« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 L'Enfant des Ténèbres, acte final.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yasmina S. Jaegan-Black
Administratrice Fondatrice
avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 01/04/2014

Âge du personnage : 35 ans, 1er avril.
Métier / Études : Propriétaire d'un Élevage reconnu à Nuva Eja. Spécialiste Ténèbres & Psy.
Pseudonyme(s) : .
♠️ Mina (de la Nuit) ; Prénom d'usage (nom d'Éleveuse).
♠️ NightRose, dite Nighty ; En tant que résistante.
♠️ Yamiko ; En tant que Compétitrice.

Niveau : 54.
Team active :

♀ - Minuit - Synchro - Maligne

♂ - Ziggy - Ramassage - Malin

∅ - Spirit - Corps Sain - Sérieux

♀ - Sakura - Calque - Modeste

♀ - Natura - Engrais - Maligne

♀ - Nox - Point Poison - Assurée



MessageSujet: L'Enfant des Ténèbres, acte final.   Ven 3 Nov - 2:54

Série d'OS - Memories :
 



L'Enfant des Ténèbres, acte final.
Ft. Mina, Jasper, Tomy - PDV Mina.



13 janvier 2016

De retour de mon match à Zazambes contre la championne Combat, durant lequel ma charmante Nenupiot a changé de forme pour la première fois, c’est avec un profond soupir que je me dirige vers la Nurserie de ton Elevage, y retrouvant sans grande surprise mon époux qui m’adresse un léger sourire tendre en me voyant arriver. Lentement, je viens me réfugier contre lui en abandonnant ma lourde cape noire puisque la bâtisse me protège, acceptant l’étreinte non sans soulagement. Ce fut un beau match, nul doute, dont nous avons profité pleinement. Mais mes pensées ont tendance à s’égarer ailleurs ces derniers temps, trop de troubles les occupent & reviennent les hanter trop rapidement pour me laisser le temps de réellement profiter. Je ne sais plus réellement quoi faire, du moins ce qui est réellement prioritaire sur le reste dans tout ceci. Je ne sais non plus combien de temps nous restons ainsi entrelacés, tout comme nos évolitions le sont aussi à nos pieds. Quelques minutes, une heure, plus encore? Perdus hors du temps, simplement entre nous. Le travail de l’Elevage prendra du retard, mais ce n’est pas grave, nous nous débrouillerons plus tard, puis nous ne sommes pas seuls à le gérer. Un soupir encore, seul son qui m’échappe avant de me blottir un peu plus auprès de Jasper, souhaitant juste oublier le reste, tout ce qui n’est pas nous, me fondre pleinement dans cette bulle de sécurité & de sérénité qu’il est seul à savoir m’offrir.

Ce n’est que lorsqu’une vive lumière fort familière envahit la petite pièce aux œufs que nous nous écartons légèrement, sans pour autant nous lâcher réellement. Un léger, très léger sourire en coin paraît sur mes lèvres alors que je constate que ce n’est pas un, mais deux petits qui semblent vouloir venir au monde. Deux futurs pokémons parmi nos œufs personnels, leurs nids de coquille situés côte à côte depuis quelques temps à présent. & effectivement après plusieurs clignotements plus ou moins accentués, c’est presque en même temps que les deux commencent lentement à prendre la forme sous laquelle ils prendront bientôt leurs premiers souffles. Quelques instants plus tard un petit Baggiguane se dévoile le premier, suivi de près par un Grenousse aux couleurs plus pâles qu’à l’accoutumée qui m’arrachent autre un petit sourire en coin. Connaissant les teintes de son évolution finale chromatique, j’ai déjà une très claire idée d’un nom qui lui conviendra à merveille.

