a rien a faire au Bloc R2, donc je repasse mon linge, oui madame. Mais je m’égare encore. Après avoir vérifié que ma chevalière, mes boutons, ma chemise dépassant d’un petit centimètre de ma veste, mes cheveux, étaient bien en place, je frappe finalement quelques coups sur la porte, dans un rythme un peu fantaisiste par habitude. Quand on m’ordonne d’entrer, je pousse le battant de la porte, et m’avance vers le secrétariat, à qui je tends la convocation.

« Silvery. J’ai rendez-vous avec Tont- avec le Général Hyperion. »


La secrétaire me regarde étrangement un court instant, puis passe l’éponge en voyant mon sourire mielleux d’abruti. Il me fait patienter quelques minutes dans la pièce, et je peux en observer la décoration…  riche, et la jolie vue sur Amanil depuis les fenêtres. Tout ça me semble rendre bien et en dire long sur le proprio au vu de l’ambiance chic et coloniale typique des grands bureaux de la Grande maison, mais pas spécialement de mauvais gout. Je suis pas décorateur d’intérieur, n’empêche que c’est toujours plus appréciable quand l’environnement d’une pièce est bien agencé et feng-shui (si, si, le feng-shui, c’est important). Ça change des bouches d’aération du bloc, pour sûr. Mon regard est ensuite attiré par la bibliothèque et les tableaux sans attendre, et je m’en approche pour consulter la reliure des bouquins. Je n’ai pas le temps de plus m’attarder, cependant, car voila que le Manitou vient me chercher. Je suis censé lui dire bonjour avant, après qu’il ne le fasse, déjà, ou bien.. ? Je dois lui faire un salut militaire ? Je crois bien que je dois attendre qu’il me « notice » pour commencer à parler. Je déteste les protocoles. #Edgelord

Avec William I. Ferguson
Dis, Tonton, c'est quoi la Politique?

____________________________________________

Chat-Lex #cccccc
DCs :Julianne, Riku, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJs : Irina et Ludwig

RPs : Natsume, Calypso, William.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William I. Ferguson
Newbie
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 16/11/2016

Âge du personnage : 52 ans
Métier / Études : Général Politique du Régime
Pseudonyme(s) : La Voix du Régime par le peuple Enolien
Hyperion : Régime
Zacharie Pears : Pseudonyme d'auteur (pour des écrits de propagande principalement)


Niveau : 40
Team active : .
Hannibal : Démolosse ♂ (Torche - Brave)
Caïn : Drascore ♂ (Armurbaston - Mauvais)


MessageSujet: Re: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   Mar 14 Fév - 15:34

Depuis la mort de sa fille, William n'était plus le père qu'il avait été autrefois. Au départ, il avait pris son rôle très à cœur, toujours là pour s'occuper de ses enfants, fier de ces deux jumeaux qu'il aimait tellement. Il leur avait toujours offert tout ce qu'ils voulaient, souhaitant qu'ils ne vivent jamais dans le besoin, il avait même mis un terme à sa carrière politique pour se concentrer sur sa famille, à l'époque.
Mais ça, c'était avant l'accident qui avait emporté la petite Luna. Avec le départ de sa femme après cela, lui retombant dans l'alcool et ses anciens vices... tout avait changé. Il s'était éloigné de son fils, il ne voulait plus ressentir quoi que ce soit pour lui. Il n'avait pas à être un père si la vie lui empêchait de l'être. Il était devenu un homme froid et distant, considérant Arthur comme son héritier, celui qui perpétuerait son nom. Avec son arrivée dans le Régime, il le considérait aussi comme un vulgaire soldat, qu'il devait entraîner pour en faire un homme. C'était tout ce qui comptait, désormais. Il ne posait pas les yeux sur le jeune homme de la façon d'un père, mais de celle d'un supérieur, obsédé par l'idée d'en faire un homme exemplaire, un soldat d'élite, afin de porter fièrement le nom de Ferguson.



