« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! »

''Dégage'', de Bryan Adams.
 

Partagez | .
 

 Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver (OS Evolution)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léopold Richter
Administratrice
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 27/06/2014

Âge du personnage : 26 ans, né un 5 mai
Métier / Études : Etudes de Medecine, en stage chez un medecin généraliste a Anula et quelques fois à la clinique Connors d'Amanil
Pseudonyme(s) : White Dragon, identité de justicier

Niveau : 55
Team active : .

♦️ Médée - Assurée - Voile Sable

♦️ Luis - Préssé - Impassible

♦️ Sisyphe - Foufou - Brasier

♦️ Emil - Modeste - Attention

♦️ Bellérophon - Assuré - Tête de Roc

♦️ Thanatos - Timide - Agitation



MessageSujet: Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver (OS Evolution)   Jeu 7 Aoû - 10:47


Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver
   Évolution de Luis


Luis a déjà perdu la patience de Sisyphe. Cet imbécile de Héricendre a fini par penser qu’il n’y avait plus aucun espoir pour lui. Disons que quoi que le Tarsal fasse, il finit toujours par se rendre ridicule quand son « ami » le Pokémon de feu l’envoie faire des choses stupides, enfin, bien sûr, c’est de la naïveté  de Luis que l’autre profite. Et c’est prouvé à force, on sait qu’il n’y a rien de plus aisé que de berner le pauvre Tarsal. Il faut dire que Léopold ne l’aide pas non plus beaucoup.

« Luis, arrêtes de te laisser faire. »

« Non, Luis, je ne vais pas t’aider, il faut savoir dire "non" dans la vie. »

« Luis, arrêtes de me faire ces yeux là, ça ne marche pas. »

« Non, Luis, je ne suis pas un sans-cœur, arrêtes un peu de te plaindre. »

« C’est toi qui disais vouloir devenir plus fort alors, vas-y, tu attends le déluge? »


Ouais, le tact de son maitre s’est aussi changé en légende au travers des années. Bien sûr, Luis conçoit tout à fait, avec sa tolérance bien trop élevée pour son propre bien, que son dresseur à d’autres chats à fouetter. Par exemple, un très gros chat qui s’appelle Richard (et oui, il sait que Richard n’est pas un chat mais ça, ça n’a pas rapport) et qui lui prend tout son temps ou presque, l’autre gros chat c’est son métier, et un autre gros chat, c’est d’aller fanfaronner dans la ville la nuit pour "protéger la population", même si "jouer au justicier et enchainer les gaffes et s’en sortir avec un tour de passe-passe" serait plus approprié.  Depuis que le Tarsal était devenu l’acolyte de White Dragon, à vrai dire, il savait bien que si il continuait comme ça, Léo se ferait attraper un jour et le sort que lui réserverait le gouvernement de l’île, enfin, le Régime,  ne serait certainement pas beau à voir. Et il n’avait aucune envie de se sentir obligé de s’occuper de Richard si jamais cela se produit vraiment et que Léo n’est plus là.

Planqué au fond du jardin comme à ses habitudes lorsqu’il avait un coup de blues, le Tarsal soupira, lassé des angoisses qui l’assaillaient encore et toujours. Il contempla le ciel un moment et se décida à retourner vers la maison, ou se trouvent certainement les autres, du moins, dans des endroits de la maison ou Richard ne les verrait pas. Cet homme déteste les Pokémon, vous n’imaginez pas à quel point. Enfin, il s’imagine qu’ils sont tous des créatures sorties de l’enfer. Cela fait des jours qu’il ne sort plus depuis que Emil le Nosferapti est simplement passé devant sa fenêtre pour l’observer par curiosité, alors que Léopold le lui avait formellement interdit. Et cela fait toutes ces journées qu’il est infernal jour et nuit. Autant dire que même si il ne le montre pas, son ainé a vu son temps de sommeil diminuer d’un chiffre un peu trop conséquent vers plus de sommeil du tout, déjà qu’il ne dormait pas beaucoup en temps normal. Alors, voyant que le soleil tombait et que sur une impulsion, Léo se décidait soudainement à aller faire régner l’ordre White Dragon style, Luis fut prit d’une nouvelle vague de panique, et se précipita vers son maitre alors que ce dernier descendait à la cave revêtir son costume. C’est compréhensible, si il a conscience qu’il gâche sa vie à tenter de guérir Richard, il doit mourir d’envie de faire quelque chose d’un peu utile. Si seulement c'était utile Mais le Tarsal ne voulait pas le laisser partir dans cet état.