22 février 2016

Cette fois, c’est du match à Anula que je reviens victorieuse une fois encore, satisfaite des réussites de mes alliés. Evoluée la veille juste pour participer à ce match où elle n’était pourtant pas à son avantage, Natura a finalement fait merveille sur une partie non neutre de la rencontre, avant de céder sa place à Brasier qui s’est chargé d’en finir avec ce combat. Un beau moment en soi, partagé avec mes camarades. Revenus sur nos terres grâce à la jeune Sakura & son Téléport, je laisse les camarades m’ayant accompagnée là-bas s’éparpiller & vaquer chacun à leurs occupations, m’apprêtant moi-même à regagner les miennes. Quelques heures plus tard, ayant appris notre retour & félicité nos vainqueurs du jour, Yuki apparaît vivement devant moi, son regard portant une détermination indéniable. Une étincelle de malice passe dans mes propres yeux alors que je délaisse ma tâche un moment pour la contempler, amusée sans le montrer comme à l’accoutumée. Les comptes de l’Elevage ne vont pas s’envoler, ils peuvent bien attendre un peu.

- Aurais-tu finalement pris ta décision, chère amie?

Mon ton est presque badin, mais la lueur du regard rougeoyant de mon alliée alors qu’elle hoche fermement la tête ne fait aucun doute. Voilà quelques semaines que je l’ai informée avoir en ma possession l’outil nécessaire à son évolution, en même temps que je l’ai signalé à Stéréo. & si le corbeau a rapidement décidé de s’en servir, la féline m’a priée à sa manière de la garder de côté un moment, se doutant qu’en aucun cas je ne la forcerai à l’accepter tout de suite. Qu’au contraire, s’il faut la lui garder des années, voire à jamais inutilement, je le ferai ; pourvu qu’elle ait juste la possibilité de prendre cette décision si elle finissait par le décider un jour. & il semblerait, à l’aube de mon ultime match d’Arène qui s’en viendra sous peu, qu’elle ait finalement fait le choix de ce changement aussi immuable que définitif. Son assurance est claire & ne laisse nullement place au doute, aussi je ne vois nul intérêt de l’interroger plus avant. Cela fait des semaines qu’elle pèse le pour & le contre, je doute qu’elle vienne sur un coup de tête surtout en arborant une telle attitude. Calmement, je récupère le petit objet dans un tiroir de mon bureau & ouvre doucement l’écrin pour le lui présenter. Ses yeux étincellent alors qu’elle le détaille pour la première fois, & le geste ne se fait guère attendre plus longtemps. Rapidement, c’est une Dimoret au regard de braise qui se tient devant moi.

3 avril 2016

Comme chaque année à cette date, comme à celle deux jours plus tôt, anniversaire non plus uniquement de ma naissance mais aussi du jour où tout a basculé, où tout a volé en éclats il y a sept ans maintenant. Certaines choses se sont reconstruites mais le temps perdu ne sera jamais récupéré. D’autres demeurent brisées à jamais. Aujourd’hui, se serait déroulé un autre anniversaire dont la seule évocation me déchire le cœur en mille miettes. Aujourd’hui ma fille, ma princesse, ma petite puce aurait eu douze ans, & comme chaque année nous l’aurions fêté au lendemain en compagnie de l’anniversaire de son aîné qu’elle se plaisait à nommer jumeau, & réciproquement, prenant exemple sur leur tante & moi-même. Aujourd’hui sa bonne humeur aurait été plus contagieuse qu’à l’accoutumée, & ses rires auraient empli la maison. Mais il n’en est rien. Elle n’est plus là, & c’est avec un sanglot muet, un sanglot sans pleurs, que je plonge mon visage dans mes mains à cette seule pensée. Jamais un parent ne devrait avoir à faire le deuil de ses enfants.. Jamais. Solitaire, une unique larme glisse sur ma joue pâle. Comme chaque année à cette date, comme à celle deux jours plus tôt, comme à l’autre anniversaire d’un enfant dont le rire n’animera jamais plus la maisonnée, je ne me sens le courage de rien. Ni d’aller vaquer à mes tâches, ni même d’aller rejoindre les autres. Les miens le savent, mon époux, mon fils, nos pokémons. Tous sont habitués à me voir disparaître sur ces trois dates particulières, & reparaître le soir. Il n’en est que trois dont la présence ne me blesse pas trop en ces pesants anniversaires. Ma chère Noctali bien entendu, mon identique ne me quitte jamais. Mon mari, père de ces enfants dont ne demeurent qu’un triste souvenir. & son Voltali, toujours à ses côtés. Eux seuls demeurent à mes côtés ou me rejoignent plus ou moins tard dans la journée, après s’être isolés également sans doute. Aujourd’hui, c’est en début de matinée que Jasper me rejoint sur la Plage bordant notre terre. Enroulée dans ma pesante cape noire me préservant des rayons agressifs du soleil, assise sur le sable à préparer précautionneusement la petite bougie qui s’illuminera ce soir dans les vagues. Comme chaque fois. Sans un mot, il glisse devant moi un petit flocon bricolé en aiguilles de pin, & je l’ajoute dans le même silence au petit montage.