Il n'y a nulle part ailleurs que dans mon bureau de la Grande Maison où je me sens mieux.  Cet endroit est parfait, tout à fait à mon image. Ici, j'ai l'impression d'être moi. La bibliothèque, les tableaux, les meubles, l'agencement... tout me représente, moi et ma soif de perfection. Tout est rangé, en ordre. Probablement un des plus beaux bureaux de la Grande Maison. Ce n'est pas de la prétention, c'est un réel constat, je ne suis d'ailleurs pas le seul à le dire. Ce lieu impose aussi le respect, le respect dont on se doit de me faire preuve au vu de ma position, et de la position du Régime en général. Nous sommes le gouvernement de cet île, l'exemple absolu, nous ne pouvons nous permettre autre chose que la perfection.
Car cela fait partie des moyens de montrer notre supériorité. De montrer au peuple Enolian que nous sommes les dirigeants, que nous le méritons, et qu'aucune autre forme de gouvernement n'est apte à nous remplacer. Il nous faut imposer notre force, ou nous nous faisons renverser. Et cela passe aussi par l'impression que l'on donne de part le décor de la Grande Maison.

Ces convictions, j'ai toujours tout fait pour les transmettre à mon fils. Je souhaite faire de lui mon digne héritier, et pour cela je dois lui apprendre à être un homme, un vrai. C'est pour ça que je l'ai engagé dans le Régime, et que je l'ai élevé selon mes valeurs. Bien sûr, je ne m'en suis pas occupé tout le temps, c'est toujours le cas aujourd'hui d'ailleurs, afin de ne pas créer de liens trop proches avec lui, cela ferait tout rater. Les sentiments sont de véritables pièges, et seuls les faibles s'y adonnent trop facilement. Et mon fils ne sera pas un faible. Tout comme je ne le suis pas.
Ainsi, dans cet quête de l'éduquer et de faire de lui quelqu'un, j'ai recours à différent éducateur. Il lui faut bien apprendre, et au sein du Régime de nombreux hommes sont aptes à lui enseigner tout ce qu'il doit savoir, pour qu'un jour son nom soit réputé pour ses exploits.

C'est pour cela que j'ai décidé de convoquer aujourd'hui un des tortionnaire les plus réputés du Régime, l'officier Dio Silvery. Oh, cet homme a parfois été repéré pour ses bavures, et j'ai hésité avant de faire appel à lui, mais il reste un professionnel dans son domaine, et à ne pas en douter, un professeur d'exception pour Arthur. Ce dernier n'est pas encore au courant de ce petit rendez-vous mais je compte bien l'informer dès que Silvery aura accepté ma proposition. Et autant dire qu'aucun des deux n'aura d'autre choix que de faire ce que je dis.

Dès que la secrétaire m'annonce son arrivée, je referme le livre que je suis en train de lire, et jette un coup d'oeil à ma montre. Parfait, il n'est pas en retard. Je n'aurais pas accepté que ce soit le cas. Je repère rapidement l'homme aux cheveux blonds qui a les yeux rivés sur la bibliothèque. Est-ce que ces lectures l'intéressent, ou ne fait-il que passer le temps ? Impossible de le dire. Mais sans plus attendre, je l'interpelle. Nous n'avons pas de temps à perdre.

« Officier, salutations. Suivez-moi. »

Sans plus attendre je retourne vers mon bureau, et lui désigne une chaise en face de la mienne pour qu'il s'y assoie. Je referme la porte derrière nous. Ma secrétaire est censée être digne de confiance, mais avec ces créatures, on ne sait jamais.

« Bien, Officier. Ne perdons pas de temps, je vais tout de suite vous dire ce qui vous amène ici. Vos talents ne sont plus à prouver. Je tiens d'ailleurs à vous en féliciter, vous êtes une de nos meilleures recrue dans votre domaine. Quoi qu'il en soit, à ce titre, je souhaiterais vous confier une mission. »

Je sors un dossier, celui de mon fils. Il contient toutes ses informations et une photographie. Je le pose en face de mon interlocuteur afin qu'il puisse le consulter et de savoir à quel genre d'élève il va avoir à faire.

« Voici le Soldat Arthur Ferguson. Mon fils. Je souhaiterais que vous lui enseigniez votre savoir. Et ce, dès que possible. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Nagel
Administratrice
avatar
Age : 25
Messages : 882
Date d'inscription : 07/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, né un 2 février
Métier / Études : Tortionnaire, Dresseur a ses heures, Débute une carrière d'acteur, Se tient actif mais ne sait pas quoi faire de sa vie.
Pseudonyme(s) : ›› Dio Silvery, Officier Subalterne du Régime (principalement tortionnaire et combattant, ponctuellement homme de main).