« Luis, laisse-moi y aller! Je dois y aller. C’est mon devoir. Les gens ont… besoin de moi? »


Sa dernière affirmation : plus incertaine, tu meures. Puis, Sisyphe sortit de sa Pokéball pour s’interposer entre Luis et son maitre. Comme pour lui dire que non, ce n’est pas lui, faiblard qu’il est, qui pourra empêcher Léo de faire ce qu’il "doit" faire, selon ses dires. Luis bouillait de l’intérieur. Si seulement il pouvait faire quelque chose… Il n’est pas comme Médée ou Sisyphe ou encore Thanatos, il n’est pas né d’une espèce puissante de naissance comme eux, mais… De la force, il en veut. Il veut être utile à Léopold. Pourtant, il ne parvint pas à l’empêcher de partir comme l’insouciant qu’il est. Il ne peut pas lui en vouloir de ne pas se reposer autant sur lui que sur ses autres Pokémon plus hardis et costauds, et même d’être un peu dur avec lui, comme il l’est avec les autres, sauf que Luis accuse d’autant plus le choc en raison de sa faiblesse innée. Faible? Non, il ne voulait pas l’être plus longtemps. Et alors qu’une lumière éclatante surgissait de la cave du manoir, le petit Tarsal avait disparu.

C’est devenu Kirlia qu’il réapparu sur le toit d’une maison des rues du centre. Il ne lui suffit que de quelques minutes de recherche pour retrouver Léopold et les autres. Et à ce qu’il vit, Luis ne put s’empêcher de prendre quelques secondes pour se facewaller magnifiquement, car son maitre était actuellement tombé dans les pommes au milieu de la chaussée, donc, en gros, il était dans la merde ; car bien que Médée et Sisyphe tentaient d’éloigner les gens et deux soldats qui se rapprochaient, eh bien… Oui, on allait avoir besoin de lui. Il fit donc un nouveau saut inter-dimensionnel pour se retrouver aux côtés du petit groupe et sous le regard ahuri de la Griknot et du Héricendre qui le croyait bon à rien, il utilisa ses dernière forces pour effectuer un dernier Téléport en direction du manoir. Au final ils atterrirent dans le jardin mais ce n’était pas plus mal. C’est aussi le moment que Léo choisit pour se réveiller en sursaut.

« FORCE ROUGE! »


Pour retomber immédiatement inconscient et presque ronfler au milieu du jardin. Les Pokémon se regardèrent et s’assurèrent qu’il dormait bien pour se moquer ouvertement de sa tronche, à l’exception de Sisyphe qui lui, avait sauté sur l’occasion pour se moquer amèrement du fait que Luis en Kirlia portait désormais un magnifique tutu et qu’à cause de ça, il ne pourrait jamais prétendre avoir l’air plus redoutable que son illustre personne. Enfin, ça c’était encore à voir, car Sisyphe était aussi partagé avec la jalousie qu’il l’envahit car Luis a osé évoluer avant lui.

C’est le lendemain à une heure tardive de la matinée que Léopold se réveilla finalement, visiblement complètement remis, mais déjà paniqué  à l’idée d’avoir fait la grossière erreur d’avoir fait une grasse matinée. Luis qui se tenait à ses côtés le fixait d’un air sévère, l’air de dire qu’il ne devrait plus jamais refaire ça. Regard noir que son maitre lui rendit d'abbord avant de se résigner.

« Euhm. Désolé euh, Luis, euh, de… De t’avoir inquiété. Et euh. Arhem. Merci. »

Là aussi, c’était difficile au Kirlia qui se la jouait mature et protecteur de ne pas encore ricaner devant la niaiserie de son maitre. Amplifiée qu’elle était en plus par la présence de Thanatos la Solochi qui s’était blottie contre lui pendant son sommeil.

« Pourquoi vous me regardez tous comme ça? Grmbl… »


Léo émit un claquement de langue agacé puis se roula dans ses couverture Grumpy Cat style pour se rendormir un moment. De tout sens, sous la surveillance de Luis, ce n’est pas comme si il aurait eu le choix.

Manoir Richter, Rues pavées d'Anula
Pokémon présent(s) : Luis, Sisyphe, Médée

____________________________________________


DC de Alexander Nagel, Julianne Eriksen, Riku A. Nagel, Cesar Richter, et  Cobaltium
PNJ Lié : Cléopatre Richter
Revenir en haut Aller en bas
 

Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver (OS Evolution)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le travail c'est la santé ; rien faire, c'est la conserver (OS Evolution)
» Nous ne pouvons rien faire pour votre K2
» GENERALITES: SOS!!!! Je n'arrive plus à rien faire!
» Contrôle technique moto, ne rien faire, c'est l'accepter
» galle de boue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« C'est toi ou moi, l'un de nous est de trop! » :: L'Île d'Enola :: CENTRE DE L'ÎLE :: Anula :: Quartier des Affaires :: Manoir Richter-