Habituée à l’isolement en cette journée de recueillement, n’acceptant la présence que du père de la fillette & de nos alliés évolitions, à ce que l’on respecte notre isolement sans jamais chercher à nous y troubler, jamais je ne me serais attendue à entendre soudain la voix de mon fils encore en vie plusieurs heures plus tard, alors que meurent les derniers rayons du crépuscule. Son cri pressant, urgent, nous interpellant sans plus se préoccuper de ce deuil difficile à porter, lui qui a toujours respecté ma volonté, puis celle de son père, d’une coupure nette avec le reste du monde en ces jours douloureux.. D’autant qu’il me semble qu’il doit en être plus ou moins de même pour lui. Difficilement, je me force à tourner le regard en sa direction, me martelant qu’il ne troublerait pas cet isolement sans excellente raison, pour le voir courir vers nous. Mais ce n’est pas sa silhouette qui attire le plus mon attention sitôt mes yeux tournés de ce côté, non. C’est l’autre forme légèrement plus petite qui court à ses côtés, ses longs cheveux d’ébènes flottant derrière elle, vêtue d’une tenue digne des plus jolies patineuses artistiques. Aussitôt mon cœur explose, mon masque vole en éclats alors que mon visage se fait incrédule, avant même que mon cerveau n’ait eu le temps d’analyser l’information. Aussi improbable que ce puisse sembler, aussi contradictoire que ce soit aux souvenirs flous que mon mari n’a jamais pu récupérer pleinement de cette journée dramatique où tout est parti en vrille.. Je l’aurai reconnue entre mille, dix mille, cent mille.. Immédiatement jetée sur mes pieds, oubliant toute notion de contrôle je me précipite à sa rencontre, le visage inondé de pleurs impossibles à retenir. & à mesure que je me rapproche, alors que je l’étreins de toutes mes forces comme craignant de la voir disparaître de nouveau, la certitude se renforce peu à peu. Cette journée ne sera pas si douloureuse, finalement, peut-être même aussi festive qu’elle aurait dû. Attirant mon fils aussi contre moi, alors que mon mari nous rejoint dans cette étreinte inespérée, je laisse pour la première fois depuis bien longtemps tout contrôle m’échapper alors que les larmes coulent à flots sur mon visage, mais aussi sur les leurs. Avec eux tous, je m’effondre à genoux, murmurant encore & encore son prénom, & nos quatre évolitions viennent se joindre à ce câlin collectif, à ces retrouvailles folles auxquelles nous n’aurions jamais osé rêver. Arceus, merci, le miracle s’est produit. Un petit rire se fait entendre, mais nous n’y prêtons nullement attention ; jusqu’à ce que retentisse la voix à laquelle il appartient.

- Hé bien.. Bon anniversaire, Kendy, je crois que la fête sera enfin de mise cette année.

Dans un sursaut, mon regard se relève vers la nouvelle silhouette qui se dresse près de nous, qui a dû suivre les deux enfants plus lentement. Un sourire franc paraît sur mon visage alors que je constate que le sien correspond bien au timbre qui vient de retentir, & que la fillette éclate de son rire cristallin qui m’a tant manqué, euphorique.

- Erin..

Ma voix, comme tous mes membres, tremble vivement, & l’homme échappe un léger sourire avant de s’agenouiller près de notre petite famille presque intégralement réunie, pour me prendre dans ses bras avec une force qui me surprend un peu.