Niveau : 75
Team active : ››

››Christopher - Foufou - Hyper Cutter
›Seisme, Aile d'acier


››Sophie - Mauvaise - Intimidation
›Eclair Fou, Poing Feu


››Irma - Gentille - Torche
›Psyko


››Viktor - Jovial - Turbo


››Harald - Mauvais - Fermeté
›Seisme


››Lorelei - Solo - Intimidation
›Lance-Flamme



MessageSujet: Re: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   Dim 19 Fév - 14:11

Faire "coucou" à un Général en 3 leçons.
En  voyant Tonton Hypérion de plus près, et en l’entendant s’adresser à moi, je comprends mieux pourquoi ce type est à la position qu’on lui a donnée. L’atmosphère change dès le moment où j’entre dans son bureau, et le type en impose réellement. Sans être inquiet pour autant, je sens sans mal que le Général ne laisse pas le droit à l’erreur, et qu’il analysera sans concession le moindre de mes mots plus haut que l'autre. Ah, c'est si sérieux, je ne vais pas tenir longtemps, et j'espère qu'il ne va pas me garder des heures ici, car mon autonomie en mode "serious biznesse" est carrément limitée. Après tout, en arrivant ici, je me suis préparé à peut-être recevoir des ordres qui me déplairaient probablement. Dans tous les cas, inutile d’être surdoué pour comprendre que la Voix du Régime ne va pas tailler une bavette et plaisanter avec moi (et c’est bien dommage, car il rate quelque chose, mais que voulez-vous, je crains que notre amitié ne soit impossible… c’est très la tristesse, je sais).

« Général. »

J’ai quand même pensé à lui faire un salut militaire histoire de respecter plus ou moins le protocole (d’ailleurs j’espère ne pas m’être trompé de main, pour une fois, mais au pire, je serais rapidement mis au courant), avant d’accepter en silence de le suivre. La déco de son bureau est dans la continuité esthétique de celle de la salle d’attente, en plus fastueux. Je vais cependant m’éviter les commentaires à voix haute pour le moment, car je me doute bien que ça serait en trop. J’ai surtout envie qu’il se rende compte que je ne suis pas mal à l’aise en face de lui, et que je n’ai donc pas besoin de meubler pour faire passer l’awkwardness. De toute manière, je ne crois pas que quoique ce soit que je puisse dire ici ne l’intéresse réellement (à mon grand dam, car encore une fois, il rate vraiment quelque chose).

Après quelques secondes de silence, on me fait asseoir, et Tonton Hyperion rentre directement dans le vif du sujet. C’est bien, j’avais justement pas envie d’y passer des heures. Et là il parle de.. mes talents ? Hein ? Je suis perplexe. Pas par modestie, mais car peu de gens considèrent le fait de découper de la peau et des ongles comme un « talent ». Et moi non plus  d’ailleurs, c’est plutôt un passe-temps amusant qu’une véritable vocation. Enfin,  s’il tente de me brosser dans le sens du poil, grand bien lui fasse, mais j’avoue ne pas être extrêmement réceptif, car c'est évidemment pour me demander une faveur derrière. Il ne veut pas perdre de temps, mais c'est un peu grillé que ces compliments cachent une demande ingrate ! Mais bon, c'est une façon de faire assez commune. Et d'autre part, c’est pas comme si Monsieur Général passait souvent au bloc R2 pour vraiment « juger » de mes talents dont il aime actuellement causer. C’est certain qu’avec mon ancienneté et ma réputation, il est connu que je fais mon boulot de tortionnaire de manière appliquée. Mais encore une fois, c’est surtout car ça m’éclate. Bref, je le laisse quand même terminer en silence, et n’ajoute rien jusqu’à ce qu’il me transmette le dossier de son.. fils. Hm. Il doit pas trop l’apprécier, pour le mettre entre les griffes d’un tortionnaire quelque peu psychologiquement instable, avec des bavures à son actif. Enfin, sans commentaires, je suis bien placé pour savoir que certains papa font des trucs un peu tordus pour s'occuper de leurs gamins. Ou alors, il n’y avait plus personne d’autre de disponible (mais à ce point, je ne pensais pas qu’on avait eu de telles réductions d’effectif). Enfin, je me fous bien de ce qu’il veut faire de ses propres gosses.

Toujours silencieux, je parcoure le dossier des yeux, avant de me manifester, en tâchant de rester poli, mais direct.

« Très bien. Puis-je vous poser quelques questions ? »

Autant pas dire « une » question, car il serait capable de jouer sur les mots si j’en ai une autre à poser derrière.

« Par « savoir », vous pensiez lui laisser faire un séjour au Bloc R2 pour qu’il apprenne les ficelles de la torture, je suppose ? » Pas qu'il existe un mode d'emploi type. Je marque une courte pause. « Pour résumer, vous voudriez que je l’emmène partout avec moi pour qu’il soit sur le terrain ? »

Je tente de ne pas avoir l’air de me foutre de lui (c’est pas vraiment le cas), tout en ayant l’air détendu, sans arrogance (et c’est pas si facile, de retenir mes airs habituels de petit con). A part ça, je ne sais pas si ma prochaine question sera très bien accueillie, mais autant que je sois fixé, comme ça, je saurais à quoi m’attendre en cas de soucis majeur sur cette mission (que je n’ai certainement pas d’autre choix que d’accepter).

« Hm… J’imagine également que dans le cas où il arriverait quelque chose de fâcheux à votre-- Au soldat Ferguson, je serais tenu responsable ? »


Histoire de voir jusqu’où mes droits ne vont pas. A force, je commence à être habitué, mais j’apprécie toujours l’honnêteté de mes pairs.
Avec William I. Ferguson
Dis, Tonton, c'est quoi la Politique?

____________________________________________

Chat-Lex #cccccc
DCs :Julianne, Riku, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJs : Irina et Ludwig

RPs : Natsume, Calypso, William.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William I. Ferguson
Newbie
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 16/11/2016

Âge du personnage : 52 ans
Métier / Études : Général Politique du Régime
Pseudonyme(s) : La Voix du Régime par le peuple Enolien
Hyperion : Régime
Zacharie Pears : Pseudonyme d'auteur (pour des écrits de propagande principalement)


Niveau : 40
Team active : .
Hannibal : Démolosse ♂ (Torche - Brave)
Caïn : Drascore ♂ (Armurbaston - Mauvais)


MessageSujet: Re: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   Mer 26 Avr - 18:02


Faire "coucou" à un Général en 3 leçons.Depuis plusieurs années déjà, je n'ai eu que l'envie de faire de mon fils un homme. C'est tout ce qu'il est destiné à être, il est mon seul héritier de toute façon, celui qui porte mon nom, et celui qui le portera aussi longuement que possible pour le transmettre ensuite à ses propres enfants. Nous sommes une famille historique, et il n'est pas question d'être un membre faible. Je ne le suis pas, et Arthur ne le sera pas. Peu importe les sacrifices, peu importe ce qu'il pourrait endurer. C'est le seul moyen de le rendre plus fort. Je le vois bien, il se laisse bien trop emporter par ses sentiments. Il est capable d'avoir peur trop facilement, et cela me dérange, énormément. Il m'a déjà dit qu'il pourrait être hésitant à tuer autrui, quand il m'a dis ça, je lui ai fait violemment comprendre que sur le champ de bataille, si on réfléchit, on est mort. Et qu'il n'y a de toute façon pas à réfléchir quand il s'agit d'abattre un ennemi. Je crois qu'il commence à comprendre mais ce n'est toujours pas ça. Voilà pourquoi je souhaite lui faire vivre diverses expériences, qui le renforceront. Et quoi de mieux que la torture pour ça ? C'est une expérience parfaite, apprendre à faire souffrir les autres sans aucun remord ne peut que l'endurcir, et c'est exactement le résultat que je cherche à obtenir.

Dio Silvery parcoure le dossier, visiblement surpris. Est-ce le fait de se faire confier un jeune apprenti, ou le fait que celui-ci porte le même nom que le mien ? Peu importe, je ne cherche pas à savoir, et de toute façon je ne lui demande pas son avis. Je ne l'exprime pas clairement, mais je ne lui laisse pas vraiment d'autre choix que d'accepter. Je hoche la tête à sa demande. J'espère tout de même que ces questions ne remettent pas en cause ma demande, et qu'elle ne prendront pas trop de temps. Je ne souhaite pas m'étaler plus que ça sur le sujet et j'ai autre chose à faire. Je devais bien caser Arthur quelque part et voilà cela fait, je lui annoncerait ce soir.

« Tout à fait. »

Ces premières questions sont l'évidence même. Mais je les confirme quand même, le regardant de mon unique œil valide. Mon expression ne doit pas apparaître très commode, mais je ne vois pas pourquoi je devrait sourire, ce serait un effort, aussi infime sois-t-il, inutile. Je sais qu'on en discute souvent parmi les soldats, je crois même avoir entendu le surnom de Mr. Smile circuler, mais heureusement pour eux, personne n'a encore osé utiliser ce surnom devant moi... et c'est mieux ainsi.