- Oh grande sœur, j’imagine que c’est dérisoire comparé à ce que tu pensais de ta fille mais.. Je te croyais perdue à jamais! Le village entier le prétendait, & je n’ai pu tirer que Jazz & Kendy des flammes.. Il était ma seule certitude, le seul espoir que je me suis autorisé à lui donner mais sans trop d’audaces. Il avait disparu à mon retour, comment être sûr? Impossible de le retrouver, pourtant j’ai tant cherché! Pardonnez-moi, j’ai fait.. Oh si j’avais su, si seulement j’avais su que vous étiez là..

Il pleure également désormais, & s’agrippe comme à une bouée de sauvetage à mes vêtements, alors je resserre mon étreinte sur lui. Comment lui en vouloir, alors qu’il vient de nous offrir le plus beau des cadeaux que l’on aurait pu rêver, de nous rendre notre fille égarée tout en nous fournissant la pièce manquante de notre drame familial, l’élément inexpliqué même sept ans après faute de souvenirs fiables.

- Alors.. C’était toi? Mon mystérieux sauveur, qui m’a laissé dans cette caverne?
- Juste le temps de porter Kendy à l’hôpital de Nenucrique! Tu n’étais pas trop touché, elle avait besoin de soins urgents, mais dans la panique.. Jasper, j’ai fait une erreur en te laissant derrière, j’aurais dû..
- Chht.. Il n’y a rien à pardonner petit frère, tu ne pouvais pas savoir.

Sans hésiter, mon époux hocha aussitôt la tête à l’affirmative, serrant toujours notre fille contre lui, ses yeux émeraude étincelant encore des pleurs de bonheur qui les ont animés un instant à peine plus tôt.

- Tu as fait ce qu’il fallait. Grâce à toi, Kendra est en vie. Sans toi, ces retrouvailles n’auraient jamais eu lieu. Le temps perdu ne reviendra pas, mais je préfère ça que l’avoir perdue à jamais ainsi que nous le pensions..

Sa voix se brise. Peu à peu, alors que nos mots font leur chemin les tremblements & larmes de mon frère adoptif s’apaisent, il se détend peu à peu pour finalement relever un regard timide vers moi, un regard un peu hésitant. Alors je pose la question, celle à laquelle il s’attend mais au-devant de laquelle il n’ose pas s’aventurer. Je n’ai aucun espoir cette fois, sachant que si cela avait eu raison d’être nous ne serions pas cinq humains ici, mais six.

- & Daniel?
- Je.. Je l’ai emmené à l’hôpital aussi, mais c’était trop tard.. Je l’ai fait enterrer à Cimetronelle, quand je suis repassé pour chercher Jazz..

Espoir ou non, le coup reste le même. Mais aussi, une certaine forme de soulagement. Jusqu’ici, nous pensions que nos cadets n’avaient aucune sépulture décente, juste les décombres de notre ancienne demeure. Avec son arrivée inattendue, inattendable, Erin nous offre deux certitudes, deux cadeaux. Le retour de notre fille, bien vivante, & le fait que le corps de notre petit dernier repose en un lieu adapté. Cela n’empêche pas les larmes de couler, l’injustice d’étreindre mon cœur douloureusement. Mais d’une certaine manière, cela soulage une partie de ma peine. Son souvenir ne ternira jamais, restera plaie béante & à vif à jamais. Mais au moins il a une sépulture, une dernière demeure où reposer en paix, notre petit lion.

fiche by Nighty Jaegan, alias Rayquaza.

____________________________________________


Français, Japonais, Autres, Chant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

L'Enfant des Ténèbres, acte final.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PO I : Acte 10 - Final - FCB - Courtrai
» TROTTINETTE ENFANT ???????
» Final CAF--- ESS 0 / 0 FAR [ Apres match ]...
» Final par classement 2010
» kilométrage final 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: NUVA EJA :: Quartier de la Compétition :: Élevage du Tonnerre Nocturne.-