Je fronce les sourcils à la question suivante. Je n'aime pas trop qu'on évoque une de possibles accidents, cela signifie pour moi que l'on s'attend à échouer, hors ce n'est pas une attitude à avoir. J'espère que l'officier en face de moi ne cherche pas à s'excuser d'avance pour des bavures. Même s'il en a fait par le passé, j'ose espérer que cela sera différent.

« S'il est blessé ou s'il décède, vous en serez tenu responsable, en plus de l'impact moral que cela pourrait éventuellement avoir sur vous, des sanctions seront encourus, mais il sera possible de justifier votre degré de responsabilité. »

Oui, car j'ai bien conscience qu'Arthur n'est pas le plus futé des soldats et que ses propres erreurs seraient susceptibles de le conduire à sa mort. Cependant, la hiérarchie veut que le responsable... soit tenu responsable, justement. Auquel cas il arriverait ce genre de choses, je sais que je serais tout de même apte à écouter justifications du blond. J'expliquerais aussi à mon fils ce soir qu'il ne vaut mieux pas que ses actions mettent en péril son professeur, je ne supporterais pas l'insubordination.

« Mais pour éviter tous ces petits bémols, évitons qu'il lui arrive quelque chose de... fâcheux, comme vous dites. Cela vaut mieux pour vous comme pour lui. »

Je n'hésiterais pas à appliquer les sanctions nécessaires s'il le fallait, hors j'espère que nous n'en arriverions pas là. Voir disparaître mon fils serait... problématique, mais j'évite là aussi de penser qu'il puisse lui arriver quelque chose, cela me met dans un mal-être que je ne comprends pas et que je préfère repousser avant de céder à des émotions futiles.

« Autre chose ? »

J'ose espérer que la réponse sera non bien que la bienséance m'oblige à demander. Je ne souhaite pas m'éterniser et j'ai de la lecture à reprendre. Je ne demande même pas à Silvery s'il accepte ou non, pour moi, c'est quelque chose de déjà confirmé, c'est oui, je ne l'ai pas fait venir ici pour avoir un refus, encore une fois, ce serait une perte de temps que je refuse d'avoir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Nagel
Administratrice
avatar
Age : 25
Messages : 882
Date d'inscription : 07/07/2013

Âge du personnage : 26 ans, né un 2 février
Métier / Études : Tortionnaire, Dresseur a ses heures, Débute une carrière d'acteur, Se tient actif mais ne sait pas quoi faire de sa vie.
Pseudonyme(s) : ›› Dio Silvery, Officier Subalterne du Régime (principalement tortionnaire et combattant, ponctuellement homme de main).

Niveau : 75
Team active : ››

››Christopher - Foufou - Hyper Cutter
›Seisme, Aile d'acier


››Sophie - Mauvaise - Intimidation
›Eclair Fou, Poing Feu


››Irma - Gentille - Torche
›Psyko


››Viktor - Jovial - Turbo


››Harald - Mauvais - Fermeté
›Seisme


››Lorelei - Solo - Intimidation
›Lance-Flamme



MessageSujet: Re: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   Sam 6 Mai - 20:34

Faire "coucou" à un Général en 3 leçons.
Diantre, c’est tout un sport, de réfléchir. Je n’ai pas souvenir de la dernière fois que mon cerveau fut aussi concentré. Enfin, quand on est sur scène, c’est normal de tout  donner, après tout. Bon, je suis pas sur scène, mais je joue mon rôle d’Officier docile et décidé à ne faire aucune vague, là. Parce que j’ai pas envie de m’éterniser, et que j’ai pas le choix. Mais autant avoir l’air d’un niais pour que l’autre se sente plus fort et ne se méfie pas. Donc oui je pose mes questions auxquelles j’ai déjà mes réponses comme un gros naïf, je continue en demandant des détails sur mes responsabilités histoire d’être sûr. Même si, soyons honnêtes, que j’ai sa parole ou non, Tonton Hypérion doit bien s’en foutre et aura tous les droits de me dézinguer quand il se sentira d’humeur… Bah, oui, mon grade fait pas de moi un humain avec le droit de s’exprimer contre le bon vouloir de ma hiérarchie. Ah, quoi, vous y aviez cru, vous ? Et par ailleurs, contre tout attente, ne pas être traité comme un être humain pour ce qui est du boulot me convient très bien. Je veux dire, j’essaie de me comporter comme un humain, hein, je vous l’jure. J’essaie d’aimer, j’essaie d’assurer avec mon petit frère, j’essaie d’être triste et joyeux devant les films Disney que regarde Ludwig… Oui, je suis un bon acteur. Mais il n’y a pas grand-chose derrière tout ça… A part un certain amusement qui a fini par naître de ces nombreux « jeux » permanents que j’alterne entre les différents milieux, professionnels, familiaux, sociaux, que je traverse. Meh. Ça devient un peu trop philosophique tout ça. Arrêtons tout de suite, j’ai pas envie de passer pour un mec qui pense.

J’allais hausser les épaules sur les précisions de mon supérieur sur la partie « responsabilités », mais me ressaisis juste à temps. Pas très intelligent, de faire un air de « mouais ok c’est bien tu m’intéresses », devant un mec qui a pouvoir de vie ou de mort sur toi, Lelex. Meh, commences pas à faire ta pute, petite voix n°765 dans ma tête, je l’ai pas dit à voix haute.

« Très bien.. ! » Je suis un peu trop enthousiaste, peut-être. C’est pas si mal, non ? Meh. « Je voulais simplement m’assurer que nous étions sur la même longueur d’onde. Je n’attendais pas le moindre traitement de faveur. Et après tout, ce n’est pas sous terre qu’il risque d’y avoir trop d’animation... Qui puissent le mette en péril, du moins. »

Fis-je, faisant référence à la localisation du Bloc R2. Certes, nous pouvons craindre les éboulements, mais dans ce cas-là, on crèvera tous d’un coup, et nos histoires de responsabilités, eh bien Tonton les aura dans le fion. Oui, je voulais juste faire la rime. Pardon. Le silence s’installe, et je ne crois pas avoir d’autre chose à demander. On va aller au travail dès que possible. Puis si ça de trouve, il est marrant ce gamin, et on pourra le bizuter gentiment. Est-ce qu’on son père le laisse boire ? Hm, déplacé de demander, je pense.

« Rien d’autre, Monsieur ! Puis-je prendre le dossier avec moi ? »

Je crois que la réponse est évidente, là aussi. J’ai pas la mémoire photographique au point de me rappeler tout son contenu d’un coup. Et au pire, je me ferais des photocopies. Je me lève quand le protocole m’y autorise, et hésite une bonne seconde sur la main à utiliser pour lui faire mon salut militaire avant de gagner la sortie. Je me doute que je devrais lui faire mon rapport quelques semaines après le début de ma mission. J’espère que mon nouvel « élève » me donnera des anecdotes dont je pourrais me rappeler un bout de temps. Et qu’il ne va pas trop pleurer la première fois qu’il cassera des os. Oui, oui, car certains sont parfois un peu émotifs, après coup. Et je n’ai pas été embauché pour consoler le Bébé d'Hypérion, lui changer ses couches, et lui donner sa bouillie… Quoique… Je m’assure en vérifiant la partie "affectation et tâches", et soupire de soulagement tout en descendant le couloir.. Ouf, non, cela ne fait pas partie de mes qualifications. Enfin… On retourne tailler une bavette chez Tonton Général dans quelques semaines, donc.

Donc, cette petite ellipse temporelle effectuée, je pouvais me rendre chez Tonton de nouveau. Même procédure que la première fois, j’attends sagement, je regarde la bibliothèque qui s’est (il me semble) pas mal enrichie, jusqu’à ce qu’on m’autorise à rejoindre le bureau de mon haut supérieur hierarchique. Comme à notre dernier entretient, j’effectue un salut militaire dans mon uniforme impeccable (faut dire que je le mets quand même rarement, comme je me rends peu à la grande maison), en attendant que le borgne m’adresse la parole.

« Général. Je viens au rapport. »

Avec William I. Ferguson
Dis, Tonton, c'est quoi la Politique?

____________________________________________

Chat-Lex #cccccc
DCs :Julianne, Riku, Cesar, Mell et Cobaltium
PNJs : Irina et Ludwig

RPs : Natsume, Calypso, William.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faire "coucou" à un Général en 3 leçons. {Williamounet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A quoi ça sert de faire du vélo ?
» Pour faire Vivre Votre Club... Et tout savoir sur le Vélo
» comment faire des noix tigrés
» Faire du Rugby, alors qu'on en a jamais fait
» comment faire cuire les cacahuètes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CÔTE OUEST :: Amanil :: Quartier de la Technologie :: Grande Maison-